AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 why don't we go there - lone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
this is sempiternal ☂️
avatar

- prayers : 4442
- pseudo : TheSeds
- multifaces : Withaker Rydahl
- id card : Cole Sprouse
- registration : 12/04/2018
- côté coeur : Il ne lui reste plus que sa fille

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: - on (1/3)

MessageSujet: why don't we go there - lone   Mer 19 Sep - 0:10

- why don’t we go there -
lone - auden
Je n’avais aucune envie d’y aller lorsque j’avais dû remettre le pied sur le sol européen. On avait parlé de revenir ici ensemble avec Lone et Everly afin de lui montrer le fonctionnement de notre petit monde à nous. Mais pourtant, ce que j’avais prévu n’avait pas eu la chance de pouvoir se réaliser. Tout me paraissait terriblement froid. Les couleurs, le ciel pourtant bleu, les gens, la langue. Je n’avais aucune envie d’être ici. Aucune envie de laisser ma copine seule avec notre fille. Pourtant, j’étais bien à Copenhague, à parler avec le prince de la suite des événements, prendre les précautions quant à son rôle et à celui qui allait prendre sa place. On m’avait proposé de lui succéder, mais mon refus fut immédiat. Koen semblait prêt à le faire. C’était bien son genre de truc d’ailleurs quand on y pense. Contrairement à Lone ou moi, Koen avait toujours aimé pavané, se faire voir par tout le monde et faire affaire avec l’aristocratie. J’avais toujours détester mentir. Prétendre que tout cela n’était pas barbant n’était absolument pas pour moi. J’avais toujours respecter le protocole et ma politesse dut à mes… fonctions. Puis j’avais rencontré Serena. Tout n’était pas négatif.

Je ne pensais pas que tout cela allait durer un mois entier. J’aurais aimé un peu d’aide, mais il semblait que Lone ne veuille pas participer aux festivités. Je savais qu’elle était en froid avec nos parents, ce qui était mon cas aussi depuis que j’avais appris que j’étais père, mais lorsque ma mère m’avait annoncé son refus, je dois avouer que j’avais été particulièrement surpris. Il était son père après tout. C’était un abruti avec un balai dans le cul, mais il restait son père. Et je dois avouer avoir ressenti un certain soulagement lorsque tout c’était enfin terminé. Lorsque mon pied se posa à Wauwatosa, je me sentais enfin à la maison. C’était la première fois que je parlais anglais depuis des semaines. La première fois que je pouvais porter un simple t-shirt et un jean. Lord Serritlzlew était officiellement derrière moi maintenant. Ma première réaction en arrivant fut de me précipiter à l’hopital pour reprendre mon poste. Je fus surpris d’apprendre que Dani avait accouché. Son premier gynécologue avait mal calculé sa date d’accouchement, et j’avoue que je m’y étais fié sans réellement prendre le temps de faire les vérifications que j’aurais dû faire. Je me promis de m’excuser auprès d’elle lorsque j’aurais le temps d’ailleurs.

De plus, mon retour sur le sol américain me donnait aussi l’occasion de pouvoir recommencer à utiliser mon portable. Je l’avais tellement laissé de côté lorsque j’étais en Europe que j’avais presque oublié son existence. Après l’avoir fait tourner dans ma main pendant une vingtaine de minutes, je me mis à pianoté un message à ma sœur. Puis un autre. Pour finalement apprendre que ma mère était encore et toujours fidèle à elle-même. Ma promesse de venir la voir fut tenue le lendemain matin après un rapide détour par la boulangerie de Luna, qui me fit presque un énorme calin pour fêter mon retour, et avec un pochon de weed dans la poche je me retrouvais à toquer à la porte de l’appartement de ma sœur. Je sentais que mes mains tremblaient. On aurait dit que j’allais être juger. C’était certainement le cas. Lone était blessée et en colère. Je la connaissais assez pour le savoir. Lorsqu’elle ouvrit la porte, je la pris immédiatement contre moi. Ca faisait tellement de bien. Moi qui avait promis de ne plus la laisser, je venais de partir un mois sans elle. Sans rien lui dire. Embrassant son front, je me mis à murmurer, en danois de façon automatique

«- Tu me manque de plus en plus à chaque fois que je te laisse, Serritzlew. »

@Løne Serritzlew
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1231
- pseudo : justibanana.
- multifaces : luna la licorne, liz la mère ingrate, julian le sexy docteur.
- id card : alexis ren + CHARNEY(vava), BLUECOMET(SIGNATURE).
- registration : 04/06/2018
- côté coeur : coeur de gamine trop confus pour s'attacher.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: magnolia, BFFs, minnea, alekseï, caleb+louane, auden.

MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   Mer 19 Sep - 18:02

La vie s'acharnait sur les Serritzlew faut croire. Avant même d'avoir eu des nouvelles de celui qui comptait le plus à tes yeux, une rancoeur s'installait en toi. Wauwatosa avait fait la une dans tout le pays, ils avaient tous su pour cette prise d'otage c'est inévitable et aucun d'entre eux avait pris la peine de t'appeler. Tu étais ressorti de cette enfer sans trop de dommage physique, mais ton coeur restait marqué. Tu avais essayer de joindre Auden quelque fois et ton orgueil que tu tiens justement de ton père t'avait vite poussé à abandonner. Même ta jumelle semblait oublier que vous étiez une paire. Vous étiez différentes et aviez biens des différents, mais ça c'était trop pour toi à gérer. Du coup, tu vivais ta vie de ton côté, attristé par ce manque que tu ne voulais pas t'avouer.
Aujourd'hui, tu te sens coupable. Si tu avais laissé de côté ton égo et que tu aurais appeler l'un d'entre eux peut-être que tu aurais su à temps pour les soutenir et les aider. Même si tu es en froid avec tes parents, vous êtes une famille et ils ont bien réussi à implanter en toi certaines valeur. Tu ferais tout pour eux et aurait laissé de côté ta vie pour souligner celle de ton père avec eux. Ça fait moins de vingt-quatre heures que tu as appris la nouvelle et tu as passé la nuit avec tes amis à tout faire pour oublié. Pour pas gérer ses émotions qui cherchent à émerger. Il ne mérite pas tes larmes que tu te répètes intérieurement. La colère, c'est plus facile à gérer que le néant qui vient avec le deuil.
Tu leur avais demander de partir assez tôt pour pouvoir te retrouver seul avec ton aîné. Laissant de côté tes entrainement de danse habituelle ce matin, tu appréhendais son arrivée dans la cuisine. Une seconde tu bouillonnais prête à lui crier des insultes danoise, l'autre tu chassais tes pleures à l'imaginer seul face à tout ce monde là bas. Quand il frappe, un soupire s'envole dans ton appartement. La porte n'est pas ouverte que tu es déjà soulager de le retrouver. Tu en veux à l'univers encore, mais lui aussi c'est certain.
Ouvrant la porte avec un sourire que tu aurais voulu lui cacher. Sa présence réussi toujours à alléger tout ce qui te hante, même quand il est en partiellement la cause. Tu n'avais pas eu le temps de réagir que ses bras protecteurs te retrouvaient. Ton frère, tu avais quitté le Canada pour le retrouver, il avait fichu le champ un mois sans rien te dire et même si les jurons se bousculent dans ta bouche tu lui dire que tu l'aimes dans votre langue maternelle. Jeg elsker dig Quand il embrasse ton front tu le repousses plus brusquement que tu aurais voulu alors que tu cherchais à rester calme. On va dire que je te crois. Tu savais qu'il était sincère, mais à force de te garder hors de sa vie, tu te demandes si tu devrais toujours être naïve et lui redonner une chance à chaque fois.
Tu le tires ensuite à l'intérieur pour l'enlacer de plus belle. Je suis tellement fâchée. Tu parles sur un ton qui invoque pas la colère pourtant. La conversation était toujours dans ce langage que seulement vous ici partagiez. C'était pas voulu, plutôt un automatisme. Tu l'aimes ton frère peut importe. Tu aimes aussi le reste de Serritzlew malgré tout. Ça restera plus difficile pour toi de les pardonner. Faut que tu les contactes, enfin quand ton orgueil te laissera tranquille.  Comment vas-tu? Tu ne prends pas de nouvelle du reste du clan et c'est bien voulu. La dernière fois que ton frère avait visité ton appartement, tu étais encore seule et maintenant deux hommes s'était installé. Ils semblaient soit toujours endormis ou sortis tu étais trop chamboulée pour pensé à ça pour être honnête. Mais l'appartement avait changé un peu, il était plus vivant. Par chance, parce que tu te serais senti bien seul durant l'absence d'Auden.
Tu vas me faire brisé ma diète en plus, c'est pas bien! Dans le monde des ballerines, c'était normal que tu sois un peu stricte surtout que tu devais compenser pour les mois où tu avais mis peu d'effort avant de t'installer ici. Au fond, l'odeur des pâtisseries te plaisaient beaucoup.
J'sais pas quoi dire Auden. J'comprends pas comment ils ont pu m'exclure de tout ça? Si j'étais morte au supermarché, ils seraient pas venu quoi? Des hypothèses ça fait toujours mal pour rien. Tes émotions sont comme une montagne russe et en sa présence c'était difficile de les éteindre.
@Auden Serritzlew

_________________
one soul, three bodies.
They say to find friends like shadows, but in the dark your shadow won’t show. Instead look for friends like stars, so even when you cannot see them you know where they are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
this is sempiternal ☂️
avatar

- prayers : 4442
- pseudo : TheSeds
- multifaces : Withaker Rydahl
- id card : Cole Sprouse
- registration : 12/04/2018
- côté coeur : Il ne lui reste plus que sa fille

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: - on (1/3)

MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   Lun 24 Sep - 19:37

«- La seule personne qui a besoin d’une diète ici, c’est moi. J’adore rentrer à la maison, mais à chaque fois tu es certain que la seule chose qui compose mon alimentation, c’est les pâtisseries. Notre pays est beaucoup trop doué là-dedans. Ça me fait penser que j’ai oublié de donner les recettes à Luna… » dis-je dans un soupire. C’était tout moi. Balancer un flot de paroles afin de cacher mes sentiments ou de répondre véritablement aux questions qu’on pouvait me poser.

Je ne savais même pas comment j’allais. Dire que j’étais triste aurait été faux, dire que j’étais heureux encore plus. Je pense que j’étais arrivé au moment où je ne ressentais plus rien. Rien de négatif, rien de positif. Ce n’était pas non plus le moment où je sentais une pression ou un vide dans ma poitrine. Je pense que je m’y étais fait. Que le mois qui venait de passer m’avait donné une carapace que je pensais avoir perdu depuis quelque temps. La même que j’avais porté autour de moi après le décès de Gavin. Je ne voulais pas revivre cet enfer. On sait tout ce qu’il s’était passé la dernière fois. Secouant la tête pour chasser mes idées noires, je regardais ma sœur qui était à côté de moi, avant de reporter mon regard sur le reste de l’appartement. Je ne pouvais pas nier que tout avait changer. C’était beaucoup plus vivant, des dizaines d’odeurs se mélangeaient entre elles. Des vêtements d’homme étaient disposés un peu partout, ainsi qu’un paquet de chaussures dans l’entrée. J’étais heureux qu’elle ait trouvé des colocataires. Je connaissais assez Lone pour savoir qu’être seule était la dernière chose qu’elle voulait entre ce qui avait pu se passer le mois dernier et maintenant.

«- Je sais même pas si je vais bien. Je crois que j’ai arrêté de ressentir quoi que ce soit quand maman m’a demandé de prendre soin de tout ce qui était paperasse et rendez-vous avez la couronne. Ou alors je suis déjà trop habité à voir les gens mourir…. Koen a été nommé à la place de Papa, sans grande surprise. Ca aurait été à lui de prendre soin de l’administratif, mais il était trop occupé à faire la pleureuse.» Je soupirais avant de sortir le pochon de ma poche et de la tendre à ma petite sœur. «-Tu as toujours été meilleure que moi pour les rouler, alors je te laisse faire… On nous a accordé la protection diplomatique à vie, que tu le sache. »

Je soupirais avant de la regarder et de la prendre dans mes bras une nouvelle fois. J’avais certainement compris une chose, une chose dont je n’avais jamais pris conscience avant assez stupidement, c’était de l’importance que Lone avait pour moi. C’était naturel. Je venais de passer un mois avec mon frère jumeau, parfaitement jumeau d’ailleurs contrairement à mes sœurs, et la seule personne que je voulais voir c’était elle. Comme si on m’avait enlevé une partie de moi, de mon âme, au moment où j’avais le plus besoin d’être entier. Lone avait toujours été ceci pour moi. On n’avait jamais vraiment été très vocaux quand à nos sentiments l’un pour l’autre, car tout nous paraissait d’une logique indiscutable. Il était évident que je l’aimais. A en crever même. Mais il m’avait fallu tout ça pour m’en rendre compte. Ma famille, c’était elle. Personne d’autre. Juste elle.

«-Et toi… comment tu te sens ?»


@Løne Serritzlew
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1231
- pseudo : justibanana.
- multifaces : luna la licorne, liz la mère ingrate, julian le sexy docteur.
- id card : alexis ren + CHARNEY(vava), BLUECOMET(SIGNATURE).
- registration : 04/06/2018
- côté coeur : coeur de gamine trop confus pour s'attacher.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: magnolia, BFFs, minnea, alekseï, caleb+louane, auden.

MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   Mer 26 Sep - 14:55

C'est surtout la quantité de mal bouffe que j'ingère que je dois diminuer, disons que je fais plus vraiment attention. Tu fais références à ton taux de sucre alors que ton frère parlait de sa ligne. Tu souris quand même à l'idée que des recettes danoises soit servis dans cette boutique. Si elle servait des versions spécialement pour les gens comme toi, tu serais au ange. Ta ligne un peu moins. Ça parait pas du tout en tout cas, on a hérité de bons gènes faut croire! Une plaisanterie qui a toujours fait rire dans le passé, mais qui te laisse un peu perplexe ce matin. Votre nom, il vous vient de cet homme que vous avez toujours maladroitement aimé. Aujourd'hui, peut-être que vous devriez avoir peur de cette génétique qui pourrait vous mener à le même type de terminaison que lui. Toi, encore plus avec cette maladie qui te suit depuis toujours. Une alimentation saine était toujours ce qui t'avait empêcher de pas être trop atteint par les symptômes qui l'accompagnent. Tu devais reprendre le droit chemin si tu voulais que ça reste ainsi.  Puisque depuis que tu es à Wauwatosa et que personne cuisine pour toi, tu apprécies un peu trop les pizzas faut l'avouer.
Écoutant le récit bref de ton grand frère, ton coeur se serre, tu aurais voulu être à ses côtés là-bas. Tu aurais maladroitement gérer la situation surement puisque ta mère t'aurait fait confiance pour rien du tout. Tu te souviens d'un Auden bien sombre pas très loin derrière vous. Tu crains qu'il refasse surface. C'est un peu dans cette noirceur que vous vous étiez perdu de vue. Tu regrettes qu'il avait eu besoin d'autant de distance pour vivre sa peine et te promets intérieurement d'être là pour lui cette fois-ci qu'il le veuille ou non. T'es plus là-bas, donnes-toi tu temps, mais tu sais que tu as le droit de jouer à la pleureuse toi aussi. C'est pas moi que ça va effrayer. Tu prends le sachet qu'il te tend avec un petit sourire au coin des lèvres. Je t'avoue que d'imaginer qu'il voit tout ce qu'on peut faire maintenant me fait marrer. J'devrais pas, je sais, mais bon, il deviendrait cinglé. Une petite vengeance malsaine peut-être? Pour toute ses années où il n'a jamais voulu entendre ce que tu avais à dire? Maintenant, il pouvait plus rien contrôler de ta vie.
Un dernier câlin entre frère et soeur avant que tu t'installes dans la cuisine avec tout ce que tu as besoin pour rouler un joint. Tu avais aucune idée si cette protection s'appliquait encore, surtout à toi qui n'avait jamais eu une grande place dans le coeur de votre paternel. Ou un grand rôle dans les affaires importantes de votre famille. Quand la question est rediriger vers toi, tu hausses les épaules continuant de regarder tes mains qui font le travail automatiquement. Je ne sais pas. Et j'ai pas envie de le découvrir. Tu ne savais pas comment tu devais te sentir. Tu n'aimais pas gérer ce genre d'inconfort. Tu es de nature joviale, légère, tu n'aimes pas compliquer les choses. Et encore moins, les situations complexes comme celle-ci alors non tu ne veux pas savoir ce que le deuil te réserve. Tu préfères ne pas trop réfléchir et refuser de ressentir le néant qui vient avec.
Tu pourrais continuer de préparer la cigarette en regardant ailleurs, mais c'est plus simple de pas le regarder lui. De fixer tes ongles qui ont franchement besoin d'un peu d'amour. Garder vos sentiments pour vous seul, c'est quelque chose qui roule dans la famille faut croire. En même temps, vous avez grandi dans une famille "importante" l'image était au centre de tout. Il fallait jamais démontrer vos difficultés. Ça vous a peut-être suivis jusqu'à Wauwatosa. Parlons plus de ça s'il te plait. J'ai pas envie.  Tu avais pas eu le droit de pleurer à sa tombe, tu ne pleurais pas ce matin. Au fond, tu es bien heureuse de retrouver l'un des tiens. Le seul qui te comprend, le seul qui compte. Tu veux même pas savoir comme Rikke ou Koen vivent tout ça. Un peu, mais bon, clairement ils veulent pas savoir comment toi tu gères la situation. Ta mère, tu essaies de pas trop y penser. Sinon, tu finirais par pleurer toi aussi. À toi l'honneur. Pour papa... Tu tends le bâton de cannabis et le paquet d'allumettes à ton frère. Tirant la boîte de pâtisserie vers toi pour t'emparer d'une gâterie. Ça dû faire du bien quand même de rentrer, non? Je m'ennuie souvent de la maison. Tu ne parlais pas tant de ta famille ici, mais plus de votre pays, des paysages qui te sont familiers, de votre langue maternelle qui résonne partout. De la beauté du Royaume qui vient avec les titres que tu n'aimes pas porter. Les Serritzlew restent les tiens et tu les épauleras éternellement. Surtout Auden, le seul qui te fait sentir réellement chez toi peu importe où vous vous retrouver.
@Auden Serritzlew

_________________
one soul, three bodies.
They say to find friends like shadows, but in the dark your shadow won’t show. Instead look for friends like stars, so even when you cannot see them you know where they are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
this is sempiternal ☂️
avatar

- prayers : 4442
- pseudo : TheSeds
- multifaces : Withaker Rydahl
- id card : Cole Sprouse
- registration : 12/04/2018
- côté coeur : Il ne lui reste plus que sa fille

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: - on (1/3)

MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   Dim 14 Oct - 2:48

«- Pour être tout à fait honnête, ça fait bien longtemps que le Danemark n’est plus la maison. Ni même le Canada. Je ne suis pas certain d’encore en avoir une de maison. Je crois que c’est n’importe où tu es, où Everly est. Pour le reste, ils peuvent bien aller se faire foutre. »

Je tirais sur le joint en fermant les yeux, inhalant autant que je pouvais sans m’étouffer. Les yeux fermés, j’essayais de me rappeler quand tout était parti en vrille dans ma vie. J’essayais de trouver la dernière fois que j’avais eu le contrôle de ce qu’il pouvait se passer, la dernière fois que j’avais eu le pouvoir de prendre en main une situation. Et je n’arrivais même pas à trouver ce petit point. Même minime. Ma vie avait été un bordel sans nom depuis la mort de Gavin. Mes années sombres, ma sortie de l’eau, le départ de Logan, et ces derniers mois qui avaient été un enchaînement de tristesse, de déception et de départs.  Définitif ou non. Prévisible ou non. Au moins, je savais que la jeune femme à côté de moi n’allait pas me laisser tomber. Qu’elle était la seule, en dehors de ma fille, qui n’allait pas claquer la porte du jour au lendemain en prétextant n’importe quel excuse. Maintenant que j’y pensais, je me demandais si Lone était au courant. Si elle n’avait rien appris par rapport à notre père, j’avais peu d’espoir quand au fait qu’elle soit au fait du deuxième départ auquel j’avais du faire face. Ouvrant les yeux, j’expirais la fumée, regardant le plafond. Je ne savais même pas quels mots utilisés. Je ne savais même pas lesquels utiliser pour m’expliquer tout ce qu’il s’était passé  à moi-même. Prenant une dernière bouffée, je lui tendis le joint et pris une pâtisserie avant d’expirer et de prendre une gorgée du café que j’avais aussi ramené. Mon père appelait son café « sa force liquide ».  Une des seuls choses qu’il disait qui n’étaient pas une sombre connerie.

«- Je ne sais même pas comment te l’expliquer, mais je suppose que je n’ai pas le choix. Lorsque j’étais au Danemark, j’ai malheureusement du gérer d’autres… désagréments. » Je poussais un grand soupire, les choses étant encore un peu douloureuses. Certainement un peu trop. Lone me regardait en fronçant les sourcils. Je savais très bien qu’elle n’allait aimé aucun de mes mots. Je ne les aimais pas non plus. «- Un matin, j’ai eu la visite de Serena. Je pensais qu’elle venait parce que je lui manquais, et je dois te dire qu’avec l’enfer que j’étais en train de vivre, ça m’avait un peu réchauffer le coeur. Mais ce n’était pas ça. Elle… Everly… » Je soupirais encore une fois, regardant mes mains qui étaient autour de ma cup de café. J’aurais pu boire l’intégralité que je n’aurais jamais eut assez de courage. «- Elle est partie. Elle m’a quitté, elle m’a laissé Everly et elle est partie. Je ne sais même pas pourquoi. Et pour tout te dire, je ne sais même pas si j’ai envie de savoir pourquoi. Après un mois, j’ai décidé que j’en avais plus rien à foutre. Elle peut bien aller se faire sauter par son monégasque si ça la chante.»

Je savais qu’elle n’allait pas croire un seul mot de la fin de mon discours. Bien sur que si, ça me détruisait le cœur et les tripes. J’avais envie d’hurler que je détestais tout et tout le monde. J’avais un creux dans la poitrine et la seule chose qui me faisait ressentir un peu de chose, c’était ma fille. Et maintenant, Lone. Le reste du temps, j’étais juste un grand vide. C’était certainement moi le problème. Gavin, morte. Logan, s’est barrée du jour au lendemain sans dire au revoir. Serena, se barre en me laissant notre fille sans donner une raison valable. J’étais certainement maudis. Après avoir pris une gorgée de mon café, je repris le joint à Lone pour en fumer une bonne moitié en une dizaine de seconde. Foutu pour foutu, autant me foutre en l’air.

@Løne Serritzlew
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1231
- pseudo : justibanana.
- multifaces : luna la licorne, liz la mère ingrate, julian le sexy docteur.
- id card : alexis ren + CHARNEY(vava), BLUECOMET(SIGNATURE).
- registration : 04/06/2018
- côté coeur : coeur de gamine trop confus pour s'attacher.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: magnolia, BFFs, minnea, alekseï, caleb+louane, auden.

MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   Mar 16 Oct - 22:00

Les mots de ton frère te touchent, puisque sans lui ta vie ne ferait pas beaucoup de sens sans lui. Même que plus il est loin de toi, plus tu fais des absurdités. Mais sa voix démontrait une colère que tu ne connaisais pas avec lui. Quand il envoie le reste du monde balader, incluent la mère de sa fille tu figes un peu. Tu connais assez Auden pour savoir qu'il s'ouvrira s'il le voulait.
Tu avais envie de le serrer de plus belle dans tes bras, mais tu choisis plutôt de t'attaqué à une pâtisserie chocolaté. Il commence à inspirer le bâton que tu vvenais de rouler. Ça l'aiderait surement plus que tes câlins à ce calmer. La colère, tu la connais trop bien et la côtoie depuis des années. Toujours entrain de t'opposer aux idées de tes parents. Ça avait tout pris pour qu'ils te laissent eessayer de tout faire pour devenir danseuse professionelle. Il avait aussi fallu que tu quittes leur pays pour avoir la chance d'essayer. Tu prends le joint pour inspirer à ton tour alors qu'il se met à vider son sac.
Il doit voir ton regard changer, tes yeux se remplir d'inquiétude quand il parle d'une autre chose à gérer. Ton poul qui augmente alors que tu expires avant de reprendre la parole. Tu me fais peur Auden, qu'est-ce qui se passe?  Tes sourcils qui fronchent parce que tu sens que la suite ne sera pas rose. Ton frère avait assez gérer de drame pour le reste de la décennie en passant un mois en Europe avec les  autres Serritzlew en deuil. Il méritait rien du reste qu'il te déballait. Sous le choc, tu laissais le joint brûler entre tes doigts. Ton coeur qui palpite puisque tu ressent la détresse de ton frère dans sa voix.
Comment avait-elle pu faire ça? Ton frère venait de perdre son père. Il n'avait aucun repère sauf sa famille qui lui amenait un peu de bonheur dans cette orage. Au lieu de le visité, elle venait lui laissé sa fille pour aller faire tu ne sais quoi. Auden te connait, il devait voir le feu naître dans ton regard. Quelques jurons qui quittent tes lèvres fémines. Ton père te dirait de reprendre tes paroles s'il était là. Et Serena, tu lui criais des  bêtises en danois en terminant par lui exigé de partir et ne jamais revenir.  Tu es rancunière, assez pour toi et Auden et tu donnes rarement une seconde chance.
Là, qu'il le veule ou non, tu le prends dans tes bras.  Tu sais que je suis la pour toi hein? No matter what mon frère. Je ferais n'importe quoi pour mon Serritzlew préféré. Il te reprend le bâton d'herbe et tu ne n'y opposes pas. Il peut bien le finir, il en a plus de besoin que toi.
Tu t'assoies dans la cuisine pour continuer ce dessert alléchant.  Y.a des journées où je déteste tout le monde. Toi qui est d'un positivisme contagiueux devient de plus en plus sombre avec tout ce qui t'arrive depuis que tu t'es installé en ville.  Sauf toi Auden. Sauf toi. Que tu précises entre deux bouchés.  Elle est chanceuse de plus être en ville, j'irais éclater les pneus de sa bagnole. Tu te sentais trahi par les tiens et Serena était comme une soeur. Même si ce n'était pas ton coeur qu'elle venait de briser, elle vbenait de perdre ta confiance. Une Lone en colère devient un peu trop impulsive. Ton père est partie de ce monde avec plein de souvenir de ton adolescence où il a dû te sortir de tes idiocies.
@Auden Serritzlew

_________________
one soul, three bodies.
They say to find friends like shadows, but in the dark your shadow won’t show. Instead look for friends like stars, so even when you cannot see them you know where they are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: why don't we go there - lone   

Revenir en haut Aller en bas
 
why don't we go there - lone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M/FAMILY) MARTIN FREEMAN + Lone wolf
» Présentation de LoneWolf
» GRAND THEFT AUTO
» [Défi#2] Rowen Lone
» Lone Wolf - Rpg Lupin

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - westwatosa :: wausau-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.