AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 jolies pierres » ivy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- prayers : 130
- pseudo : mercure.
- id card : t holland / aerie.
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : good luck.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp:

MessageSujet: jolies pierres » ivy   Jeu 11 Oct - 16:39


smells like you didn't shower
L’horloge montrait dix heures six. Il était dans un café. Kingsley Delarosa avait fait bien des choses depuis son réveil - Ses yeux s’étaient ouverts sur un jour plutôt gris, comme le sont  la plupart des jours d’automne. Sans regarder, il avait étiré le bras vers son téléphone, pour scroller rapidement sur son fil twitter, juste pour s’assurer que la terre n’avait pas arrêté de tourner pendant son sommeil. Par chance, ce n’était pas le cas. Au contraire, elle virait plus vite que jamais. Une célébrité était morte, et une autre avait eut un bébé. Humpf. Kingsley avait dû s’empêcher de se mettre à chanter The Circle of Life à s'époumoner à ce moment précis, question de ne pas réveiller son co-chambreur. Puis, il s’était rappelé avec qui il partageait sa chambre,  et s’était époumoné, criant chaque parole avec passion juste parce que. Juste parce qu'il en avait déjà marre de partager sa chambre avec un fils de riche trop vieux pour vivre chez sa tata. Juste parce qu'il n'en pouvait plus de le voir, bien, rien faire à journée longue, alors qu'il aurait pu... trouver un job? Anyway. Après un moment, King en avait eut marre de penser à l'autre et avait décidé de débuter sa journée. Pas de chance, l'autre, il allait prendre sa revanche. - mais rien de cela ne comptait vraiment. Rien ne comptait du tout. Il aurait pu tuer un homme et toute sa famille - Sa journée ne commençait jamais vraiment avant d’avoir dit holaaa à Ivy Parker. C'est la loi - look it up.

Il commanda deux breuvage impossible à décrire en quelques mots - Elles devaient être écrites pour ne pas êtres oubliées vu leur incroyable complexité. King paya, et, sans vraiment regarder, tapa quelques trucs sur son téléphone pour ouvrir facetime, et se connecter à la seule personne qui comptait vraiment. « Holaaa babycaaaakes. »  La serveuse cru qu’elle s’adressait à lui. Ce n’était pas le cas. King avait déjà oublié qu’elle existait, tout comme le monde autour de lui. Dès qu'Ivy apparaissait sur son écran, il devenait invincible; Fini le jeune homme tout timide qui rougissait à tous les bonjours. Avec elle, il avait peur de rien. Fuck les serveuses bitchy.

Il fit quelques pas vers la droite, se dirigeant vers le comptoir de réception des boissons.  

« OK DONC. je suis en retard. Je le sais. Me tues pas. » Ils avaient prévu de n’absolument rien faire depuis au moins la veille. C’était un rendez-vous d’importance cruciale. Il avait annulé un appel conférence avec son éditeur pour ça. « C’est el pesado - Je me suis levé. J’apporte mes trucs dans la salle de bain, mais j’oublie de prendre des chaussettes propres. Le temps d’aller en chercher, bruto a envahi la place. » Il évite de mentionner qu'il l'avait, peut-être, juste un peu, réveillé, parce que, comme conclu plus tôt, ça ne comptais pas. Par contre, les actions de Prince Moncul, elles, comptent double. Le système américain de justice est bizarre comme ça.

Il envoie un sourire rapide à la barista qui le fixe toujours, comme s’il commettait un crime grave en facetimant en public, ce qui n'est pas le cas.

Anyway. Il reprend sa conversation, parce que c'est très important que Mini Parker soit informée sur tous les détails de sa vie. Une autre loi. « Mon téléphone était avec mes trucs - et lui, bien sûr, il prend la douche la plus longue du monde. J’te jure, la sécheresse en Californie, c’est de sa faute à lui. Juste à lui. »  Miss resting bitch face lui tend ses gobelets, qu’il attrape d’une main de maître avant de lui adresser un autre magnifique sourire qu’elle ne mérite pas. « Ce soir, je sors ma tente. Je vais faire du camping devant les chiottes pour être certain de pouvoir me laver. » Kingsley pousse la porte d’un coup de derrière, la tient pour une dame parce que c’est un gentil garçon, et fait son chemin dans la rue, jusqu’à l’arrêt. « Du coup, j’arrive, mais je pue parce qu’il a pris touuuuute l’eau. » Il prend finalement une petite pause pour éviter de déchirer un des muscles de sa mâchoire, et goûter sa boisson en même temps. « Putain ce truc a un goût de merde. Elle a clairement mis trop de sirop de caramel »  Il fait signe a Ivy d’attendre une seconde, avec son doigt, et essaie le goblet à son nom. « Le tiens est Ok. Trop sucré, comme tu l'aimes. »  Il reprend sa marche, après s’être assuré qu’il n’y avait pas de voiture dans le chemin, parce que c'est littéralement la loi.

« Anyway. Je vais squatter ta douche en arrivant parce que je suis un smelly boi. » Pour l’info, il ne  sentait pas siii mauvais. Juste assez pour qu’une langue sale lui demande s’il s’était lavé avant de venir. Vaut mieux prévenir que... faire rire de nous. « En plus, il a pris tout le shampoing que je t’avais volé. Celui qui sentait comme Hilary Duff. » Parce qu’en vingt ans, Kingsley Delarosa et Ivy Parker avaient, évidemment, eut le temps de déterminer l’odeur de diverses célébrités, incluant demoiselle Duff. Elle sentait le chewing gum et les agrumes. Paris Hilton, c'était les roses et les chocolats fins. Zac Efron lui,  hmmm... c'était secret.

Après ça, il n'a plus rien a dire. Il marche pendant un bon moment, téléphone toujours pointé sur son visage, parce que même s’il n’avait de mots, il avait toujours de nouvelles grimaces à montrer, des filtres à essayer ou Oh! une jolie pierre sur le sol.

« Toc. toc. » King termina, fermant son téléphone, et ouvrant la porte. Pas besoin de sonner, pas besoin de clés. C'est pas une entrée par effraction si c'est chez elle, duh. « Je bois dans le tiens depuis tout à l'heure. Comment tu fais pour avaler un truc pareil? »


_________________


- little monsters -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- prayers : 1578
- pseudo : spf
- multifaces : Elys + Sofia + Noah
- id card : Zendaya Coleman (moi)
- registration : 12/05/2018
- côté coeur : La crème glacée, le seul et unique amour de sa vie. Enfin le seul...

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: (open) Julian + Melvin + Parker/Mills + Cyrus + King + you ?

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Jeu 18 Oct - 22:22

jolies pierresKing & Ivy
Vingt quatre heures dans une journée, ça avait toujours été trop court pour Ivy. Elle avait toujours des milliers de choses à faire et jamais assez de temps alors les grasses matinées, très peu pour elle. Ca n’arrivait qu’en cas de force majeure, quand les batteries étaient à plat et qu’il était vraiment temps de les recharger… comme cette nuit. Bon, si on comptait le nombre d’heures où elle avait vraiment dormi, en fin de compte, elle n’avait pas roupillé tant que ça. Il y avait juste un gros trou en plein milieu, et quand elle avait fini par tomber comme une masse et bien… le réveil n’avait pas suffit. Son père déjà au travail n’avait, bien entendu, pas été là pour la tirer du lit. Il ne l’aurait pas fait de toute façon. En tant que bébé de la famille, Ivy avait toujours eu tous genres de passe-droits et elle méritait l’art d’obtenir ce qu’elle voulait à la perfection. Alors après s’être retrouvée au milieu d’une prise d’otage, je vous laisse imaginer le degré de dévotion du papounet pour son bébé Mini.

Si le réveil n’avait pas suffit à la tirer de ses songes, la sonnerie de facetime, elle, lui fit ouvrir les yeux du premier coup. Parce que facetime, ça voulait dire que c’était King. Et si King appelait, sauf cas de force majeure, il fallait répondre. Tendant la main vers sa table de chevet, Ivy décrocha sans même regarder l’écran, le visage encore enfoui dans l’oreiller. A l’écran, King dû tout d’abord voir le plafond, puis des draps, et finalement discerner un visage au milieu d’une masse de boucles brunes. T’inquiète, j’suis pas en état de tuer qui que ce soit, marmonna-t-elle, ouvrant une paupière pour regarder l’heure avant de bailler aux corneilles. Dix heures passées. Oops. Se retournant dans son lit pour se mettre sur le dos, Ivy bailla à nouveau, sa main libre plaquée sur son visage pour la protéger de la lumière de l’écran. Paysage toujours aussi interessant pour King, donc, qui lui racontait ses mésaventures matinales avec son nouveau colocataire. El Pesado Olé ! T’aurais aussi pu prendre ta douche, et aller chercher des chaussettes après t’sais ? Ou couper l’arrivée d’eau chaude, ça l’aurait réveillé, suggéra-t-elle, la voix toujours lourde de sommeil. L’avantage c’est que si elle avait encore la tête profondément enfoncée dans un endroit de son anatomie particulièrement difficile d’accès, King était lui bel et bien réveillé. Du coup il faisait la conversation, et elle, elle n’avait qu’à écouter, et essayer d’émerger pendant que King prévoyait une soirée camping dans le couloir, et une douche dans sa salle de bain.

Avec un énième bâillement, Ivy se décida finalement à se redresser, s’étirant comme un chat, le téléphone toujours à la main. Si King regardait l’écran, il devait frôler le mal de mer. Malgré tout, elle l’écoutant quand même. Pour preuve, elle avait enregistré que le café de King était trop caramélisé mais que le sien était parfait : bourré de sucre. C’était bien là le seul moyen de lui faire avaler du café et ce matin, elle en avait bien besoin. Le shampooing d’Hilary Duff il est nul t’façon. Mes frisettes sont toutes bizarres avec, il peut le garder j’en veux plus. Il sentira la fille, comme ça. Enfin en position verticale, King la suivi jusqu’à la salle de bain, bien qu’elle lui épargne temporairement la vision des toilettes. Elle en profita également pour se changer et passer d’un pyjama confortable à un jogging confortable. Juste histoire de dire qu’elle ne restait pas en pyjama. A l’écran, elle pouvait voir King qui approchait de la maison et avec un autre bâillement à s’en décrocher les mâchoires, elle quitta l’étage d’un pas lent, descendant les escaliers alors que la rue dehors défilait sur son téléphone. Elle avait peut être loupé le réveil, mais elle était quand même prête à l’heure. Ce qui n’était pas très compliqué, sachant qu’ils prévoyaient de faire du rien, chez elle. Les préparations étaient plutôt limitées, dans ce genre de cas.

