AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
CALENDRIER / 01.11.2019 ! Grand retour du forum après plusieurs semaines de maintenance. 16.10.2019 ! Retour de Adokoa (Pauline) dans le staff. 31.07.2019 : Réouverture du forum. Installation de la onzième version par Flames. Arrivée du nouveau PNJ The Devil. 11.07.2019 : Annonce du retour du forum, rédaction d'un nouveau contexte. 01.05.2019 : Fermeture du forum. 14.04.2019 : Installation de la dixième version par Flames. 10.02.2019 : Installation de la neuvième version par Flames. Mise en place de l'animation Mini rp. 02.12.2018 : Installation de la huitième version par Flames. Mise en place de l'animation calendrier de l'avent. 13.10.2018 : Installation de la septième version par Passenger. Mise en place du nouveau contexte Second Chance. Melvin Brock (Marie) rejoint le staff. 10.10.2018 : le forum fête son premier anniversaire.15.07.2018 : Installation de la sixième version par Passenger. . 01.07.2018 : le forum atteint les 100.000 messages. 12.05.2018 : Installation de la cinquième version par Passenger. 17.03.2018 : Installation de la quatrième version par Adoko. Mise en place de la partie Instagram et lancement de l'animation Zodiac. 20.01.2018 : Installation de la troisième version par Passenger et lancement du jeu Game of chance. 02.12.2017 : Installation de la deuxième version réalisée par Passenger. Mise en place des parties communication et graphisme. 09.11.2017 : Dani Brock (Pauline) rejoint le staff. 23.10.2017 : Effie Gardner (Lélia) rejoint le staff. 10.10.2017 : Ouverture officielle du forum. 03.10.2017 : Installation de la première version par Passenger 01.10.2017 : Création du forum. .
liens recherchés
------------------

WINTER TOGETHER / L'hiver arrive. Il est là plus tôt que les autres années et il est déjà rude. Les premières neiges parsèment les trottoirs de Wauwatosa. La ville et ses habitants ont toujours pris soin de leur commune. Ils aiment la voir briller de mille feux en attendant l'arrivée du père Noël. On est plus surpris de voir apparaître les premières guirlandes qui clignotent à travers les vitrines alléchantes et gourmandes. Les pâtisseries donnent envie. Les manteaux et les écharpes viennent couvrir nos tenues de mi saison. Cette année et encore plus que les autres années, Wauwatosa va aider ceux qui en ont besoin. Et en plus notre belle ville va s'illuminer et devenir la plus belle. Des concours de décorations, de sapins par exemples. Ces arbres vont éblouir les allées principales avant d'aller egayer les demeures plus austères. Hopitaux, orphelinats ou prisons aux alentours. Vous l'avez compris, c'est la solidarité qui va être au centre des fêtes. Comme chaque année le grand bal de Noël vous invitera à vêtir vos plus belles tenues et pour la bonne cause. Déambulez dans les rues, emmitouflés dans vos écharpes et doudounes. La neige va être présente, très présentes. Attention au verglas et aux boules de neiges perdues.

Partagez

You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde

Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyDim 28 Oct - 13:20



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Elle danse sur la piste, se laisse entraîner par la musique électro, comme en état second. Seule, au milieu des autres personnes présentes, Bonnie n’a pas pleinement conscience des hommes qui viennent près d’elle, se colle à elle. Se laissant portée par l’ambiance, il lui arrive de flirter avec quelques uns, glissant ses doigts dans leur nuque, collant son corps au leur. Mais ça s’arrête là. Parce que même alcoolisée, Bonnie n’ira pas plus loin. Pas ce soir en tout cas. Alors, quand ils se font un peu trop entreprenants, la brune les repousse sans ménagement, sans ambigüité. Retirant leurs doigts un peu trop explorateurs, repoussant leur visage d’une paume de main. Et ils peuvent la traiter d’allumeuse ou pire, elle s’en fiche pas mal Bonnie. Après tout, qu’a-t-elle fait de mal ? Ce n’est pas elle qui est allée à leur rencontre, et elle n’a rien promis !  

Au bout de quelques chansons, la tête lui tourne, et la jeune femme quitte la piste pour se rendre au toilette histoire de se rafraichir. S’aspergeant le visage, Bonnie s’obverse un instant dans le miroir. Son mascara a un peu coulé, ses cheveux sont en bataille. La belle se refait une beauté, rapidement, comme les deux autres filles à côté d’elle qui appliquent à nouveau du rouge à lèvre ou remettent en place leur soutien gorge. Bonnie les observe, par miroir interposé, sans aucune honte. Elle les regarde, ces femmes plus âgées qu’elle, et au maquillage beaucoup trop outrancier. Est-ce qu’elle les envie ? Non, absolument pas. Et pourtant, c’est bien ce qu’elles croient à en voir le sourire supérieur qu’elles affichent en la détaillant de haut en bas tout en la jugeant. Bonnie s’éclipse sans un mot, non sans rouler des yeux. Elle se faufile dans la foule du club, pour retrouver son frère et leurs autres amis dans le carré qu’ils ont réservé. La belle, fatiguée, ne compte pas rester encore longtemps. Déjà qu’elle n’avait pas envie de sortir ce soir… mais face à l’insistance de son frère – sans comprendre pourquoi et sans chercher plus loin surtout – elle avait fini par abdiquer, quitter son pyjama en piloupilou pour une tenue mettant ses formes en valeur et un maquillage adapté. Mais là, Bonnie, en a marre et mal aux pieds. Alors, elle va rentrer…

Perdue dans ses pensées, la jeune femme rentre dans quelqu’un, à un mètre à peine de l’endroit où se trouve son frère. « Putain, tu peux pas faire attention ?! » qu’elle lance, irritée, alors que c’est tout autant sa faute si ce n’est plus, puisqu’elle ne regardait pas où elle allait. Et quand la brune relève la tête vers la personne, elle se fige instantanément, ses yeux s’écarquillant légèrement. « Qu’est c’que tu fous ici ? » qu’elle demande d’une voix dure pour cacher l’ascenseur émotionnel qu’elle subit présentement. Sur toutes les personnes présentes ici, il a fallu qu’elle tombe sur lui… Et un regard derrière suffit à comprendre que ce n’est pas une coïncidence, à en juger l’air satisfait de Al qui les observe. A quoi il joue ?! Qu’elle se demande, alors qu’elle semble avoir subitement perdu sa langue. Et ses moyens. Parce que Bonnie ne comprend pas pourquoi Al l’a fait venir, ne se rappelant pas de la confession qu’elle a pu faire, quelques années plus tôt et que son frère n’a pas oubliée. Et si, en temps normal, elle serait allée vers Al d’un pas déterminé pour lui passer un savon, là, Bonnie se retrouve comme pétrifiée face à Clyde

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyDim 28 Oct - 22:37



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Clyde, la ponctualité, il connaît pas. Que ça soit pour sa vie pro comme sa vie privée, il ne connaît pas. La seule exception, c’est pour la musique, mais l’Irlandais est sans groupe, depuis presque 8 mois. Vu son caractère de merde, trouver une certaine stabilité dans un groupe, c’est mission impossible, pour lui. Depuis qu’on l’a viré de son groupe, il y a des années de cela, Clyde, il rame. Il en a presque mis de côté son envie de percer dans la musique, car, faut pas se voiler la face, la flamme, elle ne l’habite plus autant qu’avant. Trop brisé pour ça, Clyde, trop fier cependant pour l’admettre. Alors l’Irlandais, il s’acharne dans un boulot qui l’emmerde, il enchaîne les nanas et il s’attache à faire la fête plus que de raison. D’ailleurs, en parlant de fête, ce soir, il est de sortie. Mais en retard…

Le brun fend la foule, à la recherche de son meilleur ami. C’est en effet Al’ qui l’a convié à se perdre dans cette boite, que Clyde connaît par cœur, pour y traîner régulièrement. Ayant fait un crochet vers le comptoir, il a désormais un verre de sangria à la main, alors qu’il s’efforce de rejoindre Al’. Il n’hésite pas à échanger quelques sourires, quand il croise la route d’une nana qui lui plaît bien. Comme souvent quand il sort, Clyde n’a franchement pas l’intention de repartir d’ici tout seul. Pour l’instant, il est en repérage, il ira à la pêche plus tard. Mais plus tard se retrouvera sans doute encore plus éloigné qu’il ne l’espérait, car voilà qu’on lui rentre dedans. Faut dire qu’il ne faisait pas forcément gaffe à l’endroit où il allait, son regard ayant été happé par une jolie rousse, aux courbes plus que généreuse. « Et me… », commence-t-il à pester, s’arrêtant toutefois quand une voix furax attire son attention. Pourquoi, parmi toutes les personnes présentes ici, fallait-il qu’il tombe nez-à-nez avec la Turner ? Car il n’a aucun doute sur le fait que ça soit elle, Clyde, tant la voix de Bonnie n’a cessé de le hanter, durant ces dernières années. Tout comme la silhouette de la jeune femme l’a hanté. Il a pourtant tout fait pour l’oublier. A croire que l’emprise de la musicienne est bien plus forte qu’il ne le pensait (ou n’osait se l’avouer). Un léger sourire se dessine sur les lèvres du guitariste, face à la réaction de la brune, quand elle le reconnaît enfin. Sourire loin de paraître aussi railleur qu’il le voudrait, même s’il s’efforce de lui insuffler un tel sens, mais il ne s’attendait pas à la voir. Pas ce soir. Plus jamais. Pourtant, Al’ a quelque fois émis l’hypothèse que le duo se retrouve, comme au bon vieux temps. Sauf que Clyde n’a jamais voulu. Il a pardonné à l’aîné des Turner, car celui-ci n’a jamais rien fait n’a exclu Clyde du groupe qu’à contre-cœur, là où Bonnie, et Clyde en est certain, a été parmi les plus empressés à se débarrasser de l’Irlandais. (N’est-ce pas pour ça qu’elle a couché avec leur producteur d’alors ?) « Parce que maintenant, t’en as quelque chose à foutre, p’têtre ? ». Il se le demande sincèrement. Elle n’a jamais cherché à le recontacter, après qu’il ait été viré du groupe. Il n’a changé de numéro que quelques semaines après. Il n’a déménagé que quelques mois plus tard. Son père, par contre, habite toujours au même endroit, et Clyde lui rend visite régulièrement. Alors oui, du point de vue de Clyde, Bonnie n’a jamais cherché à renouer avec lui. Mais lui n’a pas fait ces démarches non plus, bien qu’il n’avait rien à se faire pardonner… Clyde est donc amer. Surpris aussi. « T’as toujours pas appris à t’excuser, en tout cas, à ce que j’vois ! », crache-t-il. Il fait allusion à la bousculade, bien entendu. Au fait qu’il ait failli se prendre son verre sur lui. Et aussi peut-être à leur passé. Bien qu’il serait plus enclin à pardonner la récente boulette de la brune, plus facilement que le fait qu’elle lui ait brisé le cœur et ait contribué à ce qu’il soit viré du groupe.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 13:41



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Elle perd ses moyens l’espace d’un instant la brune, alors qu’elle réalise que c’est Clyde en face d’elle. Le cœur qui bat la chamade sous la surprise, Bonnie reste figée un instant, avant de reprendre contenance. Affichant un masque de froideur, c’est d’une voix sans âme qu’elle lui demande ce qu’il fout ici. Des années qu’elle ne l’a pas vu ni même croisé – et faut dire qu’elle s’y employait – et voilà qu’elle tombe sur lui, parmi une centaine de personnes. Putain. Un regard vers son frère pour comprendre que ce n’est pas le fruit du hasard. Et Bonnie voudrait aller le voir, lui passer un savon en public en l’insultant de tous les noms, mais ses jambes semblent clouées au sol. Curieusement, c’est la gêne qui vient la prendre subitement, alors qu’elle détourne les yeux et remet en place la bretelle droite de sa robe argentée qui met en avant ses courbes.  Si elle en a quelque chose à foutre ? Bien évidemment que oui ! Si elle s’est esquintée à l’éviter toutes ces années, ce n’est pas pour le croiser en boîte ! Mais ça, Bonnie, elle ne le dit pas, ses lèvres désespérément closes. A la place, elle hausse les épaules, alors qu’elle repose ses yeux sur l’irlandais. Mais elle n’arrive pas à le faire longtemps, que déjà ses iris vagabondent dans la grande salle, papillonnant sur les gens qui dansent ou discutent autour d’eux. De nombreuses fois elle s’était demandé comment elle réagirait si elle se retrouvait devant lui, se faisant tout un tas de scénarios possibles. Mais elle n’avait pas du tout envisagé agir de la sorte : mal à l’aise, à vouloir déguerpir le plus vite possible.

Et si Bonnie semble irritée par cette rencontre fortuite, il semble en être de même de Clyde alors qu’il lui lance une pique, ouvrant ainsi les hostilités. Attention retrouvée, Bonnie darde sur lui un regard presque noir, alors qu’elle croise les bras. « J’vois pas pourquoi j’devrais m’excuser, c’est toi qui m’es rentré dedans, c’est à toi d’le faire. » qu’elle lance d’une même voix que lui, visage fermé. Mais elle bluffe Bonnie. Parce qu’elle même ne regardait pas où elle allait. Et donc ne sait pas si ce qu’elle avance est vrai ou pas…. N’attendant pas la moindre réponse de sa part, la jeune femme passe devant lui, non sans le bousculer légèrement, direction le reste du groupe et son frère qui n’a pas perdu une seule miette de cet échange. Ce penchant vers lui, Bonnie ne perd pas une minute pour le réprimander, avant d’annoncer qu’elle va rentrer. Bien évidemment, Al ne compte pas la laisser filer aussi rapidement et la supplie presque de rester, tandis qu’il la retient par le bras alors qu’elle s’apprêtait à partir. Un coup d’œil vers Clyde. Hésitation. « J’vais fumer » qu’elle finit par lancer à son frère. Et avant qu’il ne puisse faire la moindre remarque, Bonnie est partie – non sans tituber un peu - repassant devant Clyde sans même le calculer… Al s’apprêtait à lui dire quelque chose, et la brune sait parfaitement ce que c’est. Un mois qu’elle n’a pas touché à une clope, et voilà que l’envie la démange…

Dehors, Bonnie inspire un grand coup, le froid venant lui mordre la peau. La belle n’est pas repassé par le vestiaire pour prendre une veste, bien trop pressée de s’éloigner de Clyde, qui la perturbe plus que de raison. Mais voilà, un mois qu’elle ne fume plus, et bien évidemment, elle n’a rien sur elle… Heureusement, ce n’est pas les fumeurs qui manquent et après avoir taxé une clope à l’homme non loin de là et l’avoir remercié, Bonnie s’éloigne. Inspirant un grand coup, elle hésite un court instant… « Fait chier » qu’elle lance, pour finalement tirer une latte. Bon dieu ce que ça lui a manqué ! Et si elle se pensait tranquille dehors, c’était sans compter celui à qui elle a taxé une cigarette qui a vu là un moyen de flirter et plus encore. Et elle a beau l’ignorer, ne pas lui répondre, l’homme ne compte pas s’avouer vaincu si facilement… « Fous-moi la paix » qu’elle finit par lui lancer en le repoussant. « Quoi ? Ton mec est dans l’coin ? » qu’il demande, lançant une œillade autour d’eux, voyant parfaitement que Bonnie est toute seule. « Il va pas tarder » qu’elle affirme, en s’éloignant. Et coïncidence ou non, c'est pile à cet instant que Clyde débarque à l'extérieur. « Le voilà » que Bonnie lance à l'homme en pointant Clyde du doigt. Mais l'inconnu semble dubitatif. Évidemment, il va lui falloir des preuves. Alors, sans réfléchir, la brune se dirige vers son ex d'un pas décidé et vient plaquer ses lèvres sur les siennes sans attendre, priant mentalement pour qu'il ne la repousse pas. Ça ne dure pas longtemps, quelques secondes à peine. Suffisamment pour que, du coin de l’œil, Bonnie capte l'homme qui s'éloigne, une nouvelle cible en ligne de mire. Une fois fait, Bonnie met fin à cet échange. « Désolée » qu'elle marmonne, les joues légèrement rosies. « Fallait que je me débarrasse de lui » qu'elle ajoute en tirant une latte sur sa clope, faisant un signe de tête vers l'inconnu qui a finalement décidé de rentrer chez lui.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 18:55



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Un soupçon de sourire apparaît sur les lèvres de Clyde, face à la fougue avec laquelle Bonnie s’empresse de lui répondre, rejetant sur lui la faute de la bousculade. Pour un peu, le guitariste pourrait se croire revenu des années en arrière, à l’époque où ils se chamaillaient en public, pour mieux profiter l’un de l’autre, à l’abri des regards indiscrets. Oh, bien entendu, même quand ils n’étaient qu’à deux, ils s’enflammaient régulièrement, dès qu’ils étaient en désaccord, ou juste pour se tester. Mais Clyde a conscience du temps passé. Il se le bouffe en pleine face, alors qu’il observe la Turner. Elle a vieillie, bien entendu, comme tout le monde. Il aimerait dire qu’elle a pris des rides, ou du poids, ou qu’elle n’a plus rien d’attirant. Mais il n’en est rien, bien au contraire. Et putain, ça, ça l’emmerde, le brun ! « Plutôt crever ! » peste-t-il. Par fierté. Hors de question pour lui, de s’excuser alors qu’il n’est pas le seul en tort. Déjà qu’il a du mal à le faire quand il a entièrement merdé. Clyde reste donc fidèle à lui-même, plus encore à celui qu’il était, face à la musicienne. Qu’elle l’ait entendue ou pas, Clyde s’en balance, il lui fallait juste rétorquer ça. Il lève les yeux au ciel, tout en soupirant profondément, alors qu’elle est partie. Comme pour saluer ces retrouvailles, il boit, deux bonnes rasades de sa sangria. Faudra qu’il pense à engueuler Al, tout de même, car le Turner ne l’avait pas prévenu que sa frangine serait de la partie. Il y aurait réfléchi à 2 fois, sinon, Clyde, avant de décider à venir ici ! Il n’a pas bougé d’un pouce, durant la confrontation de Bonnie face à son frère. Clyde n’avait pas envie d’entendre la brune déverser sa rancune à son encontre. Il a déjà une assez bonne idée de ce qu’elle doit penser pour lui, il préfère ne pas entendre cela à voix haute !

« Va t’faire foutre, Al ! », qu’il râle, quand son meilleur pote vient vers lui, tâchant de parler. Clyde ne sait pas ce que son ami veut dire, il ne lui en laisse pas le temps. Il veut juste lui faire comprendre que son petit manège, il ne l’a pas apprécié, pas du tout, même ! Non, là, il préfère boire. Aussi vide-t-il son verre, d’une seule traite. Si Clyde est habitué à boire trop, et pas forcément de manière raisonnée, là, pour le coup, c’est pire que d’habitude. Et ça ne passe pas inaperçue à Al, qui le connaît depuis de longues années. Le Turner fini même par tenter sa chance, en envoyant Clyde dehors. Bien entendu, il veut que son pote tombe nez-à-nez avec Bonnie. Mais il enrobe cela sous une bonne excuse. Une excuse à la con. Voilà comment l’Irlandais se retrouve missionné d’aller attendre Leïa, une de leur vieille amie de lycée, qui est de retour en ville pour un bref séjour, après des années passées à arpenter le monde. Al, lui, bien entendu, il a une bonne excuse pour rester ici : il doit arbitrer un petit concours à la con que se sont lancés certains de ses potes, ce soir. Et si l’arbitre s’absente, le concours est faussé. « Waouh, t’es vraiment chiant ce soir ! »

Il récupère sa veste, pour pas crever de froid dehors, mais surtout, pour avoir ses clopes. Hors de question de poireauter, sans avoir de quoi tuer le temps, tout en se tuant à petit feu. Sa veste, il l’enfile tout en sortant, c’est sans doute pour ça qu’il tarde à voir Bonnie s’approcher de lui. Et quand il la remarque enfin, elle est déjà bien trop proche pour qu’il puisse faire quoi que ce soit. Faut dire qu’il ne s’attendait pas non plus à ce qu’elle fasse une telle chose, ça l’a pris au dépourvu, l’Irlandais, de sentir les lèvres de la Turner se poser sur les siennes. C’est trop bref pour qu’il réagisse vraiment, pour que son cerveau se remette réellement en état de marche. Il est clairement paumé et interrogatif, quand cet infime baiser touche à son terme. Il secoue la tête, quand elle lui explique ce qui l’a motivé à agir ainsi. Puis il lâche un rire, amer. « Tiens donc, il n’était donc pas à ton goût ? », demande-t-il comme si c’était étonnant. « Ou tu t’éclates juste à embrasser des inconnus en soirée ? Sauf que là, pas de bol, c’était moi ? » Le pire, c’est qu’il pense chacun des mots qu’il profère. Trop focalisé sur leur histoire, sur ce qu’il croit – à tort – être une trahison de la part de la Turner. Il a été blessé, Clyde, et un Clyde blessé est un Clyde qui se montre mauvais. Tellement mauvais qu’il agit comme un gosse, quand il s’essuie les lèvres du revers de la main, comme pour y effacer pour de bon le goût des lèvres de Bonnie. En soi, c’est aussi bien pour l’emmerder, que pour se protéger lui, en dissipant ce goût d’un passé trop amer à ses yeux. (même si ce retour en arrière fut agréable, et qu’il ne l’avouera jamais, pas plus que son envie d’avoir plus que ces quelques secondes.) « En fait, fais bien ce que tu veux, j’en ai rien à foutre ! », ajoute-t-il, ayant pris soin de ne pas laisser le temps de répondre quoi que ce soit à la jeune femme. Et pour mieux illustrer ses propos, il s’éloigne de quelques pas, juste pour atteindre un petit muret, sur lequel il fini par s’asseoir, et allumer sa clope, tout en guettant les arrivées, pour ne pas louper Leïa. Alors pourquoi s’arrange-t-il pour avoir Bonnie dans son champ de vision ? Un simple hasard, qu’il vous répondra, de mauvaise foi. Une pure envie de dégager des dragueurs trop cons et trop lourds, en réalité, même si Clyde ne fera sans doute rien, par pure fierté. Elle est grande, la brune, maintenant. Et plus rien, pour lui.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 19:35



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Est-ce que la soirée aurait pu être pire ? Difficilement envisageable par Bonnie, alors que ses pieds touchent à nouveau le sol et qu’elle s’éloigne un peu de Clyde. Déjà qu’elle ne s’attendait absolument pas à le voir ce soir, et voilà qu’elle l’embrasse, pour dégager un mec relou. Putain. Si y’a une force supérieure à l’œuvre, elle doit bien s’amuser présentement ! Évidemment, Bonnie explique rapidement ce geste, pas que Clyde se fasse des idées, ne remarquant pas son geste de s'essuyer la bouche. Sauf que voilà. Ça ne lui a pas déplu, à la jeune Turner qui, contre toute attente, se surprend même à vouloir recommencer. Retrouver les sensations passées… Envie qui s’estompe tout aussi rapidement alors qu’elle a un éclair de lucidité. Secouant légèrement la tête pour faire disparaître cette envie qu’elle est intimement persuadée être née à cause du trop plein d’alcool qu’elle a ingurgité ce soir…

Face au sarcasme de Clyde, Bonnie se contente de rouler les yeux avec insistance, avant de tirer une nouvelle latte sur sa cigarette. Pour sûr qu’elle regrettera ce moment de faiblesse demain matin, comme le reste de cette soirée qui ne fera qu’empirer à coup sûr. Mais pour l’instant, la brune profite de la nicotine qui emplit ses poumons et s’emploie sans doute à lui causer un cancer. Mais là, elle s’en fout pas mal Bonnie. Parce que c’est le seul truc qui lui permette de faire face à la situation dans laquelle elle se trouve. Surtout que Clyde ne fait rien pour arranger les choses, au contraire même ! Il les empire, s’escrimant à lancer des piques plus ou moins subtiles à la jeune Turner. Et si elle ne voulait rien répondre, ne voulant pas entrer dans son jeu, Clyde finit par parvenir à la pousser à bout. « Bah ouai, c’est exactement ça ! Toi ou un autre c’est pareil, même combat ! » qu’elle lance sur le même ton que lui, regrettant déjà ce qu’elle vient de dire. Parce que bien évidemment, ce n’est pas le cas, et elle est bien plus contente d’être tombée sur lui pour ce qu’elle a fait que ce qu’elle veut bien se l’avouer. « Et oui, je fais c’que je veux. » qu’elle marmonne tandis que Clyde s’éloigne pour aller sur le petit muret non loin de là. Bonnie le suit des yeux, sans un mot et sans bouger. Elle reste là, plantée comme un piquet, finissant sa clope, le corps qui grelotte de froid, regrettant de ne pas être passée chercher sa veste au vestiaire avant. Surtout qu’elle ne compte pas rester, pas vraie ? Le temps passe, et aucun mot n’est prononcé. De temps en temps, Bonnie lance des coups d’œil à Clyde tandis qu’elle danse d’un pied sur l’autre pour essayer de se réchauffer mais aussi parce qu’elle a mal aux pieds. Et elle se demande qui il attend. Une fille, à n’en point douter, mais qui ? La connait-elle ? Comment est-elle ? Beaucoup de questions qui viennent lentement insinuer le sentiment de jalousie en elle…

Quand subitement, son portable - planqué dans son soutien-gorge - se met à vibrer, la faisant sursauter. D’une main tremblante de froid, Bonnie le sort sans gêne, scrutant l’écran où un SMS vient d’arriver. Texto de son frère qui demande si Clyde est avec elle. « Évidemment » qu’elle s’exclame à voix basse. Bien sûr qu’Al est encore derrière tout ça. Jamais l’irlandais ne serait venu dehors de son plein gré. Roulant une nouvelle fois des yeux, la jeune femme range son portable en le calant dans son bonnet, sans répondre à son frère. De toute façon, elle a les doigts gelés. « Tu peux rentrer, j’ai pas besoin d’un baby sitter » qu’elle lance à Clyde avec les dents qui claquent, pensant à tord qu’il n’attend personne. La claque qu’elle est sur le point de se prendre va lui faire mal…

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 20:31



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Pas loin d’une dizaine d’années sans se voir, et ils se prennent de nouveau la tête. Clyde pourrait trouver ça marrant, mais ça l’emmerde, au fond. Surtout la désinvolture utilisée par la brune, pour le mettre sur un pied d’égalité avec n’importe quel mec qu’elle pourrait bien rencontrer. Il feint que ça ne l’atteint pas, mais la réalité est toute autre. Seulement, il est hors de question qu’elle puisse deviner que les mots qu’elle profère le touche, d’une manière ou d’une autre. Et pourtant, son regard dévie parfois vers elle, alors qu’il attend une autre nana. On ne peut qualifier Leïa d’amie, pour Clyde. Elle a été amie avec Al, plutôt. Elle a figuré dans la liste des conquêtes de l’Irlandais, les deux lycéens se voyant, de temps à autre. Surtout à l’époque où Bonnie faisait partie de l’équation, et que Clyde se plaisait à tout faire pour la rendre jalouse. Il esquisse un petit sourire, en tâchant d’imaginer la réaction de la Turner, quand elle verra Clyde avec Leïa. Il aimerait qu’elle soit touchée, d’une manière ou d’une autre, mais il ne se fait pas d’illusion. Elle s’en foutra. Elle l’a bien dit : Toi ou un autre, c’est pareil, même combat ! Une réplique qu’il aurait pu aussi lui balancer, si l’occasion s’était présentée. Fichue fierté.

Il manque de s’étouffer en fumant, quand Bonnie lui adresse de nouveau la parole. Le guitariste tousse, pour finalement esquisser un sourire railleur. « Prends pas tes rêves pour la réalité, Turner, j’suis pas là pour toi ! » Il y a de l’amertume, dans sa voix. Et dans son regard, comme une lueur indiquant que si ce temps a existé, il est révolu depuis bien longtemps. « J’attends plutôt une de nos vieilles connaissances… Tu devrais être heureuse de la revoir, d’ailleurs… », dit-il. Il jubile, l’enfoiré, il est vraiment fier de son coup. « Tu sais, Leïa… ? », lance-t-il, assénant le coup de grâce avec une délectation des plus cruelle, bien qu’une fois de plus, il ne se leurre pas : elle s’en tape. Il pourrait bien s’envoyer sa meilleure amie, qu’elle n’en aurait rien à ciré. Ca ne serait qu’une perte de temps pour Clyde. Il s’en fout, de la jeune femme, maintenant. Ou il aimerait le croire, et le faire croire. Et la pauvre Leïa, dans tout ça, qui arrive, ignorant qu’elle va débarquer en pleine guerre entre le duo terrible de Bonnie & Clyde. « Clyde ! ». Quand on parle du loup… Impacte dans 3…. 2…. 1….

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 21:40



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

« Ah. » c’est tout ce qu’elle parvient à rétorquer. Qu’est ce qu’elle croyait franchement ? Elle aurait dû s’en douter. Elle le savait en plus. Mais non. Quasi persuadée qu’il était sorti, dans le froid, pour elle. Pathétique. Et elle ne dit rien, quand elle se prend cette première claque en pleine tête. Par contre, la deuxième est plus douloureuse et lui va droit en plein cœur. Leïa. Bonnie détourne les yeux, ne sachant pas si elle frissonne de froid ou à cause de ce prénom qui sort des lèvres de Clyde. Déjà à l’époque, la brune la détestait. La jalousait de par sa proximité avec l’irlandais. Si ses conquêtes de l’époque, la jeune femme n’en avait rien à faire habituellement, avec Leïa, les choses étaient différentes. Et le pire, c’est que Bonnie ne pouvait rien dire. Impossible de l’ouvrir. Car ils ne formaient pas un couple à l’époque. Pas officiellement. Et ils ne le voulaient pas d’ailleurs. Car cela aurait tout compliqué dans le groupe. Alors, ils se voyaient en cachette. Sauf que dans la lumière, l’un comme l’autre ne se faisait pas prier pour flirter avec d’autres gens, voire plus. Enfin, Bonnie n’a fait ça que devant Clyde, pour le faire enrager. Elle n’est jamais allée très loin. Et quand il n’était pas là, elle ne faisait rien, adolescente à l’époque. Et Leïa a fini par faire partie de l’équation pendant un moment sans que Bonnie ne puisse faire quoique ce soit. Alors, que ce soit encore le cas maintenant, dix ans plus tard… ouai, ça lui fait mal putain.

Et quand on parle du loup, la voilà qui débarque, toute guillerette, ce qui irrite profondément Bonnie. Leïa saute littéralement dans les bras de Clyde sous les yeux de la brune qu’elle ne calcule pas le moins du monde et qui serre les mâchoires encore plus qu’avant. Et ce n’est pas parce qu’elle a froid. Le cœur qui se serre également, douloureusement, Bonnie voulait attendre de voir s’ils allaient s’embrasser ou pas. Mais cette idée la blesse beaucoup trop et elle préfère détourner les yeux… « J’crois que j’vais vomir. » qu’elle lance sans réellement savoir s’ils ont entendu ou pas. Un haut le cœur la prend. Ce tourbillon d‘émotions et ses pensées qui partent dans tous les sens, sans parler de l’alcool dans son sang, lui donnent le tournis. Et, après avoir écrasé sa clope sur le sol, Bonnie se met en marche, le plus loin possible de ce couple improbable. Sa veste ? Elle s’en fiche pas mal. Tant pis, son frère la prendra pour elle. Hors de question de repasser devant le duo… Quant à appeler un taxi, la brune a les doigts crispés de froid, impossible pour elle de composer un numéro. Le vent glacé lui mord la peau, mais Bonnie relativise. Cela lui permettra de se remettre les idées en place et, tant qu’à faire, décuver plus rapidement. Par contre, elle risque de tomber malade. Mais cette évidence ne lui vient absolument pas dans l’instant. « Putain ça caille » qu’elle lance pour elle-même, tandis qu’elle marche en titubant légèrement.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 22:18



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Si seulement Clyde daignait bien ouvrir les yeux, il réaliserait que sous le plaisir qu’il a de blesser Bonnie, il y a de la douleur. Que ça marche ou pas n’importe pas, en réalité. Trop ancré dans le passé, avec la peine que la brune lui a fait ressentir, il ne peut analyser ses émotions correctement. Il ne comprend pas le petit picotement qu’il ressent, depuis tout à l’heure, depuis qu’elle s’est brièvement collée à lui pour lui donner un baiser au goût de trop peu. Assis comme un con sur son muret, en train de lancer des piques à la Turner, il (c)rêve (d’envie) de l’attirer à lui, et de lui donner un baiser digne de ce nom. Mais il n’en fait rien. Pas plus qu’il ne cherche à faire quoi que ce soit pour repousser son ancienne comparse du lycée, de ses bras. Pire : il resserre même ses bras sur la frêle silhouette de Leïa. Comme s’il était aussi heureux qu’elle, de la retrouver. Comme s’il ne préférerait pas que ce corps pressé contre le sien, soit celui d’une certaine musicienne. Il est crédible, dans son rôle du type bien content de revoir une ancienne du lycée. Il est aidé par le fait qu’il se leurre, comme un crétin. Les yeux clos, Leïa dans les bras, il se force à croire que c’est la Turner. Et ça marche. Et il se prend une grosse claque dans la gueule, quand il rouvre les yeux, et voit que Bonnie n’est plus là. Il l’a entendu dire qu’elle était à deux doigts de vomir, un peu plus tôt, mais s’était dit que la jeune femme faisait sa diva. Ca lui ressemblait bien, ça. Sauf que non…

Des yeux, il balaie les environs du regard, cherchant à voir où se trouve Bonnie. Autant dire que ce changement d’attitude face à Leïa, ne passe pas inaperçue à l’ancienne amante de l’Irlandais. Elle en vient à agiter sa main devant ses yeux, pour qu’il revienne sur Terre, et se reconcentre sur elle. « Désolé, faut que j’aille savoir ce qu’elle fout, Al’ va m’tuer sinon ! », qu’il prétend, quand il a enfin vu la silhouette de la brune s’éloigner de la boite, insensible aux efforts de Leïa pour qu’il se souvienne qu’elle est là, pour un bref séjour. La jeune femme pousse un soupir en levant les yeux au ciel, tout en lançant un simple : « Ouais, il y a des choses qui ne changent jamais ! ». Preuve que Bonnie et Clyde n’étaient pas aussi discrets qu’ils l’espéraient, à l’époque, certains ont bien captés qu’un truc se passait entre eux, sans avoir la moindre preuve de quoi que ce soit pour autant. Mais cette alchimie entre eux, bien sûr, certains l’ont captés, et la remarquent toujours, même après autant d’années….

Et comme autrefois, Clyde n’entend plus vraiment ce qu’on lui dit. Il n’a jamais aimé voir Bonnie mal. Il n’a pas pour autant eu le réflexe d’aller la voir de suite. Mais il n’est jamais resté insensible bien longtemps. Ca restait toujours mesuré, Clyde n’est pas le gars le plus démonstratif, encore moins dans sa relation complexe avec Bonnie. Mais il se montrait présent, à sa façon. Ce qu’il s’apprête à faire là, alors qu’il la suit, à grande enjambées. « Tu pars vraiment comme ça ? », qu’il proteste, quand il est à proximité d’elle, mais encore à quelques pas derrière. « C’est ma présence, qui t’emmerde autant, ou celle de Leïa ? », raille-t-il. Alors qu’au fond, cette question, elle est importante, il veut une réponse honnête, mais ne sait pas si c’est une bonne idée de l’avoir. Alors, il abat sa dernière carte : « Si c’est moi, t’es mal barrée. Figure-toi qu’Al songe à me prendre dans votre groupe, et que la plupart des membres sont pour… ». Al a mis des semaines avant de convaincre Clyde de tenter sa chance. Suite à quoi, il a montré des vidéos de Clyde en train de jouer, quand il n’a pas directement convié des membres du groupe, à voir l’Irlandais jouer, quand il se produisait sur des scènes ouvertes. Pour l’instant, rien n’est donc sûr. Aussi bien du côté du groupe, que du guitariste. Et ça l’emmerde, Clyde. Car il aimerait rejouer avec Al, comme à la bonne vieille époque. Il aimerait aussi rejouer avec Bonnie, mais ça, il ne veut pas l’avouer. Mais il ne se sait pas forcément prêt à revoir régulièrement l’Américaine. Pas alors qu’il a autant envie de lui foutre une magistrale claque ou lui lancer des piques assassines, que de la plaquer contre un mur pour l’embrasser et redécouvrir la moindre parcelle de son corps. Quelle merde !

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 22:51



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Elle marmonne dans sa barbe Bonnie. Elle maudit son frère, Clyde, Leïla. En fait, elle maudit la Terre entière présentement. Et se maudit elle-même et sa foutue fierté pour ne pas avoir rebroussé chemin pour aller chercher sa veste. Quelle idée franchement. Ok, c’est bien sympa de se la jouer raisonnable et responsable en décidant de rentrer à pied et non en voiture, mais faire ça alors qu’on entre dans l‘hiver et qu’il fait un froid pas possible… Les dents qui claquent, le corps qui tremblent, les pieds qui lui font mal sur ses talons bien trop hauts, Bonnie ne paye vraiment pas de mine. Et comme si ça ne suffisait pas, une voix familière s’élève dans son dos. Sa voix. Et elle ne s’y attendait pas du tout Bonnie. Mais au fond ça lui fait plaisir. « Et toi ? T’as pas une blonde à sauter ? Ou c’est déjà fini peut-être ? C’était du rapide ! » qu’elle lui lance sans se retourner et en continuant à marcher, parlant bien évidemment de Leïa qu’il a laissé en plan alors qu’elle venait d’arriver. Mais punaise, qu’est ce que ça rebooste sa fierté !

« Qu’est ce que ça peut bien te faire ? » qu’elle rétorque, lorsque Clyde demande ce qui l’embête le plus entre lui ou Leïa. Et franchement ? Les deux. Clairement. Même si elle est bien plus contente que ce qu’elle veut bien se l’avouer d’être tombée sur l’irlandais ce soir. Ou plutôt cette nuit… Mais c’était sans compter ce qui va suivre. Et aux mots de Clyde, cette fois, Bonnie se stoppe. Net. « Qu’est c’que t‘as dit ? » qu’elle demande sanas réellement attendre de réponse. Nul besoin de faire répéter Clyde, parce qu’elle a parfaitement entendu et compris ce qu’il a dit. Plongeant ses yeux dans les siens et au vu du regard satisfait qu’il lui lance, l’irlandais ne ment pas. Et ce n’est pas tant le fait que qu’il revienne dans le groupe, qui la fait se mettre en colère, mais que son frère ne lui en a absolument pas parlé ! Pire encore, que tout le monde soit au courant, sauf elle ! « J’y crois pas putain, quel sale con ! » qu’elle lance avec de grands gestes en parlant de son frère. Ok, ils ont besoin d’un guitariste parce que le leur les a lâchés, mais ils n’avaient pas fini les auditions et ce n’est pas les guitaristes de talent qui manquent. Alors pourquoi ? Pourquoi après toutes ces années ? « C’est pour ça que t’es là… » qu’elle rétorque finalement, se faisant cette réflexion à voix haute. Sauf qu’un autre questionnement lui vient subitement. « J’croyais que tu voulais plus rien avoir à faire avec nous, hein ? » qu’elle lui demande, un peu amer tout en croisant les bras sur son corps gelé.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyLun 29 Oct - 23:24



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

C’est déraisonnable, d’avoir suivi la brune, Clyde le sait. Mais c’est plus fort que lui. Il ne veut pas lâcher l’affaire aussi vite, même s’il ne sait pas ce qu’il attend. Ou si : il veut juste son attention, il l’a toujours voulu, si on y réfléchi bien. « Non, j’suis pas d’humeur à me faire une blonde ! ». Ca, c’était plus fort que lui. Peut-être une part de vérité qui lui échappe, aussi. S’il pouvait être honnête, vraiment honnête, il avouerait qu’il préférerait finir dans le lit d’une brune. Lit qu’il aurait possiblement partagé, durant ces dernières années, si les choses n’avaient pas pris une telle tournure. Mais on parle de Bonnie et Clyde, alors rien n’est moins sûr.

Il continue à la suivre, sans cesser de la provoquer. Bien entendu, elle se refuse à répondre, quand il cherche à savoir qui elle fuit, entre lui ou Leïa. C’est pour cela qu’il parle de la proposition d’Alfred. Là, ça fait mouche. Tant et si bien que la Turner s’arrête de marcher, et ça, pour le coup, Clyde ne l’avait pas anticipé. Il manque de lui rentrer dedans, s’arrêtant à temps. Et il jubile, de la voir aussi stupéfaite. A tel point qu’il en lâche un petit rire moqueur. « Je veux plus rien avoir à faire avec toi », dit-il, insistant bien sur l’identité de la personne qu’il cherche à éviter, celle qui a toute sa rancune à présent, « mais j’ai toujours envie de rejouer avec mon pote. » Alfred. Bien entendu. Ca avait été un délire entre Clyde et Al, à l’époque, de jouer de la musique, puis de fonder un groupe. « C’est plaisant, n’est-ce pas, de découvrir que ton groupe peut décider des trucs sans toi ? » Il y a comme un goût de vengeance dans les mots du guitariste, et pour le coup, elle est bien présente, il ne peut le cacher. On la détecte même dans la façon qu’il a d’écraser enfin sa clope, présentement terminée.

Assez étonnament, après qu’il ait levé les yeux au ciel, fier de lui, le voilà qui retire sa veste. Pour la tendre à Bonnie. Accompagnant le geste d’un : « Ca serait con que tu chopes la mort avant que j’ai pu prendre une décision ! ». Laissant planer là le fait qu’il ne se la joue preux chevalier que pour la pourrir au mieux par la suite. Soit en acceptant de rejoindre son groupe et en la faisant chier aux répét’. Soit en refusant et en prenant un malin plaisir à la voir en galère pour trouver un guitariste correct. Il n’est pas prétentieux, Clyde, juste réaliste. Il sait que les putains de bons guitaristes, ça court pas les rues. Tout comme il sait qu’il a un sacré talent avec cet instrument. Son seul problème est son caractère de merde. Sans ça, il se serait déjà fait un nom dans la musique, on le lui a déjà dit. « Et Al serait capable de me casser la gueule, en plus… », ajoute-t-il bien rapidement. Ce qui est vrai, d’une certaine façon. Mais bien entendu, il n’y a pas que ça. Clyde le sait. Il ne peut juste pas rester les bras croisés, alors que la brune se les gèle. C’est plus fort que lui. Réflexes de merde.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyMar 30 Oct - 9:12



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Bien sûr Clyde tourne la situation en dérision, comme à son habitude. En dix ans, il n’a vraiment pas changé. Et si à l’époque, Bonnie aurait pu esquisser un sourire, là il n’en ai rien. Elle a tout sauf envie de rigoler la brune. Elle ne se sent même pas flattée à l’entendre dire que ce soir ce ne sera pas une blonde qu’il ramènera. Parce que dans tous les cas, ce n’est pas elle qu’il ramènera… Secouant légèrement la tête pour faire partir cette pensée, Bonnie tente de se raisonner. Ce genre de réflexion n’est pas approprié. Pas dans son état, et pas alors qu’elle est censée être en couple et amoureuse. Censée…

Clyde la fait revenir sur Terre en affirmant que c’est elle qu’il ne voulait plus voir. Bien sûr… Bonnie ne peux s’empêcher de rouler des yeux. « Et donc, tu ne veux plus me voir et pourtant tu reviens dans le groupe ? N’importe quoi ! » qu’elle rétorque rapidement. « Au cas où t’aurais oublié, j’en fais partie. Et je ne risque pas de partir ! » qu’elle affirme, décidée. Pourtant, c’est bien ce qu’elle devrait faire maintenant que Clyde va revenir. Tout ça n’inaugure vraiment rien de bon… Et la petite pique que lui lance le musicien n’arrange rien. Ce sentiment de trahison qu’elle peut ressentir en cet instant, de savoir que son groupe ne l’a même pas concertée pour cette décision pourtant oh combien importante ! Et elle sait que Clyde appuie là où ça fait mal juste pour se venger de ce qu’il s’est produit il y a dix ans. Même si, au final, ce n’est pas elle qui l’a viré du groupe… Mais le nœud qui vient de se former dans sa gorge l’empêche de le dire à voix haute. De toute façon, à quoi bon remuer le couteau dans la plaie en mettant sur le tapis ce qu’il s’est produit à l’époque ? C’est du passé. Et ce n’est jamais bon de ressasser le passé, Bonnie le sait bien.

Figée un instant lorsque Clyde lui tend sa veste, Bonnie hésite quand à ce qu’elle doit faire et se décide, au bout de quelques secondes de réflexion, à prendre le vêtement. « Et j’te ferai pas ce plaisir ! » qu’elle rétorque en ne captant que le début de phrase, tandis qu’elle l’enfile en grelottant. Le silence se fait de nouveau entre eux, mais pas pour longtemps, car déjà Clyde le brise. « Merde, j’vais p’tete la retirer alors ! » qu’elle répond la brune lorsque l’irlandais évoque la possibilité de se prendre une raclée par Al si quelque chose devait arriver à sa petite sœur. Et elle affiche un sourire Bonnie. Le premier vraiment sincère de toute la soirée !

« Tu peux retourner avec les autres, je rentre de toute façon »
qu’elle finit par lancer pour briser ce nouveau silence entre eux. A croire que c’est une nouvelle habitude. « Surtout que tu n’veux plus rien avoir à faire avec moi j’te rappelle » qu’elle ajoute, non sans esquisser une légère grimace. « J’filerai ta veste à Al, il te la rendra » qu’elle termine tandis qu’elle retire ses chaussures, son visage exprimant tour à tour soulagement et surprise due au contact de ses pieds avec le bitume beaucoup trop froid. Et elle se met en branle la brune. Pieds nus, ses chaussures à talon dans une main, elle s’éloigne de Clyde, sans attendre une quelconque réaction de sa part, persuadée qu’il rebroussera chemin pour retourner avec son frère et les autres. Avec Leïa…

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyMar 30 Oct - 16:12



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Clyde pourrait presque rire de la situation, s’il ne la trouvait pas pathétique et consternante. Se retrouver face à Bonnie, des années plus tard, et toujours s’ingénier à avoir son attention portée sur lui, ainsi qu’à la provoquer. C’est comme ça, que ça fonctionne, entre eux, aussi étrange que ça paraisse. Toujours plus facile de s’emmerder mutuellement que de parler à cœur ouvert. De toute façon, Clyde, son cœur, ça fait bien longtemps qu’il y a renoncé. La seule fois où il a assumé le fait d’en avoir un, il a été piétiné… « C’est bien parce que t’es là que j’ai besoin de réfléchir. », crache-t-il, méprisant ouvertement de devoir lui refaire de nouveau face, trop régulièrement. Il ne s’en sentait déjà pas capable, quand Al avait commencé à le faire chier pour qu’il intègre le groupe, et là, en ayant recroisé la brune, c’est encore pire qu’avant. Il pensait avoir mieux réussi à l’oublier que cela, mais faut croire qu’il a présumé de ses forces. Un petit sourire victorieux salue l’absence de réaction de la Turner, quand l’Irlandais fait un parallèle entre le groupe de Bonnie qui ne voit pas avec elle pour intégrer un nouveau groupe, et leur groupe de l’époque, qui avait œuvré pour virer Clyde.

Ses yeux se lèvent au ciel, alors que la musicienne daigne enfin prendre la veste qu’il lui tend. Il ne se laisse que quelques secondes pour scruter la jeune femme, portant sa veste, avant de lui reprendre la parole. Quelques secondes comme pour voyager dans le temps, et essayer de ne pas avoir un sourire satisfait de la voir avec sa veste sur les épaules. C’est avec un ricanement sans joie, qu’il réagit à la petite pique de la brune, qui s’avérerait presque prête à retirer la veste, juste pour qu’Al ait une raison valable de casser la gueule de Clyde. Il aurait du temps à perdre, le guitariste soulignerait presque qu’elle a déjà failli flinguer leur amitié, mais qu’elle avait tenu bon, alors quoi qu’elle puisse faire à présent, ça ne marchera pas, il le savait. Il l’espérait, plutôt. Et c’était ça, qui le retenait aussi d’intégrer le groupe. Il sait qu’il se montrera infecte avec la brune, car il y a trop de rancœur qu’il ne peut contenir… Et qu’il sait ne pas être en mesure de tenir, de toute façon !

Voilà qu’elle lui fait savoir qu’elle compte rentrer. Et à pieds, par-dessus le marché ! Elle ne se prive pas pour le congédier, apparemment pressée de se débarrasser de lui. Et Clyde lève les yeux au ciel, alors qu’elle reprend la route, ses chaussures retirées. Il se foutrait des baffes pour ce qu’il brûle de faire. Il s’en mord la langue, comme pour étouffer ce qu’il songe à dire. Sauf que… Clyde a toujours été têtu, même concernant ses propres envies, sachant cependant qu’elles étaient loin d’être l’idée du siècle ! « T’fais chier, Turner, sérieux ! », qu’il peste, sans doute plus contre lui-même et son incapacité à la planter là, que contre la musicienne. Se dirigeant vers celle-ci, il lui indique alors « Tu crois qu’Al me défoncerait pas s’il savait que je t’ai laissé rentrer à pieds, si tard et avec autant d’alcool dans l’sang ? », bougonne-t-il. Il y a du vrai, dans ses propos, ceci dit. Al étant des plus protecteurs envers Bonnie, il ne tolérerait pas forcément que la brune soit rentrée, toute seule, à une telle heure, après une telle soirée, alors que les chances de faire de mauvaises rencontres sont élevées. La ville ne craint pourtant pas plus qu’une autre, mais n’est pas non plus sûre que les autres. Par-dessus tout, il n’a pas envie de la voir rentrer seule, alors que des connards comme celui de tout à l’heure, peuvent tenter de l’approcher. « J’ai ma bagnole, si t’habites trop loin. », qu’il propose, en soupirant, arrivé enfin au niveau de la brune. Ca le fait chier, tout ça, et il ne cherche même pas à le cacher. Au contraire, même, il en rajoute dans l’agacement, aussi bien dans sa gestuelle que dans sa façon de parler. Alors qu’au fond, il serait plus énervé encore de faire demi-tour et de la laisser affronter la nuit toute seule.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyMar 30 Oct - 18:04



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Elle n’a pas envie de continuer comme ça. Rester près de lui. Parce que ça fait remonter beaucoup trop de sentiments passés, de souvenirs qu’elle aurait préféré oublier. Comme l’odeur de son parfum qui émane de la veste… La présence de l’irlandais remue beaucoup trop de choses et ce n’est pas bon. Vraiment pas bon. Surtout dans son état. Et malgré son ébriété évidente, Bonnie le sait parfaitement. Ou elle le sent plutôt. C’est pour cela qu’elle préfère rentrer seule, même si ça ne la rassure pas des masses à une heure aussi avancée de la nuit. Mais que peut-elle faire d’autres ? Alors, elle lui dit qu’il peut partir, qu’il peut retourner avec les autres. Retourner se taper Leïa que lui souffle sa conscience. Et alors qu’elle s’éloigne pieds nus, ça lui fait bien plus mal que de raison, de s’imaginer les deux ensembles….

Mais Clyde ne l’entend pas de cet avis bien évidemment et la rattrape presque aussi rapidement. C’est presque excédée que Bonnie s’arrête et pivote vers lui, prête à lui demander pourquoi il s’obstine alors qu’il lui a clairement dit ne rien vouloir avoir à faire avec elle. Mais elle n’en a pas le temps Bonnie, que Clyde lui cloue le bec en expliquant son geste. « Al, bien sûr… » qu’elle souffle, tandis qu’elle détoure le regard. Franchement, à quoi s’attendait-elle ? Toujours à se faire de fausses idées quand il s’agit de l’irlandais… « T’as qu’à lui dire que j’ai pris un taxi ! » qu’elle lance rapidement, vraiment décidée à ne pas vouloir aller avec lui. Parce qu’au fond, tout au fond d’elle, Bonnie sent qu’elle pourrait bien perdre pied. « Ou mieux, paye m’en un ! » qu’elle ajoute en levant les bras au ciel tout en se remettant en route. Mais Clyde a une bien meilleure idée. Ou peut-être la pire qu’il puisse proposer dans leur situation. La raccompagner dans sa voiture… Bonnie s’arrête, hésite. Sa conscience lui souffle de ne pas se faire de fausses idées. Qu’il doit y’avoir une raison pour qu’il propose cela alors qu’il la déteste, et pas que parce que l’aîné Turner serait capable de le tuer s’il arrivait quelque chose à sa petite sœur adorée. Et l’évidence finit par sauter aux yeux de la brune : il n’aura pas à payer de taxi. Évidemment. « Ok… » qu’elle finit par abdiquer tout en arrêtant de marcher. « Non, j’habite pas loin. » qu’elle ajoute, tandis qu’elle lève un regard presque gêné à Clyde, avant de le suivre vers ladite voiture.

Et une fois sur le siège passager, c’est encore pire que ce qu’elle pensait. Beaucoup trop de souvenirs lui arrivent. Des claques douloureuses alors que les odeurs bien trop familières viennent lui titiller les narines. Fermant les yeux, visage tourné vers la fenêtre, Bonnie inspire un grand coup en silence, histoire de ne pas se laisser submergée. « Cette antiquité roule encore ?! » qu’elle demande finalement, histoire de briser le silence qui s’est installé. « T’es sûre qu’elle passe au contrôle technique ? Parc’que bon, j’suis pas sure qu’un accident de voiture soit plus pardonnable que de m’avoir laissée rentrer seule ! » qu’elle ajoute sur le ton de la blague, histoire de détendre l’atmosphère, entre deux indications sur la direction à prendre.

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyMar 30 Oct - 18:34



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

C’est tellement pratique, pour Clyde, de se cacher derrière Al, et ce qu’il pourrait lui faire, s’il savait qu’il n’a pas esquissé le moindre geste pour éviter à Bonnie de rentrer seule. Ca lui donne bonne conscience, de faire ça, au guitariste. C’est tellement plus facile que d’assumer que c’est tout simplement parce qu’il n’a franchement pas envie qu’elle se balade toute seule, à une telle heure. Plus simple aussi que d’avouer que ça le ferait chier, de la laisser partir tout de suite. Il n’a rien fait, à l’époque, pour la retenir, pour régler les choses entre eux. Peut-être que là, il tente de rattraper les choses. D’une certaine façon, seulement, car il ne va pas non plus essayer de la reconquérir (ou plutôt, de la conquérir, vu qu’à l’époque, elle s’en foutait, de lui !). Alors l’idée de lui payer un taxi, certes alléchante, il ne l’accepte pas. Il s’efforce de croire que c’est juste parce qu’il n’a pas envie de la laisser entre les mains d’un inconnu. Après tout, on ne sait jamais ce qui peut arriver, hein ? Clyde, un peu de courage, avoue juste que tu veux pas la lâcher maintenant, celle qui, malgré les années, reste à tes yeux, ta brune !

Il entraîne la jeune femme vers sa voiture en silence. Les mains dans les poches, comme si ça le protégeait d’elle, de ce qu’il peut ressentir, en ce moment. Du merdier qui règne dans son esprit, encore plus intense que d’habitude ! Une fois dans la caisse, il allume sa radio, juste pour avoir un léger fond sonore. Aussi bien par habitude, que par envie d’avoir autre chose sur quoi se concentrer, que sur la présence de Bonnie, présence oh combien brûlante pour l’Irlandais. C’était franchement une très mauvaise idée, de proposer de la ramener. Dans cette bagnole. Celle-là même qu’ils ont tant utilisé, à l’époque. Putain, il aurait pas pu arrêter d’être presque sentimental au point de ne pas pouvoir se séparer de ce tas de ferrailles ? Il pousse un soupir à l’interrogation de la Turner. « Pour l’instant, elle roule. Et tant qu’elle roulera, je la garderais ! » Il est comme ça, Clyde. Il peut se montrer très fidèle, parfois. Bon, pas forcément quand il est en couple. Ca, il n’a jamais su l’être. Faut dire que personne ne lui a donné envie de l’être. Et la seule qui aurait pu l’inciter à l’être, se trouvant à côté de lui en ce moment, n’a pas voulu de lui. Mais sur les autres aspects de sa vie, Clyde est fidèle. Ouais, peut-être qu’il est sentimental, en dehors de ses apparences d’ours grognon. « Temps de merde ! ». Il peste, alors que la pluie fait son apparition. « Et tu songeais rentrer à pieds ? T’as pas trouvé d’autres idées pour avoir un congé à ton boulot ? », qu’il raille, son regard fixé sur le feu rouge, qui le maintient statique, pour l’instant. Il a au moins une bonne excuse pour pas observer la jeune femme, en conduisant et en ayant à se montrer attentif. C’est le seul point positif de la situation, car pour ce qui est des souvenirs que la présence de la brune engendre en lui, c’est pas la joie !

artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde EmptyMar 30 Oct - 22:37



image_rpimagerp

You're still in my head forever stuck

“ You're like a drug that's killing me”

Bonnie ne sait pas quoi faire, ni comment agir. Habituellement, elle se serait calée dans le siège, posant ses pieds sur le tableau de bord, une main derrière la nuque de Clyde… mais là… là… Elle ne se sent pas à sa place la brune. Et c’est perceptible dans son attitude fuyante, le visage désespérément tourné vers l’extérieur. Et elle ne sait pas, si elle trouve ce trajet anormalement long ou bien trop court, tandis que le paysage nocturne qu’elle connaît par cœur défile sous ses yeux. Et elle tente de palier à cette gêne. Ce malaise presque palpable entre eux en essayant de détendre l’atmosphère par une remarque légère sur la voiture de Clyde. Voiture qu’elle connaît par cœur, car c’est la même de l’époque. Une ruine pourtant pleine de souvenirs…

A un feu rouge, Clyde fait sortir Bonnie de ses pensées, de sa torpeur, par une remarque sur le temps. Et la brune ne dit rien, haussant simplement les épaules. Parce qu’au fond, elle sait qu’il a raison et elle est bien contente, en cet instant d’avoir accepté de se faire raccompagner en voiture. « Avoir un congé n’est pas envisageable de toute façon » qu’elle lance distraitement. Et le feu passe au vert, la voiture se remet en branle et le silence se fait à nouveau. Mais cette fois, sans vraiment s’en rendre compte Bonnie ose un coup d’œil vers Clyde, focalisé sur la route devant lui. Et c’est peut-être parce qu’il ne la regarde pas, qu’elle se permet de le dévisager pendant un trop long moment…. « J’suis désolée… » qu’elle finit par lancer d’une faible voix alors qu’elle détourne le regard et se recroqueville presque sur elle-même. Pour tout, qu’elle voudrait ajouter. Mais les mots sont bloqués au fond de sa gorge alors qu’elle sent les larmes lui monter aux yeux. Génial. Heureusement qu’ils ne sont plus très loin de l’immeuble où elle vit. Elle est en train de redescendre Bonnie et les émotions qui la submergent alors la prennent de court. Pour sûr que la gueule de bois va faire mal demain.


artemis | www
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty
MessageSujet: Re: You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde Empty

Revenir en haut Aller en bas
You're still in my head forever stuck | Bonnie&Clyde
Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: LAST JUDGEMENT :: - archives :: saison 1 :: rps-
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser