AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 nothing like sugar to mend a bruised soul - luna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Ven 5 Oct - 15:50

Nothing like sugar to mend a bruised soulCamille & LunaElle ne sait pas où elle va. Automate humain, ses pieds bougent sans but, son regard bien loin des rues qu’elle arpente sans logique. Vibration insistante, son téléphone ne cesse de s’agiter dans son sac mais sa tête est ailleurs. Dans ce parking, écoutant les cris qui ont retenti, boucle incessante de laquelle elle ne sait pas s’enfuir. Elle voit sa silhouette se cacher dans la voiture, elle voit ses pas saccadés quitter précipitamment les lieux. Coeur ensanglanté, elle est perdue dans les souvenirs. Elle ne voit plus que les rues d’autrefois, leurs ombres dessinées sur les pavés, leurs rires lointains ricochant dans les coins.

Plongée dans un passé qui lui brûle la peau.

Yeux humides mais incapables de verser leur liquide salé, elle tente de trouver une issue, un endroit où remettre sa tête à l’endroit. Son compagnon ne peut pas la voir comme cela, les questions ne manqueraient pas et elle ne se voit pas avoir la force d’affronter la vérité. Le fait qu’il a toujours autant d’impact sur elle, qu’elle n’est pas aussi bien guérie qu’elle veut l’admettre. L’autre côté de la pièce est devenu visible, le retour au bercail montre enfin les blessures qu’elle a laissé sur les trottoirs. Ses iris éteints se posent enfin sur la devanture d’une petite pâtisserie. Endroit inexistant avant son départ, sanctuaire sans souvenirs, cachette parfaite pour échapper aux griffes de la nostalgie.

Rue traversée, elle détaille plus attentivement l’endroit. Chaleureuse petite échoppe, elle respire le calme et la douceur. Elle est déjà venue maintenant qu’elle prête plus attention. Ballade estivale terminée par une douceur, elle avait apprécié l’endroit mais n’avait pas eu l’occasion de revenir. Porte franchie, ses yeux se perdent devant les sucreries fièrement présentées. Un peu de couleur retourne aux joues pâles comme du papier, gourmandise perçue comme le baume nécessaire à son coeur.

Parfois les choses les plus simples sont les plus efficaces.

Son choix effectué, elle s’adresse à la personne derrière le comptoir. Visage familier comme trois quarts de la ville, elle ne parvient pas à le placer dans un contexte précis. Sûrement une connaissance de couloir au lycée. « Bonjour, j’aimerai vous prendre un des petits gâteaux au chocolat s’il-vous-plaît. » Sourire quelque peu amoindri par les événements de l’après-midi, voix un peu moins assurée qu’à l’accoutumée. Avant de pouvoir ajouter autre chose, elle se voit interrompue par une énième vibration de son téléphone, qu’elle se décide enfin à stopper. « Oui? Oui, oui, désolée, j’étais un peu occupée à la sortie des cours. Non, je ne rentre pas tout de suite. » Un roulement de yeux involontaire devant l’inquiétude de mère poule de son compagnon. Parfois elle a cette désagréable sensation qu’elle ne peut rien faire sans l’avertir auparavant. « Tout va bien, j’avais juste envie de me dégourdir les jambes. Oui, on se voit tout à l’heure. Moi aussi je t’aime. » Sa voix est tendue lorsque ces derniers mots franchissent ses lèvres. Les choses aujourd’hui l’ont trop secouée pour se convaincre de la véracité de sa déclaration. « Navrée pour l’interruption, il n’allait pas arrêter d’appeler autrement. » Petit trait d’humour pour chasser ses idées sombres, elle lance un sourire d’excuse à la vendeuse. « Vous avez des boissons chaudes? » Envie de rester, faire durer cette solitude si rare dernièrement et surtout de laisser passer le plus de temps possible entre les retrouvailles avec Douglas et son retour à la maison.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 16090
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©moi(avatar), BAT'PHANIE(signature).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you. fiancée à son soldat ♥.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on attend bébé gabriel, junon+elys, elys, ryan, angelo, jade, camille, prince.

MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Dim 7 Oct - 15:17

Des visages, tu en croises beaucoup. Peut-être que la grandeur de cette ville t'aide à les mémoriser puisque tu en vois beaucoup moins que dans une métropole. Puis, après le Lycée tu as toujours travailler dans le services à la clientèle. Ça aussi, ça t'as peut-être forcé à pratiquer ce genre de mémorisation. Plus les mois passent depuis l'ouverture de ta pâtisserie et plus tu reconnais des visages. Tu connais par prénoms la plupart de tes clients réguliers cherchant toujours à ensoleiller un peu leur journée quand ils viennent à ta rencontre. Quand Camille entre dans ta boutique, tu ne la remarques pas beaucoup, préoccupée par les personnes avant elle dans la file, tu lui souris quand même chaudement quand son tour arrive. Vous étiez que de simples connaissances à l'époque. Plus proche de ton fiancé que toi, tu ne te souviens pas vraiment de la dernière fois que vous vous êtes croisées. Comme beaucoup, elle avait quitté la ville pour ses études que tu présumes et avait choisit de l'installer ailleurs. Tu aurais peut-être fait pareil si ta vie s'était avérée différente. Ton soldat ne revenaient que pour des séjours brefs souvent. C'était plus simple de rester près de sa famille puis tu avais aucun repère ailleurs dans les États-Unis, à quoi bon recommencer ailleurs quand ta routine te convenait ici.
La cliente prend la parole et alors que tu allais la salué, son téléphone se met au milieu de la conversation. Préparant plutôt ce qu'elle avait choisi. Tu mets le petit gâteau dans un sac pour emporté. Les gens dérangés par leur téléphone sont souvent pressés de repartir. Camille semble blasée par la conversation qu'elle entreprend. Tu ne veux pas écouter, mais elle est face à toi. Les mots se rendent à tes oreilles sans que tu ne fasses une effort. Ne vous excusez pas, je comprends tout à fait! Au retour d'Elys au février, tu aurais répondu à un coup de fil peut importe les circonstances. Toujours inquiètes que quelque chose lui soit arrivé. Tu l'avais perdu une fois et c'était assez. C'est Camille, c'est ça? Elle aussi semblait te reconnaître puisqu'elle ne fut pas surprise quand tu lui posa la question. Je pense qu'on s'est peut-être croisé au Lycée. Vous étiez ami avec Elys Gardner à l'époque si je me souviens bien? Les liens se font sans doute dans son esprit puisque son regard s'allume à son tour. Je commence à me faire vieille, on dirait que ça remonte à une autre vie! Tu lui présente la panoplie de choix ce thé que vous offrez, les cafés et les chocolats chauds avant d'entrée dans la caisse son choix. Je vous prépare ça dans une tasse pour ici ou pour emporter? Tu ajustes ton tablier avant de conclure la transaction. Habituer de préparer cette boisson, tu continues de faire la conversation légèrement avec la demoiselle. Tu es de retour en ville?
@Camille Shaw

_________________

sous l'océan, sous l'océan, chérie, c'est
splendide, là où c'est humide, assurément!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Lun 8 Oct - 21:15

Nothing like sugar to mend a bruised soulCamille & LunaTête encore dans les nuages, regard toujours reflétant le chaos que sont ses émotions. Le monde la rappelle à l’ordre mais elle ne parvient pas à revenir totalement sur terre. Sa conversation quelque peu sèche, son ton un peu plus exaspéré qu’il n’aurait dû, elle sait qu’elle aura des questions à son retour. Questions qu’elle ne pourra pas esquiver complètement. Elle n’a pas envie de lui mentir mais elle n’a pas envie de mentionner sa rencontre avec cet être d’un autre temps. Téléphone enterré, bien décidée à ne plus le laisser l’importuner, son regard revient immédiatement sur la vendeuse. Vendeuse qui semble reconnaître son visage et qui tente une identification. « Exactement » Sourire un peu plus franc, moins tirant aux commissures. Elle est bien plus douée au jeu des visages qu’elle, toujours incapable de la replacer dans les méandres de sa mémoire. Un problème récurrent quand on quitte une ville où on connaissait les trois-quarts pour les retrouver dix ans plus tard, avec tous les changements qui vont avec. C’est indéniable que plus elle regarde ce visage, plus la familiarité se dégage de la brune face à elle. Ce n’est pas un visage qui a vaguement croisé sa route une fois mais sa tête refuse de trouver le nom qui correspond. Mémoire fuyarde, elle est quelque peu déstabilisée par les mots qui suivent. « Elys Gardner, voilà un nom que je n’ai plus entendu depuis longtemps. » L’ironie de la chose lui ferait presque rire. La voilà qu’elle souhaite échapper de ses souvenirs de jeunesse pour entendre le nom du meilleur ami de Douglas. Quelqu’un là haut doit vraiment rire à ses dépends. « On se connaissait bien tous les deux à l’époque. Par contre, je suis vraiment désolée, je n’arrive pas à me rappeler de votre nom. » Sourire gêné. Phrase courante, excuse prononcée à maintes reprises depuis son retour à Wauwatosa.

Elle est bien obligé d’admettre qu’elle et les visages, ce n’est clairement pas une histoire d’amour.

« Je me doute que vous connaissez bien Elys ? Ce qui est encore plus honteux de ma part si vous êtes amis de longue date. Belle mémoire pour une historienne que j’ai là. » Dérision bienvenue, elle se concentre sur l’humour léger et la conversation sans lourdeur. Salutaire quand elle repense à sa précédente rencontre avec son passé. « Etant donné que j’ai la tête d’une grand-mère je vais opter pour un thé, histoire de rester dans le thème. Une verveine serait parfaite. » Sourire amusé, joues bien moins pâles qu’à son entrée. Les nuages au-dessus de son crâne se dissipent quelque peu, se font plus petits devant la banalité rafraîchissante de cette discussion.

Hésitation face à sa question. Elle sait qu’elle devrait rentrer. Une pile de travail l’attend sagement et un compagnon un peu nerveux risque de bientôt arpenter les couloirs de leur appartement en attendant son retour. Pourtant c’est au-dessus de ses forces de reprendre sa routine à cet instant. « Pour ici, j’ai envie de rester au calme un peu. » Regard vers la paisible salle où quelques tables sont placées. L’endroit idéal pour se perdre dans la fumée de son thé et redevenir la Camille de tous les jours. « Je suis revenue il y a quelques mois, je suis de retour au lycée. De l’autre côté de la barrière cette fois. » Un petit rire échappe ses lèvres. Cela lui fait toujours aussi bizarre de le dire. Couloirs bien connus reviennent dans son quotidien, sauf qu’elle n’a plus de casier et elle utilise le rouge pour écrire désormais. Elle a toujours la même quantité de papier cependant. « La pâtisserie est nouvelle ou je me trompe ? » Curiosité pour tromper ses soucis, les mots volent au-dessus du bruit de la machine. « En tout cas j’aurais bien aimé manger ces merveilles quand j’habitais ici. » Légèreté quelque peu forcée mais compliment sincère. Ce n’est pas uniquement pour échapper à sa mélancolie qu’elle a franchi le pas de la porte.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 16090
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©moi(avatar), BAT'PHANIE(signature).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you. fiancée à son soldat ♥.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on attend bébé gabriel, junon+elys, elys, ryan, angelo, jade, camille, prince.

MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Mar 9 Oct - 18:12

Ta mémoire ne te trompait donc jamais et cette rencontre en était la preuve. Ton sourire s'élargie quand Camille confirme ce que tu supposais. Tu n'es pas offusqué qu'elle ne se souvienne pas de toi. Alors que tu travaille de ton côté du comptoir, tu écoutes quand même ce qu'elle te dit. Ton sourire s'était élargie à cause des souvenirs qui te revenait. D'un passé  pas si loin, mais remplie de moment joyeux.  Tu en avais fait du chemin depuis le Lycée. Encore plus ton fiancé qui était revenu de l'impossible. Je m'appelle Luna. Camille et toi n'avez pas le même âge, elle et toi étions donc jamais dans les mêmes classes. Vous vous êtes croisé à cause d'Elys et tout le temps que tu passais dans la maison voisine de Douglas, mais sans plus. S'il te plait, ne vous excusez pas. J'oublie jamais un prénom, mais on ne se connaissait pas plus qu'il le faut. Elle opte pour une tisane que tu prépares après avoir attraper le contenue des herbes pour ensuite verser de l'eau chaude dans une tasse en céramique quand Camille précise qu'elle profiterait du calme de la boutique. À cette heure, c'était toujours plus tranquille et ça te permettait de te concentrer sur les commandes pour les événements comme les anniversaires. Quand on s'est croisé à l'époque je suis pas certaine si j'étais déjà sa copine, mais on est ensemble depuis le Lycée.. Que tu précises quand elle te demande si Elys et toi vous connaissez bien et tu lui tend son breuvage. Vous êtes historienne? Fascinant, mes cours préférez au Lycée, c'était bien les cours d'histoire de monsieur Johnson. Tu t'en souviens? C'est une petite ville, donc un petit Lycée, tout le les gens qui sont passé dans cette école à la même époque que toi l'ont croisé. Les grands-mères ont tous dix chats il me semble. Je doute que ce soit ton cas. Tu ris légèrement à ta plaisanterie, même si ce genre d'humour ne fait que te faire rire habituellement. Ton sourire s'agrandie quand le sujet de tes créations s'installe sur la table. Non, vous ne vous trompez pas, j'ai ouvert la pâtisserie il y a un an environ. Camille t'apprend qu'elle est de retour au Lycée de la ville en tant qu'enseignante. Tu es heureuse de l'entendre. Du doute que ton fiancé aussi sera heureux de savoir une vieille amie en ville. Maintenant que lui a remis sa commande, tu décides de lui offrir comme un cadeau de re bienvenue à Wauwatosa. Maintenant que vous êtes de retour, vous pourrez en profiter tous les jours si vous voulez! Je m'en vais nulle part. Une dernière plaisanterie tout de même sérieuse, elle sera toujours la bienvenue  ici. Je peu me joindre à toi si tu veux? Te mettre à jour sur toutes les nouveautés dans cette petite ville. Tu enlèves ton tablier après avoir pris une tasse de café pour toi. Si elle préférait être tranquille tu reprendrais simplement le boulot.
@Camille Shaw

_________________

sous l'océan, sous l'océan, chérie, c'est
splendide, là où c'est humide, assurément!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Mer 10 Oct - 15:28

Nothing like sugar to mend a bruised soulCamille & LunaL’ambiance chaleureuse de la petite boutique l’enveloppe, la discussion la berce, éloignant les soucis qui lui dévorent l’âme depuis cette sortie fracassante du parking. Regard centré sur la jeune femme, son esprit s’éclaircit enfin en entendant sa présentation. « Luna, mais bien sûr! Je suis ravie de vous savoir encore ensemble, c’est adorable. » Ses souvenirs remontent enfin à la surface. Elle revoit ce visage plus jeune, plus enfantin, jamais bien loin d’Elys. Ils semblaient heureux à l’époque, un bonheur qui a visiblement survécu à l’épreuve du temps. Un doux sourire accompagne ses mots. Cela lui réchauffe toujours le coeur de voir que toutes les histoires de jeunes adolescents amoureux ne se finissent pas dans les larmes. Pas comme la sienne et même si cela tiraille ses blessures, elle retrouve un peu de foi en ses vieilles croyances du véritable amour.

Elle n’a juste pas tiré le bon numéro.

La familiarité prend rapidement le pas sur leur conversation, les anecdotes commencent à pointer le bout de leurs nez.  « Oui, bien que le mot historienne me semble un peu trop grand pour moi malgré le diplôme qui soi-disant le prouve. » Plaisanterie cachant une certaine gênée. Elle ne s’est jamais sentie historienne, elle n’a jamais pensé qu’elle est de la même pointure que tous ces historiens qu’elle admire et qui ont peuplé tant d’heures de lecture. Elle n’est que Camille, la fille un peu terne d’une petite ville du Wisconsin. Elle n’est pas faite pour briller. « Bien sûr, c’est d’ailleurs lui qui avait écrit ma lettre de recommandation pour l’université. Un peu trop obsédé par Roosevelt mais autrement il était génial. » Sourire tendre. Ses cours étaient la meilleure partie de la semaine, un des moments où elle se sentait comprise dans sa passion. C’est d’ailleurs son souvenir qui l’a poussé à retourner dans un lycée. Reprendre le flambeau, continuer à intéresser les jeunes générations aux joies de l’histoire.

La plaisanterie la fait sourire, amusée devant une image d’une Camille plus âgée entourée par des chats.« J’avoue que non, aucune boule de poils vit avec moi. Mon compagnon est allergique le pauvre. » Eternuements frénétiques lui reviennent en mémoire. Mason avait failli ne pas sortir vivant de cette soirée où un de leurs amis s’était avéré propriétaire d’un énorme chat qui était déterminé à se frotter contre lui.

Sa mémoire ne s’avère pas si défectueuse que cela. Elle ignore ce que la pâtisserie remplace dans le paysage de son enfance mais elle trouve son existence bienvenue. C’est si rare de trouver des gâteaux convenables sans y laisser la moitié du salaire ou une après-midi à essayer de s’en sortir en cuisine. « Ravie de l’apprendre, je sens que je vais venir souvent pour adoucir les piles de devoirs à corriger. » Phrase terminée sur une bouchée chocolatée, incapable de résister plus longtemps. Son expression se détend enfin complètement, ses yeux deviennent aussi éclatants qu’à leur habitude. « Volontiers si tu n’as rien d’autre à faire. J’avoue que j’ai dix ans à rattraper et je ne suis pas encore vraiment au point. Puis j’adore écouter des scandales autour d’un bon thé. » Un peu de compagnie ne lui fera certainement pas de mal. Elle a un peu peur de se retrouver seule avec elle-même. Choix de facilité accueilli avec soulagement, ses pas l’amènent vers une table non loin du comptoir.  « Commençons par aller au plus simple: comment va Elys? Cela fait tellement longtemps, je ne suis même pas sûre de le reconnaître dans la rue. » Parfois elle regrette d’avoir coupé contact avec tant de monde. Tous ces noms devenus des mystères, des vies dont elle a perdu toute trace, elle sent qu’elle a jeté à la poubelle une partie de sa vie. Vie qu’elle essaye de récupérer petit à petit.
© Crimson Day

_________________
Don't look too deep into those angel eyes. Once he took my heart and now I pay the price ©W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 16090
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©moi(avatar), BAT'PHANIE(signature).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you. fiancée à son soldat ♥.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on attend bébé gabriel, junon+elys, elys, ryan, angelo, jade, camille, prince.

MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   Mar 16 Oct - 17:04

C'est toujours étrange de croiser des gens du passé. Leur absence te rapelle le temps qui a passé trop vite. Te force à prendre conscience de celle que tu es devenu versus celle que tu croyais un jour devenir la dernière fois que tu les avais croisé. Les joies d'être ma propre patronne. Je peux choisir de prendre le temps. Mes gâteaux peuvent attendre. Ton métier est amusant, mais il n'a rien d'urgent. La vie de personne ne dépend  sur tes créations.  
Aujourd'hui, c'était plutôt un fantôme du passé de ton fiancé que tu croisais. Camille et toi, vous vous êtes croisées sans plus. L'époqque du Lycée remonte à longtemps déjà. Votre différence d'âge vous avait surement empêché de créer un lien  alors qu'aujourd'hui ce n'est que des poussières. Dix ans que vous ne vous étiez pas vu, mais ce temps tu es incapables de te dire s'il a passé trop rapidement ou trop lentement. Le Lycée remonte peut-être à si loin  derrière, mais on dirait que c'était hier. Et avec tout ce qui se passe dans cette ville cette année, tu as l'impression que les derniers mois ont été plus longs que la plupart des années depuis que Camille a quitté Wauwatosa. Ça reste notre petite ville hein, en dix ans il y a pas beaucoup plus de scandal que quand tu es partie! Mise à part quelques nouvelles boutiques comme la tienne, la vie roulait au même rythme qu'elle le faisait quand tu étais adolescente.
 Tu amènes la tasse de café à tes lèvres alors que la vieille amie d'Elys te demande de ses nouvelles. Comment dire qu'il va pied pour quelqu'un qui a eu son nom sur une pierre tombale au cimetière de la ville. Tu ne veux jamais raconter cette année tragique de ta vie où tu croyais l'avoir perdu. Surtout quand tu parles à quelqu'un qui le connaissait lui. Ce n'est pas ton histoire à raconter. Tu sais combien il déteste voir le regard des gens changer quand ils l'aprennent comme tu n'aimais pas entendre les gens s'excuser pour ta perte alors que tu le croyais mort. Tu le reconnaîtrais. Il n'a pas beaucoup changé. Physiquement, sa coupe de cheveux changeait peut-être un peu entre ses missions, mais puisqu'il est soldat ses allures ne changeaient pas vraiment.
Tu vois toujours l'homme que tu aimes depuis si longtemps malgré ses tourments. Tu sais qu'il fait face à tellement de changement et en même temps tu ne sais pas grand chose puisqu'il garde tout le monde à l'écart des bagages qu'il a ramener de cette année gardé en captivité. Il a réalisé ses rêves. Il est pilote d'avion de chasse pour l'armé. N'importe qiui qui a croisé ce Gardner dix ans plutôt connaissait ses ambitions. Ta voix n'avait peut-être pas démontrer autant d'enthousiasme qu'elle ne le devrait. Simplement parce que tu ne savais même pas si tu aurais dû parler au passé. Tu ne voulais pas causé de malaise. C'était juste un sujet délicat pour tout le monde. Il est en ville présentement. Je suis sûre qu'il serait ravie de te revoir.
Peut-être que tu devrais mentionné cette sombre année si tu es pour réunir deux vieux amis. Lui mentionner son histoire éviterait à Elys de le faire et peut-être que contrairement aux autres personnes qui l'apprenne, Camille ne le traiterait pas différemment.  Il a été victime d'un accident d'hélicoptère. Ses suppérieurs croyaient que personne avait survécu. En lui épargnant les détails, tu lui expliques qu'il a disparu de la carte onze mois. Même si tu voulais lui en donner, tu ne connais pas grand chose de cette année. Cette année qu'il a été gardé en captivité l'a changé, mais il a survécu et c'est l'essentiel. L'important c'est qu'il va bien aujourd'hui. Maintenant, il avait besoin de temps pour se retrouver. Il est toujours le même, tu le voix dans ses yeux, mais il doit y croire et c'est différent.
Retournant à ton café pour recentrer tes idées. Tu reposes ton regard sur Camille avec un sourire.  Te revoir lui ferait surement du bien. Tes mots étaient sincère. Tu te répétais surement, mais tu te vois déjà dire à ton fiancé que tu as croisé une vieille amie à lui. La ville au complet semble fair e face à tant de mauvaises nouvelles ces temps-ci,  le retour de Camille ensoilellerait  surement le moral de ce soldat.
@Camille Shaw
Spoiler:
 

_________________

sous l'océan, sous l'océan, chérie, c'est
splendide, là où c'est humide, assurément!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: nothing like sugar to mend a bruised soul - luna   

Revenir en haut Aller en bas
 
nothing like sugar to mend a bruised soul - luna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sugar Cane’s Bitter Harvest in the Dominican Republic
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Riko Sugar [Validée]
» Après Kim kardashian, Neyo,Corneille,Oprah... Sugar Sammy!
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - eastwatosa-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.