Ivy était à la cuisine, en train de sortir de quoi remplir leurs estomacs – surtout le sien, qui réclamait déjà – lorsque King raccrocha facetime juste avant de rentrer dans la maison. Sans frapper, évidemment, Mi casa es tu casa. C’est l’un de mes super-pouvoirs, rétorqua-t-elle à King, qui s’étonnait qu’elle puisse avaler ça. Se jetant sur sa boisson – ou ce qu’il en restait – comme si sa vie en dépendait, Ivy en avala quelques gorgée, en oubliant toutes ses bonnes manières. Elle avait besoin de caféine, ça relevait de l’urgence vitale, elle dirait bonjour à King après. De toute façon, il n’avait pas pris de douche, alors il avait bien de la chance qu’elle soit quand même prête à lui dire bonjour. Ce qu’elle fit, le gratifiant d’un bisou sur la joue, et d’un de ces câlins du matin qui durent un peu trop longtemps, parce que vous êtes à la limite de vous remettre à ronfler sur l’épaule de l’autre. C’est vrai que tu pues. Va te laver, lança-t-elle finalement, le lâchant et lui assenant un coup de fesses pour le virer. Des pancakes. Elle mangerait bien des pancakes. Mais avait-elle le courage de faire des pancakes ? Estomac vs. Flemme, un combat impitoyable. Et me vole pas le shampooing de Zac Efron, l’averti-t-elle avec un regard sévère. Zac Efron, c’est sacré. I’m watching you, smelly boy. Deux doigts pointés vers ses yeux, puis vers lui. Attention. Bon, elle le regarderait pas pour de vrai, il pouvait prendre sa douche tranquillement pendant qu’elle faisait ses pancakes. L’estomac l’avait emporté, évidemment. L’estomac l’emportait toujours. Sans même y penser, elle avait même déjà commencé à sortir tout ce qu’il lui fallait pour préparer la pâte, parce que c’était vachement meilleur que les mix tout préparés. Elle en salivait d’avance. Encore quelques gorgées de café pour se donner de l’énergie et surtout, un peu de musique. Quelques clics sur l’écran de son téléphone et c’était parti, son popotin bougeait déjà en rythme à mesure qu’elle commençait ses préparations.  

© 2981 12289 0 @Kingsley Delarosa

_________________
why don't we rewrite the stars?

Changing the world to be ours
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 130
- pseudo : mercure.
- id card : t holland / aerie.
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : good luck.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp:

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Dim 21 Oct - 4:10


smells like you didn't shower
La vision était effrayante.

Une jeune femme, même pas coiffée, attaquant un jeune homme de bonne famille, pour sauvagement voler la boisson qu’il avait aux lèvres. Une tragédie, un drame indescriptible,  avec de lourds précédents. Un crime si souvent répété que la pauvre victime n’en était même plus choquée, malgré la violence de l’acte . Des actions si répétitives, qu’en vingt ans, le martyr avait eut le temps de trouver une voix, et de maintenant l’utiliser, pour se plaindre comme seul lui le pouvait : « Oh! Mais MERCI Kingsley. Je suis siii chanceuse d’avoir une personne aussi fabuleuse que toi dans ma vie. Je ne pourrais pas vivre sans toi! » En vain, la bête était trop occupée par sa capture, la dévorant - ou l’avalant - comme si sa vie en dépendait. Parce qu’il était atteint du syndrome de stockholm, Kingsley lui tendit le second globet. Ivy apprécierait probablement davantage le mélange raté que lui, de toute façon.

La concoction, tel une potion magique, la rendit humaine à nouveau.

« Ça va la bave? On aurait cru une maman chat qui lave son bébé. » Kingsley lança, le visage mouillé par un bisou de bonjour, accompagné d’un long calin - qui fut rudement brisé par Mini. Cette peste. Le petit n’avait pas si mauvaise odeur - Il lui avait déjà fait souffrir bien pire. Ciel, ils se connaissaient à l’époque où Kinglet, en pleine puberté et pris d’une passion incontrôlable pour l’écologie avait décidé de réduire son nombre de douches au minimum. Là, elle était juste impolie, le brutalisant d’un coup de derrière au passage. Incroyable.

Une partie de lui voulait se venger de cet affront. Il voulait… Il pourrait…

Il pouvait seulement penser à lui taper les fesses, mais, euh, il ne voulait pas commettre un de harcèlement sexuel, surtout pas contre elle - c’est pas bien, et damn, elle tuerait.

Puis c’était Mini.

On touche pas à Mini. C’est pas une bonne idée.

Trop pris par ses pensées, il manqua même l’occasion de répondre à l'innuendo qu’elle avait lâché, disant qu’elle surveillait les produits de douche qu’il utiliserait. Elle le regardait se doucher maintenant?

Nooope. Il allait oublier ça de suite.

Le temps de penser à tout cela, elle était rendue dans la cuisine et s’affairait. Sweet, il mangeait deux petit dej’ en une matinée.

Après il contempla son existence alors l’eau chaude frappant son corps froid d’une caresse délicieuse, comme tout le monde le fait, il faut croire - et se lava, accessoirement. Bien sûr, il utilisa le shampoing Zac Efron. Il était pas con. Ivy l’avait invité à le faire, par ses mots. Oh et, ça aurait été un peu étrange de prendre le shampoing de son père, et sentir comme Monsieur Parker toute la journée.

Enfin, une fois propre, il se rhabilla - si on pouvait appeler ce qu’il faisait s’habiller. En gros, il mit un bas de pyjama coloré, piqué dans un des tiroir de Mini. Il n’était pas question, en bon mec qui travaille de la maison, porte des vêtements durs toute la journée.  - À quoi ça sert un tee-shirt, pour vrai? - Puis, ce pyj’ lui était familier. Il devait lui avoir temporairement appartenu, à un moment ou à un autre.

Il se serait bien attardé à faire l’historique du pantalon à imprimés, mais c’était un peu superflus, et il pouvait sentir quelque chose de plus intéressant dans la cuisine. Yaaaas. Pile à l’heure - Il avait presque un petit creux.

Là bas, Mini avait bien avancé. Kingsley pouvait bien le voir, la tête posée sur son épaule, à la regarder, et en la dérangeant dans une partie critique de son travail. « T’en a fait avec des pépites de chocolats? » Il demanda, se retirant pour aller chercher les ustensiles, pour les poser où il le fallait. Il ne proposa pas de flipper les pancakes comme à la télé, ou de faire quoi que ce soit qui avait à voir avec la cuisine, parce que ça le terrifiait, puis, honnêtement, ça aurait été un désastre. « On mange ici, ou dans le salon comme des porcs? » Normalement, la question ne se serait pas posée, mais on parlait ici de pancakes, donc, de sirop, la question était plus pertinente qu'à l’habitude.

Il ramassa quelques trucs de plus, de façon a créer un véritable breakfast bar à la Delarosa où ils mangeraient. Kingsley profita du fait qu’ils étaient tous les deux bien occupés pour poser, de façon tout à fait nonchalante, une question tout à fait adaptée au petit matin, mais qui avait pour lui, pour eux, une importance spéciale.  « T’as bien dormi cette nuit? » Lui, si ce n’était des ronflements de son cousin, avait très bien dormi. Elle n’avait pas appelé. Si elle n’avait pas appelé, elle avait probablement fait une nuit complète, dormi d’un sommeil réparateur pour une fois.

Kingsley était soudainement plein d’espoir, au paradis, espérant de tout coeur qu’elle lui réponde positivement, sans même avoir à y penser. Sans drame. Sans flashback. Sans peur. Mais pour cela, il devait cacher les vraies raisons de sa question. Il devait l’avoir posé juste comme ça. Il ne pouvait pas être tout sourire, comme il l’était, à l’idée qu’elle puisse avoir fait un simple dodo. Alors, il se cacha, en mordant dans une pomme qui traînait là.



_________________


- little monsters -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- prayers : 1578
- pseudo : spf
- multifaces : Elys + Sofia + Noah
- id card : Zendaya Coleman (moi)
- registration : 12/05/2018
- côté coeur : La crème glacée, le seul et unique amour de sa vie. Enfin le seul...

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: (open) Julian + Melvin + Parker/Mills + Cyrus + King + you ?

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Jeu 1 Nov - 21:22

jolies pierresKing & Ivy
Kign et Ivy étaient un peu comme un vieux couple. Ils avaient leurs petites habitudes, dont celles de passer trop de temps sur facetime, par exemple. Ou de se râler dessus sans raison valable. Comme King, par exemple, qui ronchonnait parce qu’Ivy s’était jetée sur sa boisson caféinée comme si sa vie en dépendait. Elle sortait à peine du lit, elle avait une excuse. Il lui fallait au moins ça pour dissiper le brouillard. Et puis, elle lui avait fait un câlin pour se faire pardonner. Un bisou, même, mais monsieur n’était pas content. La bave ? Tu vas pas bien toi. La prochaine fois je te lècherai la jour, t’auras une bonne raison de râler, décréta-t-elle, levant les yeux au ciel. Elle le ferait. Il la connaissait, il devait bien savoir que ce n’était pas ça qui allait la gêner, et ce même s’il n’avait pas pris sa douche. Avec une attitude pareille, il ne méritait pas de bisous. Il ne mériterait même pas de pancakes non plus, d’ailleurs… mais que voulez-vous, elle était trop gentille, Ivy. Elle avait faim, surtout. Oui, c’était surtout ça. King parti pour sa douche, elle aurait en plus l’honneur de le manger avec quelqu’un qui ne sentait pas le poney. Parfait.

Elle profita donc de n’avoir personne dans les pattes pour se mettre au travail. Un peu de ci, un peu de ça, un peu d’huile de coude histoire de bien mélanger le tout, tout ça en chantonnant et en se dandinant au rythme de la musique diffusée par son téléphone. Elle avançait vite et bien, et quand King la rejoignit finalement à la cuisine, la pâte était prête et Ivy avait déjà commencé s’attaquer à la cuisson de leur petit déjeuner.  Ce n’est pas la tête de Kingsley posée sur son épaule qui allait la perturber. Ni le fait que monsieur n’avait pas daigné enfiler un t-shirt. Nudiste. Pas plus que sa question absolument stupide, d’ailleurs. Est-ce qu’elle avait fait des pancakes avec des pépites de chocolat ? Evidemment. Je sais même pas pourquoi tu poses la question, répliqua-t-elle, levant à nouveau les yeux au ciel. Abandonnant la surveillance de la cuisson des pancakes, à laquelle il ne participait absolument pas – Ivy n’avait pas envie qu’il fasse cramer la cuisine – il se rendit au moins utile en commençant à sortir tout ce dont ils auraient besoin pour leur petit déjeuner. C’était bien joli d’avoir des pancakes, mais encore fallait-il avoir de quoi manger et boire avec. A défaut de savoir cuisiner, il fallait bien qu’il serve à quelque chose.  Ici. J’ai pas envie de devoir faire le ménage. Faire la cuisine ? Pas de souci. Ivy, ce n’était pas Gordon Ramsay, mais elle se débrouillait tout de même pas trop mal. Le ménage, par contre, ça la saoulait bien comme il faut. L’avantage de vivre chez ses parents, c’est qu’en tant que bébé de la famille on ne l’embêtait jamais vraiment avec les corvées. Elle arrivait presque toujours à y échapper. Quelque chose lui disait cependant que son père n’apprécierait pas vraiment de retrouver du sirop plein le canapé.

Ivy laissa donc King mettre tout en place tandis qu’elle empilait les pancakes dans une assiette les uns après les autres. Son estomac en grognait d’ailleurs d’anticipation quand King repris la parole, l’air de rien. T’as bien dormi cette nuit? Une question banale pour quelqu’un qui sortait à peine de sous la couette. Elle ne l’était pas pour Ivy. Pas depuis ce braquage, et les souvenirs de sa prise en otage qui refusaient catégoriquement de quitter son esprit dès qu’elle éteignait la lumière. Elle avait appelé King bien trop souvent après s’être réveillée d’un  cauchemar pour que la question soit aussi anodine que King tentait de le prétendre.

Ivy ne répondit pas tout de suite, toute à ses pancakes. Elle n’en avait plus que quelques uns à faire, elle serait bientôt quitte. Pas vraiment, fini-t-elle par avouer. Elle aurait pu mentir. Elle le faisait avec son père, avec Julian, prétendait que tout allait bien dans le meilleur des mondes pour apaiser leurs inquiétudes. Mais Ivy, elle ne mentait pas à King. Jamais – ou presque. Pas de grosse panique, mon cerveau ne voulait juste pas la fermer, alors je t’ai laissé dormir j’ai fait des cartons. Fallait bien qu’elle avance sur son futur déménagement, un jour. Ce n’était pas parce qu’elle passait des nuits pourris que toutes celles de King devaient l’être également, après tout. Il fallait bien qu’elle arrive à gérer ça toute seule de temps en temps, aussi. Dans un changement de sujet des plus subtiles, Ivy abandonna finalement sa poêle sur la gazinière et vint déposer l’assiette sur le comptoir de la cuisine. TADA ! Bon sang j’ai faim, je mangerais une vache et son veau… Enfin, si je mangeais de la viande, s’exclama-t-elle, prenant place à table avant de se servir un verre de jus d’orange et de mettre quelques pancakes dans son assiette.  Un bon petit déjeuner en perspective. Je paris que ton nouveau colocataire est pas aussi doué pour les pancakes Ce gosse de riche de Prince ne devait jamais voir touché un ustensile de cuisine de sa vie. Lui et King avaient au moins un point commun, en y pensant : des boulets en cuisine.  

© 2981 12289 0 @Kingsley Delarosa

_________________
why don't we rewrite the stars?

Changing the world to be ours
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 130
- pseudo : mercure.
- id card : t holland / aerie.
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : good luck.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp:

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Dim 11 Nov - 6:09


smells like you didn't shower
Non, son nouveau colocataire n’était pas le meilleur cuisinier du monde. À vrai dire, Kingsley n’avait jamais vu son cousin entrer dans la cuisine. Du tout. Il se contentait de manger ce qu’on mettait devant lui à table, et de boire de l’eau embouteillée hors de prix, comme si celle du robinet était empoisonnée. Kingsley ne pouvait pas vraiment critiquer comme il n’était pas non plus un chef de talent - loin de là. Il avait été un peu trop gâté par sa Mama. À vingt-deux ans,  il savait à peine ouvrir le four, brouiller un œuf ou faire du café filtre. L’idée de faire des pancakes ne lui passait même pas par la tête - c’était impossible, anyway. Il brulerait la maison et les voisins avec. Peut-être le quartier au complet. C'était une question de sécurité, vraiment. « Le lardon. » Il dit simplement, avec un faible sourire, en prenant place à table, sans ajouter d'avantage. Il était préoccupé. Il était dérangé par la nuit d’Ivy.

Clairement, ils cherchaient tous les deux à éviter le sujet. Elle avait vite fait de passer à autre chose, et lui, n’avait pas insisté, préférant la suivre, et imiter ses actions. Quelques pancakes dans l’assiette, puis dans la bouche. Il n’avait pas vraiment très faim, et sa gorge semblait un peu serrée, mais Ivy savait faire de bon petits déjeuners, alors, ça rentrait tout seul.

Crounch-crounch.

Les pancakes-chocolat faisaient leur chemin vers son gosier - il ne voulait pas la forcer à dire plus. Il ne voulait pas lui faire la morale, ou dire quelque chose de déplacé. Bonne chose que parler la bouche pleine, ce n’est pas poli. C’est bien parce que ça évite de dire des conneries.

Crounch-Crounch.

Mais ne pas parler, ça veut aussi dire penser. Et un King qui pense, du moins quand une Ivy est concernée, n’a jamais donné de très bons résultats.

En général, dès que ce nom frôlait le coin des pensées profondes, il tombait dans un abyss, plein de questionnements existentiels, de stress, de pensées qu’il ne fallait pas penser.  Malheureusement, le cerveau de Kingsley réchauffait déjà, les idées étaient implantées - Elle n’avait pas bien dormi. Elle ne l’avait pas appelé. Il lui avait dit qu’elle pouvait le réveiller. Il voulait qu’elle le réveille. Il voulait être là pour elle. Pas comme au supermarché -  Merde. Peut-être qu’il avait fait quelque chose de mal? Peut-être qu’elle avait perdu confiance en lui? Peut-être qu’elle s’était trouvé un nouveau meilleur ami dans une boîte de céréales? Ou peut-être que les choses changeaient, simplement, et qu’ils perdaient leur magie…?

Il ne devait pas penser. Il devait dire. Il le savait. Tout étaler. Plus vite que son cerveau.  Entre eux, ça avait toujours fonctionné de la sorte. Cartes sur table. Pas d’angoisse sur ce que l’autre peut bien traficoter. De l’honnêteté pure. Pas de jugement. Et ça marchait, étrangement. Ils ne se fâchaient presque jamais, et si c’était le cas, ça ne durait jamais plus d’une heure ou deux, parce qu’ils étaient tous deux incapable d’avoir une dent contre l’autre - ils préféraient de loin blâmer les autres, c’était plus drôle.

« Vy. » Il l’interpella la bouche à moitié pleine, tentant désespérément d’avaler pour pouvoir continuer de parler, sans avoir l’air d’un gros dégueu. « Quand j’te disais de me réveiller, c’était pas pour faire joli, t’sais. » Kingsley attrapa le verre de jus de Mini et en pris une grosse gorgée. Ça aidait un peu à faire descendre sa trop grosse bouchée mal mastiquée. « J’me sens déjà  comme une grosse merde de ne pas avoir été là. » Les choses auraient été différentes s’il avait été en ville au moment de l’incident, mais il n’y était pas. Il était loin, à New York, pour des réunion avec ses éditeurs. Choisir un type de papier pour sa prochaine réimpression l’avait empêché d’être là, avec elle. Depuis, sa tête n’arrivait pas à se taire. Ça aurait pu être si différent. Elle aurait pu être en sécurité, chez lui. Il aurait pu être au supermarché avec elle. Il aurait pu défoncer le mur avec sa voiture et tuer le connard.  Il aurait pu faire des milliard de choses qui aurait peut-être changé les choses, mais la réalité était autre. Il s’en voulait plus qu’il pourrait jamais l’exprimer. Alors, il ne tentait même pas, préférant être là, maintenant. « Pis depuis quand ça te dérange de m'appeler, hein? »  Il lui donna un petit coup de pied, accompagné d’un gros sourire enfantin, avant de continuer de manger et de boire le jus d’orange d’Ivy, parce que tout était meilleur quand c’était volé à Vy.




_________________


- little monsters -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- prayers : 1578
- pseudo : spf
- multifaces : Elys + Sofia + Noah
- id card : Zendaya Coleman (moi)
- registration : 12/05/2018
- côté coeur : La crème glacée, le seul et unique amour de sa vie. Enfin le seul...

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: (open) Julian + Melvin + Parker/Mills + Cyrus + King + you ?

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Lun 19 Nov - 22:51

jolies pierresKing & Ivy
Le petit déjeuner, c’était le plus important repas de la journée. En tout cas, c’est ce que tout le monde dit, et Ivy n’avait pas envie d’être contrariante sur le sujet. Pas si on l’encourageait à se bâfrer de pancakes, de chocolat et autres sirops plein de bonnes choses. Et puis avec la nuit qu’elle avait passée encore, elle estimait qu’elle avait bien le droit de commencer la journée sur une note positive. Quoi de plus positif qu’un p’tit dej’ avec King, pour entamer cette journée de glandouille royale ? Ils n’avaient rien de prévu, vraiment. Ils improviseraient, pas la peine de planifier chaque minute à l’avance. Ils trouvaient toujours à s’occuper, ces deux là, qu’Ivy ait passé la nuit au téléphone à lui raconter ses misères… ou pas.

Pour le coup, Ivy préférait se concentrer sur son petit déjeuner. King avait posé la question fatidique, et elle n’avait pas menti. Mauvaise nuit. Mieux que d’autre, mais pas très reposante malgré tout. Ca aurait sûrement rassuré King. Ca rassurerait tout le monde. Mais c’était faux, alors à quoi bon ? Elle qui cachait déjà à sa famille le nombre de cauchemars qui hantaient ses nuits, si en plus elle commençait à le cacher à King, elle allait finir par péter les plombs. Le silence s’installa. Pas un de ces silences tranquilles, détendu, qui ne soulève pas de questions. Ivy savait que la tête de King devait tourner à cent à l’heure, parce que c’était King et qu’il était comme ça. Elle savait aussi que ça finirait par sortir, qu’il fallait juste qu’il rumine deux minutes dans son coin avant de lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Pendant ce temps là… Bah elle mangeait. Fallait bien se remplir la panse, ça se fait pas tout seul ces choses là et elle n’avait certainement pas fait des pancakes simplement pour les admirer. Certes, ils étaient beaux, mais ça serait bien mal connaître Ivy.

Elle aurait presque pu faire le décompte dans sa tête, le tout sans même interrompre son repas – hormis pour remplir son verre, qui descendait vite, étant donné que King s’obstinait à ne pas boire dans le sien. Et trois, deux, un… Vy. Quand j’te disais de me réveiller, c’était pas pour faire joli, t’sais. La bouche pleine, Ivy ne répondit rien. C’était une bonne excuse pour ne rien dire, paraît que c’est malpoli de parler la bouche pleine. C’est ce que son père lui avait toujours dit, et il n’était pas stupide papa Parker, loin de là, alors ça devait être vrai. Mais elle savait. Et il savait qu’elle savait, dans le fond, même s’il ressentait le besoin de le lui rappeler. J’me sens déjà  comme une grosse merde de ne pas avoir été là. A ces mots, Ivy ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel. Bouche pleine ou pas, elle répondit J’aurais jamais voulu que tu sois là King. T’étais bien à New York, loin de ce bordel. Pis t’étais parti pour le boulot, c’est pas comme si tu te dorais la pilule aux Bahamas, t’avais pas trop le choix. Bien sûr, elle aurait aimé qu’il soit là. Pas dans le supermarché avec elle, jamais de la vie, mais un visage rassurant une fois arrivée à l’hôpital n’aurait pas été de refus. Son père était coincé à la maison, Julian occupé au bloc, et elle avait dû attendre bien trop longtemps pour pouvoir se réfugier dans ses bras. Ivy n’en voulait ni à Julian, ni à King. Comment son meilleur ami aurait-il pu savoir que leur petite ville tranquille s’apprêtait à se transformer en un film d’action digne des plus grands classiques hollywoodiens ? Ivy était rancunière, certes… mais pas à ce point là.

Pis depuis quand ça te dérange de m'appeler, hein? Ivy arqua un sourcil alors qu’il lui assenait un petit coup de pied. La déranger ? Où est-ce qu’il allait pêcher ça encore ? C’est pas ça, King, soupira-t-elle, reposant sa fourchette près de son assiette avant de se prendre la tête entre les main quelques secondes. C’est pas parce que je ne dors pas que tu ne dois pas dormir non plus, répondit-elle en se redressant pour poser son regard sur King et son grand sourire d’idiot bête. Et puis faut bien que j’apprenne à gérer ça toute seule un peu. J’ai fait des cartons, ça m’a changé les idées, et je suis retournée me coucher. Un haussement d’épaules, et elle récupérait ses couverts pour plonger à nouveau dans son petit déjeuner. Elle avait survécu à sa nuit. Toute seule, comme une grande. C’était pas la joie, certes, mais elle avait plus ou moins géré. J’en ai profité pour essayer de retrouver le bracelet de ma mère mais… je crois que je l’ai perdu là-bas… Ou à l’hôpital peut être, je sais pas, dit-elle d’un ton qui se voulait détaché. Comme si ce n’était pas grave, comme si ce bijou n’était pas une des seules choses qu’il lui restait de cette mère qu’elle avait à peine connue. Elle avait retourné toute la maison sans rien trouver, mais n’avait pas osé en parler à son père ou à Julian. King était le premier à qui elle en parlait, à vrai dire.

© 2981 12289 0 @Kingsley Delarosa

_________________
why don't we rewrite the stars?

Changing the world to be ours
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 130
- pseudo : mercure.
- id card : t holland / aerie.
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : good luck.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp:

MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   Ven 7 Déc - 2:38


smells like you didn't shower
Il ne pouvait rien faire d’autre que de la regarder, la supporter, et l’écouter. Ivy avait raison, elle devait apprendre à gérer seule. Personne, pas même quelqu’un qui la connaissait depuis toujours pouvait prétendre comprendre ce qu’elle vivait, comment elle se sentait. Kingsley ne pouvait que hocher la tête, sourire, et répondre à ses appels, quand elle décidait de les faire. « Ok. » Il dit seulement, la laissant poursuivre. Il ne se laissait pas le droit de commenter ses choix, ou pire, ses boîtes. Certes, le petit avait ses opinions sur le déménagement et sur les futurs colocataires, mais tout cela importait peu, au final - Ils avaient déjà prouvé, de toute façon, que quatre ans séparés par un pays presque entier ne pouvait rien contre eux. Un simple changement de décor et de nouveaux personnages dans leur vie n’allaient rien changer.

Alors, il ne pouvait que sourire un peu plus, et la regarder détruire un autre pauvre pancake. Kingsley voyait presque le nuage noir au dessus de leurs tête s’estomper, alors que la conversation prenait fin.

Il prit donc son téléphone. Il pensait y chercher un nouveau sujet de conversation, une nouvelle photo à discuter d’un ami commun sur facebook, mais Ivy avait d’autres projets, révélant de la façon la plus nonchalante du monde qu’elle avait perdu, lors d’un événement traumatisant, une des dernières traces de sa maman.

Il quitta son iphone des yeux pour la regarder, elle.

Kingsley ne savait pas trop comment réagir. Il savait que bracelet important, mais n’arrivait pas vraiment à comprendre, il ne pouvait pas, honnêtement.

Il ne pouvait pas essayer de s’imaginer sa mère ne lui laissant rien - Il savait que c’était une douleur indescriptible. Il savait aussi qu’il n’aurait jamais à la vivre. Il avait vécu avec sa maman, elle lui avait donné bien plus que des reliques; Elle lui bourrait la tête, jour après jour, de petits moments précieux, d’instants qu’il n’oublierait jamais, qu’il ne pourrait jamais égarer.

Il ne pouvait pas non plus comparer le fait d’avoir été abandonné à la naissance à l’idée d’avoir perdu une mère aimante pour toujours. La perte de Kingsley n’avait pas de finalité. Il pouvait chercher sa mère biologique, s’il le voulait. Il pourrait probablement la trouver sur Facebook ou en crachant dans un tube acheté sur le net.

Il pouvait juste supposer ce que c’était que de perdre un objet, une chose, à laquelle il tenait, même si ça n’avait clairement pas la même magnitude.

En grandissant, King n’avait jamais vraiment mis de grande valeur sur ses biens matériels - L’argent pour les Delarosas n’était pas un problème. Si le petit brisait son vélo, il en aurait simplement un nouveau aux prochaines courses. Il ne s’attachait pas. Ses choses n’étaient que des bouts de plastique, de métal, du tissus. Il ne connaissait pas la valeur de l’argent, du travail, et franchement ne la comprendrait probablement jamais. La seule chose à laquelle il attachait de l’importance, ce qu’il sauverait d’un feu ou apporterait avec lui sur une île déserte, c’était sa moitié de leur collier d’amitié, à Ivy et lui; Une moitié de coeur attachée à une corde noire où on avait pressé le mot “friend” (parce que bien sûr elle était la best )

Il osait à peine imaginer le perdre, et ce n’était qu’une babiole à sept dollars achetée il y a des lunes dans un marché publique.

« On va le retrouver. » Kingsley fit le tour de la table, pour aller la retrouver, elle. « Il est peut-être tombé chez moi. » Il se fouillait l’esprit, de fond en comble pour essayer de se remémorer la dernière fois qu’il avait vu ce précieux bijou. « Si ça se trouve, c’est Nugget qui te l’a piqué et il l’a caché sous un meuble. » Ça avait une certaine logique, c’était digne d’investigation, mais surtout, c’était une tactique pour lui changer les idées - Il ne doutait pas qu’ils allaient finir par trouver le bracelet, quelque part, seulement, il ne voulait pas qu’elle s’imagine avoir perdu plus que le sommeil lors de son dernier arrêt au supermarché. « Je regarderai de mon côté. Il peut pas être allé bien loin. » Il baissa la tête, juste un peu, cachant un petit rictus timide « Ou je demanderai a Mama parce qu’elle va clairement trouver avant moi. »





_________________


- little monsters -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: jolies pierres » ivy   

Revenir en haut Aller en bas
 
jolies pierres » ivy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tuto-réaliser des pierres pour décorer les socles
» deux jolies colombes
» J'aime les licornes et leurs jolies cornes
» Oh! Les jolies couleurs...
» les pierres nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - northwatosa :: madison homes-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.