AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
CALENDRIER / 01.11.2019 ! Grand retour du forum après plusieurs semaines de maintenance. 16.10.2019 ! Retour de Adokoa (Pauline) dans le staff. 31.07.2019 : Réouverture du forum. Installation de la onzième version par Flames. Arrivée du nouveau PNJ The Devil. 11.07.2019 : Annonce du retour du forum, rédaction d'un nouveau contexte. 01.05.2019 : Fermeture du forum. 14.04.2019 : Installation de la dixième version par Flames. 10.02.2019 : Installation de la neuvième version par Flames. Mise en place de l'animation Mini rp. 02.12.2018 : Installation de la huitième version par Flames. Mise en place de l'animation calendrier de l'avent. 13.10.2018 : Installation de la septième version par Passenger. Mise en place du nouveau contexte Second Chance. Melvin Brock (Marie) rejoint le staff. 10.10.2018 : le forum fête son premier anniversaire.15.07.2018 : Installation de la sixième version par Passenger. . 01.07.2018 : le forum atteint les 100.000 messages. 12.05.2018 : Installation de la cinquième version par Passenger. 17.03.2018 : Installation de la quatrième version par Adoko. Mise en place de la partie Instagram et lancement de l'animation Zodiac. 20.01.2018 : Installation de la troisième version par Passenger et lancement du jeu Game of chance. 02.12.2017 : Installation de la deuxième version réalisée par Passenger. Mise en place des parties communication et graphisme. 09.11.2017 : Dani Brock (Pauline) rejoint le staff. 23.10.2017 : Effie Gardner (Lélia) rejoint le staff. 10.10.2017 : Ouverture officielle du forum. 03.10.2017 : Installation de la première version par Passenger 01.10.2017 : Création du forum. .
liens recherchés
------------------

WINTER TOGETHER / L'hiver arrive. Il est là plus tôt que les autres années et il est déjà rude. Les premières neiges parsèment les trottoirs de Wauwatosa. La ville et ses habitants ont toujours pris soin de leur commune. Ils aiment la voir briller de mille feux en attendant l'arrivée du père Noël. On est plus surpris de voir apparaître les premières guirlandes qui clignotent à travers les vitrines alléchantes et gourmandes. Les pâtisseries donnent envie. Les manteaux et les écharpes viennent couvrir nos tenues de mi saison. Cette année et encore plus que les autres années, Wauwatosa va aider ceux qui en ont besoin. Et en plus notre belle ville va s'illuminer et devenir la plus belle. Des concours de décorations, de sapins par exemples. Ces arbres vont éblouir les allées principales avant d'aller egayer les demeures plus austères. Hopitaux, orphelinats ou prisons aux alentours. Vous l'avez compris, c'est la solidarité qui va être au centre des fêtes. Comme chaque année le grand bal de Noël vous invitera à vêtir vos plus belles tenues et pour la bonne cause. Déambulez dans les rues, emmitouflés dans vos écharpes et doudounes. La neige va être présente, très présentes. Attention au verglas et aux boules de neiges perdues.

Partagez

hello, my captain (clive)

Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMar 21 Nov - 0:11



Hello, my captain

WITH Dani


-Tu as avalé de travers ou c’est trop fort pour toi ? Tu reprends sur toi, tu hausses les épaules. Tes yeux dérives vers les siens avec un charmant sourire, - Tout va bien, ne t’inquiète pas. Ajoutes-tu simplement. La conversation s’en va vers un nouvel horizon et dans cette conversation et à travers cette paille sur ton visage, tu termines par lui dire que sa mère t’a invité à souper un soir cette semaine. - Elle va encore en faire une tonne, comme si on ne mangeait pas assez. Tu souris, tu le sais très bien, mais tu ne peux refuser, cela fait longtemps que tu as vu ses parents. En plus, sa mère fait tellement des plats savoureux, donc, comment s’en passer ? Tu n’en doutes pas, elle fera probablement à manger pour une armée même si tu lui as dit de ne pas en faire trop. - Je lui ai dit que je n’étais pas le roi d’Angleterre... Donc, qu’elle soit à l’aise et qu’elle prend à cœur un souper simple. Sur ce, tu te lèves et prends la main de Dani pour l’emmener à une table de billard. Après avoir pris un manche, elle est prête à jouer. Toi aussi d’ailleurs, tu places les boules dans le triangle en bois et tu l’observes avec cet amusement dans les yeux, tu te souviens très bien votre dernière partie... Dani est bonne pour faire sortir les boules hors de la table... Tu te rappelles celle qui ta tombée sur le pied. -Tu sais, je me suis améliorée. Tu as envie de parier quelque chose ? Tu ris doucement, tu mets la craie bleue sur le bout de ton bâton - On peut jouer différemment, chaque fois qu’une mauvaise boule entre dans un des trous, le perdant boit un shooter. Sur ce, tu avais bien prévu ton coup... Tu as donné un bon pourboire à la serveuse pour qu’elle vous apporte un présentoir de shooter lorsqu’elle vous verrait à la table de billard. Celle-ci à commencer laver votre table justement et tu t’es retourné vers elle pour lui faire signe que s’était le moment. Un petit clin d’œil pour la remercier et elle repart tout sourire sur les lèvres. - Tu vois, j’étais déjà près. Puis, lorsque tu lui dis que tu allais venir habiter chez elle, Dani te répond que tu n’avais pas le choix, tu hausses le sourcils amusé, t’imagines, sinon tu en entendrais parler si jamais tu refusais. Elle frappe la boule blanche et voilà une boule qui entre dans un trou. Tu en rentres deux d’un coup, tu souris un peu vantard et jetant regard complice à Dani, tu la laisses se préparer mentalement pour aller chercher de nouveaux verres. La partie se passe bien, vous buvez un peu trop peut-être, tu t’en aperçois lorsque Dani vient attraper son verre dans tes mains... ses yeux sont brillant, tu vois bien que l’alcool lui monte à la tête. - Boit moins vite... la réprimandes-tu faussement. Troisième partie, Dani à gagné la première et toi la deuxième. La troisième, elle s’annonce bien pour toi. Tu ris dans ta barbe en mettant une main dessus pour cacher ton amusement, lorsqu’elle se redresse parce qu’elle vient de manquer la boule blanche, elle t’accuse à ton plus grand amusant -tout cet alcool pour me rendre maladroite. Tu es un tricheur. Elle tient son bâton comme un koala à sa branche - Ça va aller ? Tu vas pas tomber, tu rigoles doucement la taquinant, tu te rapproches d’elle au cas qu’elle perde l’équilibre et tu entres une boule dans un trou te disant que peut-être vous devriez en arrêter là pour manger un morceau, tu sens ton estomac qui se tord de douleur tellement tu as faim, malgré tout l’alcool que tu as bu. Tu termines la partie, tu t’en sors vainqueur et sur ce Dani te répète qu’elle a faim... Tu laisses tout et tu l’aides à descendre les escaliers dehors qui sont un peu glissant à cause de la neige accumulée. 

Tu ramènes Dani chez elle, tu la laisses ensuite pour aller récupérer des choses à l’hôtel pour la nuit. Pendant ce temps, Dani commande à manger... Tu es apte à conduire, plus ou moins, ta conduite est un peu imprudente. Mais à cette heure, il n’y a pratiquement personne sur la route. Tu prends ton temps et tu fais bien attention. Tu finis par arriver à la chambre de ton hôtel, tu salues le valet et la réceptionniste d’un simple signe de la main que tu relâches paresseusement long de ton corps, tu te veux amical, mais bon ça paraît un peu mal. Tu montes à ton étage, tu entres prendre des vêtements propres et ta brosse à dents, tu prends une douche avant de partir pour te détendre et te mettre les idées plus claires, bien que ça ne marche pas vraiment. Tu tiens un peu plus l’alcool que ton amie, mais lorsqu’on ne mange pas et que l’alcool prend place dans ton estomac, l’effet est pire. Tu sors, tu es tout trempé... Tu t’en fous et tu enfiles un nouveau pantalon et une chemise noire. Ensuite, tu cherches tes clés, tu ne les trouves pas bordel... Tu finis par les trouver dans ta veste en cuir, ah bien sûr franchement. Tu prends ton sac de voyage et tu sors...

Tu es tout échevelé, habillé d’un jean foncé d’une chemise noire et ta veste de cuire, t’as l’air de sortir d’un concert de rock ou de metal avec cette tronche d’alcoolique. Sa te rappel les concerts de Gwar, Behemoth et encore... Tu sortais toujours dans cet état. Captain flic qui donne le bon exemple, heureusement, tu ne rencontres pas de visage familier. Tu arrives chez Dani, tu montes à son étage... Curieux, lorsque tu t’approches et que tu vois un homme cogner à la porte de ta meilleure amie, s’est qui ça ? Tu entends hurler, tu hausses un sourcil. La porte s’ouvre, le jeune homme tend la bouffe et il prend l’argent qu’il lui est dû. Lorsqu’il se retourne vers toi, tu le surprends, il est troublé, il est rouge... mal à l’aise ou gêner. Tu fronces les sourcils, tu baisses les yeux sur toi, tu fais si peur ? Finalement tu fais trois pas et tu lèves les yeux sur la porte ouverte devant toi et tu... comprends. Là devant tes yeux se tient une Dani toute trempée, enroulée maladroitement dans une serviette de bain qui laisse paraître un peu plus qu’elle ne l’aurait penser... Ses seins presque à découvert, ses cuisses dénudées et cette façon provocatrice de se tenir là... Faut dire que cette serviette en cache très peu et tu déglutis en la voyant. Tes yeux qui la détaille sans scrupule, tu secoues légèrement la tête en posant une main sur ta barbe un peu déstabilisé par cette vue séductrice. - Je me demandais bien pourquoi le livreur était si troublé, maintenant je comprends. Dis-tu en t’approchant d’elle et la poussant doucement dans son appartement avant qu’un voyeur ne la voie. Tu fermes la porte derrière toi, tu poses ton sac pour la nuit dans le passage et récupère la pizza pour la mettre sur la table après avoir détaillé Dani du regard. Tu fais du café pour vous deux après lui avoir demandé où il est, ça vous fera du bien... - je crève de fa... Tu ne termines pas ta phrase, lorsque tu poses tes yeux sur ses belles et longues jambes. Okay, tu enlèves ta veste de cuir avant d’avoir trop chaud, tu baisses les yeux et la pose sur une chaise en attendant. L’alcool ne s’est pas complètement évaporé, tes émotions et expressions faciales sont toujours un peu présentes et cela se voit très bien, sur ton visage, elle te déstabilise surtout dans cet accoutrement. Tu sors une pointe de pizza et tu en mets une dans l’assiette de Dani puis, tu t’en sers une, elle a l’air délicieuse. Effectivement tu as l’impression que s’est la meilleure pizza depuis des lustres... Tu es presque soulagé en prenant une bouchée. Au fait, tu manges pour cacher t’es envie douteuse envers Dani...   
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMar 21 Nov - 1:34

Tu imagines déjà ta mère aux fourneaux, prête à vider un frigo entier pour ravir les papilles de ton meilleur ami. Elle t’a toujours dit qu’un homme repu était un homme comblé. Cependant, tu n’es pas prédestinée à ravir la faim de Clive, c’est dommage. Mais le fait qu’il soit invité à dîner t’encourages à faire quelques efforts. Tu prêteras mains fortes à ta mère pour cuisiner, comme tu tâcheras aussi de calmer ses folies avec un choix multiples de desserts ou autres idées farfelues culinaires. Tu aimes énormément ta mère, tu en es très proche. Elle a toujours eu du mal à accepter l’idée que tu puisses être dans la police, par peur de te perdre. C’est normal, mais ton bonheur est la chose qui l’importe le plus. Faire ce que tu as toujours rêvé de ta vie est l’une des plus belles récompenses que tu peux lui donner. Ta réussite est la sienne. Je lui ai dit que je n’étais pas le roi d’Angleterre…donc, qu’elle soit à l’aise et qu’elle prend à coeur un souper simple. Bien tenté. Tu souris tendrement en secouant légèrement la tête. Tu la connais, elle est toujours heureuse de te voir et de faire des folies pour tes beaux yeux. Tu le taquines autant que tu es sincère.

Cela devient tout de suite plus sérieux quand tu comprends le plan de Clive vis à vis de vos prochaines parties de billard. Il a tout prévu en fait, tu le devines quand il pose ses yeux sur la serveuse à côté de vous, comme pour lui souffler un message secret. Tu arques un sourcil, une main sur ta hanche. Tu as beau tendre l’oreille pour distinguer, ne serait-ce qu’un murmure de leur conversation, c’est un échec. Cependant, tu n’as pas besoin de plus pour comprendre que Clive t’a défié avant même que tu ne le fasses. C’est dans des moments comme celui-ci, que tu prends conscience de votre connexion mentale. Vous pensez parfois à la même chose et c’en devient limite effrayant. Tu te pinces simplement les lèvres, croisant à nouveau le regard de Clive après son petit clin d’oeil à la serveuse. Tu vois, j’étais déjà près.
Tu en as aussi profité pour dragouiller la serveuse hein. Tu le cherches, mais c’est bon enfant. Sur ces mots, tu casses le triangle de boules et une première entre. La partie commence…en entraînant une autre, comme ces verres que vous enchaînez à chaque mauvais coup. Doucement, tu as la tête qui tourne, l’esprit qui s’enjaille. Cet éclat dans les yeux, ton rire résonne parfois dans le bar. Tu n’échangerais ta place pour rien au monde… Boit moins vite, te souffles Clive, d’un ton faussement autoritaire. Tu plantes tes yeux clairs dans les siens : Ce sont des shooters, c’est le principe. J’vois pas l’interêt sinon. La partie est sur le point de se terminer, tu lui donnes la possibilité de gagner après ton coup maladroit. Tu le regardes, accrochée à la canne comme si ton équilibre en dépendait. Il rit de toi, cachant du mieux qu’il peut sa moquerie derrière ses grandes mains. Tu lui assures que tout va bien avant que le froid ne revienne agresser votre visage. Toi qui avait si chaud grâce à l’alcool, c’est comme si tu ressentais un très gros courant d’air jusqu’à tes entrailles. Son bras autour de ta taille est d’une réelle aide, tu l’avoues. Tu retrouves avec plaisir l’intérieur de sa voiture et le souffle mécanique du chauffage. Bien que ce soit bref car tu n’habites pas très loin. Vous êtes bien vite rendus à ton immeuble mais tu l’abandonnes sur le palier du grand portail. Tu lui as emprunté son téléphone pour pianoter le code pour déverrouiller les portes à son retour et lui soufflant le numéro de ton appartement, tu t’éclipses de la voiture.

Plusieurs minutes passent, pendant laquelle tu téléphones au restaurant italien pour commander une pizza. Mais surtout, tu savoures cette douche, dès la première seconde où tu as senti l’eau chaude sur ton corps. Tu te mouilles aussi les cheveux, afin de t’éclaircir un peu l’esprit même si ça ne réussi pas trop. Tu savonnes ton corps avec ton gel douche aux senteurs de fleurs et arrêtes aussitôt le jet d’eau quand la sonnerie de ta porte te sors de tes pensées. Prenant soin de ne pas glisser car tu es pieds nus, tu enroules simplement ton corps dans une serviette - sans réellement te rendre compte de la maladresse de ton opération. Tu aurais pu aussi en prendre une plus grande, mais c’est la première qui t’es tombée dans les mains. Alors, le corps tout ruisselant, et les cheveux dégoulinant, tu progresses jusqu’à l’entrée pour faire face à un jeune livreur totalement troublé. Tu lui souris, appréciant la pizza seulement à l’odeur. Tu ne te rends vraiment pas compte de la situation un peu cocasse. Tu as même encore un peu de mousse sur la peau. Il reste silencieux, mais tu décides de ne pas le retenir. Tu es là, avec ce carton de pizza dans les mains et tu vois Clive à l’autre bout du couloir. Un large sourire étire tes lèvres avant qu’il relève la tête pour découvrir le spectacle.
A l’avenir, tu devras penser à boire moins vite, même si c’est des shooters. T’es sacrément joyeuse, voire même plus que depuis votre départ du bar. A croire que ton estomac vide trop longtemps contribue à faire augmenter les effets de l’alcool.
- Clive ! Regardes, j’ai commandé ta pizza préférée !
Présentement, tu te dandines un peu trop des hanches. C’est dangereux, ta serviette est vraiment très mal nouée autour de toi. Mais tu t’en fous là, t’y penses pas. Je me demandais bien pourquoi le livreur était si troublé, maintenant je comprends, dit-il en s’invitant dans l’appartement. Il te pousse doucement à l’intérieur, te faisant quitter ce couloir vide. Tu te laisses faire, ne le quittant pas une seconde des yeux, comme si c’était impossible de regarder ailleurs. Clive récupère la pizza, faisant courir ses yeux sur toi. Tu ne perds pas cet air séducteur. Tu le laisses longer le couloir pour rejoindre la cuisine, ouverte sur le salon. Tu verrouilles la porte et le rejoins avec hâte. Clive s’affaire auprès de la machine à café, avant de se retourner à nouveau vers toi, mais d’en perdre bizarrement ses mots. Tu penches la tête sur le côté, le regardant qui retire sa veste en cuir. Sa chemise lui va vraiment bien, elle taille son corps à la perfection et c’en devient presque trop étrange car tu ressens une vague de chaleur de grimper dans le ventre.
Tu sais que lui aussi n’est pas dans son état normal, car même s’il supporte mieux l’alcool que toi, tu devines son esprit embrouillé. Non, ce n’est vraiment pas parce que t’es à moitié nue devant lui...
- J’vais aller enfiler quelque chose, dis-tu en te souvenant que tu as juste eu le temps de sortir de la douche pour ouvrir au livreur. Clive commence à manger, mais il a raison. J’arrive tout de suite. Tu fais volte face, peut être un peu trop précipitamment car tu sens la serviette qui se dégage de toi. Le noeud au-dessus de ta poitrine lâche. Oops ! Tu as tout juste le temps de limiter les dégâts mais ta maladresse lui à clairement offert une vue plongeante sur ton dos nu, et la chute de tes reins. C’était limite s’il voyait pas tes fesses. Tu t’échappes plus vite que ça, ton rire espiègle et léger résonnant dans l’appartement.
Tu reviens quelques minutes après, dans une tenue plus appropriée mais surtout plus confortable. Tu portes un shorty noir et un t-shirt à l’effigie de la saga Retour vers le futur que tu avais piqué à ton frère Melvin quand tu avais quatorze ans. Alors, elle est bonne ?, tu demandes. Tu parles de la pizza, bien entendu. Tu viens croquer dans la part que t’a servi Clive, avec une faim presque animale. Tu lâches un soupire de contentement, comme si ça faisait des lustres que tu ne t’avais rien mis sous la dent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMar 21 Nov - 6:55



Hello, my captain

WITH Dani


Sa mère, tu sais qu’elle t’aime bien, cette dame a toujours été un peu comme une deuxième mère pour toi. Tu apprécies ses attentions, un jour peut-être que tu te décideras à les inviter chez toi et leur faire un de tes fameux plats, tu aimes bien cuisiner. La réplique de Dani sur sa mère te fait sourire, tu apprécies, pas besoin de parler pour qu’elle le comprenne, Dani le voit très bien.

La soirée avance vite, le jeu de billard se réchauffe un peu et tu as pris un peu d’avance sur elle. Un petit clin d’œil suffit à charmer la serveuse qui revient bien vite avec des shooters. -Tu en as aussi profité pour dragouiller la serveuse hein. Tu arques un sourcil en tournant les yeux vers elle puis, tu ajoutes d’un air vainqueur -ça plutôt marcher, non? Tu souris de plus belle lorsque la serveuse arrive avec ta commande et se penchant vers toi, elle te dit que s’est elle qui te l’offre, tu lui souris et la remercies avec un sourire craquant. Le défi est lancé, les shooters se vident rapidement… Vos rires s’unissent, vous vous amusez bien, des retrouvailles comme celle-là, tu en virais plus souvent. Ses yeux dans les tiens alors que tu la réprimandes faussement, elle te répond -ce sont des shooters, c’est le principe. J’vois pas l’interêt sinon. Tu hausses les épaules et tu répliques à ton tour – je ne parlais pas des shooters, mais des 2 ou 3 verres que tu bois depuis qu’on joue… Tu ne la quittes pas des yeux et tu es pris alors d’un rire, un fou rire que tu essayes tant bien que mal de contrôler. L’alcool te monte à la tête toi aussi, un peu. Tu termines la partie, mais tu ne peux pas t’empêcher de t’amuser à la vue de Dani qui à de a misère à tenir debout. Bref, après c’est le froid qui vous fait frissonner. Ton bras sur sa taille pour l’aider à marcher, tu essayes de la réchauffer le temps d’arriver à la voiture. Une fois dans celle-ci, tu mets le chauffage pour vous réchauffer et tu pars. Une fois dans la cour de Dani, tu la laisses rentrer chez elle, mais avant elle te donnes son code et te souffles l’adresse de son appartement. Tu souris, l’observant jusqu’à se qu’elle disparaît et tu fil à ton tour vers ton hôtel. Là, tu te détends sous la douche et tu penses, tu t’enfonces beaucoup trop dans tes pensées, donc tu sors et tu va t’habiller. Tu fais ton sac pour la nuit, tu fermes les lumières et tu sors en prenant soin de bien fermer ta porte.

Te voilà chez Dani, tu grimpes les escaliers pour faire son code et lorsque la porte s’ouvre, tu entres. Tu cherches son numéro de porte et bientôt tu entends des voix, celle d’un jeune homme et celle de Dani. Voilà le livreur qui est bien troublé, il est rouge par les émotions qui le submerge, tu fronces les sourcils, pourquoi rougit-il ainsi? - Clive ! Regarde, j’ai commandé ta pizza préférée !   Tu souris et tu lèves les yeux en l’entendant, mais tu avales ta salive en découvrant le séduisant spectacle devant tes yeux. Tu ne t’attendais pas à cela… Son corps nu enroulé maladroitement dans une serviette un peu trop petite, tu en restes un peu bouche bée, tes yeux détaillant cette créature divine comme si elle sortait d’un rêve… La mousse sur sa peau délicate, l’eau ruisselant sur son corps et ses cheveux lui donne cet aspect provocant… Se dandinant les hanches de cette façon, elle risque de perdre sa serviette et pour son bien, tu la pousses doucement dans l’appartement. Ses yeux t’observent comme s’il elle ne pouvait détacher son regard de toi, les tiens aussi d’ailleurs, elle te provoque… Tu prends alors la pizza de ses mains délicates et tout en l’observant de la tête au pied, tu remarques cet air séducteur que tu lis sur son visage, tu ris doucement en partant vers la cuisine. Tu traverses le couloir, tu poses la pizza sur le comptoir et tu fais du café. Tu vas pour lui dire quelque chose lorsque tu la sens arriver dans ton dos, mais la vue de ses jambes te coupe dans ta phrase. Tu commences à avoir chaud à l’observer ainsi, alors tu enlèves ta veste de cuir. La belle penche la tête sur un côté tout en t'observant, elle essaye de te comprendre. Ah non… ne fais pas ça… Penses-tu en la voyant faire. Elle est craquante, tu te l’avoues… pas seulement parce qu’elle est à moitié nue devant toi, mais tout simplement parce que s’est-elle, Dani. Puis, ses yeux qui te dévorent, ça ne t’aide pas du tout à réfléchir. Tu as bu, un peu beaucoup… Assez pour te dire que t’aimerais bien l’approcher sans qu’elle te fuie. Tu dois chasser ses pensées… Tu croques dans une pointe de pizza. -J’arrive tout de suite. Elle fait volte-face, un peu trop rapidement peut-être. Sa serviette se détache et glisse sur son corps de déesse pour t’offrir la vue parfaite de son dos jusqu’à ses reins. Une peau soyeuse et exquise, des courbes féminines dans un cadre parfait et sensuel, tu hausses les sourcils en mâchant ta pizza et l’observant un peu surprit… Tu souris amusé, tu trouves la situation plutôt cocasse et charmante. - Tu veux ma mort avec ça… lui dis-tu en l’observant incapable de détourner les yeux, même si tu le peux… Tu ne le fais pas. La seconde suivante, elle disparaît avec son rire espiègle et léger. Tu ris secouant la tête -attention, si je t’attrape, tu vas peut-être trouver cela moins drôle!! ajoute-tu plus fort pour qu’elle t’entend. Une réplique toute pleine de sous-entendus, tu t’amuses. C’est toi qui bous ou il fait vraiment chaud ici ? Tu clignes des yeux, pourtant on crève vraiment… Tu déboutonnes deux ou trois boutons de ta chemise. Puis la revoilà qui arrive habiller, elle s’assoit en face de toi -alors, elle est bonne ? te demande-t-elle, tu souris en plongeant tes yeux gris dans les siens azure. -Délicieuse, réponds-tu d’une voix calme. Dani mord dans sa pizza et soupire, elle se délecte de sa saveur et elle a bien raison, la pizza est tellement bonne! Tu t’empares d’une autre pointe, mais avant de t’attaque à celle-ci, tu te lèves pour aller préparer le café qui est maintenant prêt… Entre-temps, tu déboutonnes ta chemise un peu plus – T’as pas chaud toi? demandes-tu à Dani. Tu finis par tout simplement l’enlever et la mettre sur le comptoir, presque impoli, mais tu ne fais pas très attention faut dire depuis tantôt, tu as même oublier d’enlever tes souliers avec Dani et son spectacle. Tu les enlèves aussi, un eu trop tard, mais bon… Tu sors deux tasses à café en les trouvant dans une des armoires et tu reviens vers Dani pour lui en déposer une devant elle. -Voilà, tu souris finalement alors que l’une de tes mains glisse sur son épaule, tes doigts se faufilant sur sa nuque pour lui masser tout doucement. Tu veux simplement la détendre, le travail et le quotidien, ce n’est pas toujours facile, bref tu te mets un peu à la tâche pour lui faire du bien puis tu lui proposes -et si on allait s’étendre un peu sur le canapé? Tu souris, tu prends ton café et tu ne l’attends pas. Tu t’assois quand soudain, tu sens quelque chose qui te colle sur la jambe, tu fronces les sourcils et tu te penches vers l’avant… Ce que tu y découvres t’adoucis complètement, un petit chiot qui te regarde avec ses yeux brillants. -Hey… tu toi, je ne t’avais même pas vu. Tu te penches vers l’avant en souriant, après avoir posé ton café, tu prends la petite bête dans tes bras tout en lui parlant à lui, mais en évoquant un message subtil à sa propriétaire – Maman à oublier te présenter mon beau, pardonne là, elle était trop occupée à séduire ton oncle Clive avec sa tenue de Ève… Tu souris amusé, mais tu ne quittes pas les yeux du chien.    
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMar 21 Nov - 19:50

Clive est un homme charmant, tu n’as aucun doute vis-à-vis de son succès auprès de la gente féminine. Toi-même, tu ne lui résistes pas vraiment…enfin tu n’es pas insensible. Tu n’as jamais véritablement craquer, si ce n’est cette fois où vous, vous êtes embrassés dans la forêt. Tu ne pouvais pas contenir cette envie de retrouver ses lèvres, l’espace d’un instant, d’un baiser. L’arrivée surprise de tes frères a coupé court à l'échange et à l’éventualité d’une discussion à ce sujet. C’était il y a quatre ans et tu te souviens bien de l’effet que ça te faisait de l’avoir contre toi. Alors, tu ne peux pas en vouloir à cette serveuse d’apprécier le sourire de Clive à son égard. Tu fais seulement abstraction de cet étrange pincement au coeur, témoignage d’une possible jalousie. C’est ridicule. Tu reprends tes esprits, tant que Clive ne peut remarquer ton léger malaise. Tu en plaisantes pour masquer ce trouble. Ca a plutôt marcher, non ? Tu lui souris tendrement, hochant simplement la tête, reposant ton attention sur le jeu en cours.

La soirée se poursuit comme l’enchainement de ces verres alcoolisés. Ca embrume ton esprit et entraîne ton corps à valser légèrement par ton manque d’équilibre. En maintiens sur la canne, tu détailles Clive, parfaitement concentré sur son nouveau tir de boules. Le jeune homme fini par gagner, concluant ainsi cette soirée au sein de ce bar. Tu n’as pas vu l’heure passée, tu ignores même la durée de votre amusement. Ce qui importe surtout, c’est de rassasier vos estomacs, qui l’un comme l’autre, cri famine. Tu envisages de commander une pizza chez son restaurant préféré. C’est une bien belle attention, pour manière de plus pour fêter son retour officiel à Wauwatosa.

Vous, vous séparez un instant, afin qu’il récupère quelques une de ses affaires et que tu puisses te rafraichir sous le jet de ta douche. Cet instant d’intimité est aussi agréable que de sentir le parfum de cette délicieuse pizza à travers son carton d’emballage. Tu n’as pas réellement conscience du trouble de ce jeune livreur, occupée à chercher un billet pour lui plaquer dans sa main. L’arrivée de ton meilleur ami, t’incites à une danse légèrement dangereuse compte tenu le maintien douteux de ta serviette de bain. Arrivée à ta hauteur, Clive n’attend pas une seconde de plus pour te pousser à l’intérieur. Tu ne le quittes pas des yeux, cet air séducteur dans les tiens. Le jeune homme s’échappe jusqu’à ta cuisine ouverte, tes pas réduisant bien vite la distance qui vous sépare à nouveau. Tu es consciente que la vue que tu lui offres est attrayante, voire tentante. Les hommes sont sensibles dès qu’ils sont exposés aux courbes féminines. Tu as beau savoir que ça peut provoquer chez Clive des envies particulières, tu traines un peu. Simplement, tu essais de te convaincre que c’est ton esprit qui transforme la vision de la situation. Comme si tu avais peur de cette vérité : le fait de pouvoir lui plaire, ce potentiel à l’attirer autant physiquement que humainement.
Tu es une fille naturelle, spontanée et qui de base, ne réfléchis pas trop. Pourquoi est-ce qu’à chaque fois qu’un homme est concerné par tes présentes interrogations, tu as cet instinct de recul ? Tu as pourtant été confronté à des situations plus effrayantes… mais non, il te suffit de sentir l’intérêt que peu avoir un homme à ton égard pour redouter la suite.
- J’arrive tout de suite, lâches-tu dans un murmure. Tu ferais mieux d’enfiler quelque chose de plus couvrant, bien que la pudeur ne fait pas partie de ton vocabulaire. Tu es une femme libérée vis à vis de ton physique, tu as appris à l’apprécier avec le temps et à faire de tes complexes un atout de ta sensualité. L’alcool n’aidant pas en plus de ta trop grande précipitation, tu sens la serviette qui se dérobe peu à peu. Tu offres ainsi une vue intéressante des parties les plus ravissantes de ton anatomie. De celles qui peuvent nourrir ses possibles fantasmes. Non, tu n’as pas fait exprès, t’es innocente sur le coup.
Clive ne manque pas une seconde de faire la remarque, tandis que tu as déjà disparue de sa vue, entrant tout juste dans ta chambre pour enfiler shorty et t-shirt délavé piqué des années plus tôt à ton grand frère. Je te jure, c’est pas de ma faute !, tu cries presque, au grand damn de tes voisins.

Quand tu reviens, Clive entame sa deuxième part de pizza. Tu lui demandes si elle est bonne, tandis que tu t’assois face à lui, ramenant tes genoux contre ta poitrine pour ainsi, venir croquer dans ta part. Cela fait tellement du bien de manger que tu lâches un soupire de contentement, fermant brièvement les yeux avant de revenir plonger ton regard azur dans celui de Clive. Il se lève, filant jusqu’à la machine qui a terminer de chauffer. Il appuie sur le bouton et bientôt l’odeur de la caféine se mêle à celle de la pizza. Cette fringale te rappelle cette fois où Clive était venu te chercher pour t’emmener avec lui, à une fête. Vous en aviez parlé à personne, surtout pas à tes frères et encore moins à tes parents. Il y avait des personnes plus âgées que toi mais la présence de Clive te rassurait. Tu avais tenu à l’accompagner et ce soir-là, tu as pris ta première cuite. Tu te souviendra toujours de ces hot dog dévorés pendant le chemin du retour. Et cette même impression qu’un monstre grognait dans ton estomac pour être nourrit. Tu en ris doucement, avant de remarquer Clive, qui déboutonne le haut de sa chemise. T’as pas chaud toi ? Tu hausses les épaules, ne voulant pas parler la bouche pleine. J’crois que le café ça t’aidera pas tu sais. Mais sa chemise ouverte, probablement. Tu arques un sourcil tandis que tu profites de la vue. Tu le détailles sans aucun scrupules et aucunes gênes au fait que Clive puisse te voir à ce moment-là. Les années lui ont vraiment réussis. Il est devenu un homme au physique avantageux et source de fantasmes féminins. Ton regard court sur les courbes de ses moindres muscles. La vue est terriblement attrayante, à tel point que tu fais tomber la croûte de ta pizza. Mince…, tu râles, prenant un air boudeur. Quand tu relèves les yeux, c’est encore pire. Tu te retrouves nez à nez avec l’alignement parfait de ses abdominaux. Tu déglutis, entrouvrant légèrement la bouche. Merde, mais qu’est-ce qui t’arrives Dani ? Clive glisse derrière toi, et ce sont ses mains que tu sens sur tes épaules. Tu fermes les yeux, te pinçant les lèvres quand il commence son généreux massage. Clive est doué et tu contiens le soupire qui demande à sortir. Mhm.. Tu frisonnes, sans aucun contrôle.
- Et si on allait s’étendre un peu sur le canapé ?
Tu rouvres les yeux et tu le laisses filer. Prenant une profonde inspiration pour remettre tes idées en place, tu le rejoins, ta tasse entre les mains.

Clive fait la connaissance de ton adorable chiot, Nutty. Leur rencontre te fait sourire, comme l’image que ton meilleur ami peut donner : celui d’un homme qui apprécie les animaux. C’est un de vos points communs. Tu poses ton café sur la table basse et ris doucement à ses mots : …elle était trop occupée à séduire ton oncle Clive avec sa tenue de Eve…
- Je t’entends tu sais. Tu t’installes près de lui, embrassant son épaule dénudée avant de poser ton menton dessus pour admirer ton chiot. Il s’appelle Nutty. Je l’ai adopté récemment. Tu cherches le regard de Clive, tendant la main jusqu’à la petite tête de ton chien pour lui caresser tendrement. Tu veux dormir sur le canapé, il est convertible en lit, sinon il y a assez de place dans mes draps.
Et puis c’est vrai, que ça fait si longtemps que tu n’as pas dormi avec lui, que la simple idée d’avoir ses bras autour de toi te fait sourire. Tu te penches pour récupérer ta tasse et boire un peu de café.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMer 22 Nov - 19:41



Hello, my captain

WITH Dani


Ta meilleure amie vient de te déstabiliser avec cette scène... En plus d’éprouver de l’attirance pour elle, là tu te retrouves confronté par un désir encore plus ardent à la vue de ce spectacle des plus cruellement séducteur. La petite danse qu’elle t’offre est bien charmante, tu as un sourire en coin faut dire un peu amusé, mais tu la pousses dans son appartement pour son bien et aussi parce que cela te trouble. L’alcool n’aide pas dans tes émotions et son regard séducteur qu’elle promène sur toi non plus.... Tu fuis presque la situation pour te rafraichir les idées... Ses yeux parlent beaucoup trop, elle a cette flamme dans les yeux qui te font avaler ta salive difficilement. Tu as besoin d’un café, tu le prépares après avoir reposé le carton de pizza. Lorsque tu te retournes pour lui parler, Dani est tout près de toi allumant l’étincelle au creux de ton ventre, tu en perds tes mots à la vue de ses jambes et de cette serviette qui est à quelques centimètres près de tant montrer un peu trop.... Tu en enlèves ta veste, parce que la chaleur grimpe et tu as un peu trop chaud. Tu t’assois à la table et croque dans ta pizza, ce qui taquine Dani et ses petites papilles gustatives. La belle fait volte-face, cependant, le geste un peu précipité fait en sorte de défaire le nœud de sa serviette, ainsi... Elle capture ton attention tout entière, tes yeux un peu surpris, mais bien vite séduit par cette scène des plus provocatrices... Son corps sculpté à la perfection te fait tourner la tête, tu es séduit par ses courbes féminines et délicieuses. Tes yeux descendent de son dos à ses reins alors que tu lui demandes si elle veut ta mort puis, elle ramène la serviette et disparaît à une vitesse éclaire que tu ne peux expliquer. Tu te plonges dans tes pensées, tu fantasmes un moment en déboutonnant ta chemise parce que tu as chaud... Lorsque Dani revient, tes yeux la suivent, tu l’observes qui s’assoit, tes yeux s’attardant sur ses doigts et ensuite sur sa bouche qui croque dans cette pointe... Des lèvres pulpeuses et sensuelles, tu te rappelles légèrement le goût de sa bouche, un souvenir qui traîne parfois dans ton esprit, ce baisé fougueux et tendre échanger au cœur de la forêt il y a 4 ans... Tu te rappelles de cette chaleur grimpante qui vous unissait tout les deux, mais tu te souviens aussi qu’il s’est terminé brusquement, la faute ? Son frère. Enfin, tu lui réponds que c’est délicieux et tu te lèves pour aller vous servir du café, pour chasser ton esprit qui s’enflamme un peu trop, tu n’as pas les idées claires, tu es embrumé par l’envie. Tu déboutonnes ta chemise lui demandant si elle trouve qu’il fait chaud. Tu lui jettes un regard au fur et à mesure que tu déboutonnes ta chemise, elle hausse les épaules la bouche pleine... Puis, tu souris intérieurement lorsqu’elle arque un sourcil, ah ? Tu viens d’éveiller sa curiosité... Tu le fais peut-être exprès, tu enlèves ta chemise, tu es inconscient de ce que tu peux provoquer sur elle ? Non, tu en es parfaitement conscient et tu en uses abusivement... Tu t’approches, ses yeux te détaillant sans détourner les yeux, sans gêne -Mince…, râle-t-elle en lâchant la croûte de sa pizza dans son assiette et baissant les yeux d’un air boudeur. Tes pas contournent la table lentement et puis tu te retrouves tout près d’elle... Tes abdominaux en parfait alignement avec ses yeux, alors que tes yeux la couvrent d’un regard provocant. Chacun son tour... Tu sais user de ton corps toi aussi pour séduire, pour attirer l’attention, tu as parfaitement conscience de son trouble et tu la vois déglutir, signe que cela lui plaît. Tu te glisses derrière elle, tu poses tes mains sur ses épaules avec douceur pour la masser, te faisant un peu plus entreprenant, tu t’es alors décidé de lui engourdir l’esprit, d’éveiller sa conscience et ses sens peu à peu... Tu la détends. Tu souris doucement en l’entendant retenir son souflle et se soupire au bord de ses lèvres -Mhm.. Tu sais qu’elle aime malgré ce contrôle qui la retient, elle frissonne sous tes mains habiles, elle se laisse aller jusqu’à ce que tu l’invites à t’étendre avec toi sur le canapé. Tu recules alors, lui laissant le temps de se remettre les idées en place et tu vas t’installer. Là, tu fais une bien mignonne rencontre, un ami pourtant si adorable que tu aurais dû rencontrer bien avant ta pizza. Tu prends la petite bête dans tes mains et tu te présentes à lui tout en taquinant Dani qui s’approche de vous et qui rit doucement - je t’entends tu sais. Tu souris tendrement -je sais... c’est pourtant la vérité. Ta meilleure amie s’installe près de toi, un baisé sur ton épaule qui démarque votre affection un pour l’autre et puis elle pose son menton sur celle-ci pour observer le petit chiot entre tes mains. -Il s’appelle Nutty. Je l’ai adopté récemment. Tu souris en admirant le petit chiot entre tes grandes mains, celui-ci t’observe avec curiosité et semble très content de te voir, sa queue se fait aller de droite à gauche l’air tout excité. - Tu dois être fière ? Depuis le temps que tu en veux un... Enchanté Nutty, tu as un joli prénom. Ajoutes-tu lorsque Dani vient tendre la main pour caresse le chien. Tu le trouves adorable, tu as toujours rêvé d’en avoir un... Mais ta vie est trop instable pour ça, peut-être lorsque tu auras ton chez-toi. -Tu veux dormir sur le canapé, il est convertible en lit, sinon il y a assez de place dans mes draps.Tu arrêtes de respirer durant 3 brèves secondes, elle t’enlève les mots de la bouche à cet instant, tu poses tes yeux gris dans les siens qui t’admire visiblement attendrit, un sourire doux et séduisant se pose sur tes lèvres alors qu’elle se penche pour prendre son café et en boire une gorgée. Tu te demandes, pourquoi fuit-elle tes yeux... Pourquoi fuit-elle son désir qui parfois peut la surprendre ? Pourquoi ne se laisse-t-elle pas aller. Peu à peu et à chaque rencontre que vous avez... Dani se reproche, mais n’ose pas faire le saut vers toi. Tu baisses les yeux un instant sur le chiot et tu le poses près de toi avec délicatesse, puis tu poses une main sur la cuisse de ta meilleure amie, ta main glisse tendrement sur sa main et soudain, tu prends son café pour le posé sur la petite table. Tu l’aides à se relever et tu l’agrippes par la taille pour la faire grimper sur toi. Ses jambes basanées de chaque côté des tiennes, elle se retrouve alors assise sur tes jambes et face à toi... Ainsi, ton regard soutient le sien, tes yeux profonds l’observent avec cette flamme qui n’appartient qu’à vous deux. L’une de tes mains reste sur sa hanche et l’autre monte, effleure sa taille, ses côtes, ses seins... l’endroit de son cœur, s’aventurant vers la peau nue de ses épaules et son cou, tes gestes son doux et exprime ton désire, tu ne devrais pas faire ça peut-être, mais tu es assez lucide pour savoir ce que tu fais actuellement, tu essaies de l’hypnotiser. Tu ne la quittes pas des yeux cherchant le trouble dans le sien, cherchant ce regard qu’elle te montre parfois et tu poses ta main sur sa fine mâchoire. -Pourquoi tu fuis tout le temps ? souffles-tu alors calmement... Ta main contre son visage, ton pouce vient effleurer ses lèvres. -Tes draps... disent-tu calmement d’une voix presque basse, tu souris légèrement... Tu la connais depuis longtemps, cette façon de faire avec elle n’est pas étrange pour toi. Vous n’êtes pas des simples amis... Vous êtes deux personnes qui se connaissent pratiquement par cœur. Tu ne dis pas vouloir coucher avec elle ce soir... Mais t’espères retrouver la chaleur de son corps contre le tien tout simplement, tu en as besoin aussi naturel que cela puisse être.    
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyMer 22 Nov - 22:41

What I would do to take away
Que ne ferais-je pour enlever
This fear of being loved, allegiance to the pain
Cette peur d'être aimée, allégeance à la douleur
Now I'm fucked up and I'm missing ya
Maintenant je suis en vrac et tu me manques

-
(listen me)
flume, never be like you feat. kai

Le temps où tu es dans ta chambre est trop bref, trop insuffisant pour tenter de calmer ce qu’il se passe dans ton esprit. Tu sais pourtant que l’alcool te rend plus euphorique que d’ordinaire et carrément maladroite. Mais non, tu as bu sans vraiment réfléchir à l’état dans lequel tu pourrais te mettre. Dans tout ça, il n’y a rien de dramatique, bien au contraire. Il te suffit juste de faire attention, car tu es aussi consciente que ce sera plus simple pour toi d’exprimer clairement ce que tu te donnes tant de mal à cacher vis à vis de Clive. Oui, il est ton meilleur ami mais il est plus encore. Tes sentiments vont au-delà de l’attachement amical. Tu t’interdis simplement de te laisser aller, pour tu ne sais quelle foutue raison. La peur sans doute…mais de quoi ?

Quand tu reviens sur tes pas, tu le retrouves attablé, mangeant sa pizza comme un enfant avec un gros morceau de chocolat. Le contempler dans sa gourmandise te fais sourire affectueusement. Bientôt, ce sont ses yeux qui reviennent se poser sur toi. Tu le sens qui te détailles à mesure que tu progresses jusqu’à la chaise en face de lui. Une attraction inévitable, incontrôlable. Pour faire l’impasse sur ce que tu ressens à ce moment précis, tu commences à manger, tentant de faire abstraction de la façon dont Clive te regarde. Tu viens te perdre dans les reflets mystérieux de ses yeux, tout comme parfois tu te surprends à loucher sur ses lèvres. Il te revient alors le souvenir de ce baiser, le rappel de cette passion te faisant légèrement frissonner.
Il n’est que silence, parenthèse d’un temps suspendu pendant lequel, vous, vous témoignez le manque de ces semaines passées loin l’un de l’autre et plus encore, la douleur de ces années solitaires. Tu réalises que ce ne sera plus comme avant. L’un comme l’autre, vous n’avez plus ces obligations. Lui : rester près de chez ses parents ou encore assurer son poste de détective au canada et toi, d’être une adolescente qui se doit de vivre encore sous le toit familial. Tous ces facteurs qui compliquaient votre passé. Envolés aujourd’hui ! Vous êtes responsables de votre propre vie, dépendant de vos propres aspirations. Etre à ses côtés en est-elle une ? Tu inspires doucement, clignant des yeux tandis que Clive traine aux abords de la machine à café en stipulant le fait qu’il a chaud. Tu le détailles dans ses moindres gestes, sans compter ton observation assidue de la moindre courbe de son corps. Il fini torse nu, sa peau source de ton attention comme sa parfaite musculature. Tu retiens ta respiration, te sentant défaillir. Il a cet air provocateur que tu voudrais autant lui enlever, que lui laisser. Car d’un côté, tu aimes ce qu’il provoque en toi et d’un autre, tu aimerais qu’il cesse pour que tu puisses y réfléchir calmement. Clive va te rendre folle s’il continu…il en a conscience et c’est ça le pire. Il peut faire de toi ce qu’il veut, connaissant tes moindres failles.

Tout ce manège t’hypnotise au point de t’en faire lâcher ta croûte de pizza. Grossière erreur de détacher ton regard du sien, car ce qu’il t’attend après est au-delà de ce que tu peux supporter. Si tu te laissais aller, tu ne résisteras pas longtemps à l’appel de son corps. Ne serait-ce que pour sentir vos coeurs battre à l’unisson. Clive te masse les épaules, c’est délicieux. Tu profites de son attention, lâchant un soupire sans en avoir le moindre contrôle. Sa voix résonnant à ton oreille, il t’invite à rejoindre le canapé.
Tu es maintenant face à lui, debout avec ta tasse à café dans la main.
- Je sais…c’est pourtant la vérité.
Tu te contentes de sourire, n’avouant pas qu’il a raison. Tu crois le faire inconsciemment mais c’est seulement ton désir qui te pousse à accepter l’attirance mais aussi les sentiments que tu ressens pour Clive. Tu t’assois, baise son épaule doucement avant de venir caresser Nutty derrière les oreilles. Il a l’air de très bien aimer Clive, c’est un bon point. Tu dois être fière ? Depuis le temps que tu en veux un… Un sourire étire tes lèvres, illuminant un peu plus ton regard tandis que Nutty te fixe avec un amour inconditionnel. J’en suis folle. Il est trop mignon…
C’est comme si une brève seconde, les effets de l’alcool se dissiper. Cependant, ils sont toujours là. Tu lui parles de ce canapé convertible mais avec l’intention de le voir se coucher avec toi dans ton lit.

Tu as juste le temps de te pencher en avant vers la table basse et de récupérer la tasse que Clive se rapproche, réduisant la distance physique qui vous sépare. C’est d’abord sa main qui s’aventure sur ta cuisse. Tu as aussitôt la chair de poule. Son autre main vient contre la tienne, celle où la tasse de café traine. Il la fait glisser hors de tes doigts : tu le regardes dans les yeux avec curiosité, même si au fond tu sais ce à quoi il aspire. Un contact plus direct, la prolongation de votre échange visuel dont tu l’as trop rapidement privé. C’était simplement pour masquer ton trouble…te voilà prise au piège. Et tu es incapable de lui dire non, comme ton corps refuse aussi de ne pas suivre le chemin sur lequel Clive te guide. Clive s’empare de ta taille pour mieux te contrôler. Voilà que chacune de tes inspirations sont plus brèves, dans la retenue. Tes pupilles se dilatent autant qu’elles le peuvent, tu sens tes jambes se faufiler de chaque côté de son corps, pour venir t’asseoir sur ses genoux.
- Qu’est-ce que tu fais ?, tu parles doucement - presque comme un chuchotement, dans le secret de la basse lumière de ton appartement.
Tu sens ton coeur qui s’affole comme s'il en prenait aussi le contrôle pour mieux te manipuler. Te voilà aux anges, qu’importe le fait que tu veuilles mentir pour te protéger. Ton sourire et ton regard parlent pour toi. Clive te regarde d’une telle façon que tu prends conscience que tu manques de volonté pour t’éloigner de lui. Tu prends goût à cette place qui n’est finalement pas si effrayante…intimidante peut être mais pas insurmontable. Son autre main file, plus désireuse., moins innocente. Reflet du désir que tu provoques en lui. Clive effleure ta taille, tes côtes et tes seins. Bien que le tissus fait barrière à ses caresses, tu ne peux t’empêcher de frissonner et de sentir ton coeur battre plus follement encore. Tu te mords la lèvre inférieure, perdue dans ses yeux… Sa main près de ta poitrine éveille un peu plus ton palpitant, comme tu peux sentir tes seins poindrent.
Il n’a pas le droit de te mettre dans un état pareil…
Ses doigts s’aventurent dans sa nuque, dans ton cou et frôlent l’arrière de ton oreille. C’est d’autant plus déstabilisant car tu sais que là, tu ne pourras pas lui mentir sur ce que tu ressens. Il doit percevoir le rythme endiablé de ton coeur dans les pulsions veineuses. Reflet de l’excitation que tu te donnes tant de mal à cacher. Pourquoi tu fuis tout le temps ? Sa question te surprends, quant bien même sa raison d’être. Son pouce contre ta lèvre…tu avales difficilement ta salive. Non…c’est pas vrai. Tu fuis son regard et fermes aussitôt les paupières pour prendre une profonde respiration. Tu entrouvres la bouche, entraînant son pouce à venir se glisser légèrement entre tes lèvres.
Il veut tes draps. Et toi, tu désires une chose à ce moment précis, à cette seconde prêt où ton regard retrouve le sien. Sa bouche est le fruit de ta furieuse tentation. Calmement, tu poses tes mains gelées sur son torse. Elles remontent contre ses pectoraux et poursuivent leurs ascensions jusqu’à ses larges épaules pour filer dans sa nuque et dans ses cheveux épais. Tu glisses un peu plus, ton ventre se plaquant étroitement au sien tandis que ta bouche flirte dangereusement avec les derniers millimètres qui la sépare de la sienne.
- Tu m'as manqué.
Tu clignes des yeux lentement, effleurant son nez avec le tien. C’est comme si tu apprivoisais ce prochain nouveau baiser, l’acceptation de ce que Clive éveille en toi. Tu te laisses le temps d’inscrire dans ta mémoire et au plus vif de ta peau, les moindres secondes de votre rapprochement. Enfin, tu frôles ses lèvres. Tu l’embrasses, tes mains dans sa nuque, ton corps se pressant un peu plus contre Clive.
Tu fais tomber toutes les barrières, tout ce contrôle, les règles et les interdits que tu t’étais imposés. Tu soupires contre sa bouche pour mieux prolonger votre baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyJeu 23 Nov - 6:27



Hello, my captain

WITH Dani


Tu as attendu longtemps pour peut-être t’ouvrir à cette femme parce qu’elle était beaucoup plus jeune que toi… Mais vous avez vieilli et maintenant qu’elle est devenue une femme, tu peux te permettre de la voir autrement, mais tu as peur de souffrir si tu te décides de t’ouvrir, mais pourtant… c’est un risque que tu as décidé de prendre en acceptant ton poste de captain et t’installant à Wawautosa. Lorsque que tu à eu cette t’offres de poste comme captain à Wawautosa, tu y as pensé un bout de temps avant d’accepter. Dani pesait beaucoup dans la balance et t’avais l’impression d’avoir eu peut-être le signe d’une porte ouverte vers elle… Tu avais tes parents d’un côté sur les quel tu veillais… Mais tu avais ta meilleure amie qui prenait aussi une place très importante dans ton cœur qui t’attendait là bas. Tu as donc pris cette décision parce que tu ne te voyais pas ta vie sans elle… Tu as attendu trop longtemps loin d’elle. Tu ne sais pas si tu vas te retrouver avec une énorme déception sur les épaules ou si tu seras heureux de l’avoir enfin dans tes bras… Tu iras certainement doucement au fil des jours, vivant le moment présent tout simplement… ce sont des retrouvailles attendrissante, affectueuse, sensuelles… Comme en ce moment, qui fait de vous des êtres spécial et unique, peut-être parce que vous vous connaissez depuis toujours et même encore d’une autre vie.

-J’en suis folle. Il est trop mignon… Tu souris, tu ris doucement, tu connais Dani… Elle qui aime tellement les animaux. Cette petite bête à probablement son histoire, tu te demandes comment ils ont fait connaissance elle et Nutty. Tu viens pour ouvrir la bouche et lui poser la question, cependant elle te prend au dépourvu avec cette phrase. Veux-tu dormir avec elle cette nuit Clive ? Tu t’attendris devant ses yeux lorsque tu poses ton regard dans le sien tout simplement sublime. À travers ce message, tu sais qu’elle a peur, mais qu’elle le désire tout autant que toi… Alors tu réfléchis le temps de quelques secondes pour finalement avoir la main qui brûle intensément, tu l’observes qui se penche pour prendre son café, puis tu poses tes doigts sur sa cuisse... et ton autre glisse sur sa main avec délicatesse pour lui enlever sa tasse de ses mains. À ce moment-là, elle dérive les yeux vers toi avec cette lueur de curiosité… Tu te veux rassurant, alors tes mains l’agrippent doucement par la taille, tu la contrôles, son souffle s’accélère… Tu es calme et plein d’assurance, mais ton cœur bat d’un rythme beaucoup trop rapide et lorsqu’elle se laisse guider tout en t’observant avec ses yeux de biche apeurée… Tu te dis qu’elle est la plus belle femme que tu as vue sur cette terre, tu en as vu des femmes dans ta vie, mais elles n’ont jamais pu te surprendre autant qu’elle. Ce n’est pas juste physique, cela ne s’explique pas, c’est une drogue… C’est elle tout simplement. Ses jambes chaque côté de son corps elle t’observe hypnotisé - Qu’est-ce que tu fais ? Te demande-t-elle dans un chuchotement. -Ce que j’aurais dû faire depuis longtemps… chuchotes-tu à ton tour en l’observant dans les yeux, elle sait, tu n’as pas besoin de t’expliquer, Dani te connaît très bien. Elle te sourit, ses yeux t’admirent… Tu sens son trouble alors que ton autre main s’aventure sur son corps pour allumer son étincelle. Sa taille, ses côtes, ses seins qui pointent sous tes doigts lorsque tu les effleurent. Elle frissonne sous tes mains d’homme, elle t’observe avec ses yeux perdus dans les tiens désireux… Son cœur s’affole et tu souris doucement. Tes doigts qui frôlent son cou s’aventurent sur sa nuque et le derrière de son oreilles, son rythme cardiaque est affolé… Tu lui demandes alors pourquoi elle fuit tout le temps. Ton pouce contre sa lèvre, elle avale difficilement sa salive -Non… c’est pas vrai. Tu penches la tête légèrement sur le côté, tes yeux ne la quittant pas alors qu’elle ferme ses yeux et prend une profonde inspiration. Sa bouche s’entrouvre pour entraîner légèrement ton pouce entre celle-ci… Cela te provoque, cela te tourmente un peu l’esprit… Tu ne forces pas les choses, tu la laisses reprendre le dessus sur elle et elle ouvre finalement ses yeux magnifiques dans les tiens curieux et fascinés par cette vision. C’est à ce moment-là que tu comprends qu’elle n’a pas l’intention de se sauver, ses yeux vaguant des tiens à ta bouche… Ses mains froides viennent se poser sur ton torse bouillant. Tu frissonnes, ton souffle surprit par la fraîcheur de ses mains t’excites, le contraste est alarmant, tu as besoin de plus. Ses doigts fins remontent sur tes pectoraux, vers tes épaules et ta nuque pour se faufiler dans tes cheveux bruns chocolatés. Son corps glisse un peu plus sur le tien, son ventre prenant contact au tien, ainsi que ses lèvres qui viennent frôler dangereusement les tiennes. Tu soupires de désir, tu en as tellement envie que tu en as presque mal au cœur, tu as la tête qui tourne par ton excitation. Tu penses mourir… Sincèrement lorsqu’elle te dit - Tu m’as manqué. Un tel soulagement, ça se peut ? Sincèrement, tu t’en fous que se soit votre première soirée ensemble, vous avez tellement et toujours mis tout en arrière, que maintenant peu importe… Tu ne dis pas qu’elle va te sauter dans les bras ce soir, tu ne la forces en rien, tu veux simplement vous rapprocher et encore plus si elle savait. Elle cligne des yeux lentement, effleure son nez au tien affectueusement alors que tu fermes les yeux pour déguster ce moment que tu graves dans ta mémoire. Cette déesse au cœur d’or assise sur toi, s’abandonnant peu à peu à vos secrets. Tu ne brusques rien, tu la laisses aller et tu attends, même si dégluti contre ses lèvres cruellement tentantes. Le frôlement de ses lèvres te donne des décharges, mais lorsqu’elle capture ta bouche pour t’embrasser, tu soupires de contentement et soulagement… Tu en avais tellement envie. Son corps de nymphe se pressant contre le tien, tes mains redescendent dans son dos et se posent sur le bas de ses reins. -Si tu savais à quel point toi, tu m’as manqué, souffles-tu entre-deux baisé tendre. La belle soupire contre tes lèvres, tu caresses de tes mains ses hanches maintenant, mais cette phrase t’a allumé davantage… Tu ne sais pas si tu dois te limiter à de simples caresses, mais tu poursuis ton aventure dangereuse. Tu faufiles tes mains baladeuses sous son T-shirt, tu n’as pas de scrupule... mais tu veux sentir sa peau contre la tienne… Alors doucement tu glisses tes doigts le long de ses bras et tu les ramènes vers le haut délicatement. Il n’y a personne pour t’arrêter à présent, seulement elle. Tu viens ensuite poser tes doigts sur le bas de son T-shirt et le remontes, tu lui enlèves. Tu veux simplement admirer sa beauté naturelle, l’être humain qu’elle est… Celle qu’elle t’a cachée, mais presque dévoilée quelques instants plutôt dans la cuisine. Ele est belle... Ta main se pose sur sa joue alors que l’autre descend sur la naissance de ses seins… Tu la plaques contre toi, sa peau fraîche contre la tienne bouillante, elle peut très bien voir ton trouble dans tes yeux, tu peux voir le sien. -Tu m’arrêtes si c’est trop pour toi… chuchotes-tu. Tu captures ses lèvres tendrement, fougueusement puis, tu l’étourdis en l’agrippant sous ses fesses pour la soutenir et te relever. Tu souris légèrement contre ses lèvres à ce jeu sensuel que tu lui réserves. Ses pieds touchent le sol, tu la reposes par terre, si elle perd son équilibre tu la tiens contre toi pour ensuite faire parcourir tes doigts sur ses côtes. Ton regard brûlant dans le sien… Tu la contournes doucement, tu te places derrière elle, ta bouche contre son oreille… Elle peut sentir ton souffle contre celle-ci et tes doigts qui passent sur ses bras et qui vont par devant pour se poser sur son ventre que tu caresses doucement. - Résiste… souffles-tu à son oreille alors que ses mots veulent tout simplement dire le contraire… laisse-toi faire. Tu veux jouer avec elle, Dani te connaît comme son meilleur ami… mais il y a certaines choses qu’elle n’a jamais vues de toi. Ce jeu sensuel auquel tu la prépares… le connaît-elle?     
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyJeu 23 Nov - 22:44

Si tu te laissais aller.
L’enjeu est probablement plus important que si c’était quelqu’un d’autre. Pour la simple et bonne raison, que vous, vous connaissez depuis des années. Vous avez grandit ensemble, passant la majorité de votre temps à deux. Il y avait des frères aussi. Tu étais la petite soeur squattant la chambre des plus grands pour être auprès de cette bande que tu trouvais terriblement cool. Tu pouvais être parfois casse-cou, empiétant sur leur territoire de mâles, à imposer ta touche de féminité simplement pour voir si tu les battrais à leurs jeux vidéos préférés. Il y a ces fois où tu ne pouvais pas avoir ce que tu voulais, quand ces messieurs d’adolescents voulaient parler de sujets plus adultes. Dans ces moments-là, tu les détestais de te priver de leur présence sous prétexte qu’ils parlaient de leurs aventures de mecs, de premières fois, de filles. Toutes ces choses. Tu as bien entendu quelques brides de leurs secrets pubères, ton oreille plaquée contre la porte de tes frères. Etre écartée, ça t’ennuyait aussi parce que tu ne pouvais pas rire avec Clive. Leur grand pote mais aussi celui en qui tu voyais un meilleur ami et dans quelques années, le béguin de ta propre adolescence. Ce temps où tu commencais à t’intéresser aux garçons et à ce rapport avec ton corps. Le fait de pouvoir plaire, intéresser l’autre.
C’était qu’un rêve au départ, celui d’être une fille qui pourrait potentiellement attirer Clive. Mais heureusement, les années ont continué de s’écouler - transformant peu à peu l’enfant en adolescente et jeune adulte. Tes chances de lui plaire devenaient plus plausibles. Tu avais déjà droit à quelques allusions, quand tu captais parfois son regard. Tu voulais simplement, ne pas y croire.
Ces années passer ensemble vous ont permis de vous connaître avec exactitude.
Ainsi, le risque de le perdre est plus important si tu te décides réellement à écouter tes désirs. Ils ne sont plus irréels mais à portée de mains. Il te suffit simplement d’accepter tes sentiments. Envisager une relation avec Clive c’est aussi prendre le risque de foutre en l’air une amitié vieille de plusieurs années, de réduire à néant votre authentique complicité.

C’est comme si tu lui tendais une perche, celle de te guider dans cette folle appropriation. Pour cela, tu lui exposes la possibilité de dormir ici, sur ce canapé convertible ou de préférer une place à tes côtés, dans la chaleur de tes draps et la proximité de ton corps. La dernière fois que vous avez dormi ensemble remonte à si longtemps que tu ne te souviens pas quand. C’en est frustrant… car tu sais que ton sommeil est d’une telle plénitude quand il est là. C'en est un péché de ne pas se souvenir de la dernière nuit à ses côtés. Tu fuis son regard, illustrant ton éloignant physique par le besoin de venir boire un peu de café. Clive n’est pas de cet avis cependant, il donne l’impression de vouloir comprendre plus en détails ce à quoi tu penses, ce qui t’encourage à nier tes espérances, ce qui te tracasses. Tu le sais, et sa main contre ta cuisse fini de te convaincre : tu ne peux définitivement pas lui échapper. C’est presque déconcertant comme Clive peut te soulever aussi facilement. Tu termines assise sur ses genoux, tes jambes de part et d’autre de son corps, ton visage face au sien. Impossible de lui échapper. Tu donnerais tout pour sentir éternellement le contact de ses mains sur tes hanches ou de te perdre dans la contemplation de ses grands yeux cendrés. Si ce rapprochement physique pourrait te faire peur, il suffit que tu le regardes pour te rassurer. Clive est doux, probablement plus que n’importe quand. Comme s’il prenait conscience de l’importance du moment. Tu as l’impression d’être précieuse à la manière qu’il a de te regarder. En apparence tu veux paraître sereine, mais tu es clairement affolée par ce trop plein émotionnel. Tu lui demandes ce qu’il fait, même si tu le sais au fond de toi. Clive cherche à t’apprivoiser.
- Ce que j’aurais dût faire depuis longtemps…, chuchote t-il.
Tu arrives seulement à lui sourire, le rouge te montant aux joues. Tu l’admires avec adoration, inscrivant dans ta mémoire le souvenir qu’évoque ce moment précis de votre vie. La prise de conscience.

Tu es à sa merci, ton corps ne pouvant pas mentir non plus : ses doigts derrière ton oreille, il sent au plus proche la sincérité de ton palpitant. Il fait exprès de te demander pourquoi tu fuis. Ton rythme cardiaque s’emballe davantage. Tu nies, en vain. Les yeux clos, tu profites de ce faux moment de solitude pour reprendre tes esprits et le contrôle sur tes émotions. C’est peine perdue, tu chavires encore quand tu recroises son regard.
Peu à peu, tes gestes se libèrent : tu poses tes mains sur son torse brûlant et les fait courir jusqu’à ses épaules puis ses cheveux. Ton corps lui-même, glissant plus étroitement contre le sien. Tes lèvres partent à la conquête de sa bouche pulpeuse et que tu sais délicieuse pour y avoir déjà goûté. Mais quand tu l’embrasses ce soir, le plaisir est encore plus intense que les autres fois, comme si le manque contribuait à cette gourmandise. Dans ton corps, tout explose de tant d’intensité. C’est électrique et renversant : tu t’agrippes à son cou, tes bras suspendus. Vos soupires communiquent en même temps, de ce plaisir divin à se retrouver enfin. Clive aventure ses mains le long de ton dos pour les réfugier dans le creux de tes reins. Si tu savais à quel point toi, tu m’as manqué, souffle t-il entre deux baisers. Tu souris contre ses lèvres, te pressant un peu plus dans ses bras.

Présentement, tu as arrêté de réfléchir. Tu te concentres seulement sur l’essentiel : Clive. Ta nouvelle priorité. Demain, tu auras tout le temps de te préoccuper de ce que tu veux vraiment et ce que cette soirée et ce qui en découlera représente. (…) Les mains de Clive terminent sous ton haut. Ta peau frémissant sous ses exquises caresses. Il te donne la chair de poule, il arrive à te transporter dans un autre monde. Comme guider par une mélodie mentale, tu fermes les yeux, penchant légèrement ta tête en arrière pour souffler de bien être. Dans ses bras, tu perds la notion du temps mais tu as l’impression de trouver la vraie raison de ton existence. Ce serait pour lui. Ton t-shirt quitte ton corps, ta poitrine à découvert. Tu rougis instantanément, car c’est la toute première que Clive te vois ainsi. Sa douceur te rassure, et sa main contre ta joue, tu fermes les yeux une brève seconde. Ton corps en éveil, tu bombes ton buste quand son autre main court aux abords de ta poitrine. Tu m’arrêtes si c’est trop pour toi… Tu ne dis rien mais hoches la tête avant que ton esprit soit plus étourdi par son baiser. Tendre, passionné. Il te soulève et tes pieds retrouvent le sol. Nullement préparer, son bras autour de ta taille t’empêche de tomber.
Tu te contentes de plonger tes yeux couleur mer dans les siens, attentive à ce frôlement sur tes côtes. Ton coeur bat à tout rompre et encore plus quand Clive s’invite dans ton dos. Son souffle près de ton oreille te fais fermer les paupières. Tu penches légèrement ta tête pour libérer un peu plus ta nuque et lui offrir, ton dos se arquant sous le supplice de son jugement. Prise de légers soubresauts et ton esprit défaillant, tu laisses échapper un gémissement quand il te souffle de résister, sa main sur ton ventre plat. Tu ne peux pas rester insensible. Clive sait comment jouer avec toi pour éveiller ton désir et le rendre plus ardent que jamais. Soudain, tu t’écartes un peu brusquement. Dans une pulsion sexuellement élevée et tu te te retournes pour te plaquer contre son torse musclé, plus sensuelle que jamais, plus passionnée. Ton regard brûle pour lui. Tu vas pour l’embrasser mais tu retiens cette pulsion pour t’écarter légèrement. Ce sont au tour de tes doigts fins de courir sur ses bras. Tu le guides avec une lenteur presque insupportable, frôlant ton ventre et remontant plus haut. Tu poses ses grandes mains sur ta poitrine battante d’excitation avant de laisser tomber les tiennes et faire courir tes ongles sur ses abdominaux. Tes mains remontent peu à peu jusqu’à son visage, tu redessines chaque courbe de son corps pour les imprégner dans ta mémoire.
Votre relation prend une nouvelle direction ce soir.
Et même si ce n'est qu'appropriation de l'autre, c'est un tournant décisif...
- J'ai peur..., tu avoues avec douceur et pudeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyVen 24 Nov - 20:51



Hello, my captain

WITH Dani


Ce moment où tu vois son adoration s'installer sur son beau visage, tu le graves pour toujours, le premier instant d'intimité qui vous rapproche d'une tout autre façon. Ce n'est pas seulement le fait de la toucher ou de voir sa peau de satin qui te rend comme ça. Mais elle... Dani qui est réceptive à ton contact, ton regard, ta voix... Tu as l'air confiant ainsi, mais de l'intérieur tu trembles. Tu as peur qu'elle se volatile et qu'elle s'évapore comme un mirage, ton but n'est pas de la mettre au piège, pourtant tu la captures dans ce tourbillon dangereux. Elle n'est plus cette jeune fille que tu amusais à faire rire en faisant le fou. Elle n'est plus l'adolescente fragile qui venait te rejoindre la nuit dans ton lit... Elle est cette femme que tu admires, celle qui hante tes rêves et cela depuis un certain temps c'est pire. Tu pourrais arrêter le tout par peur de brisé cette amitié qui vous unis depuis nombreuses années, mais tu ne veux pas, en ce moment tu as le courage de la regarder comme tu le fais lorsqu'elle a le dos tourner ou lorsque ses yeux observent ailleurs. Tes mains s'aventurent sur ses courbes, sans vraiment les toucher, tu les frôles pour la faire frissonner. Le rouge sur ses joues te fait sourire intérieurement, mais il n'y a pas de gêne à avoir... C'est la première fois que tu la vois ainsi, au-delà de sa gêne sait-elle à quel point elle est belle et respire la pureté ? - Tu es magnifique... as-tu tout simplement murmurer pour la rassurer. Son sourire contre tes lèvres lorsque tu lui dis qu'elle t’a beaucoup manqué, lorsqu'elle presse son corps contre le tien pour t'embrasser davantage, tu es aux anges. Tu caresses son dos, tu la découvres un peu plus sous cet aspect d'elle, une femme sublime. Sa poitrine se bombe sous tes grandes mains d'homme, son souffle se mêle au tien, vos lèvres se cherchent, se trouvent dans une douceur infini et fougueuse à la fois. Lorsque tu te lèves, tu prends le soin d'apprivoiser ses sens et elle ferme ses yeux sous tes caresses qui s'aventurent tendrement sur son corps de déesse. Tu te faufiles derrière elle, ton corps contre le sien... Tu adores lorsqu'elle arque le dos pour t'offrir sa nuque que tu embrasses avec douceur de tes lèvres gourmandes. Sa peau se parsème de frissons, elle tremble contre toi et tu souris doucement contre son oreille lorsqu'elle gémit de plaisir alors que tes doigts descendent sur son ventre. Mais tu es soudainement déstabilisé, Dani s'écarte brusquement de toi, elle se retourne prise d'une pulsion soudaine... Son corps vient se plaquer contre le tien avec sensualité, avec passion et cette lueur sauvage dans les yeux que tu aimes bien te fait arqué les sourcils, tu souris légèrement lorsqu'elle s'approche de toi, tes lèvres tout près des siennes. Tu la désires, plus que tout... Tu dois alors résister toi aussi non ? Son corps de rêve contre le tien, délicat et allumeur... Tu déglutis devant cette provocation. Tu veux l'embrasser, cela te brûle les lèvres... Mais la douce te surprend encore, ses doigts viennent te caresser doucement les bras, glisse sur ton ventre, tu frissonnes essayant de te contrôler, mais tu ne la quittes pas des yeux, tu la couvres d'un regard brûlant. Puis, elle vient prendre tes grandes mains pour les poser sur ses seins... Là, tu te sens étourdi par l'excitation, tu souffles, tu prends une respiration en clignant des yeux. C'est aussi dur pour toi que pour elle... Tu la prendrais là, mais tu as bu et tu ne veux pas gâcher ce moment. Elle laisse retomber ses mains, ses ongles sur la peau de ton torse qui se contracte par cet effet agréable... Elle peut voir dans tes yeux ta confusion, tes yeux qui dérivent de tes yeux à ta bouche, cette expression qui semble venir te toucher au plus profond de toi... Que ressens-tu pour elle ? On le sait déjà... Tu en prends conscience au fil des jours. Ses mains venant dessiner tes courbes et se poser sur ton visage, tu cherches à comprendre ce regard qu'elle te lance. Tu as peur à présent, peur de la perdre peut-être, peur de se qui vous arrive... Votre relation devient un peu plus sérieuse ce soir, un autre tournant de vie... Vous êtes plus que des meilleurs amis, mais bien deux êtres humains qui partagent une chimie très unique. - J'ai peur..., te souffle-t-elle avec douceur. Tes yeux prennent conscience de la situation, tu le vois dans ses yeux et elle le voit dans le tien, tu as peur toi aussi. Tu viens alors caresser sa joue, plein d'affection, tu te veux rassurant. -Moi aussi... Mais faut pas. Murmures-tu en l'observant, ton visage tout près du sien. Tu l'embrasses alors une dernière fois avant de lui prendre la main et de l'attirer avec toi dans cette chambre, celle de Dani. Sur le lit, tu t'installes et tu l'attires contre toi, tes bras qui l'entourent affectueusement cette fois pour la rassurer. -Ne t'inquiète pas... dis-tu d'une voix basse en lui caressant les cheveux. Il est tard, vous avez les idées qui s'égarent, vos paupières sont lourdes par l'alcool qui vous embrume encore un peu. Tes lèvres se posant contre son front tu ajoutes -repose-toi Dani...      
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptySam 25 Nov - 1:23

Tu sais très bien que ce ne sera pas ce soir que tu te livreras totalement à Clive. Déjà, parce que tu as bu et ensuite parce que tu ne serait pas vraiment honnête si tu ne faisais pas le point sur ta situation sentimentale...sur où tu en es surtout. Tu dois prendre en considération le fait que tu t'attaches à Loïc et le retour de ton meilleur ami à tes côtés. Ces retrouvailles qui donnent une autre dimension à votre relation. Quand il était loin de toi, tu n'avais pas tant de soucis à te faire, mais maintenant c'est comme si tu te rendais compte que tu ne pouvais plus échapper à ces réflexions. Tu dois te décider, éclarcir tes idées et comprendre ce que tu veux vraiment. Ce n'est pas une mince à faire, mais tu veux te laisser le temps pour n'avoir aucun regret. Malgré tout, ça ne t'empêche pas de te laisser aller, un peu plus loin que d'ordinaire, que tout ce que tu as pu t'autoriser jusqu'à présent avec Clive. Ses mains balladeuses, tu les acceptes. Tu apprécies trop le bienfaits de ces caresses, de ces moindres frôlements. Ca te réchauffe le corps, l'esprit et donnes à ton coeur une bonne raison de s'emballer.
Tu profites de l'instant présent, incapable de faire autrement. Tu es si heureuse de le retrouver que tes émotions guident tes désirs les plus enfouis. Alors, cet énième baiser, toutes ces secondes où ses lèvres se retrouvent sur les tiennes, tu savoures. Comme tu te fais peu à peu à ces battements frénétiques au choeur de ta poitrine.
Tu aimes comme il te touche, t'embrasse, te regarde, te tiens tout contre lui.
- Tu es magnifique... Si Clive veut te rassurer à ce moment-là pour que tu contiennes ces rougissements incontrôlés, c'est raté. Tu es davantage troublée, flattée aussi, d'éveiller en lui des sentiments ou des attentions qui te semblaient il y a encore quelques années impossible. Tu lui plait, c'est indéniable. Tu trouves seulement le courage de sourire contre sa bouche, ne voulant pas rompre ce baiser. Tu te presses contre son corps comme si tu cherchais à le retenir plus longtemps, comme si tu redoutais un réveil brutal et une prise de conscience douloureuse : que tout ceci serait le fruit de ton imagination, un rêve cruel te faisant croire à toutes cette folie amoureuse.
Mais non, Clive est bien là. Sa respiration saccadée, sa peau brûlante ne peuvent être un mirage. C'est palpable. Tu le sens qui frissonne sous tes doigts, comme la tension de ses muscles à mesure que vos caresses se veulent plus entreprenantes. Tous tes sens sont en éveil. Le toucher pour sentir la chaleur de sa chair, la vue pour graver ce précieux instant dans ta mémoire, l'odorat pour t'enivrer de son odeur corporelle mais aussi du léger parfum de son shampooing, le goût pour la saveur de ses baisers et l'ouï pour la mélodie de ses soupires.

Ses baisers dans ta nuque te volent un nouveau gémissement. C'est sa main sur ton ventre qui te fait perdre ton sang froid. Tu te retournes pour être face à lui, plongeant ton regard intense dans le sien, ta poitrine contre son torse. Tu allais l'embrasser quand tu te ravises, ne serait-ce pour faire durer le plaisir, augmenter davantage l'excitation qui s'invite en vous. Tu devines son trouble au fond de ses yeux, comme un puissant éclair. Clive a l'air d'apprécier ton allure de sauvageonne, ça te fait sourire malicieusement, te rendant plus irrésistible encore. Inoubliable peut être... Tu le désires si fort, mais tu te contentes de faire courir le bout de tes doigts sur sa peau, ses ongles s'aventurant eux aussi par intermitense. Et finalement, ce sont ses mains imposantes que tu te permets de poser contre ta poitrine. Ses doigts l'envelloppant, le battement de coeur en écho contre ses paumes. Une manière aussi de lui faire sentir combien il te perturbe, combien c'est sincère tout ça. Dans ce bref moment de calme, tu lui souffles que tu as peur. Que tu as besoin d'être rassurée, de savoir qu'il est là. Tu le lis au plus profond de son regard, le reflet de son inquiétude ou plutôt, devrons nous dire - cette crainte de ne pas être assez bien. N'est-ce pas mieux d'être de parfaits imparfaits ?

Clive caresse ta joue, calmant ainsi ton rythme cardiaque. Moi aussi...mais faut pas. Il murmure dans le silence de cet appartement. Dans cette presque obscurité où tu peux le distinguer grâce aux lumières de la ville.
Ce présent baiser est plus calme que les précédents, peut être même plus amoureux. Il n'en reste pas moins attrayant, tout aussi addictif. Tes doigts liés aux siens, tu te laisses emporter jusqu'à ta chambre et sur ce lit, contre son torse. Tu glisses ton bras autour de sa taille, ton visage près de son épaule pour ainsi mieux le contempler. La lumière nocturne détourne son profil à contre-jour, le parfait tracé de son visage. Ne t'inquiète pas... Tu fermes les yeux quand il caresse tes cheveux, mais une brève seconde. Tu te redresses, comme un refus de te résigner au repos. Pas encore, tu as envie de profiter de lui, même s'il sera là au petit matin. Tu voudrais que cette nuit n'est pas de fin. Tu glisses au-dessus de lui, une de tes jambes entre les siennes, tandis que tu viens l'embrasser avec une infinie tendresse. Le temps de t'engourdir un peu plus l'esprit de ce baiser, de la valse harmonieuse de vos langues. Tu soupires contre sa bouche, terminant par un baiser voyageur. De son menton jusqu'au haut de son torse. Tu déposes ta joue contre son buste, près de son coeur. Une accolade bercée par la mélodie de son palpitant. Tu fini par glisser à côté de lui pour le laisser maitre de ses mouvements et lui permettre de se mettre à l'aise. Tu réfugie ton corps presque nu sous les draps, en attendant le retour de sa peau contre la tienne...

Aux aurores, la sonnerie de ton réveil brutalise le calme de la chambre et surtout la plénitude de vos rêves. Tu râles doucement, attrapant à l'aveuglette ton portable meurtrier pour en arrêté le son. Il est beaucoup trop tôt - 5h - et tu n'as pas d'autres motivations que de rester au lit jusqu'à ce que tu sois contrainte de t'en extirper. Tu feras l'impasse sur ta course matinale. Tu sens cette pression dans ton crâne... mais quand tu vois Clive endormi à tes côtés, s'envole alors la pénibilité de cette gueule de bois. Ton réveil n'a pas l'air de l'avoir dérangé. Tu souris doucement, à moitié endormie et viens te coller contre lui, dans l'alcôve de ses bras. Tu mêles aussi vos jambes ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyDim 26 Nov - 2:13



Hello, my captain

WITH Dani


Dans toute cette magie, elle a pu percevoir ton trouble… Alors que tes mains se sont retrouvées sur elle, sur sa poitrine, tu as senti son cœur battre la chamade. Tu lui avoues que tu as peur. Ce que tu ne sais pas par contre? C’est que le cœur de la belle est déjà tourmenté par un autre homme, ce qui te troublerait sans doute. Pauvre Clive…

Tu caresses sa joue, tu es affectueux… Tu arrêtes ton petit jeu de séduction pour lui voler un tendre baiser, pour la rassurer. Un baiser qui révèle peut-être quelques sentiments éprouvants pour elle, un homme amoureux d’une femme qui le comprendra bien assez vite. Tu devras te construire un bouclier, pour ne pas tomber dans cette histoire, tu devras garder l’espoir… Tu n’es pas déménagé à Wawautosa juste pour ton poste de capitaine, tu le sais bien. Tes doigts emprisonnent les siens dans ta grande main, tu l’attires avec toi dans la chambre là où tu viens t’étendre avec elle sur le lit. Son corps contre le sien, tes bras protecteurs autour d’elle, ta main qui caresse ses cheveux avec affection. Tes lèvres déposent un baisé sur son front et tu lui dis de se reposer alors qu’elle t’observe avec admiration, tu la contemples, ta précieuse. Tu es bien là, tes yeux se ferment à moitié et tu profites de ce moment lorsqu’elle décide de se redresser. Tu l’observes curieux, elle glisse au-dessus de toi, tu avales ta salive… Sait-elle ce qu’elle provoque en toi? Tu rêves peut-être… Elle n’est sans doute pas réelle. Mais lorsque tu poses tes mains sur ses hanches et que sa bouche capture la tienne, tu te sens partir dans un autre monde, elle est bien là. Sa tendresse te rend fou, sa bouche t’enivre, sa langue est délicieuse… Tu fermes les yeux et tu profites du moment qu’elle t’offre avec douceur. Elle soupire contre ta bouche, un soupire sur lequel tu fantasmes, tu la désires. Ta main qui descend dans son dos jusqu’à ses reins, là où tu laisses de douces caresses, alors que son baiser voyage de ton menton vers ton torse. Tu frissonnes, tu souris lorsqu’elle pose la tête sur toi. Ton cœur bat trop vite contre son oreille, tu déglutis doucement sachant qu’il bat pour ta meilleure ami… Elle peut sentir ton rythme cardiaque assez élever, preuve qu’elle te fait beaucoup d’effet, tu es tourmenté par votre histoire. Tu viens d’arriver en ville et te voilà perdre contrôle… Tu savais bien que cela arriverait en la voyant, parce que cet automne, ton cœur battait tout autant en la voyant. Cela te rend nerveux. La belle retourne à coter de toi, puis se faufile sous les draps et tu fais pareil, tu retrouve la chaleur de son corps en la prenant contre toi, son corps à moitié nu, tu la réchauffes et attends qu’elle s’endorme pour te laisser aller toi aussi au monde des rêves.

Tu dors comme un vrai bébé, tu pourrais presque ronfler… charmant. Tu dors tellement dur que, tu ne te réveilles même pas lorsque la sonnerie de Dani sonne. C’est lorsqu’elle vient se lover dans tes bras et qu’elle emmêle ses jambes aux tiennes que tu en prends légèrement conscience -humm… Tu as peine à ouvrir les yeux, tu es encore très engourdi alors que ta main dans son dos descend dangereusement vers ses fesses. Tu la colles doucement contre toi puis tu souris les yeux encore fermer et tu te rendors, elle aussi. Vous êtes bien, à croire que vous êtes un couple parfait… Un contre l’autre, dans ce moment innocent, si quelqu’un vous voyait, il pourrait dire que vous êtes parfait. Tu sens quelque chose, tu soupires doucement, tu rêves sans doute… mais tu sens que du bien contre ton bassin puis, tu te rends contre de la situation. Le remue sensuel de ses hanches contre toi alors qu’elle rêve, tu te rends contre qu’elle t’excite sans le vouloir, c’est léger, mais assez pour te donner chaud. -Dani… tu souris réveillant la belle, un peu timide et tu te passes une main sur ton visage endormi. Tu clignes des yeux, t’avales ta salive pour regarder ta montre, 6 h, il est encore un peu tôt. -tu as fait de beaux rêves? dis-tu d’une voix presque basse, plus intime pour la réveiller doucement.         
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 EmptyDim 26 Nov - 22:55

Après l’expression avide de ce trop plein d’excitation, c’est le retour au calme. Dès l’instant où vous avez rejoins ta chambre, que son silence et sa pénombre vous a enveloppé, c’est comme si votre corps tout entier décidait de souffler un peu. Le feu brûle encore dans ton ventre, près à incendier tout ton corps si tu te laisses totalement guider par tes pulsions du moment. Or, le rappel de cette peur te fait un peu plus réfléchir : elle te ramène à ces questions qui te tourmentent sans cesse. De quoi te faut-il pour être heureuse ? Qu’est-ce qui te manque pour ne plus ressentir ce vide en toi ?
Tu connais la réponse, mais tu refuses d’y faire face pour l’instant. Tu n’es pas totalement prête, quant bien même ce besoin vital d’être à ses côtés.
Tu es seulement consciente qu’on ne échapper à son destin… Clive est là, il a réduit à néant ces nombreux kilomètres qui ont trop longtemps brisé ton coeur. La distance est assassine… mais quand tu sens Clive te caresser la joue, tes peines d’autrefois s’envolent, oubliées. Il est là, à présent et c’est ce qui compte le plus.

Tu te permets de lui voler un autre baiser, glissant au-dessus de lui pour sentir plus prêt la chaleur de sa peau. Mais surtout, l’écho de son coeur. Ton oreille posée là, contre son torse, un fin sourire étire tes lèvres. C’est une précieuse mélodie. Elle en devient ce que tu préfères écouter le plus au monde. Tu te pinces légèrement les lèvres avant de te laisser glisser à côté de lui. Clive, revenant près de toi. Sa présence te rassure jusqu’à ce que le sommeil vienne finalement t’emporter. C’est une nuit douce, cela fait probablement très longtemps que tu n’as pas dormi aussi bien.
C’est pourquoi, au petit matin, tu maudis la sonnerie de ton réveil. Tu te précipites même pour l’arrêter, de peur de le réveiller. Tu as envie de profiter de ce calme serein, de ce cocon agréable auquel tu as pris goût depuis hier. Tu te glisses dans ses bras, rassurée de le retrouver toujours endormi, avec cet air terriblement craquant sur le visage. Tu crois seulement l’entendre soupirer, quand te revoilà aux portes du sommeil. Sa main qui court jusqu’à tes fesses est une douce caresse sur ta peau.

L’heure suivante, ton corps se presse davantage contre le sien, tes hanches se mouvant sans que tu ne puisses les contrôler. Reflet de ce qu’il se passe dans ton esprit. Rappel de ce désir charnel qui aurait très bien pu se passer, si vous n’aviez pas voulu poser des limites lui et toi. Dani… Tu n’entends pas sa voix, du moins pour l’instant. Jusqu’à ce qu’il t’extirpe de ton rêve passionnel. Tu rouvres les yeux, te plongeant dans son regard gris. Un fin sourire étire tes lèvres. Il se veut innocent. Coucou toi… Quand tu te redresses légèrement, ton mal de crâne te rappelle les folies de la veille. Tu grimaces, une main sur ton front. Merde… Mais tu n’as pas le courage de sortir du lit, de quitter la chaleur de ses bras pour aller vous chercher une aspirine. Pas tout de suite. Après de longues minutes à profiter de votre proximité et le confort de tes draps, tu t’en extirpes sans complexe. Les seins nus. Clive ralentissant ton élan en enfermant ses bras autour de toi. Collé contre ton dos, prise en otage. Tu lui ébouriffe les cheveux avec affection, avant de te libérer - à contre coeur. Tu reviens dans la minute, deux verres d’eau à la main et un cachet pour chacun de vous.
Ce sera une bien longue journée… assise sur le rebord du lit, tu le regardes avec complicité, des souvenirs pleins la tête, les joues un peu rougies, aussi.

-fin-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


hello, my captain (clive) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: hello, my captain (clive) hello, my captain (clive) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
hello, my captain (clive)
Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: LAST JUDGEMENT :: - archives :: saison 1 :: rps-
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser