AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
CALENDRIER / 01.11.2019 ! Grand retour du forum après plusieurs semaines de maintenance. 16.10.2019 ! Retour de Adokoa (Pauline) dans le staff. 31.07.2019 : Réouverture du forum. Installation de la onzième version par Flames. Arrivée du nouveau PNJ The Devil. 11.07.2019 : Annonce du retour du forum, rédaction d'un nouveau contexte. 01.05.2019 : Fermeture du forum. 14.04.2019 : Installation de la dixième version par Flames. 10.02.2019 : Installation de la neuvième version par Flames. Mise en place de l'animation Mini rp. 02.12.2018 : Installation de la huitième version par Flames. Mise en place de l'animation calendrier de l'avent. 13.10.2018 : Installation de la septième version par Passenger. Mise en place du nouveau contexte Second Chance. Melvin Brock (Marie) rejoint le staff. 10.10.2018 : le forum fête son premier anniversaire.15.07.2018 : Installation de la sixième version par Passenger. . 01.07.2018 : le forum atteint les 100.000 messages. 12.05.2018 : Installation de la cinquième version par Passenger. 17.03.2018 : Installation de la quatrième version par Adoko. Mise en place de la partie Instagram et lancement de l'animation Zodiac. 20.01.2018 : Installation de la troisième version par Passenger et lancement du jeu Game of chance. 02.12.2017 : Installation de la deuxième version réalisée par Passenger. Mise en place des parties communication et graphisme. 09.11.2017 : Dani Brock (Pauline) rejoint le staff. 23.10.2017 : Effie Gardner (Lélia) rejoint le staff. 10.10.2017 : Ouverture officielle du forum. 03.10.2017 : Installation de la première version par Passenger 01.10.2017 : Création du forum. .
liens recherchés
------------------

WINTER TOGETHER / L'hiver arrive. Il est là plus tôt que les autres années et il est déjà rude. Les premières neiges parsèment les trottoirs de Wauwatosa. La ville et ses habitants ont toujours pris soin de leur commune. Ils aiment la voir briller de mille feux en attendant l'arrivée du père Noël. On est plus surpris de voir apparaître les premières guirlandes qui clignotent à travers les vitrines alléchantes et gourmandes. Les pâtisseries donnent envie. Les manteaux et les écharpes viennent couvrir nos tenues de mi saison. Cette année et encore plus que les autres années, Wauwatosa va aider ceux qui en ont besoin. Et en plus notre belle ville va s'illuminer et devenir la plus belle. Des concours de décorations, de sapins par exemples. Ces arbres vont éblouir les allées principales avant d'aller egayer les demeures plus austères. Hopitaux, orphelinats ou prisons aux alentours. Vous l'avez compris, c'est la solidarité qui va être au centre des fêtes. Comme chaque année le grand bal de Noël vous invitera à vêtir vos plus belles tenues et pour la bonne cause. Déambulez dans les rues, emmitouflés dans vos écharpes et doudounes. La neige va être présente, très présentes. Attention au verglas et aux boules de neiges perdues.

Partagez

bis repetita (elys)

Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyLun 24 Sep - 18:17

bis repetita
that won't erase how much he hurt me and the tears on my face


Avais-je été trop heureuse dans ma vie pour que l’on m’impose de telles souffrances ? Si le karma devait un jour se retourner contre moi, j’avais estimé que ma chute, la fin de mon rêve, ces blessures, seraient suffisantes pour payer ma dette. Comme un passe-droit, une chance de ne pas souffrir plus que je ne souffrais déjà. J’avais perdu mes rêves, mon indépendance et une grande partie de ma grâce. Devais-je encore souffrir de crimes que j’ignorais avoir commis ? Visiblement, une quelconque force supérieure en avait décidé ainsi. Je n’étais pas sûre de ce qui faisait le plus mal. Surprendre Elias et Laurel ensemble ? Je me serais probablement remise d’avoir trouvé mon fiancé au lit avec ma sœur. Elle était plus jeune, plus souriante, sûrement bien meilleure au lit que je ne pouvais l’être. J’aurais pu faire avec. Mais il était parti avec elle. De la pire des façons : dans mon dos, sans rien dire. Ma mère avait été aussi dévastée que moi lorsque Laurel lui avait dit qu’elle partait. Elle avait trouvé le gendre parfait, celui qui prendrait soin de sa petite championne blessée. Celui qui la ramasserait à chaque chute, qui lui ferait probablement des enfants, la mettrait à l’abri. Maintenant il fallait tout recommencer. Et moi j’étais seule au monde. Je n’avais jamais vraiment aimé Laurel, mais Elias. J’aurais tout donné pour Elias, parce qu’il m’avait fait le plus beau cadeau qui soit : il m’avait redonné la vie. C’était probablement le pire. Cette envie de mourir, la même que quatre ans plus tôt. Il y avait quelques différences notables, toutefois. Les blessures n’étaient plus physiques. Elles se cachaient au fond de moi, tiraillaient mon cœur en un million de petites parts que personne ne pourrait jamais remettre en place. J’avais le sens de l’ironie. Assise sur les marches de l’église dans laquelle j’aurais dû me marier dans quelques heures. Je voulais un petit mariage : grand merci, il n’y avait eu que peu de personnes à prévenir de l’outrage. Ma robe de mariée ? Sagement dans sa housse, chez mes parents. J’avais passé la nuit à fixer les bouteilles de champagnes prévues pour la noce. A mon grand étonnement, mon malheur n’avait pas été suffisamment pour me donner envie de me soûler. J’en connaissais les conséquences. Alors je m’étais contenté de les fixer, laissant les larmes reprendre leur liberté. Au petit matin, mes pas mal assurés m’avaient emmenés jusqu’ici, sans qu’ils ne sachent réellement pourquoi. Et j’étais restée là, à allumer cigarettes sur cigarettes, comme si faire brûler mes poumons pouvaient encore sauver mon âme. Quand mon briquet avait fini par rendre l’âme, j’avais vaguement espéré pour qu’une foudre divine vienne m’achever. Il n’en fut rien. Le ciel se contenta de m’envoyer un passant. Ce n’était pas grand-chose, et j’ignorais encore à quel point cela me ferait du mal. Mais l’essentiel était là. Visualisez, une ex championne olympique au corps décharné, une cigarette à la main, assise sur les marches d’une église, attendant la fin de son supplice. Il passa à ce moment-là. Comme si j’avais mérité un autre revenant dans ma vie à cet instant. Et quand son regard se posa sur moi, j’aurais tout donné pour disparaître sous terre. « Fais pas cette tête Gardner, on dirait que tu as vu un fantôme. T’aurais pas du feu à tout hasard ? » Bravo Dottie. En terme de pitoyable, j’étais à deux doigts de l’Oscar.

CODAGE PAR AMATIS
@Elys Gardner



Dernière édition par Dottie Kershaw le Jeu 25 Oct - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyMer 3 Oct - 0:33


bis repetita
Elys & Dottie

« We all lose friends.. we lose them in death, to distance and over time. But even though they may be lost, hope is not.  »
Le temps guérit toutes les blessures, comme le dit le proverbe. Mais comme tous les proverbes et autres dictons bateaux qu’on nous sort quand on ne sait pas trop quoi dire d’autre,  il ne se vérifiait pas toujours. Dans le cas d’Elys, ce n’était qu’à moitié vrai. Physiquement, ça allait plutôt bien. Mieux qu’à son retour, en tout cas, même si on n’aurait pas pu dire qu’il avait retrouvé sa forme d’antan. Mentalement… ce n’était pas encore trop ça. Cauchemars, flashbacks et autres joyeusetés étaient toujours au programme, et parler de ce qui lui était arrivé était toujours aussi compliqué. Du temps, il en faudrait certainement beaucoup pour qu’il arrive à passer complètement au-delà de tout ça. Il arrivait à garder la tête hors de l’eau, cela dit, et c’était déjà pas mal vu les circonstances. Ses blessures, elles, étaient de l’histoire ancienne. Son épaule le chagrinait de temps à autres et il s’efforçait d’y faire attention mais dans l’ensemble, il n’avait plus qu’un nombre incalculable de cicatrices à déplorer, toujours là pour lui rappeler ses mésaventures… ce qui voulait dire qu’il avait pu reprendre le sport. Et avec tous les malheurs qui touchaient ses proches ces temps-ci, ce n’était pas un luxe que de pouvoir s’échapper quelques temps et de se vider la tête loin des murs de la maison. Ses courses étaient bien moins longues qu’avant sa disparition, certes, mais il progressait. Doucement mais sûrement.

Ce matin-là, il avait donc quitté la maison peu de temps après le départ de Luna pour la pâtisserie et était parti pour un petit jogging. Ecouteurs sur les oreilles, il s’était éloigné de la maison au pas de course, laissant un Jet contrarié seul à la maison. Le chien était habitué à le suivre dans ses sorties, et il l’emmenait volontiers lorsqu’il allait courir près du lac mais son parcours du jour le ferait passer près de la route, et il préférait éviter. Lui et Luna avaient bien assez de catastrophes à gérer comme ça en ce moment.  Plutôt que de s’inquiéter à l’avance de combien de temps ou de quelle distance il ferait, Elys avait décidé de faire de son mieux. Son endurance n’était pas au top, il avait encore des progrès à faire, mais il ne voulait pas se décourager en se découvrant incapable de venir au bout de ses objectifs. Pas de pression.

Arrivant non loin de l’église, Elys décida de faire une pause, de marcher un peu et de reprendre son souffle. La religion, ce n’était pas vraiment son truc, et il n’aurait sûrement pas prêté attention à cette bâtisse si une silhouette n’avait pas attiré son regard. Celle d’une jeune femme, assise sur les marches, qu’il avait bien connu à une époque. Ca semblait remonter à des siècles. Dottie ? s’étonna-t-il. Ils avaient perdu le contact depuis des années, et il ignorait qu’elle était de retour dans le coin. Il n’avait pas vraiment fait l’effort de chercher à le savoir, honnêtement, depuis le temps qu’ils ne s’étaient pas vus ça ne lui avait pas semblé être une priorité. Fais pas cette tête Gardner, on dirait que tu as vu un fantôme. T’aurais pas du feu à tout hasard ? Un fantôme ? Ironiquement, d’eux deux, c’était plus à lui que revenait ce titre, mais il se passa de tout commentaires. Nope. Je fumes toujours pas, Il n’avait jamais cédé à cette mauvaise habitude, même si la manière dont il en bavait pour enchaîner quelques kilomètres pourrait laisser penser le contraire. T’as tant de pêchers à confesser que ça pour être devant l’église de si bonne heure ? demanda-t-il, venant s’installer sur les marches sans lui demander sa permission. L’église, c’était ouvert à tout le monde aux dernières nouvelles, alors elle n’avait pas son mot à dire.

(c) DΛNDELION
@Dottie Kershaw
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyMer 10 Oct - 17:03

bis repetita
that won't erase how much he hurt me and the tears on my face


J’avais eu ma place dans cette ville un jour. Une enfant du coin, de celle que tout le monde connaît dans le quartier. A qui on fait coucou lorsqu’on la croise sur le chemin de l’école. Une petite fierté quand j’avais rapporté mes premiers podiums. Une ado pas franchement ordinaire, qui s’entraîne cinq heures par jour. Comme toutes les jeunes filles, j’étais follement tombée amoureuse en cinq minutes pour l’oublier dix minutes après. J’avais eu des fous rires, des disputes, des soirées ciné, des révisions à la bibliothèque. Elys faisait partie de ce passé, de celui qu’on garde pour les soirs où l’on a besoin de se rappeler qu’un jour, tout n’était pas si noir. Nous avions été amis. Cet ami fidèle, à qui l’on raconte tout. Autant qu’il est possible de tout raconter lorsqu’on a dix, douze ou seize ans. Le BFF, celui avait lequel on fait les quatre cent coups. Nous avions été un bon duo, dans le passé. Et puis nous avions grandi. Il avait fait entrer Luna dans son cœur quand moi j’avais dédié mon corps, mon cœur et mon âme au patinage et à mon partenaire de danse. J’étais partie d’un côté, lui de l’autre. Oh, bien sûr, nous avions essayé, un temps. Garder le contact, s’envoyer des textos. J’avais vaguement souvenir qu’il était là quand j’ai gagné mon premier titre important. Puis plus rien. Quelques nouvelles par Luna, puis plus rien. J’avais appris plus tard qu’il était porté disparu. Et qu’il était réapparu. Mais le désastre de ma vie ne m’avait pas incité à reprendre contact. Alors voilà. Elys Gardner était un élément du passé et la foudre ne m’était pas encore tombée dessus.

Mon pouce s’agace sur le briquet quand il me répond qu’il ne fume toujours pas. Désolée, je ne pouvais pas le deviner. Et à cet instant présent, je n’aurais pas été contre qu’il soit du genre à asphyxier ses poumons sous du goudron. Délivrance. Alors qu’il s’approche et prends place, une flamme jaillit du briquet. Inspirant à plein poumons, je goûte à l’amère sensation de la nicotine. Il me fallait au moins ça pour supporter cette journée. Cette vie. Des pêchers à confesser ? Quelques-uns sans doute, mais aucun qui ne vaille d’attendre ici pour la justice divine. Une bouffée. L’ironie de la situation. Nous avions eu la promesse de faire des choses extraordinaires lui et moi. A des niveaux différents, bien sûr. Mais qu’étions-nous aujourd’hui ? Une ancienne championne olympique éconduite et un soldat sans combat. La fin d’une mauvaise comédie pour ados. Mais il avait toujours Luna. Et moi je n’avais plus personne sur terre. Si ma mère s’était effondrée en apprenant que Laurel était partie, c’était bien plus la perte de sa fille adorée qu’elle pleurait. Pas sa pauvre petite adoptée qui se retrouvait seule, une nouvelle fois. Je restais persuadée qu’elle trouvait Elias parfait pour moi. Avec ce gendre dans l’équation, je n’étais plus un fardeau. Seule sur terre, à nouveau. La vie était un éternel recommencement. Nouvelle bouffée. Le regard dans le vide, l’ironie de la situation à nouveau. « Même pas… Je viens juste d’annuler mon mariage. » Je sentais l’interrogation naître dans son regard. Oui, oui, qui aurait envie d’épouser une fille comme moi quand on voyait l’état dans lequel j’étais à cet instant ? Il fallait croire qu’Elias avait vu en moi autre chose… « Le dit fiancé s’est barré avec ma sœur. » C’était tout de suite plus charmant comme situation.
CODAGE PAR AMATIS
@Elys Gardner

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyJeu 18 Oct - 19:13


bis repetita
Elys & Dottie

« We all lose friends.. we lose them in death, to distance and over time. But even though they may be lost, hope is not.  »
La religion avait une place plutôt importante au sein de l’armée. Nombre de ses frères d’armes y croyaient, à tout ça. Partaient avec un quelconque grigri, faisaient une prière avant une mission, espérant que ça les aiderait à rentrer chez eux en un seul morceau. Elys, ça n’avait jamais été son truc. Il n’avait jamais cru qu’envoyer de belles paroles vers le ciel changerait quoi que ce soit à sa vie, et il avait toujours préféré compter sur lui-même, que ce soit pour réaliser ses rêves, se donner du courage ou se sortir d’une mauvaise passe. De toute façon s’il y avait bien quelqu’un là haut, il y avait de fortes chances qu’il n’en ait absolument rien à carrer de ce qui se passait sur Terre. Vu le nombre d’horreur qu’il avait vues dans sa carrière et celles qu’il avait lui-même vécu, c’était la seule explication. Ca, ou alors qui que ce soit, là-haut, avait un sens de l’humour assez particulier. Il ne voyait pas d’autre explication.

Tout ça pour dire que l’église, ce n’était pas son truc. Il n’avait jamais cherché à trouver du réconfort entre ses murs, ou à parler à qui que ce soit qui officiait à l’intérieur de ses tourments. Et ce n’était certainement pas ça qui l’avait mené sur les marches de cet édifice, de bon matin. Un jogging plus ou moins frustrant pour le sportif plus que rouillé qu’il était, et une rencontre imprévue. Dottie avait mis les voiles il y a bien longtemps, partie chasser des rêves bien trop grands pour leur petite ville et le temps avait fini par les éloigner, petit à petit. Pas de dispute, vraiment. Simplement deux amis qui s’éloignent, par la force des choses, comme ça arrive tant lorsqu’on passe à l’âge adulte. On se promet de se donner des nouvelles, de se revoir, et puis la distance, le temps, les rythmes de vies différents finissent par avoir raison de ces belles promesses. Alors oui, il était surpris de la voir là. Surpris de la voir en ville, mais aussi de la trouver ainsi prostrée sur les marches de l’église. Pas de pêchers à confesser, cependant, mais plutôt un mariage à annuler. Elys arqua un sourcil interrogateur, ne cherchant même pas à cacher sa curiosité et pour cause : il n’était même pas au courant que Dottie était censée épouser quelqu’un. Pas que l’idée lui paraisse inconcevable, loin de là, et puis il commençait à avoir l’habitude d’apprendre des choses qu’il aurait peut être dû savoir, en d’autres circonstances. Lui et Dottie n’avaient peut-être plus vraiment de contact, cela ne l’avait jamais empêché de se tenir au courant du mieux qu’il pouvait. Mais c’était plus compliqué quand on se retrouvait enfermé quelque part au milieu du désert pendant ce qui avait semblé être une éternité… Il en avait des choses à rattraper, depuis son retour.

Le dit fiancé s’est barré avec ma sœur. A ces paroles, l’interrogation quitta son visage pour laisser place à l’incrédulité. Force est d’avouer que celle-là, il ne l’avait pas vue venir. Laurel ? Je sais que ça a jamais été le grand amour entre vous deux mais là, elle s’est surpassée. A l’époque du lycée, ce genre de bagarres autour des mecs – ou des filles, il ne faut pas croire que la gent masculine soit en reste de ce côté-là – lui étaient toujours passées au dessus de la tête. Mais là, il était question de mariage, il ne s’agissait plus de donner son cœur à un garçon, avant de le reprendre pour l’offrir à un autre comme Dottie avait si bien su le faire. Hey, vois le bon côté des choses. Au moins, il t’a fait le coup avant le mariage. Et maintenant, plus jamais ta mère pourra te reprocher de ne pas t’entendre avec ta sœur, t’as une excuse valable à vie. L’optimisme selon Elys. Il n’était pas aussi doué que Luna dans le domaine, et il avait encore pas mal d’efforts à faire mais dans le fond, il n’avait pas entièrement tort. Mieux valait partir avec la sœur de sa fiancée qu’avec la sœur de son épouse. Même bordel, mais moins de paperasse, et pas besoin de cocher la case divorcé sur les papiers officiels.  

(c) DΛNDELION
@Dottie Kershaw
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyJeu 22 Nov - 16:03

bis repetita
that won't erase how much he hurt me and the tears on my face


Avait-il su, dès notre rencontre, que notre histoire n’était pas bonne ? Je n’aurais jamais pu le quitter. Parce que je n’étais pas assez bien. Il n’y avait rien de mauvais avec lui. Il m’avait fait la cour, avait relevé chacune de mes fautes. Il m’avait bien traité. Trop bien, peut-être. Le gendre parfait. L’argent, la voiture, la situation, la délicatesse. Il était comme une étoile. Il m’avait donné de l’amour. Tant d’amour que j’en avais pleuré, sans pouvoir comprendre comment il était possible de souffrir de recevoir tant d’égard. J’avais eu les roses, les bijoux, la bague au doigt. Toutes ces belles choses que veulent toutes les jeunes filles. Et si je savais que rien de tout cela n’était bon, après tout, je savais aussi que si mes yeux recroiseraient les siens, je supplierais son retour. Qu’avait-il pensé en partant ? Avait-il hésité à me briser le cœur ? S’était-il détesté de me voir me détruire sous ses yeux ? Une part de lui aurait-il voulu rester ? Et Laurel ? Je ne voulais pas y penser. Comment brise-t-on le cœur d’une femme qui a connu toute la douleur physique ? Sans aucune grâce, dans leur cas. Nos cœurs ne vivaient pas la même harmonie. Je ne chercherais plus sa main dans mon sommeil. Parce qu’il était parti avec un autre amour, un amour qui ne lui ferait pas perdre son temps. Il m’avait quitté, moi, mes angoisses et ma robe de mariée. C’était fini. Il était parti.

La fin de ma cigarette me brula les doigts alors que je la lâchais brusquement. J’avais trop pleuré pour pouvoir verser la moindre nouvelle larme. Voir Elys était une forme de souffrance – un autre signe du passé, de ce que j’aurais voulu laisser loin derrière moi. J’ignorais pourquoi Elias avait tellement tenu à se marier ici. Si je l’avais su… Elys sembla particulièrement surpris. L’idée que je me marie avait été chassée par la fuite du fiancé. Avec cette sœur qui n’avait jamais été une bonne nouvelle. Je l’avais toujours su. Même petite, elle n’avait jamais eu ce luxe d’être intégré avec les grands, malgré ses tentatives désespérées d’être une partie intégrante. Elle était seulement la petite sœur lèche-botte. C’est comme ça que tout le monde l’avait toujours vu, Elys y compris. «  Elle a effectivement fait très fort. » Connasse. Je devais admettre que j’aurais trouvé la situation particulièrement ironique pour peu qu’elle arrive ailleurs. Mais me concernant, je n’étais pas une très grande fan de la pratique. Surtout pas dans ce genre de situation. Elle n’avait pas le droit. Elias avait été une bouffée d’air frais dans un nuage de fumé sombre. Elle m’avait asphyxié. Tout simplement. « J’imagine oui… » Aurais-je été mieux lotie s’il était parti après notre mariage ? J’aurais sûrement eu les arguments pour le retenir. Peut-être. «  Oh, elle sera bien capable de me reprocher d’être la raison pour laquelle Laurel est partie tu sais… » L’affreuse vérité. Elle était bien plus triste que son bébé soit parti plutôt que de la situation délicate dans laquelle je me trouvais. Son seul souci à mon propos serait de trouver comment se débarrasser de moi peur que je ne reste pas à sa charge. Ou à me shooter quelque part où l’on risquait de me retrouver. « Elle est plus jeune, plus jolie et elle est valide, elle. Je suppose que ça a du sens. » Tu parles.
CODAGE PAR AMATIS
@Elys Gardner



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyMar 27 Nov - 1:33


bis repetita
Elys & Dottie

« We all lose friends.. we lose them in death, to distance and over time. But even though they may be lost, hope is not.  »
La relation problématique entre Dottie et sa sœur, ce n’était pas vraiment une nouveauté. Malheureusement pour elle, Dottie n’avait pas eu la chance de grandir dans une famille aussi unie que les Gardner. Que ce soit la fratrie ou entre les enfants et leurs parents, personne n’avait jamais vraiment eu à se plaindre. Pour Dottie, c’était toute autre chose. Être adoptée n’était déjà pas toujours facile, mais se voir rejointe par une autre enfant biologique dont la venue était totalement inespérée l’avait un peu reléguée au second rang. Il ne pouvait qu’imaginer ce que ça faisait, de se voir ainsi voler la vedette quand on est à peine en âge de comprendre tout cela. Cette double trahison, par sa sœur et son fiancée, et son rêve brisé alors qu’elle était à son apogée de son art… Dottie avait de quoi être énervée, même si Elys doutait franchement que fumer clope sur clope sur les marches de l’église où elle était censée épouser ce crétin soit une manière très saine de gérer ses galères.

Enfin… lui-même en avait quelques unes à gérer et il ne le faisait pas toujours de la manière la plus saine qui soit, alors qui était-il pour juger ? Il passait le plus clair de son temps à prétendre que tout allait bien dans le meilleur des mondes pour ne pas inquiéter ses proches, quand bien même il ne se passait pas une journée sans que quelques fantômes de son séjour en enfer ne s’invitent sans la moindre raison apparente. Voir un psy ? Pourquoi faire ? Il était têtu le soldat, et il n’en était pas encore arrivé à accepter le fait qu’il avait très certainement besoin d’aide. Ca allait. Il gérait. Il pouvait se débrouiller tout seul, il avait l’habitude et surtout une sainte horreur d’être un poids pour qui que ce soit. Malgré tout, il faisait miraculeusement preuve de plus d’optimisme que Dottie. A croire que Luna déteignait sur lui. C’était sûrement plus facile d’être optimiste quand on parlait de problèmes qui n’étaient pas les vôtres. Elys ne trouvait pas grand-chose à dire de plus au sujet du désastre sentimental de Dottie. Tout ce qu’il répondit, c’est Je suis pas objectif, je t’ai toujours préféré toi. Et puis je l’ai jamais trouvée si jolie que ça, le tout accompagné d’un haussement d’épaules et d’une moue dédaigneuse. Tentative un peu hasardeuse de lui remonter le moral, ne serait-ce qu’un petit peu. Et puis c’est pas parce que t’es mal foutue que tu ne trouveras jamais personne. Si c’était rédhibitoire, Luna serait déjà partie. de son côté, ce n’était pas physiquement qu’il était mal foutu. Sa tête par contre, ça tournait pas toujours très rond. Son job laissait des traces inévitables, et ce avant même qu’il ne soit fait prisonnier. Des horreurs, il en avait vu, il en avait subies. Ses cicatrices en témoignaient mais les plus profondes, elles, demeuraient invisibles à l’œil nu.

(c) DΛNDELION
@Dottie Kershaw


Spoiler:
 


Dernière édition par Elys Gardner le Jeu 3 Jan - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyJeu 27 Déc - 18:45

bis repetita
that won't erase how much he hurt me and the tears on my face


Je n’avais jamais vraiment aimé les gens. Moi, Dottie Kershaw, j’avais passé la plus grande partie de ma vie à les détester plus qu’autre chose. J’avais détesté Laurel, mes camarades de classe, les enfants du club de patinage, Wabaunsee quand nous avions commencé à travailler ensemble, puis les chaperons, les journalistes, les compétiteurs, les photographes… La fibre sociale n’avait jamais vraiment été mienne. Si je n’avais jamais véritablement compris ce qu’Elias me trouvait – post accident s’entendait – je ne m’étais jamais étonné qu’Elys et moi soyons bons amis. S’il restait plus sociable je ne l’étais, encore plus depuis Luna, il n’était pas non plus un fan inconditionnel des gens. Même si le côté têtu à n’avoir besoin de personne n’était pas notre plus grande qualité, nous avions beaucoup partagé. . C’était étrangement réconfortant d’être tombé sur Elys ce matin. Même après des années sans contact, il restait la personne la plus proche d’un ami que j’avais, ce qui n’était pas peu dire. Mes très proches m’étaient rares. Elys l’avait été, puis nous avions pris des chemins différents. Wabaunsee l’avait été avant que je décide que je n’avais plus besoin de lui. Elias avait pris cette place malgré mes réticences, mais cette fois, c’est lui qui avait tracé sa route. Alors il n’y avait rien d’étonnant à ce que je me retrouve seule. Encore une fois.
Il réussit à m’arracher un sourire en précisant qu’il m’avait toujours préféré moi. Il n’aurait plus manqué que ça. J’avais toujours tenu Laurel aussi loin possible que mes amis. Elys n’avait pas été une exception. Sa remarque sur Luna me ramène à la réalité en m’offrant une porte de sortie. Je n’étais toujours pas à l’aise, quatre ans plus tard, avec ce qui s’était passé. Ce corps meurtri n’était plus de mien. Je ne m’y reconnaissais plus. Dur pour une artiste dont le corps avait été le premier instrument, pendant des années. Tout cela m’avait laissé une jolie cicatrice au genou et des addictions en pagaille. Un cerveau surement partiellement cramé par tout ce que j’avais pu avaler. J’étais presque jalouse. Il avait Luna, depuis longtemps. Elle avait toujours été là elle, présente, à attendre après lui. Toujours un peu trop prévenante, un peu trop attentive, un peu trop parfaite. Elle avait même pris de mes nouvelles après l’accident. Typiquement Luna. « Comment va Luna, d’ailleurs ? » Pas que débattre de mon triste sort me soit lassant, mais l’idée même de continuer à y penser me donnait envie de me mettre une balle entre les deux yeux. Quelque chose me disait que devant Elys, ça ferait mauvais genre.
CODAGE PAR AMATIS
@Elys Gardner

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) EmptyVen 4 Jan - 0:57


bis repetita
Elys & Dottie

« We all lose friends.. we lose them in death, to distance and over time. But even though they may be lost, hope is not.  »
Elys avait passé tant de temps loin de chez lui depuis qu’il s’était engagé dans l’armée. Avec les années, il s’était habitué à la distance. A s’éloigner des gens, à reprendre contact quand la vie le leur permettait. C’était un peu ce qui s’était passé avec Dottie. Les ambitions personnelles de ces deux vieux amis les avaient contraints à s’éloigner, à se perdre de vue. C’était le hasard, aujourd’hui, et peut être un peu leurs drames personnels aussi, qui les avaient remis sur le même chemin. Conduits au pied de cette église, elle avec son mariage avorté, et lui avec des démons qu’aucun prêtre ne saurait exorciser. Une athlète au corps meurtris et un soldat à l’esprit mutilé. Sacrée paire qu’ils formaient là, tous les deux. Dans son malheur, Elys avait au moins quelque chose que Dottie, elle, n’avait plus. Luna. Sa famille. Sa vieille amie, elle, venait de perdre celui qu’elle aimait, et ne s’entendait plus vraiment avec sa famille depuis longtemps. Elys ne savait vraiment pas dans quel état il serait à présent s’il était rentré de son enfer vers un foyer vide, une famille qui n’en avait pas vraiment grand-chose à faire. Sûrement perdu au fond d’une bouteille, ou pire, comme tant de soldats qui rentraient traumatisés de leurs missions. Ou déjà de retour sur le terrain, incapable de vivre à travers autre chose que la guerre. Une bataille après une autre. Dans son malheur, il se considérait chanceux. Il n’était pas seul. Le simple fait de le savoir l’aidait plus que ses proches ne pouvaient l’imaginer, même s’il n’était doué ni pour le leur dire, ni pour le leur montrer. Un peu comme avec Dottie, face à qui il peinait à trouver ses mots pour lui remonter le moral. Au lieu de ça, il lui rappelait avec une absence totale de tact que là où elle avait perdu celui qu’elle pensait être l’homme de sa vie, il filait toujours le parfait amour avec sa fiancée. Dottie sembla prendre cela comme une parfaite opportunité pour changer de sujet, et en profita pour demander des nouvelles de Luna. Elle va… hésita Elys. Bien ? Non, pas vraiment. Pas après tout ça, pas après l’année qu’elle avait passée. Mieux ? Comment pouvait-il comparer, il n’était pas là pendant tout ce temps. Il espérait, en tout cas, que son retour avait réussi à alléger ses maux. Ils avaient souffert, tous les deux, mais les choses s’arrangeaient. Elles allaient s’arranger. Il devait le croire, car la perspective de cohabiter avec ses souvenirs et ses cauchemars indéfiniment était trop déprimante. Disons que l’année passée a été compliquée… A cause de moi. Elle insiste à dire à tout le monde que tout va bien mais je sais que c’est pas le cas. Il n’était pas idiot. Rien de plus normal, d’ailleurs, mais ils avaient l’un comme l’autre cette fâcheuse tendance à minimiser leurs propres problèmes. Si tu veux jouer à comparer nos drames respectifs, j’suis désolé de te dire que… Je gagne, ajouta-t-il d’un ton plus léger que les circonstances ne le permettaient vraiment. Il fallait bien essayer de détendre un peu l’atmosphère.  

(c) DΛNDELION
@Dottie Kershaw
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


bis repetita (elys) Empty
MessageSujet: Re: bis repetita (elys) bis repetita (elys) Empty

Revenir en haut Aller en bas
bis repetita (elys)
Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: LAST JUDGEMENT :: - archives :: saison 1 :: rps-
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser