AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
- SECOND CHANCE -
NOUVEAU CONTEXTE
à découvrir et commenter ici
- RECENSEMENT -
JUSQU’AU 12 OCTOBRE 2018
dans ce sujet

Partagez | 
 

 SOFIA - why did it have to be me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- prayers : 10
- pseudo : Elor
- multifaces : Le beau Léonard
- id card : Chris Pine (c) Bavboule
- registration : 12/08/2018
- côté coeur : Le célibatard le plus endurcie de Wauwa

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: 1/2 OPEN; Sofia

MessageSujet: SOFIA - why did it have to be me   Mer 29 Aoû - 18:17

❝ why did it have to be me ? ❞Sofia & Peter
C’était encore un de ces matins ou Peter émergeait dès le levé du soleil. Il faut dire que tenir un restaurant n’était pas une tâche reposante, il n’avait pas d’autre choix que d’être le premier sur le marché afin de se procurer les produits frais. Son corps avait donc l’habitude de s’éveiller doucement vers les six heures du matin, et ce, même ses jours de repos. Aujourd’hui, il prévoyait de mettre en ordre toute la paperasse. Avoir un commerce n’était pas de tout repos et Pete voulait garder un œil sur ses comptes. Pour cela, il n’avait pas engagé de comptable, ce qui le rendait responsable de l’administratif lors de ses jours de congé. Il devait impérativement passer à la banque déposer de l’argent, mais également faire signer quelques papiers à celle qui s’occupait de ses biens.

Après un petit-déjeuner copieux, il partit se préparer, enfilant ainsi une tenue confortable composé d’un jean et d’un tee-shirt manche courte. Les beaux jours étaient encore au rendez-vous, le chef en profitait donc pour montrer son beau bronzage agricole, entretenue lors de ses footings matinaux. Le temps défilait et Peter n’avait pas toute la journée devant lui. Il s’activa et quitta son appartement en direction du centre-ville. Le fait d’être légèrement éloigné lui permettait de se couper du monde. Lui qui n’aimait pas la solitude en temps normal, avait tout de même besoin de ses moments de répits. Se garant assez loin de la banque, il était obligé de faire une partie du chemin à pied. À cette heure-ci, le quartier était déjà actif. Peter saluait les personnes qu’il connaissait et prenait deux minutes pour discuter. C’était un mec sociable qui aimait partager avec les autres, c’est donc naturellement qu’il proposa son aide à une jeune femme qui était visiblement en train de galérer avec un de ses cartons.

    « Attendez ! Laissez-moi vous donner un coup de main ! » Dit-il tout en se dirigeant vers elle.

Le fait qu’elle soit de dos ne lui permettait pas de la reconnaître, mais vu le camion garer à côté de l’immeuble, elle avait l’air d’emménager. Certainement une nouvelle pensa-t-il, mais il n’était pas au bout de ses surprises.
©️ 2981 12289 0

_________________

   
I CAN BARELY RECALL
I finished crying in the instant that you left and I can't remember where or when or how, I banished every memory you and I had ever made.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 320
- pseudo : spf
- multifaces : Elys le revenant et Ivy jolie
- id card : Gal Gadot (moonic)
- registration : 05/07/2018
- côté coeur : Célibataire, elle ne s'est jamais vraiment donné le temps pour ces choses là

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: OPEN | Peter + Mikhael + Dorian (UC) + you ?

