AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 — get out of my house. (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mikkie Castello

- prayers : 119
- pseudo : rivendell, lucie.
- id card : vikander // avatar@moonlight.
- registration : 23/09/2018
- côté coeur : in a relationship, although she doesn't really feel in love anymore.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: available, fr [lenny, you ?]

MessageSujet: — get out of my house. (lenny)   Sam 17 Nov - 12:22


lenny x mikkie
La nuit tombe doucement sur Wauwatosa, alors que Mikkie se presse dans sa cuisine afin de terminer ses pâtes carbonara, un plat qu’elle fait lorsque l’inspiration et le temps lui manque. Elle soupire, essayant de bouger malgré la présence de Vad sans ses pieds. — Come on Vad, va voir ailleurs si j’y suis pas s’il te plaît. — La casserole remplie, elle essaye de se frayer un chemin vers le lavabo où elle verse l’eau chaude et ses linguines et en quelques minutes, ses pâtes sont prêtes à être engloutie, chose qu’elle ne manque pas de faire une fois tranquillement installée sur son canapé, les yeux rivés sur cette série venant de commencer à l’instant. Ce soir, elle n’a pas eu de nouvelles de Jasper, mais à vrai dire elle n’a jamais vraiment cherché à en avoir non plus, préférant faire la sourde oreille à ses appels et ses textos, ou prétextant toujours quelques choses comme une urgence de livraison à la boutique. Il a réussi à la faire venir ici, après tout, mais en trois mois, ils n’ont passés que très - trop - peu de temps ensemble. Mikkie finit ses pâtes, apporte son assiette sur le plan de travail, se disant que ça attendra demain et retourne s’affaler dans son canapé, laissant la soirée se dérouler. (...) Un bruit sourd se fait entendre dans le petit salon se trouvant en dessous de sa chambre, la faisant sursauter dans son demi-sommeil. Elle appelle Vad. Rien. Jusqu’à ce qu’elle l’entende aboyer. Mikkie fronce les sourcils, mais son coeur manque un battement quand elle entend la voix d’un homme. À vive allure, elle sort de son lit, enfile ses chaussons et descend en trombe les escaliers. Apeurée, elle se rue dans le salon. Et elle le voit. Lui. Son voisin. Elle s’arrête, bien trop stupéfaite par la scène qui se déroule sous ses yeux. — Mais c’est une blague ? Fichez le camp de chez moi. — Ni d’une ni deux, elle attrape un coussin avant de la balancer sur cet homme se trouvant dans son canapé, hors d’elle.

_________________
 
— i'm not scared of passing over or the thought of growing old because from now until i go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: — get out of my house. (lenny)   Sam 17 Nov - 21:34

Il avait trop bu. Beaucoup trop bu. Il avait tenté d’être raisonnable au départ, les mains fermement placées devant lui il avait prononcé le « non » plus convaincant qu’il n’est jamais prononcé. Mais Avalon lui avait fait les yeux doux, avait joint ses mains et cet enfoiré s’était mis à genoux –tout pour plaire à Lenny, surtout la dernière partie. Alors il avait cédé, mais juste un verre, pas plus. Il travaillait le lendemain et il devait vraiment faire attention à son foie, à ce rythme là, il n’en aurait plus dans cinq ans maximum. D’habitude, c’est Lenny le forceur, mais ces derniers temps, son ami a besoin de se changer les idées et le traine au bar dès que l’occasion se présente. Après plusieurs tournées générales –et surtout après avoir dépensé tout ce qu’il avait sur lui-, Lenny écrasait ses paumes sur le bar en déclarant rentrer chez lui. Avalon lui adressait une tape dans le dos, en lui disant qu’il resterait un peu plus longtemps. Un baiser délicatement posé sur son front, et il tournait les talons. Le reste de la soirée était plus ou moins flou. Tout ce dont il se souvenait c’était de s’être laisser tomber dans son canapé.

Un grognement traversait ses lèvres alors que quelque chose lui frottait le nez. En réaction, il passait une main lasse sur son visage, s’attendant à une blague stupide de son meilleur ami. Les yeux toujours fermés, il se rendait compte que ce n’était pas de la chantilly –vous savez, chantilly dans la main, chatouille au nez-. Les sourcils froncés, il ouvrait  lentement les yeux, la lumière du jour lui agressant les rétines. Un léger sourire étirait ses lèvres alors qu’il apercevait Vad, le chiot de la voisine, assis en face de lui, prêt à lui lécher le visage. Il y avait eu un léger moment de battement, un laps de temps très court –malgré la dose d’alcool dans son sang- pour réaliser que ce n’était pas logique que le chien de sa voisine soit dans son salon. Bordel. D’un geste vif, il se redressait sur le canapé et grimaçait alors qu’il était pris de vertiges. La bouche pâteause, les vêtements froissés, des tambours dans les tempes. Il n’était pas chez lui, ce n’était pas son salon et définitivement pas son canapé. Beaucoup trop confortable, il aurait du s’en rendre compte plus tôt. Il se grattait nerveusement la nuque en tentant de comprendre le pourquoi du comment et le mouvement avait du affoler le chiot puisque ce dernier se mettait à lui aboyer dessus. Un léger rire traversait les lèvres de Lenny, après tout le chiot le connaissait et ne voulait sûrement que jouer. Ne trouvant pas de jouet à proximité, il tentait de le caresser pour le calmer et le rassurer mais ce dernier lui mordait le doigt avant de se remettre à lui aboyer dessus. Sans réfléchir plus longtemps, il montait sur le canapé avant de lancer un coussin sur la bête. « Ne m’aboie pas dessus comme ça, Vad. » lâchait-il, le doigt pointé vers le concerné qui tentait de grimper sur le canapé malgré sa petite taille. « Tu m’en veux encore pour la dernière fois ? Excuse-moi. Satisfait ? Pas de ma faute si ta maitresse a un sale caractère. » Ses yeux se fermaient quand il réalisait que la maitresse en question était dans son dos. Il aurait préféré se faufiler à l’extérieur de la maison sans se faire voir et sans avoir à fournir d’explications gênantes, mais Vad avait favorisé un autre plan. L’air énervé, il se tournait vers Mikkie avant de s’exclamer. « Vous, qu’est ce que vous faites chez moi ? » Il se frappait intérieurement pour avoir dit ça. Elle aurait peut-être pu douter si elle était saoule comme lui, mais au vu du regard qu’elle lui adressait, elle était en pleine possession de ses moyens intellectuels. « Désolé, j’ai paniqué. » Son esprit était bien trop embrumé pour réfléchir à une échappatoire ; il aurait le droit à une soufflante.

Les bras ballants, il la regardait comme pour s’excuser de cette dernière remarque inutile et stupide. Le chiot continuait de lui aboyer dessus alors il lui jetait un autre coussin dessus en lui faisant signe de se taire. Il passait une main dans ses cheveux mal coiffés, réfléchissait sérieusement à ce qu’il allait dire pendant quelques longues secondes, avant de reprendre la parole. « Je crois que je me suis trompé de maison ? » soufflait-il en grimaçant légèrement, gêné. Il n’était même pas sûr en soi, il ne se souvenait de rien. Il riait doucement quand elle lui envoyait un coussin à la figure. « C’est mérité, d’accord. » soufflait-il en posant sa main sur son front. Le coup du coussin et les aboiements du chien n’arrangeraient en rien sa migraine post-soirée je crois encore avoir vingt ans. « Vous n’auriez pas de l’aspirine, par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
— get out of my house. (lenny)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» Little House on the Prairie [FB 1623]
» Inscription à la partie 83 Express - Dr House
» Wammy's House
» ⊰ I'm gonna pick up the pieces and build a Lego house

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - northwatosa :: madison homes :: habitations-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.