AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
CALENDRIER / 01.11.2019 ! Grand retour du forum après plusieurs semaines de maintenance. 16.10.2019 ! Retour de Adokoa (Pauline) dans le staff. 31.07.2019 : Réouverture du forum. Installation de la onzième version par Flames. Arrivée du nouveau PNJ The Devil. 11.07.2019 : Annonce du retour du forum, rédaction d'un nouveau contexte. 01.05.2019 : Fermeture du forum. 14.04.2019 : Installation de la dixième version par Flames. 10.02.2019 : Installation de la neuvième version par Flames. Mise en place de l'animation Mini rp. 02.12.2018 : Installation de la huitième version par Flames. Mise en place de l'animation calendrier de l'avent. 13.10.2018 : Installation de la septième version par Passenger. Mise en place du nouveau contexte Second Chance. Melvin Brock (Marie) rejoint le staff. 10.10.2018 : le forum fête son premier anniversaire.15.07.2018 : Installation de la sixième version par Passenger. . 01.07.2018 : le forum atteint les 100.000 messages. 12.05.2018 : Installation de la cinquième version par Passenger. 17.03.2018 : Installation de la quatrième version par Adoko. Mise en place de la partie Instagram et lancement de l'animation Zodiac. 20.01.2018 : Installation de la troisième version par Passenger et lancement du jeu Game of chance. 02.12.2017 : Installation de la deuxième version réalisée par Passenger. Mise en place des parties communication et graphisme. 09.11.2017 : Dani Brock (Pauline) rejoint le staff. 23.10.2017 : Effie Gardner (Lélia) rejoint le staff. 10.10.2017 : Ouverture officielle du forum. 03.10.2017 : Installation de la première version par Passenger 01.10.2017 : Création du forum. .
liens recherchés
------------------

WINTER TOGETHER / L'hiver arrive. Il est là plus tôt que les autres années et il est déjà rude. Les premières neiges parsèment les trottoirs de Wauwatosa. La ville et ses habitants ont toujours pris soin de leur commune. Ils aiment la voir briller de mille feux en attendant l'arrivée du père Noël. On est plus surpris de voir apparaître les premières guirlandes qui clignotent à travers les vitrines alléchantes et gourmandes. Les pâtisseries donnent envie. Les manteaux et les écharpes viennent couvrir nos tenues de mi saison. Cette année et encore plus que les autres années, Wauwatosa va aider ceux qui en ont besoin. Et en plus notre belle ville va s'illuminer et devenir la plus belle. Des concours de décorations, de sapins par exemples. Ces arbres vont éblouir les allées principales avant d'aller egayer les demeures plus austères. Hopitaux, orphelinats ou prisons aux alentours. Vous l'avez compris, c'est la solidarité qui va être au centre des fêtes. Comme chaque année le grand bal de Noël vous invitera à vêtir vos plus belles tenues et pour la bonne cause. Déambulez dans les rues, emmitouflés dans vos écharpes et doudounes. La neige va être présente, très présentes. Attention au verglas et aux boules de neiges perdues.

Partagez

we made a mess of what used to be love (melvin)

Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyVen 19 Jan - 15:03

A pas de chat, Charlie se faufile sur le perron. Ca lui faisait encore bizarre de rentrer ici le soir pour dormir, finalement elle avait pris ses petites habitudes chez Jasper et même si leur colocation n’avait été que très brève, Charlie était heureuse d’être retournée près de sa famille même si sa colocation avec celui qui deviendrait bientôt son ex mari était plus que inattendue. Elle avait commencé à s’habituer à la maison, ne cherchait plus des heures une cuillère ou des serviettes, il faut dire que les filles étaient toujours ravies de lui montrer où est-ce que tout était rangé, désireuses sûrement que leur maman se sente comme chez elle. 

Et ça marchait car parfois Charlie avait besoin de se rappeler qu’elle n’allait pas vivre ici éternellement et qu’elle était ici chez Melvin, non pas chez elle. Elle prenait soin de l’éviter soigneusement mais ce n’était pas chose aisée. Il y avait toujours un moment gênant où ils se croisaient dans le couloir qui menaient à la chambre des filles, Melvin se collait alors contre le mur comme si elle risquait de lui refiler une maladie contagieuse et elle faisait semblant d’ignorer sa présence. Il y avait aussi lorsque leurs mains s’effleuraient au petit-déjeuner quand ils voulaient tous les deux prendre la cafetière. Leur plan pour ne pas se croiser n’était pas infaillible et elle était pratiquement sûre qu’il était rentré dans la salle de bain pendant qu’elle y était il y a quelques jours avant de se rendre compte de l’anormalité de la situation et de filer en catimini. Elle ne pouvait pas le blâmer, elle aussi avait parfois des réflexes qui dataient de l’époque où leur couple était en bonne santé. Elle se retenait de repasser ses habits, de lui demander si il avait pensé à racheter du lait ou de balayer un épi dans ses cheveux. C’était une véritable rééducation sentimentale. Et ça faisait mal.
Le coucher était particulièrement gênant et Charlie était contente d’y avoir échappé ce soir en allant boire un verre avec Noé. Elle avait réussi à ne pas boire, l’alcool n’étant pas compatible avec les cachets pour dormir qu’elle prenait de temps en temps lorsque ses nerfs la tenaient trop. C’est donc parfaitement sobre mais friande d’une petite collation que Charlie ouvrit la porte d’entrée avant d’aller dans la cuisine à la recherche d’un petit snack. Elle chopa donc une banane qu’elle détroussa et mangea, appuyée sur le rebord de l’évier en surfant sur son téléphone, l’écran de son smartphone comme seul éclairage dans la pièce lorsque le pilulier de Melvin accrocha son regard. Elle se pencha et regarda la case de “jeudi” encore bien remplie. Tout comme celle de mercredi et mardi. Melvin ne prenait plus son traitement. “Mais c’est pas possible.” soupira t-elle. Elle avait raison ! Elle savait que Melvin ne respecterait pas la posologie.

Elle abandonna le reste de sa banane sur le comptoir, et c’est la bouche pleine qu’elle se dirigea vers la chambre de Melvin. Tâchant de ne pas faire trop de bruit. La lumière de la télé mise en sourdine filtrait sous sa porte, elle poussa la porte de sa chambre et s’approcha du lit, balançant dessus le pilulier. “Tu vois c’est pour ça que je suis là ! Parce que t’es pas capable de te soigner !” siffla t-elle. “T’es un enfant Melvin ! Tu vas garder ta jambe en carton si tu continues comme ça !” Son instinct maternel, ou peut-être matrimonial reprenait clairement le dessus. Après tout, ça faisait parti de ses missions de nouvelle baby sitter non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptySam 20 Jan - 1:45

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie


Melvin avait déjà vécu en colocation pendant un court laps de temps, savait ce que c'était que laisser l'intimité aux autres, faire preuve de plus d'attention encore quand c'était la jeune femme de la bande qui en avait besoin . Mais rien n'était semblable à vivre avec sa femme sans être ce couple qui avait été le moteur de sa vie pendant des années. Même si elle faisait des efforts pour qu'ils s'évitent la maison n'était pas assez grande pour y parvenir à chaque fois. De plus Melvin ne voulait pas se priver de ses filles à chaque fois sous prétexte que les grands yeux de biche de leur mère les couvaient également. Et puis il y avait ces putains de moment où il oubliait, un quart de seconde, où il la voyait sortir avec une fillette à chaque main, quand elle leur mettait leurs écharpes ou bien qu'elle leurs faisait réviser comment faire leur lacet. Il arrivait à se convaincre que c'était normal, c'était ce qu'il avait voulu ces cinq dernières années : tout les quatre à Wauwatosa, à vivre à un rythme plus lent où leurs envie d'une vie familiale simple n'était pas entravé par les embouteillages, le bruit, les manifestations à tout va et autre tracas des grandes villes. Pourtant ce qu'il avait voulu il ne l'avait que par interim, que pendant un tout petit laps de temps où il oubliait que cette femme n'allait plus être la sienne dans quelques mois.

Chaque secondes comptaient comme celles où il était resté tel un con dans la salle de bain alors que Charlie était sous la douche. Le floue de la vitre n'était pas suffisant pour l'empecher d'imaginer parfaitement comment l'eau coulait sur ses courbes, comment ses cheveux tombaient sur ses reins. Et l'approche du divorce n'était pas suffisant pour le retenir de visualiser comment ils pourraient se cambrer sous l'impulsion de ses hanches. Oui chaque secondes comptaient et celles ci avaient été une véritable torture. Melvin s'était enfuis et n'était sortie de sa chambre que quand il fût certain qu'elle ne soit plus dans la maison . Il avait espéré son départ comme il espérait ce soir son retour .

Melvin s'était occupé seul des petites, ces dernières étant un peu plus calme depuis que leur mère était dans les parages. Sans doute avaient elles l'impression que tout se remettait en place. Leurs parents savaient bien qu'ils auraient du leur expliquer ce qui allait advenir. Mais ni l'un ni l'autre n'en avait encore pris le courage. Les jumelles au lit, il avait rejoint son lit en traînant toujours la jambe. De là il n'avait plus au aucun dérivatif au fil de ses pensées : où était elle ? Avec qui ? Il s'était mis d'accord sur le fait qu'il n'avait aucune envie de la voir rester chez lui, et supporter sa présence et ce que ça provoquait chez lui h24 … Mais Melvin n'avait pas anticipé sa curiosité et sa jalousie. Complètement connement il se l'était imaginé rester dans sa chambre, faire quelques magasins et se posait à Starbuck. Il n'avait pas pensé à qu'elle referait sa vie quelque part, reverrait des anciens amis d'ici, s'en ferait des nouveaux. Le grand blond se retrouva donc dans son lit à guetter l'heure à laquelle elle passerait la porte d'entrée et s'imaginait le pire. Il l'avait laissé partir en voyage d'affaire, l'avait accompagné à certaine de ses grandes soirées sans jamais rien voir de se qui se tramait. Et si elle avait trouvé un nouveau dealer... un nouvel amant ? Il avait éteint le son de la télé celui ci rajoutant à son agacement. Les rires des invités de ce talk show minable faisait résonné ceux de Charlie dans son esprit et celle d'un inconnu. Un homme qui lui redonnait le sourire que Melvin voulait lui reprendre.

Plus les heures défilaient, plus il se souvenait de la façon dont elle avait de sauter sur son portable pour répondre à quelqu'un, et vu son air ce n'était pas pour le boulot. Charlie le trompait ? Serait ce tromper quand le mari avait été le premier à demander le divorce ? Est ce qu'être l'initiateur de la séparation rendait l'idée qu'un autre la touche plus supportable ? Certainement pas !Personne ne connaissait son corps mieux que lui, la douceur de ses cuisses, les fossettes au dessus de ses fesses. Sa main s'égara sous le drap tandis qu'il se maudissait de ne pas pouvoir aller courir ou prendre une bonne douche froide. Leur douche.Charlie ruisselante. Leur lit. Charlie nue et offerte. Ses doigts se refermèrent  sur son sexe quand il entendit un nom sur le péron et qu'il arreta tout comme un adolescent pris en faute. Près d'une demi année sans la toucher. Le seul corps qu'il avait vu était celui de Luna, il avait été ravissant, jeune et tentant mais pas à lui. Qui le blâmerait alors de relâcher la pression seul même si il se donnait l'impression d'agir comme un gamin de 14 ans.

Melvin restait à l'écoute du moindre son mais fût pourtant surpris de la voir débarquer dans sa chambre et du pilulier dans la gueule. « Tu vois c’est pour ça que je suis là ! Parce que t’es pas capable de te soigner !T’es un enfant Melvin ! Tu vas garder ta jambe en carton si tu continues comme ça ! » Dire que ce n'était qu'un oublie aurait été faux . Il n'aimait pas perdre le contrôle sur son corps -sauf après quelques verres ou après en avoir donné les droits à une femme-. Il voulait pouvoir plus compter sur ses forces que sur des gélules... en plus elles étaient dégueulasse donc si il ne ressentait pas de douleur particulière, il ne les prenait pas.

Le frustration de ne pas avoir fini ses petites affaires et de ne pas savoir où elle avait passé le début de soirée, plus ses reproches eurent finit de lui couper l'envie de dormir . « Désolé de ne pas avoir un aussi bon réflexe que toi pour avaler des médoc par dizaines ! » siffla t-il en se redressant, le dos sur la tête de lit . « Je n'en avais pas besoin ! Et tu n'es pas là pour ça mais pour tes gamines ! Même si tu sembles l'oublier quand on voit l'heure à laquelle tu rentres ! »
☾ ANESIDORA


Dernière édition par Melvin Brock le Lun 29 Jan - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptySam 20 Jan - 20:23

Il n'avait jamais été foutu de respecter les recommandations d'un médecin. C'était la seule personne qu'elle connaissait qui était capable de vaincre la grippe sans l'ombre d'un médoc, elle qui un peu hypocondriaque pratiquait l'auto-médication comme une chef grâce aux ordonnances prodiguées par sa tante. Melvin, lui, ne croyait pas en tout ça. Son échelle de la douleur commençait à la fracture ouverte, sauf quand il s'agissait de ses filles ou d'elle. Elle se souvenait parfaitement de ses crises de parano lorsqu'elle était enceinte. Dès qu'il avait vu la tétine qu'elle avait fait mettre dans son assiette sous cloche dans leur restaurant préféré, Melvin s'était transformé en papa/mari poule, à tel point que Charlie avait dit tout au long de sa grossesse qu'ils étaient deux à être enceinte, Melvin étant si prévenant. Aujourd'hui c'était elle qui jouait les inspectrices de travaux finis et la vision du pilulier vide l'avait mise dans tous ses états, oeuvrant tout de même à la rassurer sur la légitimité de sa présence ici : il avait besoin qu'elle soit là pour gérer tout ça. Il n'était pas capable de se gérer lui même, bien qu'il se plaisait à croire le contraire. Charlie se cachait derrière ses filles pour prétexter sa bienveillance envers lui, mais en réalité elle ne voulait surtout pas qu'il reste dans cet état là. Elle le connaissait, et rester inactif était une tragédie pour lui et il fallait à tout prix qu'il se soigne, qu'il évite d'empirer sa condition. Parce que finalement, contrairement à lui, elle ne supportait pas de le voir souffrir.

Elle était entrée dans sa chambre sans frapper, comme si elle était elle aussi propriétaire des lieux, comme s'ils partageaient encore la même chambre. Avec une aisance déconcertante, et elle se doutait un peu qu'elle ne serait pas accueillie les bras ouverts... Mais pas aussi violemment non plus. Sa répartie acide ne manqua pas de l'atteindre et Charlie fut piquée à vif par sa remarque. Certes, dans sa robe noire moulante ses cuissardes à talons et son trench, elle était peut-être un peu trop sexy pour un bowling entre amis mais Melvin n'avait pas besoin de savoir ce qu'elle faisait hors de sa maison. Elle ne lui appartenait plus, il l'avait formulé clairement c'était le prix à payer. Elle avait toujours aimé se faire jolie pour sortir et il n'y avait aucune raison que ça change : au contraire maintenant qu'elle était pratiquement de nouveau sur le marché, elle avait toutes les raisons de s'apprêter pour sortir. Melvin était d'humeur massacrante, et l'idée que c'était parce qu'elle était sortie l'effleura avant qu'elle se souvienne que c'était lui qui avait commencé à imaginer une vie sans elle. Il voulait lui faire mal ce soir, elle se demandait d'où lui venait cette haine. "Tu dois vraiment me détester de toutes tes forces pour oser me parler comme ça." rétorqua t-elle sur un ton dur, les bras croisés sur sa poitrine mise en valeur par un soutien-gorge push-up qu'il lui avait lui-même acheté. Elle sentait la colère grimper en elle. Elle essayait de tout faire comme il le fallait mais ce n'était jamais suffisant, elle donnait tout à ses filles, montrant ainsi à Melvin que ses histoires de drogue étaient loin derrière elle à présent. Elle se faisait encore testé toutes les semaines, et elle était clean, elle avait réussi à sortir de cette spirale infernale qu'était l'addiction. Partir de Chicago lui avait fait plus de bien qu'elle ne le pensait, la mort de son connard d'oncle était maintenant loin derrière elle. Elle était presque en train de tourner la page, elle sentait le changement et c'était enfin quand elle parvenait à peine à semer ses démons que sa vie se déchirait en lambeaux. La vie parfaite qu'elle avait construire était en train de totalement lui échapper après tout ce qu'elle avait pour s'en sortir. Elle ne comptait pas se laisser faire, elle en avait marre de ses pics à longueur de temps, de ses sous entendus à peine voilé et cette manière condescendante qu'il avait de s'adresser à elle commençait sérieusement à lui taper sur le système malgré tous les efforts qu'elle pouvait faire.

"Mes filles n'ont plus besoin de mois après 20h30, puis au vu des regards noirs que tu me lances à chaque fois que je m'occupe d'elle je me suis dis qu'une petite soirée loin de tes reproches acides et de ton humeur de merde me ferait pas de mal." Elle était en colère maintenant, en colère de voir que lorsqu'elle tentait de prendre lui il lui répondait par l'agression. Elle essayait juste de prendre soin de lui malgré le statut d'épouse qui était en train de lu filer entre les doigts. Melvin voyait d'un mauvais oeil les instants de liberté qu'elle s'octroyait mais d'un autre côté il ne supportait pas d'être dans la même pièce qu'elle. Elle n'arrivait plus à suivre l'homme qu'elle aimait, une première pour eux deux. Elle avait beau tenter de cerner l'expression de son regard, mais c'était inutile. La communication était coupée. Plus d'osmose, plus d'harmonie. Plus que de la haine. Les deux enchainaient les incompréhensions alors que pendant une décennie ils s'étaient compris d'un seul regard. "C'est pour mes gamines justement que je te demande de prendre tes cachets, je vais pas jouer les filles au pair indéfiniment alors reprends toi et prends tes putains de cachets." rajouta t-elle, plus énervée que jamais à présent. Il avait réussi à lui gâcher la seule soirée agréable qu'elle avait passé avec quelqu'un d'autre que ses filles depuis un moment. Et elle lui en voulait, elle lui en voulait terriblement d'avoir gâché ce bref moment de légèreté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 24 Jan - 0:16

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie


Nul doute que si il l'avait vu partir ainsi il aurait jeté ses béquilles et foncé à coche pied dans le jardin pour la retenir. Melvin était jaloux, maladivement mais n'avait jamais contrôler la façon dont Charlie s'habillait. Il avait la plus belle femme au monde en tant qu'épouse et il était fier qu'elle ai sa  main dans la sienne. Et puis elle n'abusait jamais et gardait les pièces les plus hot pour lui seul, il n'avait donc aucune raison de montrer les crocs trop vite. Si elle s'amusait à lui montrer ses tenues avant de sortir c'était plus pour sentir son admiration toujours aussi vivace malgré les années mariage. Et puis ça arrangeait bien Melvin quand il lui envoyait des sms coquins pour lui dire quel vêtement il lui retirerait en premier et comment.

Cependant tout était différent maintenant, elle partait en catimini rejoindre des amis dont il ne savait rien, et il se rendait compte à son retour trop tardif qu'elle y était diablement sexy . Et au lieu de lui jeter sa petite culotte pour lui signifier l'envie de finir la soirée en beauté comme il en était question, elle lui jetait reproche et boite en plastique. « Tu dois vraiment me détester de toutes tes forces pour oser me parler comme ça. » Oui, c'était sans doute ça, il la détestait d'être si adorable quand elle s'occupait des filles et d'avoir faillit à prendre soin d'elles quelques mois plus tôt. Il la détestait d'être si désirable aujourd'hui et tout les jours d'avant. Il la détestait de le pousser à être connard avec elle pour se convaincre que ça irait, qu'il serait capable de ne plus rien ressentir en la voyant. Il la détestait de lui avoir préféré la drogue en sachant très bien comment ça bouleverserait leur famille.  « Mes filles n'ont plus besoin de mois après 20h30, puis au vu des regards noirs que tu me lances à chaque fois que je m'occupe d'elle je me suis dis qu'une petite soirée loin de tes reproches acides et de ton humeur de merde me ferait pas de mal. » Ses grands yeux étaient plein de colère et Melvin comprenait aisément pourquoi. Ce qu'il ne comprenait pas c'était son besoin de ne pas la voir mais son incapacité à supporter de ne pas savoir où elle était alors que dans quelques temps ils ne seront plus marié, plus même un couple. « Je t'ai pourtant dis que Daisy avait des nuits difficiles ! Imagine elle se serait réveillé, tu n'aurais pas été là ! » Excuse pourrie puisque ce que c'était ce qu'il prévoyait , être seul à s'en occuper et de tout faire pour qu'elles n'aient plus besoin de papa ET maman. « Si c'est ta façon de les préparer au divorce bravo » reprit il en applaudissant.

« C'est pour mes gamines justement que je te demande de prendre tes cachets, je vais pas jouer les filles au pair indéfiniment alors reprends toi et prends tes putains de cachets. » Il prit aussi rageusement que l'étaient leurs mots le pilulier , et en sortit sa dose du jour avant de l'avaler sans même prendre la peine d'utiliser de l'eau. « C'est donc ce qu'il fallait faire ! Merci de m'avoir rappelé que c'est à cause de ça que tu es là, à te promener chez moi, à t 'occuper de NOS gamines... Si je guéris, tu t'en iras plus vite, c'est ça ? Comme ça tu pourras continuer à te promener comme une célibataire en manque dans MA ville ! Bravo, tu prouves que tu te remettra à la perfection de notre rupture ! Tu marques le premier point » Melvin aimait faire des comparaisons sportives ou historiques, mais celle ci était cruelle et reflétait mal à quel point chaque pas pour se sortir leur couple de la tête seraient compliqués. Il pouvait être orgueilleux mais malgré ce qu'elle pourrait en penser ce n'était pas ça le soucis, ce n'était pas d'être le second à réussir à tourner la page . Le problème était qu'elle tournerait la sienne avec un autre, un autre qu'elle avait peut être vu aujourd'hui pendant qu'il était immobilisé à la maison. « Maintenant que tu as fais ton job, tu peux aller retirer ces fringues, tu as l'air d'une meuf en manque ! »
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 24 Jan - 1:09

Charlie savait qu'elle ne devait surtout pas tomber dans le piège que lui tendait Melvin. Ses paroles suintaient la mauvaise foi, les remords et la jalousie mais Charlie ne parvenait pas à contenir le volcan qui commençait à rentrer en irruption. Ils étaient devenus totalement incapables de se parler sans se hurler dessus, sans se faire du mal, sans se piquer, sans se détruire. Ce qui terrassait le coeur de Charlie, ses mots agissaient comme des couteaux qui venaient s'enfoncer en elle, la transperçant de toute part, la laissant ravagée de désespoir. A chaque fois qu'elle pensait contrôler un peu la situation, celle-ci lui glissait entre les mains. Melvin était très doué pour la faire culpabiliser, pour la faire se remettre en question, pour la faire se sentir mal. Aimer, c'était mettre un flingue dans les mains de l'autre et espérer naïvement qu'il n'appuiera pas sur la gâchette. Melvin était en train de vider son chargeur sur elle, ne lui laissant aucune chance de s'en sortir indemne. 

Mais ce sont ses dernières phrases qui la firent rentrer dans une rage noire, une de ses rages dévastatrices qu'elle avait quand elle était ado et qui terrorisaient ses parents. Ces crises de colère interminables qui ne sortaient de nulle part et avaient poussé ses parents à lui faire voir un psychologue, ne comprenant pas d'où cette folie passagère pouvait bien sortir. Mais ce soir, Charlie avait une excellente raison de péter les plombs. En lui reprochant sa tenue, en disant clairement qu'elle avait l'air d'une meuf en manque, Charlie se trouva blessée au plus profond d'elle-même. Son égo n'était pas simplement écorché, il était tout simplement meurtri. Lui qui avait tant adulé son corps, son style, sa façon de bouger et de parler, de danser, de se serrer contre lui et maintenant il la dénigrait sans ciller. Il ne s'agissait même plus du fait qu'elle ait laissé les filles dans la voiture, c'était ce qu'elle réalisait à cet instant précis, il la détestait parce qu'il avait envie de la détester. C'était trop pour la belle brune, beaucoup plus qu'elle ne pouvait en supporter et c'est le visage déformé par la colère que Charlie se jeta sur Melvin, le frappant d'abord avec son sac puis tentant de le gifler, de le griffer. "Ne me parle pas comme ça, fuck Melvin, ne me parle pas comme ça !" La jeune maman s'était tout bonnement jeté sur son ex-mari, ignorant qu'elle était encore en talons, le matelas fit un bruit étouffé lorsque la brune atterrît dessus animée par la haine, elle frappait plus ou moins dans le vide, atteignant sans doute son torse de temps en temps elle n'en savait rien car elle était rentrée dans une furie noire. Jamais elle ne s'en était pris physiquement à Melvin, à ce point. Bien sûr elle l'avait déjà bousculé, énervée par ses gamineries, il finissait par la rattraper, la soulever dans les airs et l'emmener jusqu'à leur chambre alors que les cris se muaient irrémédiablement en rires saccadés par le pas de Melvin alors que ses jambes battaient dans les airs. Mais ce soir c'était différent, Charlie était dans un état d'hystérie, son sac toujours accroché à son épaule dans un bordel incroyable Charlie n'ayant plus les mots pour se défendre avait recours aux poings, c'était lamentable, pathétique mais elle venait d'être poussée à bout comme elle l'avait rarement été dans sa vie. Et jamais elle n'aurait cru qu'elle ressentirait quelque chose d'aussi extrême pour Melvin. Quelque chose d'autre que de l'amour. Une haine sourde, qui engloutissait tout sur son passage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 24 Jan - 18:44

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie


Melvin s'était totalement trompé pendant des années à l'évidence. Il croyait connaître la colère de Charlie, il croyait pouvoir l'utiliser à bon escient pour attiser sa jalousie,pouvoir s'y reposer quand elle débarquer en furie à l'école quand quelque chose lui déplaisait sur le comportement de l'encadrement par rapport aux jumelles,  il croyait qu'il la maîtrisait, qu'il saurait toujours à un instant, en un sourire désamorcer une crise. Il vit le cuir du sac l'aveugler un instant, son coin s'écrasant violemment contre le bord de son œil. Puis ce fût Charlie entièrement qui lui tomba dessus. Elle était fine mais sa fureur la transformait en bulldozer. Le père de famille resta un instant hébété à  sentir les griffes acérées de sa femme sur son torse et sur ses bras, sentir ses poings s’écraser une fois sur quatre sur sa peau. Charlie était en pleine crise de nerf, s'attaquant au colosse qu'il était sans la moindre retenue. Il avait été trop loin et au même titre qu'il ne retrouvait pas la femme qu'il avait aimé dans l'hystérique juchée sur son ventre, il ne se retrouvait pas non plus dans l'homme capable de l'insulter ainsi. Melvin qui ne supportait pas qu'on porte atteinte à l'intégrité d'une femme, qu'on lui manque de respect se retrouvait à rabaisser la sienne.

Le bruit qu'ils faisaient résonnait dans la chambre et il craignit un instant qu'on les entendent dans toute la maison. Il se redressa encore un peu « Arrête tu vas réveiller les filles ! ». Melvin n'était même pas certain que dans son état elle entende quoique ce soit.  Il attrapa ses poignets avec agilité et les coinça derrière son dos d'une seule main. Il ne voulait pas lui faire de mal mais elle continuait de gesticuler et il dût la plaque contre son torse pour espérer ne pas aggraver son état. « Mais merde tu vas te calmer ! Charlie ! » Il essayait de la ramener sur terre, qu'elle reprenne ses esprits sans grands succée pourtant. « Charlie ! » Au bout d'une énième fois où il répéta son prénom il dût se rendre à l'évidence : quelque chose était brisé.

Il méritait sa fureur, ce qui apaisa un peu la sienne. Ce qui l'annihilait par contre totalement c'était la peur de lui créer encore et encore de nouvelles blessures qu'il ne serait plus en charge de panser. Il n'était plus que le couteau,la plaie mais sans être le pansement. Sa main libre se posa sur son cou afin de capturer son regard « Charlie... s'il te plaît... » Alors il fit la seule chose qu'il crut capable de la calmer et posa ses lèvres sur les siennes dans un élan presque désespéré. Peut être voulait il aussi vérifier par on ne  sait quel miracle si elles avaient le goût d'un autre, si il était désormais certain qu'ils ne seraient pas le dernier baiser l'un de l'autre. Mais ce ne fût qu'elle, sa bouche douce et sucrée puis sa langue légèrement acidulée qu'il vint chercher de la sienne en profitant de sa surprise. Dieu, comme l'embrasser lui avait manqué, comme la sentir contre lui, lui faisait toujours le même effet comme si n'y avait qu'elle de réel dans un monde flou. Elle se débattait toujours mais il n'en avait plus rien à faire. Au final ce n'était même plus pour qu'elle s’apaise mais pour le tranquilliser lui. Il relâcha même ses mains, peu importe qu'elle continue à lui marteler le corps de ses poings, elle ne lui ferait pas grand mal. Il encadra son visage des ses paumes et mis plus de passion encore que de tourment dans la retrouvaille de leurs lippes.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 24 Jan - 18:45

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie


Melvin s'était totalement trompé pendant des années à l'évidence. Il croyait connaître la colère de Charlie, il croyait pouvoir l'utiliser à bon escient pour attiser sa jalousie,pouvoir s'y reposer quand elle débarquer en furie à l'école quand quelque chose lui déplaisait sur le comportement de l'encadrement par rapport aux jumelles,  il croyait qu'il la maîtrisait, qu'il saurait toujours à un instant, en un sourire désamorcer une crise. Il vit le cuir du sac l'aveugler un instant, son coin s'écrasant violemment contre le bord de son œil. Puis ce fût Charlie entièrement qui lui tomba dessus. Elle était fine mais sa fureur la transformait en bulldozer. Le père de famille resta un instant hébété à  sentir les griffes acérées de sa femme sur son torse et sur ses bras, sentir ses poings s’écraser une fois sur quatre sur sa peau. Charlie était en pleine crise de nerf, s'attaquant au colosse qu'il était sans la moindre retenue. Il avait été trop loin et au même titre qu'il ne retrouvait pas la femme qu'il avait aimé dans l'hystérique juchée sur son ventre, il ne se retrouvait pas non plus dans l'homme capable de l'insulter ainsi. Melvin qui ne supportait pas qu'on porte atteinte à l'intégrité d'une femme, qu'on lui manque de respect se retrouvait à rabaisser la sienne.

Le bruit qu'ils faisaient résonnait dans la chambre et il craignit un instant qu'on les entendent dans toute la maison. Il se redressa encore un peu « Arrête tu vas réveiller les filles ! ». Melvin n'était même pas certain que dans son état elle entende quoique ce soit.  Il attrapa ses poignets avec agilité et les coinça derrière son dos d'une seule main. Il ne voulait pas lui faire de mal mais elle continuait de gesticuler et il dût la plaque contre son torse pour espérer ne pas aggraver son état. « Mais merde tu vas te calmer ! Charlie ! » Il essayait de la ramener sur terre, qu'elle reprenne ses esprits sans grands succée pourtant. « Charlie ! » Au bout d'une énième fois où il répéta son prénom il dût se rendre à l'évidence : quelque chose était brisé.

Il méritait sa fureur, ce qui apaisa un peu la sienne. Ce qui l'annihilait par contre totalement c'était la peur de lui créer encore et encore de nouvelles blessures qu'il ne serait plus en charge de panser. Il n'était plus que le couteau,la plaie mais sans être le pansement. Sa main libre se posa sur son cou afin de capturer son regard « Charlie... s'il te plaît... » Alors il fit la seule chose qu'il crut capable de la calmer et posa ses lèvres sur les siennes dans un élan presque désespéré. Peut être voulait il aussi vérifier par on ne  sait quel miracle si elles avaient le goût d'un autre, si il était désormais certain qu'ils ne seraient pas le dernier baiser l'un de l'autre. Mais ce ne fût qu'elle, sa bouche douce et sucrée puis sa langue légèrement acidulée qu'il vint chercher de la sienne en profitant de sa surprise. Dieu, comme l'embrasser lui avait manqué, comme la sentir contre lui, lui faisait toujours le même effet comme si n'y avait qu'elle de réel dans un monde flou. Elle se débattait toujours mais il n'en avait plus rien à faire. Au final ce n'était même plus pour qu'elle s’apaise mais pour le tranquilliser lui. Il relâcha même ses mains, peu importe qu'elle continue à lui marteler le corps de ses poings, elle ne lui ferait pas grand mal. Il encadra son visage des ses paumes et mis plus de passion encore que de tourment dans la retrouvaille de leurs lippes.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 24 Jan - 23:52

Aveuglée par la colère, Charlie frappait encore et encore, elle ne pensait même plus à ses filles qui dormaient non loin de là, elle ne pensait qu'à lui faire mal comme il lui faisait mal. Elle y mettait tout son coeur, ne cessant de frapper là où elle le pouvait, peu importe les dégâts qu'elle pouvait causer, pourvu qu'il comprenne. Aucune claque, aucun coup de poing ne pourrait lui faire le même effet que ses paroles et pourtant Charlie mettait toute la rage et la frustration accumulée dans ses gestes décousus, désespérément elle espérait l'entailler comme il venait de le faire avec son coeur en la traitant comme la dernière des putes alors qu'elle était sa femme. Charile avait de l'ego, de l'orgueuil mais elle avait surtout cette impulsivité qui la caractérisait, que personne n'oubliait tant il lui était arrivé de se faire remarquer. Ce soir, Melvin en faisait les frais plus que jamais. Il ne s'agissait pas d'une cliente un peu trop collante pendant un coaching, il ne s'agissait pas du dentifrice encore ouvert à côté de l'évier ou de la voiture mal garée alors qu'ils avaient fait agrandir le garage exprès. Ca n'avait rien avoir avec tout ça. Sa colère était immense, la furie avait pris possession de son corps et elle ne répondait plus d'elle-même. Lorsqu'elle sentit les mains de Melvin prendre les siennes pour immobiliser ses poignets derrière son dos elle se tordit de douleur, complètement folle à l'idée qu'il puisse la maitriser aussi facilement alors qu'elle n'était pas rassasiée de violence. Elle se fout bien qu'elle manque de réveiller les filles, elle se fout de ses protestations, elle veut juste lui faire mal encore et encore. D'une main il réussit à cesser tout mouvement de sa part mais c'est quand l'autre vient se loger derrière son cou qu'elle ne tente plus rien.

Le temps semble s'arrêter, elle tente de se soustraire à sa force. Elle est à cheval sur lui, elle pourrait aisément le mordre quelque part, lui cracher au visage même mais alors qu'elle s'apprête à lui ordonner de la lâcher il s'approche d'elle et commet l'irréparable. Le baiser. Le baiser qu'elle attendait, dont elle avait rêvé, qu'elle avait espéré était là sur ses lèvres et c'était encore mieux que tout ce qu'elle avait pu imaginer. La colère et le soulagement se mêlent alors elle se débat, elle devient folle, elle refuse de se laisser avoir si facilement. La colère monte encore pour atteindre son apogée avant de retomber comme un soufflé...  Pour laisser place à la plénitude. Car Charlie trouve sur la langue de son mari toutes les jolies choses qu'il se retient de lui dire depuis qu'elle est revenue dans sa vie. Elle y trouve aussi la certitude, les certitudes qu'il donne l'air d'avoir abandonné alors que les baisers ne mentent pas. Naturellement, Melvin lâche ses mains et Charlie les porte immédiatement vers son visage, accentuant son étreinte, elle ne revient pas d'être si proche de lui. Des flashs de toutes les fois où elle était montée à califourchon sur lui dans leur lit lui reviennent par centaines mais cette fois là est particulière. Le rythme de leurs baisers s'accélèrent, il faut peu de temps à Charlie pour retrouver l'avidité d'antan qu'elle ressentait pour son mari. Ce besoin irrépressible de le sentir contre elle, en elle. Dans la bataille, sa robe a remonté jusqu'au milieu de ses fesses, son trench mal mis découvre la moitié de ses épaules mais elle ne se rend plus compte de rien, tout ça n'a que peu d'importance. La seule chose qu'elle sent c'est son abruti de mari qui, enfin, lâche prise, se laisse aller à ce dont ils crevaient d'envie à chaque fois que leurs regards se croisaient. Elle ne pense plus à rien si ce n'est à profiter de chaque seconde, elle se demande comment elle a fait pour survivre jusqu'ici, le sentiment d'avoir été en apnée pendant longtemps. Une éternité même. Ce baiser a un goût de regret, de temps passé mais surtout d'éternité. Les mains de Charlie se font baladeuse, elle aimerait que Melvin l'embrasse plus fort, la fièvre la prend et elle ne répond plus de rien. Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptySam 27 Jan - 22:01

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie


Finalement dans les bras de Melvin, Charlie laisse s'évanouir la colère qui l'habitait encore quelques secondes d'avant. Mission réussie, il devrait délaisser ses lèvres dans l'instant, il devrait lui dire de retourner dans la chambre d'ami , de le laisser s'endormir même si c'était sur la béquille. Si seulement c'était possible, si il n'avait pas envie de tout oublier en l'embrassant comme il l'avait toujours fait quand tout allait bien . Sa langue se mêlait à la sienne jusqu'à en perdre le souffle tandis qu'il se pressait plus fort en sentant ses mains sur ses omoplates lui en demandait plus. Et dieu savait qu'il avait lui aussi envie de beaucoup plus. Il attrapa les pans de sa veste et fit vite comprendre à sa femme que chaque couches de vêtements qui tenaient éloigné leur peaux l'une de l'autre étaient autant de torture. Elle lui laissa juste assez de latitude pour qu'il s'en débarrasse avant de reprendre ses caresses qui allumaient le moindre de ses muscles.

Il glissa ses lèvres dans le creux de son cou alors que ses mains suivaient la même pente descendante en ouvrant la fermeture éclair de sa robe jusqu'à ses reins. Et c'est en mordant sa peau que d'un geste brusque qu'il voulut en faire tomber les fines bretelles mais qu'il les arracha sans même éprouver de culpabilité. Au moins plus personne ne la verrait sur elle. Ses seins agirent comme un aimant qu'il s'empressa de couvrir de sa langue quand le soutien gorge retrouva son trench. Empoignant ses fesses il la fit se relever pour mieux avoir accès à sa poitrine. Il en aurait écrit des poèmes s'il avait la fibre écrivaine sur son corps. Il en connaissait chaque centimètres, chaque cicatrices. Ses cheveux retombaient sur ses épaules  alors qu'il la contemplait plus sexy que jamais avec juste ses cuissardes et sa petite culotte de dentelle qu'il mourrait d'envie d'écarter de son point d'ancrage favori.




☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyDim 28 Jan - 14:29

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyLun 29 Jan - 22:35

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie



☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyMer 31 Jan - 20:35

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyDim 4 Fév - 12:47

we made a mess of what used to be love
ft. Charlie




Et c'est là qu'ils en été, imbriqués ensemble comme une seule entités, comme si rien n'était plus naturel. Melvin restait étrangement immobile, bien logé en elle. Laissant son pouce se promener sur sa bouche encore ouverte puis sur sur sa peau et son épaule avant de redescendre sur l'arrondi de ces seins. Il y avait son cœur juste là et pourtant... comment pouvaient ils être dans une telle symbiose sexuellement et être incapable de mettre au clair ce qui les séparait. Alors doucement le mur se recomposa. Vainement sa main caressa sa poitrine, son buste, s'approchant du centre de Charlie comme s'il essaya d’échapper à l’étau qui forçait contre eux. Passant sur son nombril, il savait que c'était trop tard. Les secondes de plénitude étaient tombées pour ne laisser la place qu'au doute. Jamais post coït n'avait été plus douloureux. Ils avaient plané au septième ciel et la chute s'en ressentait. Melvin se détacha de la douce moiteur de Charlie. Sa jambe lui rappela d'une seconde manière encore qu'il ne maîtrisait absolument pas son corps. Il soupira en se jetant de son coté de matelas lourdement. Il fixa le plafond n'écoutant que sa respiration et celle de sa femme qui reprenait doucement un rythme plus normal. C'était la première fois que lui faire l'amour lui paraissait une erreur. Une erreur qu'il rééditerait si elle restait là dans ce lit , toujours aussi belle avec cette aura que seul le sexe pouvait lui donner. L'amour appelait l'amour il paraissait. Il devait donc fuir.

Il posa sa jambe valide sur le sol pour mettre un peu de distance entre eux et attrapa son trench qui jonchait au sol pour le lui tendre sans même dire un mot, sans même la regarder. S'il le faisait... Non il ne voulait pas savoir ce qu'il serait capable de faire. Il fit craquer son cou, remua des omoplates mais le mal était fait : Tout son corps était de nouveau tendu, droit, comme si la pression qu'il portait sur ses épaules étaient revenus. Ils avaient fait l'amour mais quoi ? Le sexe était il suffisant pour colmater tout les problèmes que les derniers mois avaient soulevé ? Après tout dix ans de relation, dix ans d'amour et de communion parfaite n'avaient pas été suffisants pour qu'elle lui dise que ça n'allait pas et qu'elle avait plus envie de coke que de lui ou d'être avec leurs enfants. D'un voix étrangement froide quand son corps brûlait encore de son étreinte, il prit la parole comme si la crise d’hystérie de Charlie n'avait pas eu lieu et comme si ils ne venaient pas de faire l'amour. « Tu pourras vérifier que les filles dorment toujours quand tu retourneras dans ta chambre » et comme si ça allait banaliser la situation il rajouta « S'il te plaît »

☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) EmptyDim 4 Fév - 19:39

Totalement shootée à l'endorphine, Charlie avait l'impression que le temps s'était arrêté et qu'il ne serait plus jamais question de divorce ou de séparation. Pour la première fois depuis des mois elle apercevait la fin du calvaire que Melvin lui avait infligé au nom du bonheur de ses filles. Tout son corps était encore marqué par la présence de Melvin, haletante, un fil voile de sueur l'enveloppait et elle était sûre d'avoir des courbatures le lendemain, preuves bien réelles qu'il s'était passé ce qu'il venait de se passer. Ils avaient cédé à la tentation dans un moment inattendu, c'était Melvin qui l'avait tiré à elle pour l'emporter au monde du plaisir, Charlie ne pouvait pas s'empêcher de se voir ça comme une preuve qu'au fond de son coeur résidait encore de l'espoir pour leur couple. Comment les choses allaient se passer après ça ? Charlie n'en savait rien mais elle se permettait d'être optimiste car ce qu'elle avait vu dans les yeux de son mari ce soir, en plus d'un désir animal, c'était de l'amour. C'était comme avant, comme si rien de tout ça ne s'était passé et qu'ils n'avaient pas passé cette zone de turbulence. Alors Charlie se laissait aller totalement à la détente, heureuse, soulagée. Jusqu'à ce que Melvin se sépare d'elle, se redresse dans le lit et lui tende son trench.

Le choc. Charlie n'y croit pas et pourtant elle se redresse à son tour, rabattant les jambes sur sa poitrine pour cacher sa nudité comme si d'un coup elle était devant un inconnu. Elle n'arrivait pas à croire que Melvin était en train de la traiter comme un vulgaire coup d'un soir. Ils n'allaient même pas dormir ensemble ? Il allait la renvoyer dans ses pénates comme une vulgaire prostituée ? Charlie était pétrifiée, elle ne pouvait pas croire qu'il puisse lui faire ça. Devait-elle se mettre à hurler à nouveau ? Devait-elle s'insurger ? Hurler ? Le frapper à nouveau ? Son cerveau n'arrivait même pas à traiter l'information tellement elle ne s'attendait pas à un tel retournement de situation. C'était comme la frapper en plein visage. Ce qu'elle avait pris pour du désir était en réalité une simple pulsion animale. Il n'y avait pas d'affection là dedans, il avait juste succomber à cette tension sexuelle lancinante car il était un homme et qu'un homme perdait rarement une occasion de s'envoyer en l'air. Pour la première fois depuis qu'elle le connaissait, Charlie le vit d'un autre oeil. Comme quelqu'un capable de lui faire du mal. Lui qui avait été son protecteur et sa raison de vivre, il était en réalité redevenue comme le commun des mortels. Capable du pire alors qu'il lui avait donné le meilleur.

Drapé dans le peu de dignité qu'il lui reste, Charlie enfila son trench, tremblante, sous le choc d'un tel traitement. Elle sentit ce que lui avait laissé Melvin couler entre ses jambes et s'empressa de remettre sa culotte correctement. Elle se promit de prendre la pilule du lendemain demain matin dès qu'elle aurait déposer les filles à l'école et de s'attaquer à ses valises aussitôt la pilule ingérer. Comment avait-il pu lui faire ça ? Il s'était tout simplement vider, elle avait servi de réceptacle, c'était tout ce qu'elle était à ses yeux après avoir été sa femme pendant des années. La plaie béante à la place de son coeur s'était rouverte provoquant un séisme géant. Elle se dégoutait d'être tombée si facilement dans ce piège, d'avoir pensé que tout pourrait s'arranger. Naïve. Elle prit son soutien-gorge, et ramassa ses affaires sans un mot, sans un regard pour l'homme qui venait de lui infliger une blessure qui ne partirait jamais. Elle se sentait presque salie, utilisée, manipulée. Il venait de tout gâcher, la magie s'était définitivement dissipée et l'homme qu'elle voyait assis sur le lit n'avait plus rien de l'homme dont elle était tombée amoureuse. Elle quitta la chambre dans un silence assourdissant, le coeur broyé par l'égoïsme de Melvin. Evidemment ce soir-là, elle ne parvint pas à retrouver le sommeil. Le lendemain lorsque son réveil se mit à sonner et qu'elle réveilla les filles, sa décision était prise : elle partait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


we made a mess of what used to be love (melvin) Empty
MessageSujet: Re: we made a mess of what used to be love (melvin) we made a mess of what used to be love (melvin) Empty

Revenir en haut Aller en bas
we made a mess of what used to be love (melvin)
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: LAST JUDGEMENT :: - archives :: saison 1 :: rps-
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser