AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fuck !! "Wolfgang"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Klaus Falkenhausen

- prayers : 4787
- pseudo : Captain Tacos
- multifaces : Clive , Matthew
- id card : Jensen Ackles, Captain Tacos
- registration : 15/10/2017
- côté coeur : Si j’écoute mon coeur, jamais je ne ferai d’erreur. Qui recherche la lune ne voit pas l’océan d’étoiles que je peux contempler dans ses yeux.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Ana, Nikki, Frankie, Kaytline

MessageSujet: Fuck !! "Wolfgang"   Lun 15 Oct - 15:49

Fuck !!
Klaus & Wolfgang

« Personne ne croise notre chemin par hasard et nous n’entrons pas dans la vie de quelqu’un sans raison. »
Tu es inquiet, cela fait environ 5 jours que tu es sans nouvelles de Ian, il n’est pas chez lui si tu débarques et il ne répond pas à son téléphone cellulaire... Tes messages ? Il ne prend pas la peine de les retourner, tu commences à te poser sérieusement des questions, tu as peur qui lui soit arriver quelque chose. Tu tournes en rond, tu te fais du sang d’encre à cette heure actuelle, car, plus tu y penses, plus sa t’énerves de ne pas savoir où est ton cousin… Tu n’as pas cherché vraiment d’explication et d’indice, parce que tu t’es dit qu’il reviendrait par lui même, mais voilà 5 jours, presque une semaine qu’il est disparu… Bref, tu en as assez et lorsque tu prends les clés de ta voiture, là, tu n’hésites même pas à te rendre chez lui.

Pas de voiture, pas de lumière encore, c’est mort ici… Les arbres colorés et la brise d’automne te font penser au jour des Morts qui approche «  L’Halloween ». Tu fronces les sourcils en t’imaginant le pire un instant et secoues la tête légèrement voulant te persuader que tu es juste fou. T’approchant de la serrure verrouillée, tu regardes au tour de toi, personne dans la rue et autour… Tu sors tes outils discrets pour crocheter la serrure et tu réussis comme un jeu d’enfant, facile comme tout…

La porte s’ouvre dans un grincement lugubre, il fait noir dans la maison et tu allumes la lumière dans le hall. Pour commencer, tu laisses promener tes yeux sur le hall et le salon dans lequel tu plonges, la cuisine. Rien de louche jusqu’à ce que tu arrives à la salle de bain et que tu trouves le rideau de la douche fermer et l’eau qui dégoûte, tu crois voir une ombre derrière, tu sais que la baignoire est pleine juste par les gouttes d’eau qui tombe dans la flaque. Tu t’approches doucement pour ouvrir, des images horribles de ton cousin mort dans la baignoire surgissent dans ton esprit, mais tu fabules… Surtout que lorsque tu ouvres d’un geste sec le rideau, tu retrouves seulement une baignoire pleine et pas coulée… deux serviettes gris foncé suspendues pour sécher… tu soupires en touchant l’eau du bout des doigts, elle est tiède… Donc bref, il est ici sans doute ou bien c’est quelqu’un d’autre. Tu décides donc d’un pas décidé de sortir d’ici - IAN!! Tu montes directement à sa chambre, t’imagines qu’il peut être endormi. Lorsque tu arrives, tu as peur de ce que tu vas découvrir, donc nerveux et sans réfléchir plus que ça, tu ne toques même pas et tu ouvres la porte en entrant, -Ian?? Hey, ho… Tu t’arrêtes brusquement, bien que la noirceur surplombe la chambre, la pleine lune est forte ce soir et éclaire celle-ci. Tu es surpris, tu es choqué en le voyant endormi dans son foutu lit, puis… Tu figes, tu perçois une autre silhouette avec lui, tes yeux s’habituant rapidement à l’obscurité, tu vois un autre homme avec lui, les deux collés comme deux tourtereaux… Tu fronces les sourcils et tu soupires alors que Ian ouvre les yeux pour essayer de comprendre ce qui se passe. -Fucking shit!! Fuck…!! Prononces-tu brusquement, mais pas trop fort. Tu es frustré, tu es en colère noir… Tu ne lui laisses même pas le temps de réagir que, tu fous le camp et dévales les escaliers, tes pas rapide et bien décidé, tu as besoin d’un remontant pour la fatigue qui t’habite et tu ne te gênes pas pour te rendre à la cuisine et chercher le café… Brusquement ouvrant la porte d’armoire et sortant une tasse à café que tu déposes durement sur le comptoir, tu prends la carafe pour la remplir d’eau… Jusqu’à ce que tu entends des pas courir dans les escaliers. Il arrive et toi tu ne lui laisse pas le temps de parler, tu lui lance « T'as pas honte espèce de gros malade ?! »
(c) DΛNDELION


@Wolfgang Falkenhausen

_________________
♤ Falkenhausen ♧

≈j'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre... tu es le pire des hommes, sans aucun doute.
" I'm the devil "


Dernière édition par Klaus Falkenhausen le Lun 29 Oct - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Falkenhausen

- prayers : 533
- pseudo : Burning (emeline).
- multifaces : Julio, Angelo, Salim, Théodore.
- id card : Allan Rayman + KIDD.
- registration : 05/02/2018
- côté coeur : Cette tête d'ange.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: klaus - hayden 7 - betty - hayden 8

MessageSujet: Re: Fuck !! "Wolfgang"   Lun 22 Oct - 16:52

Depuis que Betty est revenue dans sa vie et lui a annoncé qu'elle avait eu un gamin de lui, Ian n'a pas trouvé mieux à faire que rester cloîtré chez lui pendant quelques jours. Il s'est détourné du monde réel, de son boulot dangereux, pour se vider la tête avec des jeux vidéos et des substances illicites à profusion. Prétendant à Klaus une indisponibilité pour cause de grippe aiguë, Ian s'est refermé un moment, avant de contacter son amant. Il est seulement sorti de sa belle villa pour le chercher devant son lycée où il enseigne, mais c'était pour mieux s'isoler ensuite. En fort besoin de réconfort, même s'il le cachait sous un silence, il a profité de sa douceur sans chercher à se confier ou à le faire fuir avec cette paternité soudaine. Il n'avait pas envie d'expliquer son histoire avec cet ex démoniaque, ce poison qui lui a bouffé trois ans de sa vie. Il aurait dû alors évoquer les nombreuses crises de jalousie, les coups violents, les mots tout aussi brutaux, tout ce qu'ils se sont balancés à la figure et qui les ont amenés à un lien nocif ne leur apportant plus rien. Il aurait fallu alors aborder cette cicatrice au niveau de son aine, formée après qu'elle l'ait planté d'un poignard. Il n'avait pas besoin de parler de Betty la folle, Betty la capricieuse ; de tous ses vices, ses manipulations. Il a seulement été renvoyé encore une fois à l'absurdité du monde, à la méfiance dont il aurait dû se nourrir pour contrer cette vile personne. Au lieu de ça, il se retrouve avec un môme, ce même môme dont il n'avait pas voulu deux ans plus tôt. Il méprisait sa naïveté, d'avoir cru qu'elle irait vraiment avorter alors que lui voulait disparaître. Ce bébé, c'était le moyen de l'avoir encore sous sa coupe, de l'emprisonner de ses chaînes dont il n'a jamais su réellement se défaire. Il ne voulait pas dire à Hayden combien il s'était fait avoir par cette gonzesse, jusqu'au bout des ongles, qu'il n'avait pas prévu le coup de l'arrêt volontaire de la pilule. Pas envie non plus d'admettre, même subtilement, d'avoir été stupide au point de l'aimer fougueusement pendant trois ans.

Alors il l'a laissé le calmer à sa manière, avec cette tendresse palpable à laquelle il s'habitue peu à peu. Une caresse apaisante contre son crâne, blottis sur le canapé ou dans un bain, c'est tout ce qu'il lui faut pour que son coeur reprenne de la vigueur. Il voulait le sentir près de lui pour s'assurer qu'il ne partirait pas, lui non plus. Alors il a joué au gamin capricieux. Réclamer de l'affection en plaçant sa tête contre ses genoux, ou donner des coups contre sa main comme le ferait un félin. Il s'est même permis de l'écarter de son boulot, de le garder pour lui, même quand il essayait de se libérer de son emprise ferme. Ses deux bras pourtant n'avaient pas l'intention de le relâcher, le gardant bel et bien contre lui, jusqu'à ce qu'ils s'endorment et qu'il en oublie cette idée. C'est ainsi qu'ils s'endorment paisiblement dans son lit, lui simplement vêtu d'un caleçon, alors que Hayden garde péniblement son pyjama trop habillé.

Le réveil est plus brutal, lorsqu'il entend la voix familière d'un homme l'appeler. Son prénom est prononcé de manière répétitive, tandis qu'il soulève difficilement les paupières peu à peu. Ayant perdu son énergie, Ian a souvent besoin d'un sommeil prolongé. Quand il croise le regard plein de colère de son cousin Klaus, ses yeux ne tardent pourtant pas à s'ouvrir d'un coup. La peur panique se fraye rapidement un chemin jusqu'à son cerveau, mettant tout son corps en alerte. Il vient de le voir dans une étreinte bien trop affectueuse avec Hayden. Les nerfs complètement tendus, Ian soupire lorsque Klaus disparaît après avoir explosé toute sa fureur. Il s'imagine surtout tous les pires scénarios : il ne ressentira plus que du dégoût pour sa pédale de cousin. La seule alternative qu'il développe dans sa tête, c'est de le retrouver pour tout nier en bloc.

Alors il court après lui dans les escaliers, comme si sa vie - ou plutôt sa réputation - en dépendait. « Klaus attends ! » Il n'a pas l'habitude de courir après les gens, sauf que pour Klaus, il sait faire exception à la règle. Effrayé à l'idée d'avoir logé une forme de honte en son cousin, Ian tente de le rattraper. Perdre cet homme serait un vrai drame dans sa vie, alors qu'il s'est toujours raccroché à lui dans chacune des épreuves de sa vie, plus particulièrement quand il a fallu se détacher, oublier, l'histoire vécue avec Betty. Pour ça, Klaus n'a pas manqué de lui présenter toutes les gonzesses les plus chaudes qui soient. Après plusieurs nuits de détente et d'extase, Ian avait fini par décrocher de cette dépendance. Il était sevré. Ou presque. C'est plutôt ce qu'il affirmait avec hargne. « Tu fous quoi ici ? » Il retrouve son cousin dans la cuisine, l'attaque avec cette voix de dur pour lui reprocher d'avoir vu ce qu'il aurait sûrement préféré ne jamais voir. La réaction du membre de sa famille est déchirante et brusque : « T'as pas honte espèce de gros malade ?! » Pensant qu'il fait référence à cet homme dans son lit, il répond du tac au tac pour se défendre : « C'est pas ce que tu crois putain ! Depuis quand je suis une tarlouze, moi ?! Tu m'as bien regardé sérieux ? » Il n'a pas vraiment d'excuses pour se protéger, étant donné qu'il lui a certifié qu'il était malade il y a quelques jours. Pourtant il plonge dans le mensonge comme il peut : « J'sais pas qui c'est ce type, j'ai encore trop bu hier. Ne te fais pas de putain d'idées ! » Il n'a aucun scrupule à mentir, même à son cousin, tant qu'il peut protéger son estime. La vision qu'on peut avoir de lui. « J'avais commandé une pute, pas une tafiole. Le whisky, ça aide pas à voir la différence. » Son inhumanité s'interpose, prend de la place, quitte à écraser celui qu'il aime et à ne pas reconnaître l'importance qu'il peut avoir à ses yeux. Il lutte contre lui-même en prononçant ces mots loin de la réalité, pour en présenter une autre, plus belle - à ses yeux en tout cas, plus représentative de ce qu'il est, plus proche de la perception que les gens ont de lui. Il se noie dans ce rôle d'hétéro bien rangé, de mâle dominant, pour taire toutes ces passions naïves qui l'animent parfois et deviennent un risque, un danger supplémentaire de connaître encore le monde obscur auquel Betty lui a déjà fait goûter.

@Klaus Falkenhausen

_________________
stay with me 'Cause you're all I need ☽ i loved and I loved and I lost you, and it hurts like hell. I don't want them to know the secrets, I don't want them to know the way I loved you. I don't think they'd understand it, no, I don't think they would accept me, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaus Falkenhausen

- prayers : 4787
- pseudo : Captain Tacos
- multifaces : Clive , Matthew
- id card : Jensen Ackles, Captain Tacos
- registration : 15/10/2017
- côté coeur : Si j’écoute mon coeur, jamais je ne ferai d’erreur. Qui recherche la lune ne voit pas l’océan d’étoiles que je peux contempler dans ses yeux.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Ana, Nikki, Frankie, Kaytline

MessageSujet: Re: Fuck !! "Wolfgang"   Lun 29 Oct - 16:09

Fuck !!
Klaus & Wolfgang

« Personne ne croise notre chemin par hasard et nous n’entrons pas dans la vie de quelqu’un sans raison. »
« Klaus attend ! » La voix de ton cousin paniqué derrière toi te fait encore plus chier… Trop tard pour s’en vouloir, là, présentement tu es en colère de ce que tu viens de voir. Pourquoi te faire ça ? Tes pieds qui dévalent les escaliers rapidement, tu arrives en bas et tu t’en vas directement dans la cuisine parce que, tu as besoin de foutu remontant… Tu ouvres les portes d’armoires sauvagement à la recherche de café, ensuite peut-être que tu voudras discuter tranquillement... Pendant que ton cousin sort du lit. Bref, tu n’as pas vraiment le temps de réfléchir, Ian arrive et tu lui balances un « T’as pas honte espèce de gros malade ?! » Tu lui coupes la parole lorsqu’il te demande ce que tu fous ici, ta phrase le désarçonne… Tu t’en rends compte en l’observant de tes yeux qui lui lance des obscurités. « C’est pas ce que tu crois putain ! Depuis quand je suis une tarlouze, moi ?! Tu m’as bien regardé sérieux ? » Tu arques tes sourcils, tu ne t’attendais pas à cette phrase, ton expression sur ton visage est remplie de questionnement... « J’sais pas qui c’est ce type, j’ai encore trop bu hier. Ne te fais pas de putain d’idées ! » Tu fronces les sourcils en clignant des yeux, tu te rends compte que tous les deux vous ne parlez pas de la même chose. Tu te radoucis légèrement en te raclant la gorge -hum... Ian… fait-tu plus doucement. Cependant, ton cousin te coupe la parole et s’enfonce dans ses mensonges, « J’avais commandé une pute, pas une tafiole. Le whisky, ça aide pas à voir la différence. » Tu fais de gros yeux. - Le whisky, ça n’aide pas à voir la différence ? Tu le regardes d’un regard neutre, tu es le premier ici qui boit du whisky à même le tonneau, tu es capable de faire la différence entre une femme et un homme, mais bon, si tu te retiens de rire, tes lèvres te trahissent parce qu’elles s’étirent dans un rictus amusé. -Come on Ian… Tu te passes la langue sur tes lèvres pour les humecter en cherchant les bons mots avant d’ouvrir la bouche. Tu te passes une main sur le visage comme pour te réveiller, retrouver tes esprits et redescendre sur terre. - Je m’en balance que… tu sois avec un homme dans ton lit, tu fais ce que tu veux de tes fesses. Tu clignes des yeux et poses enfin ton regard dans celui de Ian, - Je me doutais depuis un bon moment, disons que ce n’est pas un secret pour moi… Sincèrement, t’inquiète pas pour cela. Moi, je m’inquiétais seulement pour toi, je croyais qu’il t’était arrivé de quoi parce que tu ne me donnais pas de nouvelle depuis pratiquement une semaine… Bref, c’est pour ça que je suis en colère. Ton... copain en haut, il ne me dérange pas du tout. Tu clignes des yeux, tu sais que la situation peut-être délicate pour lui, mais toi tu ne lui en veux pas pour cela, c’est surtout parce que tu as eu peur de perdre Ian, il arrive tellement de connerie dernièrement, que tu as pensé au pire. - Je m’attendais presque à te trouver mort ou devoir partir à ta recherche merde, Ian… Tu soupires un peu rembruni en baissant tes yeux sur la cafetière. Tu es peut-être direct en lui disant que tu te doutais de son attirance envers les hommes, mais tu ne veux pas y aller par 4 chemins, tu as bien vu ses regards se promener sur certains hommes parfois et sincèrement, tu t’en fous, il n’a pas à être gêné face à toi, tu ne juras jamais Ian, tu l’aimes, c’est ton cousin, ta famille et même s’il était qu’un ami... Bref, tu comprends aussi sa peur.

(c) DΛNDELION


@Wolfgang Falkenhausen

_________________
♤ Falkenhausen ♧

≈j'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre... tu es le pire des hommes, sans aucun doute.
" I'm the devil "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Falkenhausen

- prayers : 533
- pseudo : Burning (emeline).
- multifaces : Julio, Angelo, Salim, Théodore.
- id card : Allan Rayman + KIDD.
- registration : 05/02/2018
- côté coeur : Cette tête d'ange.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: klaus - hayden 7 - betty - hayden 8

MessageSujet: Re: Fuck !! "Wolfgang"   Lun 19 Nov - 10:24

Ayant l'impression d'être coincé dans cette vérité trop dure à supporter, Ian court après Klaus pour tenter d'épargner des dégâts supplémentaires. Il se noie dans son mensonge, méprise l'homme qu'il aime sans trop de difficulté. Il se défoule par les mots pour ne pas lui donner de fausses idées et lui créer de dégoût. Il aurait de la difficulté à faire sans lui dans la vie, sans cette présence réconfortante qui a toujours su lui apporter l'aide nécessaire pour se relever. Dans les bons comme dans les pires, son cousin n'a pas cessé d'être la famille qu'il avait cherché longuement durant son adolescence. Il ne lui avait pas seulement offert des repères, ceux auxquels on s'accroche pour avoir un peu de stabilité, mais aussi la bienveillance d'une relation simple, basée sur la confiance. Alors quand il perçoit le risque de perdre ce qu'ils ont mis des années à bâtir, Ian flippe, prend peur comme un gamin. Il se débat contre cette finalité qui ne lui plaît pas et s'imprègne de mensonge pour la détourner.

Pourtant, Klaus sourit. Un instant, Ian songe à un sourire imbécile, sarcastique, pour s'amuser de la situation et sa capacité lamentable à s'en sortir ; mais il est finalement plutôt complice, doux, pour lui montrer à quel point il est vain de vouloir apprendre la notion de tolérance à Klaus. Son cousin n'a pas besoin qu'on lui enseigne, il a déjà acquis l'affection durable, quoi qu'il advienne, quoi qu'il désire. Semblant peu ennuyé par cette nouvelle, son cousin lui épargne même le sermon condescendant et s'autorise à lui avouer qu'il le savait déjà, pour son attirance envers les hommes. Perturbé, et toujours emprisonné dans cette sensation d'être fragile à cause de cet amour naissant, Ian commence à perdre pied et peine à délaisser cette fébrilité. « Quoi, comment ça tu t'en doutais ? Qu'est-ce que tu insinues, que je suis une putain de pédale ? » La haine pour lui-même, pour ce désir bizarre, lui fait balancer les mots de manière brutale. Préférer la masculinité signifie ne pas vouloir ressembler à ces hommes qui ont justement oublié leur virilité dans le port de vêtements colorés, dans l'exécution de gestes exagérés. Ian ne s'assume pas, ne tolère pas non plus qu'on l'identifie à ces personnes pour qui il n'a aucun respect. Hayden en fait pourtant partie, mais il compense avec sa gentillesse naturelle, sincère... Que d'excuses pour ne pas admettre la forte attirance. « C'était juste pour m'aérer la tête, le mec en haut. Il avait de l'attention à revendre et je n'avais pas envie de chercher plus loin. » Il fait passer Hayden pour un coup de plusieurs nuits, alors qu'ils ne font pas encore l'amour. Il ment, incapable d'admettre de ce qu'il ressent pour lui, tout cet amour qui lui fait sentir une douleur insoutenable, un dégoût permanent, mais aussi tout ce bonheur à l'état brut, qui lui éclate à la figure. Il dénigre ce qu'il ressent, ce qui les unie... et même d'avoir apprécié la tendresse qu'il lui a accordé toute la semaine. C'est pourtant Hayden qui a soigné ses blessures, qui a permis que les plaies ne se rouvrent pas. Il balance tout à l'oubli, au nom de l'estime, de l'honneur masculin.

Ian comprend mieux que les attaques n'étaient pas en lien avec cette homosexualité devinée, mais bel et bien à cause de son absence, des silences et de l'inquiétude qu'il a infligés à Klaus. « Mort ? Tu sais bien qu'on ne m'a pas si facilement. » Il lui adresse un clin d’œil et léger sourire pour tenter de dédramatiser. Il ne s'excuse pas de l'angoisse administrée à forte dose, mais sait qu'il lui doit des explications. Qu'il comprendra sans nul doute. Il s'assoit sur un siège haut pour lui faire face, sans arriver à affronter son regard. « Betty est revenue. Elle est en ville, pas seule. Elle a eu une fille, qui a maintenant deux ans. Et elle est de moi... » Il baisse la tête, complètement dévasté, par les doutes, la peur d'être encore victime de ses vices. « Elle a arrêté la pilule sans mon accord, quand j'ai eu un moment de faiblesse en retombant encore dans ses bras. Je n'en voulais pas, je lui ai dit avant de partir du Montana. Elle avait promis qu'elle irait avorter, je n'ai rien anticipé... elle m'a piégé, encore. » Il se frotte la tête d'une main, puis joue avec ses doigts. Il se confie à la personne en qui il présente plus de confiance, trouvant particulièrement plus facile de se livrer avec lui que de se confronter au jugement de Hayden. Il n'a pas su lui avouer, peut enfin se délivrer d'un poids. Avec Klaus, il peut admettre sa fragilité, sa connerie, alors qu'il veut feindre la force mentale et physique avec les autres. Avec Betty il a manqué de dureté, elle l'a complètement bouffé, petit à petit. Parler d'elle l'a toujours rendu nerveux, comme s'il persistait à être sous cette influence dévastatrice. C'est difficile ne plus sentir le courant électrique s'imprégner de son corps, la vipère rongeant peu à peu ce qui lui reste d'humanité. « Le pire, c'est qu'elle est toujours diablement sexy et que même si y toucher est défendu... tu sais pas combien j'ai envie de me décharger en elle. » Il avoue, se transforme en l'homme bestial prêt à ne pas respecter le corps d'une femme pour lui transmettre l'image qu'il a d'elle : la salope. La maligne irrésistible, la manipulatrice orgasmique. Il considère ce désir comme une faiblesse supplémentaire. Elle le tient, de tous les côtés - par les couilles et moralement.
@Klaus Falkenhausen

_________________
stay with me 'Cause you're all I need ☽ i loved and I loved and I lost you, and it hurts like hell. I don't want them to know the secrets, I don't want them to know the way I loved you. I don't think they'd understand it, no, I don't think they would accept me, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaus Falkenhausen

- prayers : 4787
- pseudo : Captain Tacos
- multifaces : Clive , Matthew
- id card : Jensen Ackles, Captain Tacos
- registration : 15/10/2017
- côté coeur : Si j’écoute mon coeur, jamais je ne ferai d’erreur. Qui recherche la lune ne voit pas l’océan d’étoiles que je peux contempler dans ses yeux.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Ana, Nikki, Frankie, Kaytline

MessageSujet: Re: Fuck !! "Wolfgang"   Lun 26 Nov - 16:26

Fuck !!
Klaus & Wolfgang

« Personne ne croise notre chemin par hasard et nous n’entrons pas dans la vie de quelqu’un sans raison. »
« Klaus attend ! » « Quoi, comment ça tu t'en doutais ? Qu'est-ce que tu insinues, que je suis une putain de pédale ? » Tu arques un sourcil, ton air un peu plus sérieux qui s'installe sur ton visage en voyant ton cousin sur la défensive. -J'ai pas dit cela... dis-tu simplement avant qu'il te coupe et continue son scénario bâtard. « C'était juste pour m'aérer la tête, le mec en haut. Il avait de l'attention à revendre et je n'avais pas envie de chercher plus loin. » Tu pourrais rire tellement tu trouves sa réponse étrange. T'avais envie de lui shooter qu'il y avait encore plus simple comme les femmes qui traînent dans la rue et qui font le trottoir en quête d'argent, mais pourquoi tu dirais une chose pareille...? Tu te contentes de froncer les sourcils, - Parce que toi lorsque tu veux t'aérer la tête, tu sautes sur n'importe quel passant ?... Tant qu'il est bon. Sourire en coin, tu as ce léger sourire amusé qui se loge au coin de tes lèvres, cela n'est pas méchant, juste un peu taquin. Tu soupires en te passant une main sur le visage et détournant les yeux pour finalement prendre ta tasse et boire ton café en lui avouant que tu as eu peur qu'il soit mort. Sa réponse cependant ne te plaît pas du tout, tu figes, tu lèves les yeux sérieusement sur ton cousin qui semble ne pas avoir conscience de la gravité des choses ces derniers temps, à vrai dire, tu ne l'as pas vu depuis quelques jours, alors il ne doit même pas être au courant pour Nikki et son agression au bar, de Frankie et son enlèvement, des hommes qui en ont après toi depuis quelques semaines tout va de travers, donc oui tu as eu peur pour ton cousin. Tu n'aimes pas le clin d’œil qu'il te fait, comme si tu devais prendre tout cela à la légère. Il s'assoit devant toi pour te faire face qui reste silencieux encore, cela semble pour lui être bien normal, tu es toujours calme, mais tu es une bombe à retardement, tu pourrais exploser n'importe quand et lui faire la morale... Tu te retiens c'est tout. « Betty est revenue. Elle est en ville, pas seule. Elle a eu une fille, qui a maintenant deux ans. Et elle est de moi... » Ton cousin évite ton regard en baissant les yeux vers le comptoir et toi ta mâchoire se durcit car, tu n'as pas un bon feeling sur ce qu'il te dit, tu attends la suite en sachant que tu n'aimeras sans doute pas ce que tu vas entendre sur cette vipère qui court toujours après Ian et les ennuis. « Elle a arrêté la pilule sans mon accord, quand j'ai eu un moment de faiblesse en retombant encore dans ses bras. Je n'en voulais pas, je lui ai dit avant de partir du Montana. Elle avait promis qu'elle irait avorter, je n'ai rien anticipé... elle m'a piégé, encore. » Tu fermes les yeux en te passant une main sur le visage pour te contrôler, pour chercher les bons mots qui pourrait apaiser ton cousin, mais ton silence est preuve de ton découragement et de ta colère. Ian est nerveux, sa sert à quoi de le rendre encore plus mal ? Cependant, tu as beaux l'écouter attentivement, le reste de ses aveux te fait l'effet d'un couteau sur la peau, ton cousin est encore en pente descendante, il glisse directement vers le piège... Enfin, il pourrait. « Le pire, c'est qu'elle est toujours diablement sexy et que même si y toucher est défendu... tu sais pas combien j'ai envie de me décharger en elle. » Bref, tu en as plus qu'assez et tu déposes brutalement ta tasse de café sur le comptoir juste en face de Ian, ton café se renversant presque. Tu sais ce qu'est la responsabilité de père, Ian n'est pas près à ce genre de choses et surtout pas avec Betty qui le manipule comme un pantin avec des cordes aux bouts des doigts. Tranquillement, tu t'accotes les coudes au comptoir, ton visage près de Ian, tes yeux verts plantés dans les siens pour ne pas qu'il les baissent, tu veux qu'il affronte ton regard, puis tu y vas d'une voix grave, mais douce, un calme où on peut ressentir la tempête. -Pour commencer je ne te prends pas pour une pédale, pour être sincère, j'aime mieux te voir avec lui en haut qu'avec cette femme qui t'a fait ce coup de chien... Pardonne-moi si je suis direct cousin, mais ta Betty est une sale conne. Je comprends pas pourquoi tu as envie de la baiser alors qu'elle te manipule comme un chien. Tu es son pantin, elle a les fils qui te manipule entre ses doigts. Tu veux quoi Ian ? Tu veux qu'elle t'arrache le cœur avec ses serres ? Tu vas maintenant être pris de responsabilité... Des femmes diablement sexy, je peux t'en présenter, alors arrête... Tu vas seulement t'enfoncer et lui donner ce qu'elle veut Ian ! Un enfant, ce n'est pas n'importe quoi... La mère qui vient avec ne devrait pas être n'importe qui, franchement, t'utiliser comme ça, faire un enfant seulement pour te garder c'est la chose la plus stupide que j'ai entendu ! Vas-y si tu l'aimes, mais d'après moi, ce n'est pas avec elle que tu vas être heureux...Pas de l'a façon que je te vois là présentement. Tu marques une pose, tu y es allé un peu fort, c'est vrai, mais tu n'as pas envie que Ian se laisse aveugler et manipuler ainsi. - Les temps sont dur, tu n'es pas au courant que les foutus con du Montana son revenu dans le coin ? Non bien sûr, tu n'es pas au courant que Nikki c'est fait agresser au bar, qu'ils rôdent depuis quelques semaines dans le coin en quête de nous faire chiez... Tu n'es pas invincible Ian. Alors, oui, j'ai eu peur pour toi, la prochaine fois réponds au sms que je t'envois, cela évitera que je te surprenne avec ton copain si tu veux me le cacher. Ce qui a vrai dire me passe royalement au-dessus de la tête... Tu as le droit...d'avoir de l'attirance pour lui, je m'en fous d'accord ? Tu as peur ? Pourtant, je suis là, je suis pas parti en courant. Tu t'arrêtes, tu te pinces les lèvres, à vrai dire tu viens de te vider le cœur, c'est vrai tu es là encore... Mais tu cris dans ta tête parce que cela te ramène tous tes emmerdes, toutes tes réflexions face à ta situation avec Frankie et Nikki, puis ton fils et bref, tu n'as personne à qui en parler à part Balto qui ne dira rien c'est certain, mais parfois tu aurais besoin de te faire brasser toi aussi et c'est certainement pas ton frère Kyle qui va t'aider... Tu te défoules en disant les vérités de Ian, parce que tu l'aimes ton cousin et tu ne veux pas qui lui arrive de tort, tu es prêt à l'aider, mais pour commencer, faudrait qu'il arrête de te mentir et de se réfugier sous des histoires. -Si tu t'enfonces, ça va être dur de revenir à la surface... Tu veux que je lui parle à ta Betty ? J'ai aucun problème avec ça moi. Tu as ce goût amer en bouche, ce ne sont pas de tes affaires, mais pour le bien de ton cousin, tu le ferais. Comme il pourrait te porter conseil sur ce que tu vis présentement côté cœur et tes ennuis autour de ton bar qui brasse.

(c) DΛNDELION


@Wolfgang Falkenhausen

_________________
♤ Falkenhausen ♧

≈j'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre... tu es le pire des hommes, sans aucun doute.
" I'm the devil "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fuck !! "Wolfgang"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuck !! "Wolfgang"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abraham Wolfgang
» Natascha
» Le poison se trouve dans la queue. [Wolfgang/Hanskarl]
» [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - southwatosa :: beaver dam-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.