AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Loving and fighting (ralph)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Randy Fisher

- prayers : 149
- pseudo : monster
- multifaces : l'adorable benou.
- id card : luke mitchell (c) mckenzistuff & me
- registration : 17/11/2018
- côté coeur : l'éponge a trouvé son hérisson.

MessageSujet: Loving and fighting (ralph)   Dim 2 Déc - 17:03

Loving and fighting
I can't imagine a world with you gone
Ralphy  
Journée éreintante. Éreintante est le mot parfait, pour une journée dont tu as bien cru ne jamais voir le bout. Sacoche à ton épaule. Lunettes sur le bout du nez, tu bailles. Claqué que tu es. Tu tiens la cadence, ça te plaît de donner des cours en parallèle de ton boulot. Honnêtement tu ne pensais pas t’épanouir autant et pourtant.. c’est le cas. Ça te plaît de donner des conseils, t’aimes pas dire cours. Bon c’est le mot adéquate, mais tu n’as pas suivi une formation.. tu fais ce que tu peux avec ce que tu as. Si tu arrives à motiver certains pour sortir de leur lit le matin ou mieux les passionné comme tu l’as été dans le passé. Eh bien tu te sens heureux. Tu ne pensais pas ressentir ça en disant oui y a de ça trois mois.. et c’est tout à fait le cas. Bon ça te donne des journées épuisante, surtout aujourd’hui. Puisque tu as enchaîné avec ton après-midi au commissariat. T’as pas le temps de t’ennuyer, ça c’est sûr. Soupirant en voyant l’heure, il va falloir rentrer à l’appartement.. tu ne sais pas pourquoi tu réagis ainsi .. t’aimes rentrer chez toi en temps normal.. enfin là ce n’est plus exactement chez toi, mais chez vous. Oui vous. Tu t’y attendais pas à ça. Devenir adulte. Prendre un appartement avec quelqu’un..avant il n’y avait juste toi et ton ex était venue s’installer chez toi.. là c’est toi et lui. Lui et toi. Ce vous qui te plaît, tu es sûr de ton choix, mais pourtant.. tu dois avouer qu’il t’arrive de rentrer à reculons à l’appartement. Pourtant tu l’as voulu de cette vie. Tu as voulu de lui et des animaux dans ta vie. Tu as voulu de ce grand changement.. une idée qui lui a plu tout autant qu’à toi.. et t’es là. Choisissant le repas pour ce soir. Parce que tu sais qu’il n’aura pas fait à manger.. s’il est là. Là encore t’es pas sûr. Et ça te prend déjà la tête. Ce matin tu t’es encore réveillé seul dans le lit.. te dépêchant par la suite pour ne pas être en retard. Et t’as fini par le trouver sur le canapé, endormi devant la télévision.. c’est comme ci vous reveniez en arrière. Et toi.. toi tu sais pas comment faire. Tu ne sais pas quoi dire. Parce que c’est lui qui fait tout ça en temps normal. C’est lui qui a les mots et qui s’est secoué les gens, pas toi. Non toi tu es l’imbécile qui fait rire ou qui est là pour courir.. ton utilité est peu intéressante si on regarde sous cet angle.. mais pourtant c’est vrai. Tu sais pas. Tu sais pas faire avec tout ça. T’es pas habitué, dans le fond personne ne l’est, mais toi encore moins. Parce que parler de ce qu’on ressent, non ce n’est pas toi. Alors tu préfères le laisser faire.. le laisser venir à toi ou s’échapper. T’en sais rien. Tu veux juste pas te prendre la tête. Parce que t’es comme ça toi. Tu finis par t’arrêter au premier resto à emporter qui croise ta route. Tant pis, ça sera comme hier, mais tu n’as pas la motivation d’en chercher un autre. Pas le courage non plus.

Un japonais en mains te voilà en direction de l’appartement. Fermant ta voiture. Tu souffles un bon coup et pars en direction de chez.. vous. Tu pries pour qu’il soit là et de bonne humeur ou d’humeur moins maussade. En fait, tu sais pas ce que tu attends en entrant, mais autre chose que d’habitude.. t’étais comme ça et en pire que tu songes.. c’est pour ça que tu dis rien. Que tu fermes ton clapet, parce que toi.. toi tu étais pire par rapport à lui. Et qu’il était là. Ce qui vous différencie. Parce que toi tu arrives pas à être là comme lui l’était.. « c’est moi, » tel un robot, tu rentres, déposes le tout. Laissant les chiens te faire la fête. Eux vont bien, ils n’ont pas l’air malheureux de ce déménagement.. ils ont de la place. Et puis ils ne sont pas seuls, Ralph est là. Il est là avec eux à longueur de journée.. déposant le sac sur le comptoir de la cuisine. Tu remarques qu’il est là. Ça te soulage, mais son état moins.. tu te racles la gorge. Tel un robot tu te mets en marche, « ça a été aujourd’hui ? » que tu lui demandes, plus par mécanisme qu’autre chose.. ses réponses tu les connais. C’est juste qu’à force tu ne sais plus quoi dire.. comment amener le sujet sans être .. méchant ? Froid ? t’en sais rien. Tu amènes le tout sur le table basse, pas vraiment de mouvement. « t’as trouvé du boulot ? » et paf. Tu mets les deux pieds dans le plat. Con que tu es, mais ça c’est toi.. c’est plus fort que toi.. tu t’en rends compte à ses gestes que tu as encore été trop loin. Ou pas t’en sais rien. Ton regard qui se focalise sur le sac, sur ce que tu vas manger. Gêne qui se fait sentir lorsque tu grattes ta barbe. Dernier vestige de tes mois de calvaire .. t’aurais dû te taire ? Ou pas ?


(c) nightgaunt
@Ralph Sloan

_________________
~ Cause it's you and me and all of the people with nothing to do. Nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why, I can't keep my eyes off of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ralph Sloan

- prayers : 7
- pseudo : marine.
- multifaces : chuck, l'enfoiré.
- id card : dylan o'brien + lempika (avatar), endlesslove (signature)
- registration : 26/11/2018
- côté coeur : tu l'a enfin, ton éponge, mais si tu continues, tu vas finir par la faire fuir...

MessageSujet: Re: Loving and fighting (ralph)   Ven 28 Déc - 16:36

Loving and fighting
I can't imagine a world with you gone
Ralphy  
La journée a été longue. Tu as pris soin des bêtes et de l’appartement. Ça te fait bizarre de ne plus vivre dans une maison. C’est la première fois que tu te retrouves dans un si petit espace. Il faut admettre que tu as été chanceux sur ce plan là. Tu es passé de la demeure familiale à la maison que ton grand-père t’a léguée. Cela dit, tu es heureux de ce nouveau départ à Wauwasota. Tu ne le montres pas, c’est vrai, mais ce n’est pas vraiment de ta faute. Tu n’en as pas encore conscience toi-même. Ton cœur est encore tout endolori par la perte de ton meilleur ami, suivi de près par le suicide de l’un des adolescents du foyer. Tu essayes de mettre tout cela de côté, de te focaliser sur le présent, seulement les images du corps inerte de Jace inondent encore ton esprit. Tu le nies, encore et encore. Criant à qui veut l’entendre que ton chien souffre plus que toi. Et soyons honnête, ça n’intéresse personne. Aveugle. C’est le mot. Tu ne vois pas la peine et le désarroi que tu provoques chez ton compagnon. Vous habitez ensemble, vous avez passé le pas et pourtant … et pourtant, tu n’es pas là. Une enveloppe vide, voilà ce que tu es. Encore, si tu t’en apercevais, tu pourrais faire quelque chose. Mais non, tu ne te rends pas compte que s’il t’envoie des piques ici et là, c’est avant tout car il s’inquiète pour toi. Toi, tu te sens juste attaqué. Tu ne comprends pas ses méthodes. Mais d’un autre côté, tu n’es pas sûr qu’il comprenait les tiennes quand c’était lui qui était au plus bas. Ceci dit, tu ne te sens pas au plus bas. Tu en as simplement marre de tout. Un rien t’attriste. Tu ne souris plus vraiment. You are a mess. Mais tout va bien dans le meilleur des mondes … Tu as désespérément besoin de te prendre une vraie claque … mais à quel prix ?

Allongé sur le tapis du salon, tu essayes tant bien que mal de remplir ta grille de mots fléchés. Tu n’as jamais été très doué pour ces jeux là, mais depuis quelques mois, tu t’obstines. Tu as bien conscience que si Randy achète le journal tous les jours et te le ramène, ce n’est pas pour que tu t’acharnes sur la partie jeux. Non, il te prend ce fichu journal pour que tu trouves du boulot. N’importe lequel. Parce que tu ne fais plus rien. Tu es devenu un vrai légume. Alors oui, Randy gagne assez d’argent pour vous nourrir tous les deux, seulement tu n’as pas été élevé pour être un homme au foyer. Non, ne rien faire, passer tes journées à glander, ça ne te ressemble pas. Ça pour le coup, tu en as conscience. Si tu es dans le déni total concernant la mort de Jace, tu as accepté celle de l’adolescent avec lequel tu travaillais au foyer. Tu as encore du mal à te dire que tu n’aurais rien pu faire pour lui. Tu penses toujours l’avoir laissé tomber au moment où il avait le plus besoin de toi, mais tu sais que c’est une pensée bien égocentrique. Le monde ne tourne pas autour de ta personne. Tu n’es pas un héros. Ton destin n’est pas de sauver toutes les âmes en peine. Tu le sais à présent. Tu ne t’es jamais pris pour Hercules, loin de là, mais d’une certaine façon, tu te pensais invincible, intouchable. Tu ne l’es pas.

Randy rentre. Tu entends la porte se refermer derrière lui, les chiens se précipiter vers l’entrée. Il n’y a que ton chat qui se moque de ce qui peut bien se passer. Il ne bouge pas de son coussin. Il s’annonce, un « c’est moi » qui parvient jusqu’à tes oreilles. Tu te redresses, puis te lèves. Sans un mot, tu te diriges vers la cuisine où tu l’as entendu poser un sac. Si tu avais été réellement toi-même, tu aurais sûrement fait une blague du style heureusement que tu me l’as dit, j’étais prêt à t’attaquer avec mon journal, ou quelque chose comme ça. Mais rien. Tu n’es pas toi-même. Il te demande si ta journée s’est bien passée et tu réponds davantage par habitude qu’autre chose. Tu hausses les épaules en acquiesçant de la tête. Tu pourrais élaborer, mais tu n’as pas grand-chose à lui raconter. Pas d’anecdote spéciale. Rien qui sorte de l’ordinaire. En réalité, tu pourrais lui dire que Lancelot a cassé un pot de fleur en jouant avec son ombre. Que le voisin du dessus à pester toute la matinée parce que quelqu’un a embouti sa voiture. Seulement, rien de tout ça ne te vient à l’esprit. Le néant. Tu oublies tout au fur et à mesure que les choses se produisent. Pathétique. Ta réponse n’a pas l’air de le surprendre ceci dit. Il a l’habitude maintenant. Votre routine n’est que mécanique. Les mêmes mots. Les mêmes questions. Les mêmes réponses. Pourtant, alors que Randy dépose votre repas sur la table basse du salon, quelque chose se produit. Votre routine est bouleversée. Une question : « t’as trouvé du boulot ? ». Tu le regardes, bloqué. Tu restes ainsi quelques secondes, comme si ton cerveau avait besoin de prendre en compte ces nouvelles informations. Tu le suis dans le salon et vois le journal toujours ouvert à la page des mots-fléchés. Il l’a probablement vu. Tu baisses les yeux, honteux. « Non, » lui réponds-tu sans prendre la peine de le regarder. La vérité, c’est que tu ne sais pas quoi chercher. Ta vocation a toujours été d’aider les autres, seulement maintenant … maintenant tu as peur d’avoir quelqu’un à ta charge. Tu ne veux plus jamais te sentir responsable de la vie de quelqu’un d’autre. Tu as envisagé quelques petits boulots, cependant les petites scénettes que tu tournes dans ta tête se terminent toujours en désastre. Serveur ? Tu es beaucoup trop maladroit. Vendeur ? Tu ne saurais pas où t’arrêter. Petsitter ? Tu ne voudrais plus rendre les animaux après. Livreur de journaux ? C’était une bonne idée ça, seulement ça ne changerait rien au fait que tu passes trop de temps à l’appartement à rien faire. Ça te ferait juste te lever plus tôt. Tu n’es pas inspiré, tu ne sais pas ce que tu veux faire. Tu ne sais pas ce que tu peux faire. Ceci dit, ton corps ne réagit pas comme à l’accoutumé quand Randy vous amène sur ce sujet. Tu attrapes le journal, tournes les pages jusqu’à trouver les petites annonces et te laisses tomber sur le canapé. « Y’en a plein, mais j’sais pas quoi faire. J’suis un boulet, j’ai aucune qualification pour tout ça. Ça m’plait pas. J’sais pas c’qui m’plait. » Tu râles plus ou moins, mais c’est un début. Une étape de passée. Ce n’est pas dit que Randy le voit de cette façon cela dit.

(c) nightgaunt
@Randy Fisher

_________________
HOLD ON    
i can't imagine a world with you gone, the joy and the chaos, the demons we're made of, i'd be so lost if you left me alone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Randy Fisher

- prayers : 149
- pseudo : monster
- multifaces : l'adorable benou.
- id card : luke mitchell (c) mckenzistuff & me
- registration : 17/11/2018
- côté coeur : l'éponge a trouvé son hérisson.

MessageSujet: Re: Loving and fighting (ralph)   Dim 20 Jan - 21:28

Loving and fighting
I can't imagine a world with you gone
Ralphy  
Traits tirés. Une fatigue qui se lit sur ton visage, mais tu ne dis rien.. du moins tu ne dis rien sur ton ressenti. Déglutissant.. tu as mis les pieds dans le plat. Tu t’en rends compte. Tu les as dit.. tu as dit ces fameux mots. Tu te mords à présent la langue. Votre routine que tu casses.. ça doit le surprendre tout autant que toi.. puisqu’il n’y a plus un son. Pas de regards. Parce que tu te sens con. Con d’avoir osé demander ça.. bien sûr que non. Tu t’attendais à quoi ? Soufflant intérieurement.. tu te sens vraiment con d’avoir posé cette question. Tu ne sais pas pourquoi.. ou alors pourquoi tu as attendu pour lui demander. Est-ce qu’au fond, cette situation commence à t’agacer ? Oui. Sauf que toi tu ne sais pas en parler, pas comme il faut. Pas comme lui.. t’es pas lui.. de vous deux, c’est lui qui trouve les mots pour faire réagir l’autre. Toi t’es la belle gueule, tu l’emmerdes. Tu te tais dans les profondeurs de ton âme. Lui il creuse pour te faire parler.. tu te sens con. Lui le cerveau, toi les muscles.. youhou. Vive l’image que tu reflètes de ton couple. Pourtant y a bien plus que ça entre vous.. tu le sais, tout autant que lui.. sauf que tu n’arrives pas à l’atteindre. Tes mots ricochent et éclatent contre sa carapace. Tu n’insistes pas. Tu respectes.. prenant de plus en plus tes distances. Rentrant à la maison à reculons.. une première.. et si vous aviez précipité la chose ? Et si tu aurais dû lui donner du temps. Tu ne l’as pas forcé à te suivre.. mais tu te voyais pas le laisser derrière toi. T’as été partagé.. ta belle sœur qui a besoin de toi, mais aussi lui. Lui ton partenaire. Lui qui a su obtenir ton coeur. Lui qui a su d’atteindre au pire moment de ta vie. Toi qui n’arrive à rien. Tu te maudis de ne pas savoir quoi lui dire.. de ne pas pouvoir l’atteindre.. de prendre de la distance par rapport à vous. Cette relation qui t’a t’en apporté.. oui tu te maudis.. comme maintenant d’avoir osé lui demander. Bien sûr que non.. mot que tu aurais pu prévoir. Passant ta main dans ta barbe. Barbe qu’il a toujours aimé.. qu’il touche de moins en moins.. tu ne sais pas pourquoi tu penses à ça.. parce que l’éloignement ne vient pas que de toi ? t’en sais rien.

Disposant les plats sur la table. Tu prends place face à lui. Gardant une certaine distance entre vous. Arthur qui vient se coucher à tes pieds. Heureusement qu’ils sont là que tu penses… eux qui le maintienne à flot.. qui vous maintiennent .. ton regard qui se pose sur lui.. lui qui s’agite. Sourcils qui se froncent.. routine qui est complètement cassée. Parce que d’habitude rien ne se passe comme ça.. d’habitude tu fermes ta grande bouche. Tu lui demandes ce qu’il a fait.. hormis sortir les chiens. Tu te plains un peu de tes boulots.. puis vous mettez un film. Il te parle.. un peu, mais là.. là il râle. Tu le regardes, tel un mélodrame. Ne comprenant pas. Attrapant une boîte, ainsi qu’une fourchette.. ton regard se porte vers ta nourriture. Tu ne sais pas si tu aurais préféré rien dire ou si .. si tu voulais réellement entendre ses mots. « dis pas d’conneries ! Tu sais très bien dans quoi tu es doué, tu veux juste pas.. » con. Con. Tu peux voir l’alarme qui s’active dans ta tête. Bien sûr que non, il ne veut pas. Voudrais-tu à sa place ? Non. « fin.. je.. » est-ce que tu vas prendre des gants à nouveau.. « avant tu savais c’qui te plaisait. c’qui t’animais... » reproches que tu lui balances. Tu finis par te lever.. parce que t’en as marre. t’en as marre de le voir ainsi.. se lamenter sur son sort.. Tu te sens ignoble.. parce qu’il fut un temps, eh bien c’était toi. Et jamais il t’aurait parlé ainsi… sauf une fois. « mais ta raison, reste ici à rien faire, les réponses vont te venir tout seul. » agacé que tu es.. blessé. Tu finis par attraper une bière. Évitant toujours son regard.. une question se pose, mais tu veux la chasser. Tu ne veux pas y songer.. et si dans le fond tu lui plaisais plus ? Vu qu’il ne sait plus.. vu qu’il n’est plus là. Que vous laissez ce vous doucement vous échappez.. tu bouillonnes.. tu sais que tu es con. Tu ne devrais pas lui parler ainsi.. pas comme ça. Pas maintenant, mais tu continues. qu’importe. Serrant les dents. « si tu sais pas c’qui t’plaît, tu fais quoi là. » que tu lui sors.. posant enfin ton regard sur lui.. doutes et peurs qui ressortent. Te maudissant intérieurement de dire ça.. pourquoi. Tu pouvais pas te taire ? Tu pouvais pas faire comme d’habitude ? Non. Ce soir t’en as marre.. t’as juste besoin de savoir.. est-ce que tu dois te battre ou tout simplement abandonner ? t’es tout autant perdu que lui.. mais le pire c’est que tu t’en veux. Parce que lui, n’aurait pas fait ça.. lui se serait battu, il n’aurait pas hésité. Pas comme toi. Oh que non. Faible et lâche que tu es..  


(c) nightgaunt
@Ralph Sloan

_________________
~ Cause it's you and me and all of the people with nothing to do. Nothing to prove. And it's you and me and all of the people. And I don't know why, I can't keep my eyes off of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Loving and fighting (ralph)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loving and fighting (ralph)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dessin-animé de Ralph Bakshi
» ❝ I want to spend my lifetime loving you ❞ Olivia & Timothy
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏
» Elvis Presley
» Les acteurs au potentiel ardaien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - northwatosa :: madison homes :: habitations-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.