AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
- FERMETURE DU FORUM -
MERCI POUR TOUT, A BIENTOT !
Partagez
 

 the burn book / ivy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Løne Serritzlew

- prayers : 1655
- pseudo : justibanana.
- multifaces : luna la licorne, will le politicien idiot, julian le sexy docteur.
- id card : alexis ren + wcstedrose' (avatar), BLUECOMET(SIGNATURE).
- registration : 04/06/2018
- côté coeur : people always leave.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: ivy, noah, connor, disney (uc)

the burn book / ivy. Empty
MessageSujet: the burn book / ivy.   the burn book / ivy. EmptyLun 25 Mar - 12:42




the burn book

Bethany Byrd has an amazing ability to supress her gag reflex. Uses super jumbo tampons....slut.—  Regina George, Mean Girl.

Ivy and Løne

Quelle journée. Tu passais de plus en plus de temps à l’hôpital alors que les semaines avançaient depuis l’annonce de l’arrivée de la maladie dans la vie de ton frère. Tu échangerais sans hésiter ton diabète avec ses problèmes de poumons. Il avait tellement plus à perdre que toi. Parce que oui, vous étiez rendu à penser aux adieux. Jamais on est prêt pour ce genre de chose, mais tu te dis que avec la fin de la vie vient la fin de la souffrance pour lui. Tu ne veux pas le perdre, mais il n’est plus lui-même. Le souffle coupé, il ne peut plus être celui que tu as vu grandir à tes côtés.
Tu t’étais arrêté à la cafétéria de l’hôpital pour téléphoner ta famille. Oui, on est était là. Tu appelais les autres Serritzlew déjà au courant de sa condition, mais ils n’étaient toujours pas passé. Pas que tu voulais les voir. Auden avait droit à sa famille une dernière fois s’il le voulait. Ceux qui comptait était-là qu’il répétait, mais quand même. Tout le monde compte à ce stade. Aucune réponse de personne. Peut-être que c’est parce que ton nom s’affiche  sur leur écran lumineux. Tu avais fini par laissé un message sur la boîte vocale de ta mère. Tu ne leur aurais pas fait ce coup-là toi. Maintenant la balle était dans leur camp. Les médecins commençaient à te regarder les yeux plein de peine et te prenait de côté pour dire tout haut ce qu’ils se disent tout bas. Cette maladie n’avait pas de cure, quand elle arrive c’est toujours une question de temps. Le décompte semblait arriver près du zéro, alors tu passais tout ton temps avec lui. Il refusait que tu dormes à l’hôpital et tu avais avisé ta compagnie de danse. Parfois, il faut faire pause sur tout.
Tu arrives à la maison en soirée. Serena et sa princesse arrivaient. Tu faisais comme si de rien était en présence de ton frère, mais ce soir il méritait bien du temps avec sa petite famille que tu en veuilles à sa copine ou pas.
Tu devrais manger, mais tu pues l’hôpital et choisis plutôt d’aller sous la douche. C’est les cheveux en chignon et dans un t-shirt de garçon que tu ressorts. Pas besoin de faire aucun jaloux, il appartient à ton frère. Il refuse de porter les vêtements d'hôpital et tu es celle qui ramène ses vêtements à la maison pour les laver. Ivy t’avait montrer comment marche la marche quand tu l’as rencontré au Lycée. Jamais avant de passer deux semaines ici avais-tu eu besoin de faire quoi que ce soit toi-même. Bref, tu avais gardé un t-shirt la dernière fois. Tu le sens doucement disparaître aussi horrible que ça peut être et tu veux l’avoir avec toi un peu plus longtemps.
Chambre ou salon? Ta prochaine décision de la journée. Seule avec tes pensées ou avec la petite famille de bestiole et si tu as de la chance, tes colocataires. Avec une douillette, tu te retrouves au salon avec un chat sur les genoux. Tu le caresses sous son menton et ses ronrons parviennent à te faire sourire.  Helloooo? Y’a quelqu’un? Tu parles fort volontairement. Si un de tes amis étaient dans l’appartement, il sortirait peut-être de sa cachette, mais rien.
Tu te retrouvais à jouer sur ton téléphone entourer de tes bestioles. Réalisant au compte de têtes que Butt manquait à l’appel. Butt?? Tu l’appelles inquiète et au même moment tu l’entends derrière la porte. Ivy qui rentre d’une balade avec le toutou. Deux compagnons de plus, tu es bien heureuse de les retrouver. Je me croyais seule ce soir! Tu veux de la compagnie? Tu cherchais son meilleur ami pas très loin derrière. King habituellement était dans les parages si Ivy y était. Tu n’es pas avec King? Une soirée entre fille s'annonçait. Rien de mieux pour oublier un peu ce qui t’attendait demain matin. L’hôpital. Et même là, tu ne pouvais pas chialer, parce que le jour où tu n’y retourneras plus… Tu ne veux pas y réfléchir. Pas maintenant, pas durant une soirée entre fille. Butt qui en est une s’installe sur le canapé avec toi et au lieu de tapoter ton téléphone tu grattes son ventre tout chaud. Ivy était partie se mettre en pyjama elle aussi. Tu pensais à te mettre du vernil à ongle et tu te demandes si Butt aimerait avoir les griffes roses maintenant. Une idée que tu devras partager avec King puisque tu doutes qu’elle passe au comité de Mini Parker.
@Ivy Parker

_________________
I'm that bad type, Make your mama sad type. Make your girlfriend mad tight. Might seduce your dad type. I'm the bad guy, duh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



the burn book / ivy. Empty
MessageSujet: Re: the burn book / ivy.   the burn book / ivy. EmptyLun 1 Avr - 22:54


the burn book
"Friendship is the inexpressible comfort of feeling safe with a person,
having neither to weigh thoughts nor measure words."
Après quatre années passées en Floride, Ivy avait perdu l’habitude des hivers du Wisconsin. Du manteau de neige qui perdurait si longtemps qu’il en rendrait plus d’un dingue, transformant le paysage pendant de longs mois. Pas de neige en Floride. Pas de températures à -30°C non plus. Alors après des années loin de tout ça, jamais un hiver à Wauwatosa n’avait paru aussi long à Ivy, qui se réjouissait plus que jamais de voir enfin la neige fondre et disparaître pour les mois à venir. Elle reviendrait bien assez vite, elle n’aurait le temps de manquer à personne. Elle ne manquait pas à Ivy, en tout cas, qui se réjouissait de pouvoir promener Butt, le dernière arrivée de cette colocation déjà bien folklorique, sans avoir à patauger dans des dizaines de centimètres de poudreuse. A la place, ils avaient droit à de la pluie mais il fallait bien en passer par là pour que l’été se décide enfin à pointer le bout de son nez, alors Ivy prenait son mal en patience, et attendait le retour du soleil, un jour lointain, sous la capuche de son manteau pendant que Butt finissait de faire ses petites commissions. La pluie ne semblait pas la déranger, elle. Pas quand elle était avec Ivy en tout cas. Connaissant déjà bien son monde, mademoiselle faisait bien moins de caprices avec maman Ivy qu’avec maman Løne ou avec son père. Pas parce qu’Ivy lui donnait moins d’amour que les autres, loin de là, mais des trois, elle était clairement celle qui la couvait le moins et la laissait être un chien, plutôt qu’une poupée à déguiser. Heureusement pour Løne et King, Miss Butt se laissait faire de bon gré. Elle était aussi celle qui tapait du poing sur la table quand elle faisait une bêtise, s’attirant des regards courroucés des deux autres enfants gâtés.

La balade terminée, Ivy rappela la bestiole afin qu’elles fassent route vers l’appartement. Tu attends, averti-t-elle en déverrouillant la porte. Mademoiselle était trempée. Un séchage express s’imposait. Ayant remarqué la présence de Løne bien avant Ivy - elle l’avait sûrement sentie avant même d’être entrée dans le hall de l’immeuble - Butt attendit impatiemment qu’Ivy ait fini de l’essuyer avant de filer au salon saluer Løne confortablement installée dans le canapé. Je dis pas non… Quand j’aurais passé des vêtements secs, répondit Ivy à la proposition de Løne pour peu de compagnie. Son manteau accroché à l’entrée, elle fila vers sa chambre, où elle passa sa tenue de combat - aka le pilou pilou de circonstance, parce que pourquoi rester engoncé dans des vêtements serrés quand on prévoit de se prélasser sur le canapé, franchement ? Tu sais qu’on n’est pas constamment attachés l'un à l'uatre, n’est-ce pas ? fit remarquer Ivy en se laissant tomber dans le canapé auprès de Løne, Cha-Cha, qu’elle avait trouvé dans sa chambre, ronronnant à présent sur ses genoux. Il est chez ses parents. Comment va ton frère ? demanda Ivy, gratouillant son chat entre les oreilles. Si Løne n’avait pas envie d’en parler, Ivy n'insisterai pas. Mais peut être que c’était le cas, auquel cas Ivy se ferait une joie de lui prêter une oreille attentive, même si elle aurait préféré le faire dans de meilleures circonstances. Elle ne pouvait imaginer dans quel état elle serait si c’était Julian à la place d’Auden, en ce moment.

© Meg' // @Løne Serritzlew
Revenir en haut Aller en bas
Løne Serritzlew

- prayers : 1655
- pseudo : justibanana.
- multifaces : luna la licorne, will le politicien idiot, julian le sexy docteur.
- id card : alexis ren + wcstedrose' (avatar), BLUECOMET(SIGNATURE).
- registration : 04/06/2018
- côté coeur : people always leave.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: ivy, noah, connor, disney (uc)

the burn book / ivy. Empty
MessageSujet: Re: the burn book / ivy.   the burn book / ivy. EmptyMer 10 Avr - 3:57




Parler quand ça va bien. Easy peasy. Tu parles même trop et pour rien. Remplir le vide parce que tu aimes pas le silence autant que la solitude. Certains diront que tu aimes t’écouter parler. C’est surement un peu vrai. Aujourd’hui pourtant tu aimerais avoir rien à dire. Expliquer une journée à l’hôpital avec Auden a rien d’amusant. C’est étrange. Ton père, tu ne l’as pas vu avant sa mort. Tu étais loin d’être préparer. Tellement qu'aujourd'hui, tu  peux en parler comme s’il était toujours parmis vous. Auden, il sait. Tu le sais. Il semble plus en paix avec cette fin que quiconque parfois. Tu restes persuadé quand quand la nuit tombe et qu’il n’y a plus personne autour de lui qui a besoin d’être fort qu’il est en colère. Tu l’es pour lui en tout cas. Il le sait très bien. Maladroite avec les émotions, tu gères bien plus facilement que la tristesse. Passant souvent trop facilement aux cris plutôt qu’aux larmes. Personne est parfois quoi. Auden et toi venez d’un monde où si les sentiments ne vont pas avec le décor, tu les gardes pour toi.
Tu t’attendais à voir King revenir tout mouillé dans l’appartement aussi, mais maintenant que Ivy était dans des vêtements secs sa réponses à ta questions qui était sortie presque trop naturellement réussi à te faire sourire. Facetiming twenty four seven c’est pareil! Pas tout à fait, mais presque. Ils se racontaient tout dans ton imagination. Ta meilleure amie devrait être ta jumelle, mais tu ne lui parle jamais. Tu ne sais pas vraiment ce que c’est d’avoir une relation comme la leur. Ils sont surement plus fraternel que toi et n’importe quel de tes frères et soeurs.
Dans la même année, tu avais dû faire face à un deuil pas du tout annoncé. Une bombe avait explosé dans ton coeur sous forme de SMS maladroitement écrit par ce frère que tu vois doucement partir maintenant. Un deuil complètement différent. Égoïstement parfois, tu espères recevoir l’appel que tout le monde attend dans la peur. Pour toi. Pour lui. Pour tout le monde. Alors quand Ivy te demande comment ton frère va, tu ne sais pas quoi répondre. Tu doutes de savoir la vrai réponse. Tu ne sais pas non plus comment tu te sentirais si tu étais dans ses souliers. How are you supposed to feel when you’re dying? La question était lancé dans le vide. Tu ne t’attends pas à une réponse de Ivy. Tu sais seulement que tu n’as pas à lui mentir à elle. Tout le monde est dans le néant à attendre cette seconde bombe explose. Espérant qu’elle détonne en douceur. Sans douleur. Entourer de ceux qu’il aime.
Racontes-moi quelque chose. N’importe quoi, je veux me changer les idées. Te voilà qui lui faisait des yeux aussi grand que le chien. Elle pouvait inventer une histoire, te décrire un film, anything would be good. Tu veux juste penser à autre chose que les aventures des Serritzlew et la maladie. Son chat était sur le canapé. Tu tapais sur ton côté du fauteuil en criant le nom du tien.   Tu es une fille et même si c’est un cliché, tu es l’une de celle qui aime les potins et le vernis à ongles et les filtres instagram. Un vrai gamine de vingt et un ans quoi. Sauf que tu gérais des histoires trop lourdes pour ton âge. Le meilleur moyen de les vivre? Deny.
@Ivy Parker

_________________
I'm that bad type, Make your mama sad type. Make your girlfriend mad tight. Might seduce your dad type. I'm the bad guy, duh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



the burn book / ivy. Empty
MessageSujet: Re: the burn book / ivy.   the burn book / ivy. EmptyMer 24 Avr - 23:47


the burn book
"Friendship is the inexpressible comfort of feeling safe with a person,
having neither to weigh thoughts nor measure words."
Une soirée entre filles, ça faisait du bien parfois. De quoi grignoter, des potins, quelques confessions aussi pourquoi pas ? D’autant que la situation avec King était compliquée depuis le retour en ville de Will, une situation qu’Ivy était loin de savoir comment gérer. Quant à Løne, elle gérait bien trop en ce moment pour qu’Ivy ait osé venir la déranger avec ses histoires. C’était futile, à côté de la perte d’un frère. Si c’était Julian à la place d’Auden, sur ce lit d’hôpital, Ivy n’en aurait sûrement plus grand chose à faire de quoi que ce soit. Ivy n’avait donc pas l’intention d’embêter Løne avec tout cela lorsqu’elle pris place sur le canapé, Chacha sur les genoux. D’elles deux, c’était sûrement Løne qui avait le plus besoin de parler, de se confier. Loin d’Ivy l’envie de ramener la conversation à ses problèmes qu’elle jugeait bien futiles, en comparaison. C’est bien pour ça qu’elle ne répondit pas à la remarque de Løne quant à l’habitude qu’avaient King et Ivy de s’appeler sur facetime plus souvent que deux personnes qui vivaient sous le même toit ne le devraient, certainement. Depuis le retour de Will, une gêne qui ne leur était pas coutumière s’était installée. Will, et surtout sa relation avec Ivy, c’était le sujet tabou. Ivy avait donc préféré prendre des nouvelles d’Auden… Tout en sachant pertinemment qu’il y avait peu de chances qu’elles soient bonnes.

Sans surprise, Ivy ne trouva pas grand chose à dire à la réponse de son amie. Il n’y avait rien à dire, de toute façon. Rien qui ne change quoi que ce soit, ou n’apaise vraiment la peine qu’on pouvait ressentir en voyant un proche s’éteindre à petit feu, emporté par une maladie que la science ne savait encore traiter. Ivy ne pouvait qu’imaginer. Essayer de se mettre dans les chaussures de Løne. Le deuil, elle l’avait connu très jeune. Trop jeune pour vraiment réaliser. Dans sa tête d’enfant, elle était juste consciente qu’un jour sa maman était là, et le suivant, on lui annonçait qu’elle ne reviendrait plus. Ce qui, quand on a trois ans, n’a absolument aucun sens. Mais y a-t-il seulement un âge où la mort prend un sens ? Auden était jeune, encore. Son décès n’avait pas plus de logique que celui de sa mère, arrachée à sa famille par un stupide accident. Ne trouvant pas de mot utile, Ivy se contenta donc de prendre la main de Løne dans la sienne et de la serrer doucement. Je suis là, lui disait-elle ainsi, en silence. Whatever you need. Et c’était visiblement d’une distraction dont Løne avait besoin. De penser à autre chose qu’à ce deuil qui approchait à grand pas. N’importe quoi ferait l’affaire.

Etait-ce le moment de parler de ce qu’elle avait sur le coeur ? Tout ce qu’elle gardait pour elle depuis un an ? Son petit écart de conduite serait peut être une bonne distraction, après tout. J’en ai peut être une bonne… Mais va me falloir une pizza, d’abord. Dégainant son téléphone, Ivy pianota rapidement sur l’écran. Ils n’en était pas à leur premier repas livré à domicile, à la colocation. Elle savait quoi prendre sans avoir à trop poser de question. Va aussi falloir que tu me promettes de pas en parler à King… ajouta-t-elle, levant le regard de son écran pour le poser sur Løne. Quelque chose que King ne savait pas. Rien de très commun, et son amie devait le savoir. Elle les connaissait tous les deux depuis assez longtemps. Sa commande passée, elle reprit ses gratouilles à Chacha, contrarié qu’elle se soit si brutalement interrompue. Après un moment de silence, Ivy reprit la parole. En rentrant de Miami l’an dernier, je suis restée quelques jours à New York. I just needed to… Clear my head. Laisser derrière elle ses études, si près du but, n’avait pas été chose facile. Elle avait une besoin de se retrouver un peu seule face à ses pensées avant de rentrer et d’annoncer à sa famille qu’elle avait tout abandonné sur un coup de tête. J’ai croisé Will, là bas et… we kind of… slept together… avoua-t-elle, ses joues s’empourprant. Ivy, la reine des quiches niveau relations amoureuses. La fille la moins impulsive quand il s’agissait de son coeur, ou de relations charnelles. Having a one night stand… with her ex. Il était fiancé. Je le savais mais… Petit haussement d’épaules. Elle le savait, mais elle l’avait fait quand même. Parce que c’était Will. Ils avaient parlé, beaucoup, et une chose en avait entraîné une autre. Rien ce prémédité. Seuls, juste tous les deux dans cette chambre d’hôtel, ça avait semblé… Simple. Normal. Naturel, presque. Jusqu’à ce qu’au retour à la réalité, en tout cas. Là, c’était devenu bien plus compliqué. Et maintenant il est de retour en ville, avec sa pou… Sa pouf ? Oui oui, ça avait bien failli lui échapper. Sa fiancée. Et je vais avoir le plaisir de les voir préparer leur parfait petit mariage juste sous mon nez. Amère ? Légèrement, oui. Elle avait tiré un trait sur sa relation avec Will il y a longtemps, mais ça ne voulait pas dire qu’elle mourrait d’envie de le voir en épouser une autre juste sous son nez.

© Meg' // @Løne Serritzlew
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



the burn book / ivy. Empty
MessageSujet: Re: the burn book / ivy.   the burn book / ivy. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
the burn book / ivy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Burn book [Samantha]
» 05. A book club ? Yes sir !
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» [WCH] Golden Book
» what you did not know about bill clinton!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - westwatosa :: baraboo-
Sauter vers: