AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- prayers : 158
- pseudo : abracadabra/milou
- id card : finn wolfhard/lilousilver. (vav); elevsen & dailyfinngifs (gifs) ; endlesslove (signa)
- registration : 03/10/2018
- côté coeur : nope

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: camille + olivia + douglas + you ? (2/5)

MessageSujet: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Jeu 4 Oct - 23:59

you say you don't know you tell me don't lie
camille ✧ hector
Y’avait de ces journées où rien ne fonctionnait. Eh bien, c’était une de ces journées. Le réveil pour commencer, n’avait pas sonné, ni pour toi, ni pour tata. Vous aviez eu chaud d’arriver en retard, c’était le cas de le dire. Et tu savais que lorsqu’il n’y avait pas ce moment le matin pour prendre le temps de te réveiller, t’étais généralement pas d’humeur pour travailler ou pour apprendre quoi que ce soit. T’avais pédalé aussi vite pour rattraper ta tante que t’avais jamais vu aussi rapide sur son vélo. Et t’étais essoufflé à la fin de cette course contre la montre qui semblait interminable et les minutes qui semblaient s’envoler à toute vitesse. Malgré toute la bonne volonté du monde et celle que tu portais pour l’éducation, tu savais que ce serait pas une bonne journée. Oui, il y avait des jours où Hector Leota avait envie d’apprendre, même si ça ne se voyait pas toujours sur ton visage. Et là, déjà, tout avait mal commencé en mettant un pied dans l’établissement, ce qui donnait déjà le ton pour le reste. Il fallait néanmoins que tu y survives. « À ce soir Chouchou et encore désolée pour le réveil ce matin... » Tu avais grogné en signe de réponse en lui envoyant la main. Tu savais que c’était autant de sa faute que la tienne parce que c’était pas votre genre de pas mettre votre réveil.

Bref, ce fut en classe que ça commença à se corser. T’avais le cours avec madame Shaw. Et t’étais pas d’humeur, mais pas du tout, même si t’avais réussi à être en classe avant que la cloche ne sonne. Tu avais tout fait pour ne pas te faire remarquer et t’avais pris ta place habituelle pour ne pas déranger personne, mais ce jour-là, c’était différent. Comme toujours, elle faisait son intro et de quoi elle allait parler pendant le cours. T’avais ton matériel sur ton bureau, mais t’étais clairement en phase où tu voulais simplement qu’on te laisse tranquille. Pourtant, une partie de toi te disais que tu devais écouter et que c’était important, même si ça te tentait pas du tout d’être là. Madame Shaw commença le cours et tu faisais de ton mieux, mais vraiment de ton mieux pour essayer de la comprendre et de suivre la matière, mais une partie de ton cerveau refusait de faire ainsi. Tu levas la main, même si la question allait probablement sembler un peu bête. « Sérieusement madame, à quoi ça nous sert tout ça ? » râlas-tu, un peu sur un ton insolant. Ça y est, le Hector détestable allait faire des siennes pour le reste de la journée... !
©️ nightgaunt

_________________
should i stay or should i go? ♒︎ keeping versed and on my feet if you steal my sunshine © endlesslove.


Dernière édition par Hector Leota le Sam 6 Oct - 1:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Ven 5 Oct - 15:35

You say you don't know, you tell me don't lieCamille & HectorCafé terminé depuis une bonne vingtaine de minutes, son stylo vole à travers les pages, traçant de sa ligne rouge remarques et ratures. Elle a toujours aimé travailler le matin, trouvant dans la paix matinale des classes un havre de concentration pour des corrections parfois rude. Comme celle d’aujourd’hui où une trentaine de soupirs ont déjà franchi ses lèvres devant les phrases rocambolesques sous ses yeux. La chronologie et le bon sens ont dû sauter main dans la main au moment où cette rédaction à vu le jour. Regard rapide vers la montre, elle remet à plus tard la suite du roman des horreurs, préparant les diverses photocopies à distribuer durant son prochain cours. Porte ouverte, le bruit emplit peu à peu l’espace. Les pas, les cris, les conversations, tout marque l’arrivée progressive de la troupe aux hormones bouillonnantes. Une nouvelle journée commence au lycée de Wauwatosa et elle regarde d’un air indulgent ses élèves du jour. Visages assoupis pour certains, commérages distribués en chuchotements peu discrets, les adolescents prennent peu à peu place, plus ou moins prêts à suivre son cours. Rappel de jeunesse, paupières autrefois lourdes à cette heure-ci, rire interne devant certains regards vitreux.

Ils apprendront bien vite les bienfaits de l’addiction à la caféine.

Strident rappel à l’ordre, la cloche marque la fin de la marée. Porte fermée, elle se tourne vers sa classe, présentant le sujet de la journée et des semaines à venir. Gros dossier qu’est la Guerre de Sécession, bon nombre de batailles, de personnages et de concepts à traiter. Silence contemplatif, sa voix est la seule à se faire entendre et elle sait que certains ne suivent absolument pas ce qu’elle dit. Des regards encore accrochés au royaume de Morphée se lisent chez certains et elle est certaine que les premiers devoirs ne seront pas particulièrement brillants pour certains.

Le calme apparent ne tient cependant pas.

Une voix interrompt le cours, râleuse et visiblement peu coopérative au bon déroulement du cours. Sourcil arqué, son regard se centre sur les iris du fauteur de trouble.  « Connaître le passé de notre pays ne vous paraît pas utile Monsieur Leota? » Dire qu’elle est surprise serait mentir. Hector est un gentil garçon mais il a une forte tendance à n’en faire qu’à sa tête. Les débuts entre eux ont été houleux et plusieurs colles ont été distribuées. Sans grand succès quand à son comportement en dents de scie. « Il est vrai qu’on ne parle plus de la Guerre de Sécession et qu’elle n’a eu aucune conséquence sur notre nation, quelle étourdie je fais. » Ironie soulevant quelques rires discrets, vite réprimés par son regard sévère. « Peut-être auriez-vous un autre sujet à proposer pour remplacer ma leçon inutile? Je suis sûre que votre tête doit fourmiller d’idées de si bonne heure. » Suggestion faussement innocente. En réalité elle est curieuse de voir ce qu’il entend par « histoire utile ». Les débats sont toujours sa friandise favorite et elle veut voir ce qu’il a dans le ventre.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 158
- pseudo : abracadabra/milou
- id card : finn wolfhard/lilousilver. (vav); elevsen & dailyfinngifs (gifs) ; endlesslove (signa)
- registration : 03/10/2018
- côté coeur : nope

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: camille + olivia + douglas + you ? (2/5)

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Ven 5 Oct - 17:54

you say you don't know you tell me don't lie
camille ✧ hector
C'était parfois plus fort que toi. Même toi, t'arrivais pas toujours à comprendre tes réactions pour telles situations. T'étais pas considéré comme un leader négatif, mais la ligne était mince. Tu te faisais parfois discret, mais quand t'étais pas d'humeur, un peu comme ce matin-là, l'impulsivité prenait le dessus et ça donnait souvent des situations fâcheuses auxquelles t'étais pas toujours fier, toi-même. T'aimais bien les cours d'histoire et madame Shaw, elle faisait parfois son possible. Mais en ce moment, t'étais tellement aveuglé par la frustration que tu ne voyais pas en quoi tout ce qu'elle racontait allait être utile. Tu voulais aussi essayer de comprendre parce que tu savais pas ce qui se passait exactement. Mais tu voulais pas lâcher ton bout du morceau parce que c'était impossible de faire marche arrière. Comme d'habitude, elle avait été capable de te piéger et tu te retrouvais avec les mains vides de sens et de communication. Tu pouvais encore faire demi-tour et t'excuser publiquement et de fait, le cours allait reprendre son rythme normal, mais tu savais aussi que ça ne se passerait pas comme ça. Déjà, tu sentais le regard de plusieurs de tes camarades qui te trouvaient déjà pathétique et d'autres qui se fichaient de l'infervention assez inutile, donc tu décidas de battre en retrait en faisant mine de glisser légèrement sur sa chaise pour essayer de se faire oublier. T'avais pas envie de faire une scène ce matin, il était déjà trop tôt et tu étais au courant que madame Shaw ne te laisserait pas t'en tirer. Alors, était-ce vraiment la peine de renchérir ?

Malgré cette intervention, tu restas dans ton coin pour le reste de la leçon, essayant de suivre, même si la motivation n'y était pas du tout. Tu sentais parfois les regards silencieux de madame Shaw qui s'assurait évidemment que tu ne prendrais pas tes jambes à ton cou à la fin du cours et que tu faisais de ton mieux pour suivre. Mais à quoi bon ? T'avais aucune excuse cette fois-ci. Évidemment que tu comprenais rien de rien et que tu tentais de t'accrocher, mais c'était difficile de se concentrer. Finalement, à la fin cours, t'étais bien conscient de ce qui t'attendait. Les autres avaient pris leurs affaires et toi, tu restais l'éternel habitué aux leçons de moral. T'attendais son discours moralisateur. Tu ignorais dans quoi tu pourrais la mariner parce qu'elle te connaissait trop bien, depuis le début de l'année. Tu pouvais pas te permettre de lui sortie quelque chose de bateau. Restant à ton bureau, tu n'osais pas faire le premier pas, mais t'avais un autre cours et tu pouvais pas trop te permettre d'arriver en retard. « Ok, madame, j'avoue que c'était pas pertinent comme intervention. » lui avouas-tu. Tu marquas d'une pause avant de soupirer. « J'ai aucune excuse cette fois. Je me suis juste levé en retard et du mauvais pied. »
©️ nightgaunt

_________________
should i stay or should i go? ♒︎ keeping versed and on my feet if you steal my sunshine © endlesslove.


Dernière édition par Hector Leota le Sam 6 Oct - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Ven 5 Oct - 21:49

You say you don't know, you tell me don't lieCamille & HectorSes questions sont accueillies par un silence sépulcral et un Hector devenu plus petit sur sa chaise. Débat avorté, il tente piteusement de se faire oublier et te laisser continuer le programme prévu. Comme si les choses étaient aussi simples. « Je suppose qu’on peut continuer. A la fin du cours devant mon bureau Monsieur Leota. » Lèvres pincées, regard scrutant le reste de la salle. « Enlevez-moi ces sourires tout de suite et le prochain qui interrompt pour ne rien dire de constructif, ce sera une rédaction à me remettre demain matin à la première heure. » Voix dure, ligne rouge clairement définie. Elle déteste jouer les autoritaires et prendre la place de la juge toute puissante mais il n’y a que cette méthode qui fonctionne. Les adolescents resteront toujours des rebelles et ils profitent de la moindre faille pour tenter de renverser l’ordre d’une classe.

Elle en sait quelque chose.

La leçon se poursuit dans une ambiance monastique, l’heure matinale et la peur d’un devoir supplémentaire clamant les ardeurs de plus téméraires. Entre deux phrases, elle observe le fauteur de troubles devenu souris. Elève avec des difficultés, il peut pourtant se montrer perspicace et sait faire les choses correctement quand il met d cela volonté. Tête brûlée, son tempérament le perd bien souvent et elle a beau l’apprécier, elle ne peut le laisser faire à sa guise sous prétexte qu’il n’est pas un méchant garçon. Il ne prête clairement pas attention au cours mais au moins il semble calmé dans son envie de révolte. Sa voix poursuit l’exposé, notant quelques dates et noms importants au tableau. « Bien, nous avons fait le tour global. Aux prochains cours, on regardera plus en détail différents aspects et on débutera par le mouvement abolitionniste, le nerf de cette guerre pour beaucoup. Faites des recherches d’ici la prochaine fois et n’osez pas franchir cette porte sans la moindre information. » Regard sévère fini en sourire. « Allez, la torture est finie, vous pouvez y aller » Sa phrase se finit par le retentissement de la cloche. Soulagement pour une bonne partie, la classe se vide rapidement dans un brouhaha de chaises et de conversations décousues.

Heure de s’occuper du rebelle.

Posée sur la surface plane, elle attend patiemment qu’Hector démarre la conversation. Assis tel un condamné, il prend la parole, lassitude distillée dans les mots. « Vous vous rendez compte des choses, c’est déjà un début. » Pas lents en direction du jeune homme, bruit de chaise, regard fermement planté devant la tête penaude. « On a tous des matins avec et des matins sans mais ce n’est pas une raison pour perdre le nord au bout du premier quart d’heure de cours » Assise face à lui, elle laisse échapper un soupir. Le pire, c’est qu’elle sait qu’il agit plus par instinct que par réelle envie de rendre les cours impossibles. « Je veux vous aider, sincèrement, mais il faut me laisser faire mon travail. Interrompre le cours ne vous mènera à rien et vous allez y perdre au final.» Voix douce mais ton ferme. Elle ne veut pas d’un monologue moralisateur mais elle doit lui faire comprendre qu’ils ne vont pas pouvoir aller bien loin ainsi. « Et à part vous être levé du pied gauche, quel est le souci? Et ne niez pas, j’ai vu votre regard hagard pendant la totalité du cours. » Perche tendue, ses yeux cherchent à lui transmettre une certaine confiance. Elle veut l’aider mais elle ne peut faire grand chose toute seule. C’est à lui de prendre les bonnes décisions.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 158
- pseudo : abracadabra/milou
- id card : finn wolfhard/lilousilver. (vav); elevsen & dailyfinngifs (gifs) ; endlesslove (signa)
- registration : 03/10/2018
- côté coeur : nope

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: camille + olivia + douglas + you ? (2/5)

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Sam 6 Oct - 1:57

you say you don't know you tell me don't lie
camille ✧ hector
C’était pas la peine de faire un fou de toi, honnêtement. Elle te faisait une scène aussi devant tout le monde et elle s’était pas gênée pour te remettre à ta place. Les autres pouvaient dire ce qu’ils voulaient, mais ce n’était pas un signe de faiblesse. T’avais déjà une sacrée réputation à l’école et tu voulais pas encore avoir un discours de la part de tata pour ce que tu faisais en classe. Pourtant, c’était pas une histoire de réputation. Tu t’en fichais pas mal de ce que pensait les autres. Tu voulais juste avoir un peu le monopole parfois juste parce que c’était impulsif et plus fort que toi. Mais avec les années, t’avais aussi appris à extérioriser et d’en parler un peu plus. Surtout avec les profs, quand t’avais compris qu’ils étaient là pour t’aider à réussir, même si dans ta tête, le message passait autrement et que tu croyais parfois que le monde entier était sur ton dos. Ce matin-là, tu pensais vraiment que l’humanité était contre toi et que tu devais d’excuses ni d’explications à personne, mais ta stratégie avait visiblement échoué parce que madame Shaw s’était tenue prête pour une remarque dans le genre. Comme si elle l’avait attendu depuis toute sa jeune carrière de prof. Donc, t’avais pas du tout intérêt à essayer au plus fin avec elle parce que de toute façon, tu savais qu’elle aurait gagné, même en ayant une argumentation plus musclée.

Comme chaque incident, t’étais assis là, sur cette chaise et derrière ce bureau. Les autres étaient partis chercher leurs trucs et y’avait toi, comme un idiot dans le fond de la classe pour avoir une discussion avec la prof. Madame Shaw, t’étais habitué de la voir, en retenue, dans les corridors. Au début, t’avais eu du mal parce qu’elle commençait à enseigner ici et qu’elle était visiblement pas prête à revenir ici à son ancien lycée. T’avais gratté un peu dans son passé et t’avais vu sa tronche sur les finissants de sa promo. Dans ta tête, elle était censée savoir ce que c’était être à ta place, mais elle était peut-être pas ton genre d’élève non plus, dans le temps... « Je sais, madame et je suis désolé d’avoir été insolent... » t’excusas-tu. Tu t’étais questionné à savoir si ça avait vraiment été la peine de faire un tel commentaire quand tu savais pertinemment que t’allais potentiellement te faire rembarrer. « C’est juste que... j’arrive pas toujours à comprendre ou à suivre quand je suis dans votre cours. Ça va trop vite. Je sais que vous avez pas que moi dans votre classe. » C’était peut-être égoïste de penser une telle chose, mais c’était la stricte vérité. Mais tu comprenais que les profs en avait plus des cas comme toi, c’est juste que certains étaient plus discrets que d’autres. Toi, tu déplaçais de l’air, tu voulais que le monde entier sache que t’étais en difficulté et en détresse, mais tu savais maladroitement l’exprimer. « Et quand je comprends pas ou que je suis pas le rythme... je me fâche. »
©️ nightgaunt

_________________
should i stay or should i go? ♒︎ keeping versed and on my feet if you steal my sunshine © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Dim 7 Oct - 22:10

You say you don't know, you tell me don't lieCamille & HectorPartie cachée du travail, tous les jeunes professeurs sont persuadés de n’avoir que leur matière à gérer. On occulte la psychologie des élèves, les longues heures administratives, la pression du système pour enseigner telle chose de telle façon. Elle n’échappe pas à la règle, sa première année a été un véritable parcours du combattant. Persuadée de quitter définitivement l’adolescence, la voilà plongée de nouveau et personne ne l’a préparée à ce rôle étrange. On apprend sur le tas, on développe des techniques pour ne pas se faire déborder. Chaos contrôlé, quotidien mouvementé et soirées épisodiquement courtes.

Elle ne s’est jamais sentie aussi vivante qu’entourée de garnements aux hormones révoltées.

Plus une jeune première mais à la motivation et à l’énergie au beau fixe, elle ne se fait plus berner par le premier venu et certainement pas par un Hector Leota. Elle avoue qu’elle n’avait pas encore eu un cas dans son genre mais elle se sent concernée. Malgré ses airs de rebelle, elle voit qu’il n’agit que par instinct et que ses provocations ne sont pas entièrement délibérées. Feulements de chat sauvage, cris rappelant son existence. Elle a compris après les deux premières semaines à soupirer devant son attitude, agacée. Alors elle prend le temps. Le temps d’écouter ce qu’il a à dire, lui donner la chance de s’expliquer plutôt que de l’envoyer perpétuellement en colle. Pas qu’elle puisse le faire à chaque fois, mais elle tente de se montrer compréhensive sans qu’on puisse l’accuser de favoritisme.

Elle ne peut s’empêcher de s’impliquer émotionnellement cependant.

« Je peux tout de même ralentir un peu la cadence. Il suffit de me faire signe et je peux revenir sur ce que vous avez raté. » Solution certes loin d’être miraculeuse mais un point de départ pour améliorer un peu les choses. De plus, elle est certaine que Hector ne serait pas le seul à bénéficier de petits résumés durant le cours. Bénéfice collectif. « Mais je reconnais que je ne suis pas des plus disponibles au cours des leçons. » Soupir un peu las, impuissance familière. Les faits sont ainsi, elle ne peut faire du cas par cas ou le programme ne serait jamais abordé en son intégralité. « Cependant, ma porte est ouverte en dehors des cours. Si vous avez la moindre question, venez me voir. La perspective de rester toute la soirée au lycée devrait vous motiver à vite comprendre mes explications. » Sourire plus franc, plaisanterie pour lui faire comprendre qu’elle est de son côté, qu’elle ne veut que l’aider avant tout. « Sincèrement, si vous avez besoin de soutien, on peut trouver une solution. Ne laissez pas votre frustration vous dominer, ça ne fera qu’empirer les choses. » Plus facile à dire qu’à faire, mais elle sait de quoi elle parle.  
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 158
- pseudo : abracadabra/milou
- id card : finn wolfhard/lilousilver. (vav); elevsen & dailyfinngifs (gifs) ; endlesslove (signa)
- registration : 03/10/2018
- côté coeur : nope

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: camille + olivia + douglas + you ? (2/5)

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Jeu 11 Oct - 2:40

you say you don't know you tell me don't lie
camille ✧ hector
Tu voulais pas toujours embêter le prof et passer pour le rigolo. C’était pas ton genre. T’aimais être un peu low profile. Mais quand ça te passait derrière la tête, tu pouvais vraiment t’empêcher de jouer le leader négatif que t’étais pas du tout. Et puis, voire que t’avais même voulu essayer de prendre madame Shaw au piège ! Elle avait fait ses preuves en tant que jeune prof et elle était vraiment plus gentille, quoi qu’autoritaire quand il le fallait. Il lui arrivait souvent de te venir en aide quand t’en avais vraiment de besoin. Donc, tu savais pas du tout ce qui t’avait pris de t’en prendre à elle ce matin-là. Ne serait-ce même que c’était parce que t’avais passé la pire matinée de ta vie, mais ça arrivait presque tous les six mois. C’était rare, en fait. Tu voulais pas paraître comme l’adolescent révolté et pourtant, t’agissais quand même de la sorte quand ça te chantait. Tu faisais pas ça pour qu’on te remarque. T’avais pas énormément d’amis en classe. Alors qui tu voulais impressionner ? Personne. C’était pas la peine de t’en prendre à un prof comme ça, quand tu y repensais. Au fond de toi, tu savais que c’était purement impulsif et que ça avait été un geste facilement excusable si t’avais seulement osé le faire devant tout le monde.

« Je sais, mais vous pouvez pas toujours vous arrêter juste parce que y’a que moi qui a rien compris. » Et c’était embêtant de pas toujours pouvoir suivre en même temps que les autres. Tu t’en sortais, mais avec ce trouble, y’avait toujours des jours plus difficiles que d’autres et même en faisant tous les efforts du monde pour suivre un traitre mot ou une infime information, ça ne suffisait parfois pas à tout comprendre du premier coup. Parfois même, tu relisais tes notes et tu ne te comprenais pas toi-même, alors ! Et quand madame Shaw s’adressait à toi, tu savais que tu pouvais compter sur son soutien si t’avais des difficultés quelconques. Parfois, les profs il y faisaient pas tous attention ou ils essayaient vraiment. Mais avec elle, tu savais que tu pouvais toujours essayer de prendre un arrangement. « Je... je sais, madame. Tata me le répète souvent... » Et t’étais pas toujours un cadeau comme gamin. T’étais souvent dans des situations où il fallait que tu t’arranges avec elle pour un x, y ou un z et la communication entre vous était parfois complexe, mais vous étiez tous les deux très attachés l’un à l’autre. « Si je m’arrange avec elle, elle va sûrement dire oui pour quelques minutes après les cours. Surtout si elle voit que je m’investis vraiment. » avouas-tu. « Je vous demande pas toute la soirée, mais si jamais y’a un truc qui bloque, je pourrais toujours venir vous voir, c’est ça ? Je pourrais mettre une note pour m’en rappeler dans mes notes ou quelque chose comme ça ? » Tu venais tout juste de penser à cette solution. Elle ne pouvait pas ralentir les cours pour toi ou parce que tu comprenais pas tout, mais tu pouvais toujours revenir la voir si jamais t’avais des imprécisions.
©️ nightgaunt

_________________
should i stay or should i go? ♒︎ keeping versed and on my feet if you steal my sunshine © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 60
- pseudo : Suzie
- id card : Anna Kendrick - shiya (entrance-icons)
- registration : 01/10/2018
- côté coeur : En couple depuis trois ans avec un homme qui a tout du gendre idéal. Coeur en otage d'un enfant terrible depuis ses onze ans

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Dim 14 Oct - 22:27

You say you don't know, you tell me don't lieCamille & HectorLes minutes défilent mais elle ne s’occupe pas de la montre. Elle tient à mettre les choses au clair avec Hector, histoire d’éviter un nouveau débordement lors du prochain cours et surtout de trouver un moyen de le canaliser. Elle voit bien qu’il ne tient pas à se mettre en avant, qu’il n’éclate que parce qu’il ne sait pas faire autrement. Evacuation maladroite, tentative de calmer la frustration grandissante. Il n’est pas le premier ni le dernier à avoir du mal à suivre le rythme scolaire et elle tient à faire son possible pour soulager un peu son quotidien. Elle est bien consciente que pas tous les professeurs sont aussi accommodants et que certains n’agissent qu’en cas de demande explicite.

Chose extrêmement rare pour être parfaitement honnête.

Son regard se remplit d’empathie, comprenant sans mal la gêne qui se cache en sous-texte. « Vous voulez connaître un secret? Vous n’êtes de loin pas le seul à avoir un peu de mal à suivre. Simplement ils font semblant de savoir de quoi je parle. » Elle pourrait citer l’intégralité ou presque de ses élèves, tous coupables de ne pas avoir compris quelque chose durant un de ses cours. Hector n’est pas un cas isolé mais elle admet que sa situation n’est pas la plus évidente. Elle veut le mettre un peu en confiance, lui soulager un peu la conscience pour le pousser à intervenir en cours si vraiment il est perdu. « Après je comprends qu’il n’est pas toujours évident de me demander de ralentir. » Elle a été adolescente, elle sait à quel point on craint de paraître l’idiot du village si jamais on admet que le cours nous échappe. On se tait, on essaie de rattraper dans son coin. Une perte de temps conséquente une fois qu’on a le recul de l’âge adulte.

Demander de l’aide sera toujours la chose la plus difficile à apprendre.

La mention de sa tante la fait sourire. Voilà une femme investie à 200% pour son neveu, qui n’hésite pas à demander en salle de professeurs si tout se passe bien avec lui. Elle aime bien discuter avec elle et elle sait qu’elle n’aura aucun mal à accepter une éventuelle aide de sa part en dehors des cours. Tout pour qu’Hector s’en sorte. « Je suis convaincue qu’elle serait ravie de vous savoir motivé pour mieux comprendre vos cours. » Son regard se fait pétillant devant sa proposition, enthousiasmée par une solution simple mais efficace, pouvant donner des résultats très rapidement. « Je trouve votre idée très bonne. On peut imaginer que vous ayez une feuille ou un cahier où noter vos questions et que vous me montreriez à la fin des cours. » Un bon moyen également de savoir quels éléments coincent et dans quel direction pousser ses révisions. « On peut également organiser des rendez-vous plus longs pour faire le tour des choses si besoin. Je n’ai pas de problème à vous réserver une heure de temps en temps si vous avez de grosses difficultés sur un sujet. » Elle glisse la possibilité même si elle est consciente qu’aucun adolescent ne veut rester après les cours pour travailler avec le professeur d’histoire. « Nous avons un accord dans ce cas? Je vous aide et vous me promettez d’arrêter les insolences? » Main tendue, elle se tient prête à sceller leur accord et, elle espère, gagner un peu de paix dans ses futurs cours.  
© Crimson Day

_________________
Don't look too deep into those angel eyes. Once he took my heart and now I pay the price ©W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 158
- pseudo : abracadabra/milou
- id card : finn wolfhard/lilousilver. (vav); elevsen & dailyfinngifs (gifs) ; endlesslove (signa)
- registration : 03/10/2018
- côté coeur : nope

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: camille + olivia + douglas + you ? (2/5)

MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    Hier à 21:01

you say you don't know you tell me don't lie
camille ✧ hector
T’étais loin d’être le plus performant de la bande, c’était vrai. Tes notes se situaient dans la moyenne et c’était vraiment exceptionnel quand tu te pétais des quatre-vingts. Tata n’était jamais déçue de tes résultats, au contraire. Elle savait à quel point c’était difficile de te concentrer parfois et que tu ne pouvais pas tout faire, mais elle faisait bien son possible pour t’aider dans cette situation. Tu voulais pas être celui qui était chiant et qui posait toujours ses questions parfois impertinentes pour le reste de la classe qui réussissait très bien. C’était aussi incroyable parce que tu pouvais aussi te convaincre d’avoir tout compris et d’un coup arrivé devant tes feuilles d’études, t’étais complètement perdu. Donc, évidemment que tu ne pouvais pas totalement arrêter le cours pour des choses aussi infimes que tu étais le seul à ne pas comprendre. Mais madame Shaw semblait ouverte à d’autres occasions, si jamais c’était le cas. Ce n’était pas tous les enseignants qui pouvaient être prêts à ce genre de concession. Tu n’étais pas très étonné venant de sa part, cependant. Elle était toujours présente et prête à faire quelques récupérations au besoin et la plupart du temps, tu voulais être présent pour écouter les autres.  

Évidemment, tout le monde connaissait tata parce qu’elle travaillait dans l’établissement. Tu savais qu’elle était toujours celle sur qui on retombait si tu faisais une connerie et elle avait souvent accès à des informations plus tôt que les autres parce qu’elle allait voir tous tes profs en leur parlant de la situation et s’inquiétant parfois de tes résultats. C’était son second travail aussi, qu’elle faisait super bien. Tu préférais parfois la voir investis que pas du tout. Elle faisait tous les efforts du monde pour que tu réussisses. Et puis, tu savais que t’étais pas un gamin facile par moment. Donc, tu étais conscient que c’était pas toujours la joie, mais qu’elle faisait quand même son maximum. « J’aime cette alternative. J’essayerai de ne pas tout oublier. » approuvas-tu, lorsqu’elle parla des feuilles avec des questions. Et puis, tu savais qu’elle était toujours disponible si tu avais besoin d’aide. Le temps filait et tu devais aussi te rendre à ton prochain cours. Cette discussion avait eu pour effet de te calmer et d’adoucir ton humeur monstrueuse de quand t’es arrivé à l’école. « C’est un accord. Je vais faire de mon mieux, c’est promis... parce que j’aime bien vos cours, » finis-tu par lui avouer avec sincérité. « Même si je comprends pas toujours, ils sont stimulants. » Tu te levas et avant de franchir le cadre de la porte, tu la regardas ensuite. « Merci encore madame Shaw et bonne période ! » En regardant l’heure, t’avais encore le temps de te rendre à ton casier pour aller chercher ton matériel pour le prochain cours.
©️ nightgaunt

_________________
should i stay or should i go? ♒︎ keeping versed and on my feet if you steal my sunshine © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille    

Revenir en haut Aller en bas
 
you say you don't know, you tell me don't lie ; hectomille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - westwatosa :: baraboo :: écoles/lycée-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Veenez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.