MessageSujet: Re: SOFIA - why did it have to be me   Jeu 30 Aoû - 17:36


why did it have to be me?
peter&sofia
"Your first love isn't the first person you give your heart to ― it's the first one who breaks it. "
Peu importait les horreurs et les tragédies, le temps ne s’arrêtait pour personne, pas même lorsqu’une ville toute entière était touchée. L’ambiance à Wauwatosa demeurait lourde depuis le braquage. Sofia le sentait chaque fois qu’elle sortait de chez elle, quelle qu’en soit la raison. Chacun pansait ses plaies, de son côté ou avec ses proches. Le supermarché s’était transformé en no man’s land, et le resterait jusqu’à ce que le propriétaire ait les moyens de le rouvrir. Les blessés se remettaient de leurs blessures et de leurs traumatismes, et ceux qui y avaient perdu quelqu’un faisaient leur deuil. Mais la vie continuait, toujours, irrémédiablement. Des horreurs, Sofia en avait vu dans sa vie, même si les braquages et autres violences du même genre n’étaient pas son domaine de prédilection. Dans sa carrière, elle s’était fait un devoir de dénoncer les injustices du monde, de donner une voix à ceux qui n’en avaient pas… et ça n’incluait pas la couverture de ce genre d’évènements. Une bande de cinglés qui avaient trop regardé la télévision et que l’appât du gain avait poussé à commettre l’irréparable. Malheureusement, c’était presque devenu monnaie courante dans ce pays, à la limite du fait divers. L’Amérique oublierait bien vite le drame de Wauwatosa, son attention retenue par le prochain braquage, la prochaine fusillade… Wauwatosa, par contre, n’était pas prête d’oublier.

Malgré tout, les gens ne pouvaient pas s’arrêter de vivre. Sofia non plus, mais elle avait mis son nez dans tant de situation périlleuse qu’elle gérait la situation avec plus d’aisance que la majorité des habitants. Ce matin là, elle s’était donc levée tôt, prête à accueillir ses affaires et à transformer ce camping entre quatre murs en logement un peu plus digne de ce monde. Il lui faudrait encore des meubles, mais chaque chose en son temps. Avant l’arrivée des déménageurs, elle avait pris soin de dégager le passage afin que les déménageurs ne soient pas gênés par ses cartons, le tout en avalant un rapide petit déjeuner et un café… Lorsque le véhicule s’était garé dans sa rue, elle était fin prête. Sauf qu’évidemment, comme tout ce qui lui arrivait dans cette ville, les choses ne se passèrent pas comme prévu. Visiblement, l’entreprise n’avait pas pris en compte sa demande lorsqu’elle avait spécifié qu’elle voulait que ses affaires soient déchargées, et ni les chauffeurs, ni l’entreprise ne voulurent savoir quoi que ce soit. Par chance, elle avait déjà ramené pas mal de ses affaires dans son propre véhicule, et n’avait emporté aucun meuble puisque ceux de son meublé à New York ne lui appartenaient pas.

C’est donc seule qu’elle dû s’attaquer au déchargement de ses affaires, passablement découragée par la somme de travail qui l’attendait. Elle aurait peut être pu demander un coup de main à Julian, l’un des seuls au courant de son retour, mais il avait bien d’autres choses à gérer. Et puis demander de l’aide, ce n’était pas vraiment la spécialité de Sofia. Certains cartons ne pesaient pas grand-chose et atterrirent rapidement dans la maison mais d’autres, ceux contenant de la vaisselle, ou des livres, notamment, pesaient une tonne. Les points de suture à son bras, qu’elle voulait éviter de faire sauter, ne l’aidaient pas non plus. Un carton qui devait peser à peu près aussi lourd qu’elle entre les mains – petite exagération peut être, mais c’est l’impression qu’elle en avait –  Sofia avançait péniblement vers l’entrée lorsqu’une voix s’éleva derrière elle.  Attendez ! Laissez-moi vous donner un coup de main ! Sa voix, elle ne l’avait pas reconnue. En galère avec son carton, elle n’y avait pas prêté attention plus que ça à vrai dire. C’est bon je… C’est ce moment précis que le fond du carton choisi pour céder. Peut être avait-elle un peu trop chargé la mule… En tout cas, ses livres allèrent se répandre sur le sol à ses pieds. Eh merde… pesta-t-elle. La bonne nouvelle, c’était que d’un coup, son carton pesait beaucoup moins lourd. La mauvaise… La mauvaise c’est qu’en se retournant vers l’inconnu, elle le reconnu immédiatement. Peter… Hey… Elle savait que dans une si petite ville, leurs chemins seraient amenés à se croiser… stupidement, elle avait espéré pouvoir retarder un peu ce moment, histoire qu’il n’arrive pas aux aurores, alors qu’elle était en pleine galère, à peine installée. Mais depuis quand les choses se passaient comme elle le voulait dans cette ville, hein ? Elle avait été accueillir par un braquage, à partir de là, c’était déjà bien mal parti.

© meg' @Peter O'Bryan

_________________
SOFIA SULLIVAN
Life tried to crush her, but only succeeded in creating a diamond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 10
- pseudo : Elor
- multifaces : Le beau Léonard
- id card : Chris Pine (c) Bavboule
- registration : 12/08/2018
- côté coeur : Le célibatard le plus endurcie de Wauwa

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: 1/2 OPEN; Sofia

MessageSujet: Re: SOFIA - why did it have to be me   Dim 9 Sep - 13:57

❝ why did it have to be me ? ❞Sofia & Peter
Déménager n’était pas la tâche la plus agréable, et Peter en connaissait un rayon. Durant sa courte existence, il avait dû préparer et déballer des cartons au moins cinq ou six fois. Entre son départ pour Palo Alto, son déménagement du campus pour un appartement dans le centre de Los Angeles, son changement dans cette même ville pour un loft, le retour à Wauwatosa et le déménagement des affaires familiale suite au décès de ses parents, on peut dire que Peter était le roi du carton. Les objets fragiles d’un côté, les livres de l’autre, l’électroménager, la literie, les meubles et j’en passe, tout ça devait être rythmé par une organisation rigoureuse. Alors quand il vit cette jeune femme seule, avec ses affaires tout autour de son camion, il n’eut pas le cœur à tracer son chemin, d’autant plus que ses livres venaient se faire la malle. Sans perdre une minute, il courra vers les premiers bouquins qui se trouvaient à quelques mètres de lui, les ramassant un par un.

Ces quelques mots, cette voix .. cela lui était familier. Avant de lever la tête vers elle, il n’avait pas envie d’y croire. Pourtant, il connaissait ce timbre par cœur, mais elle ne pouvait pas être là, Sofia avait quitté Wauwa depuis des années maintenant. Elle n’avait aucune accroche dans cette ville, rien qui ne la ferait revenir, alors que pourrait-elle faire ici ? Toutefois, ses yeux ne lui mentaient pas. Elle était bien là, face à lui, en train d’emménager dans la ville de leur enfance. Son regard se plongeant dans le sien, il marqua une pause avant de lui répondre à son "Peter, Hey". Il se demandait si c’était du foutage de gueule ou si cela était bel et bien en train de se produire. Elle l’avait quitté du jour au lendemain et la seule chose qu’elle trouvait à lui dire était "Peter, Hey". Il préféra ne pas rétorquer et simplement la saluer.


    « Sofia .. Ca fait un bail ! » Au final, même lui ne savait pas trop quoi dire. Il avait l’impression de voir un fantôme. Il tenait ses livres fermement, les gardant prisonniers jusqu’à qu’elle lui donne une explication. Il jeta un coup d’œil rapide vers cet immeuble qui se dressait devant lui, peut-être que son mari allait sortir du hall, l’aidant dans cette lourde tâche, mais personne pour le moment. Il l’a fixa à nouveau avant de demander « Tu fais quoi là ? » Un emménagement, c’était assez perceptible « Enfin, ici ? À Wauwa ! » Il n’était ni heureux, ni en colère, simplement surpris de la voir dans cette ville.

©️ 2981 12289 0

_________________

   
I CAN BARELY RECALL
I finished crying in the instant that you left and I can't remember where or when or how, I banished every memory you and I had ever made.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 320
- pseudo : spf
- multifaces : Elys le revenant et Ivy jolie
- id card : Gal Gadot (moonic)
- registration : 05/07/2018
- côté coeur : Célibataire, elle ne s'est jamais vraiment donné le temps pour ces choses là

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: OPEN | Peter + Mikhael + Dorian (UC) + you ?

MessageSujet: Re: SOFIA - why did it have to be me   Mer 12 Sep - 1:13


why did it have to be me?
peter&sofia
"Your first love isn't the first person you give your heart to ― it's the first one who breaks it. "
Wauwatosa, ce n’était pas New York. Ce n’était pas Chicago, non plus. Ce n’était pas vaste au point et peuplé que vous soyez voué à ne croiser qu’une infime partie de sa population. C’était plus le genre de ville ou tout le monde connaissait tout le monde, et où les nouvelles circulaient à la vitesse de l’éclair. Elle le savait en décidant de revenir dans cette ville qui, pour elle, contenait bien trop de mauvais souvenirs. Les bons souvenirs, eux, étaient pour la plupart liés à ce regard azur rivé sur elle et qu’elle avait bien du mal à décrypter. Il était surpris mais au-delà de ça, elle ne lisait pas grand-chose. La détestait-il toujours ? Après toutes ces années ça devrait lui être égal, d’autant qu’elle n’avait plus grand-chose à voir avec l’adolescente perdue et terrifiée qui avait quitté Wauwatosa voilà plus de quinze ans… et pourtant, elle était nerveuse. Tellement qu’elle, dont le métier était pourtant de manier les mots, n’avait rien trouvé de plus banal qu’un simple hey. Bravo Sofia. Avec une plume aussi peu inspirée, elle n’était pas prête de pouvoir prétendre au Pulitzer.

L’avantage de ce carton éventré, c’est que les quelques livres qu’elle avait ramassés et tenait toujours à la main l’empêchaient de se tordre les mains, tic nerveux qui aurait montré encore un peu plus combien elle était mal à l’aise. Des hommes, elle en avait connu quelques uns, mais aucun qui n’ait marqué sa vie plus que Peter. Il avait été le premier à voir plus loin que les rumeurs absurdes qui couraient sur elle. Le premier à s’intéresser à qui elle était plutôt qu’à ce qu’on disait d’elle. Elle avait tout fait foirer, certes, mais malgré tout elle avait été bien incapable d’oublier complètement l’impact qu’il avait eu sur elle, ou ce qu’elle avait ressenti pour lui. Un premier amour, ça ne s’oublie pas paraît-il. Un cœur brisé non plus.

Sofia... Ca fait un bail ! Au moins, elle n’était pas la seule à n’avoir rien trouvé d’autres que des banalités. Lui avait eu moins le mérite d’avoir prononcé plus de deux mots. Aussi banals puissent être les paroles de Peter, elles eurent au moins le mérite de détendre un peu la jeune femme. Son ton certes pas très chaleureux, mais il n’était pas non plus froid ou agressif. Seulement surpris. Un léger sourire se dessinant sur ses lèvres, Sofia acquiesça d’un petit signe de tête. Tu fais quoi là ? Enfin, ici ? À Wauwa ! demanda-t-il finalement. Engager la conversation, en voilà une bonne idée. C’était moins gênant que de rester là à se regarder comme deux idiots. Je suis là pour le boulot, expliqua-t-elle. Bien sûr, à moins que Julian n’ait lui aussi joué les bavards – vu la surprise de Peter, elle en doutait – il n’aurait pas la moindre idée de quel était le boulot en question. J’ai trouvé un poste de prof de journalisme à l’université, précisa-t-elle donc, tout en déposant les livres qu’elle avait déjà ramassés sur un carton, avant de récupérer les autres. Elle qui en prenait toujours soin, ils étaient à présent dans un piteux état. Je suis arrivée y a deux semaines, à peu près. Mais j’ai dû engager la pire compagnie de transport de tous les Etats Unis, je crois, plaisanta-t-elle, dans une tentative de détendre l’atmosphère, ou elle-même elle n’était pas trop sûre, avant de jeter un regard circulaire au tas de cartons qui attendaient encore de finir son voyage jusque dans sa maison. C’était officiel, elle en aurait pour la journée.


© meg' @Peter O'Bryan

_________________
SOFIA SULLIVAN
Life tried to crush her, but only succeeded in creating a diamond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: SOFIA - why did it have to be me   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOFIA - why did it have to be me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» Répartition de Sofia Saint-James SD
» Coleen & Sofia ♔ Set fire to the Rain
» SOFIA •• Un'occhiata di sole
» Mission : Protection du camp de réfugiés [avec Sofia Nilindra]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - eastwatosa :: minnea homes-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum.