AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Incredulity (Salim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
☽ good vibes only ☾
avatar

- prayers : 198
- pseudo : Louise.
- multifaces : Magnolia + Jules + Altaïr.
- id card : avatar (schuylers)
- registration : 23/07/2018
- côté coeur : Totalement sous le charme d'un garçon prénommé Salim.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Salim + Minnea et Lone + Caleb, Minnea, Lone.

MessageSujet: Incredulity (Salim)   Lun 30 Juil - 14:38

- Incredulity -
Louane & Salim


Louane n'était encore qu'un adolescent crédule, attachant, burlesque, attendris par cette amitié qu'il affectionnait particulièrement avec Lone et Minnea. Ces princesses au grand cœur, ne cessait t-il de dire d'une voix suave à chaque fois qu'ils se retrouvaient tous les trois ensembles. Inséparables, protecteurs l'un envers les autres, rien ne semble briser leur amitié. Louane est un garçon bien trop gentil pour émettre une quelconque rébellion à chaque fois que les filles s'amusaient à le maquiller, le déguiser, à le couvrir de bijoux, sauf quand du vernis rose bonbon ornaient ses ongles et qu'il devait rentrer à la maison. Il n'était pas dérangé par ce côté parfois féminin qui émanait de lui, ses vêtements beaucoup trop lumineux, ses yeux hagards, sa crédulité touchant. Pourtant il appréciait affirmer haut et fort qu'il aimait les garçons en évitant soigneusement d'appuyer cette vérité au domicile familial. Trop effrayé à l'idée de se faire battre par son père ou de se retrouver tout bonnement avec un couteau sous la gorge. Trop de valeurs extrémistes qu'il désirait fuir au quotidien. Il décida alors de passer la nuit chez Lone pour éviter cette fâcheuse situation auquel il devrait des explications à son paternel. Des ongles roses ? Non, impossible de se montrer ainsi à la maison. Joyeux, il cavala à travers les rues, son sac à dos rebondissant sur son dos, tapant plusieurs texto à Lone, sans réponse. Le petit métis commençait à être inquiet, cherchant une explication au silence de son amie. Peut-être un manque de batterie ? Il appela aussitôt Minnea qui ne décrocha pas non plus son téléphone. Il se sentait aussitôt délaissé, dépourvu d'oxygène. Il détestait être ainsi perdu, sans aucune nouvelles de ses amies, seul au monde. Il prit tout de même l'initiative de se faufiler dans l’appartement, un double de clé en main. Aucune vie ne semblait émaner de cet appartement, peut-être étaient-ils tous de sortie ? Étrange car les filles n'auraient jamais oublier de mentionner cela à Louane. Il jeta à travers l'une des pièces son sac à dos avant de prendre quelques affaires de rechange tout en retirant peu à peu ses vêtements pour se faufiler sous la douche. Louane n'était pas pudique, encore moins gêné à l'idée de se mettre à l'aise dans cet appartement. Après tout Lone ne cessait de lui dire que c'était sa deuxième maison, son point d'encrage. Un rien ne le touchait, le troublait pour l'attention que ses amies lui portait. Une fois lavé, séché, il enfila un caleçon batman tout en cherchant avec précaution du dissolvant. Manque de pot, il ne trouva rien. Il allait donc se retrouver avec du vernis sur les ongles pendant un bon bout de temps de quoi alimenter certaines conversations à la faculté. Rien de bien croustillant puisque tout le monde n'était pas dupe au sujet de sa sexualité. Il traîna son corps vers la cuisine, attrapant au passage son téléphone pour déceler un signe de vie de la part de Lone ou Minnea. Rien, le néant. Louane tapota ses doigts nerveusement sur le plan de travail de la cuisine, sans remarquer le bruit de la porte d'entrée, ni même le grincement du parquet. Le petit métis ouvra avec précaution le réfrigérateur, assoiffé, il agrippa la bouteille de lait déjà ouverte et bu pour se désaltérer. Cette scène n'échappait guère à ce soudain visiteur aux pas discrets. Bien trop perdu dans son monde, Louane sursauta aussitôt qu'un ricanement sonore retentit dans la cuisine. Il s'étouffa d'ailleurs avec quelques gouttes de lait, un autre rire fit écho dans la cuisine. Le cœur battant à tout rompre, surpris de cette intrusion, il releva le regard. L'homme de ses rêves était rentré sans cette cuisine, en chair et en os. Mais qu'est-ce qu'il foutait dans cette cuisine ? Louane tenta d'émettre quelques mots mais son baragouinage semblait plaire à cet homme avec qui il c'était adonné à des plaisirs particuliers, certes virtuels mais tout de même...Impossible, ce n'était qu'un rêve, une illusion après un bon joint. Louane devait cependant l'admettre, il n'avait touché à aucune drogues, seulement bu du lait. Il secoua vivement la tête avant de rire nerveusement. "Tu n'es qu'une illusion, j'ai bu trop de lactose, c'est ça qui me met le cerveau en compote. Qu'est-ce que tu foutrais ici de toute façon. Bordel, voilà que je me met à parler tout seul." Il se retourna aussitôt vers l'évier pour s'y appuyer, priant intérieurement que ce mirage disparaisse lâchant par la même occasion cette vilaine bouteille de lait. Comment pouvait-il rêver de lui maintenant ?

_________________
underco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 92
- pseudo : Burning.
- multifaces : Julio, Angelo, Ian.
- id card : Cengiz Al + pūnisher.
- registration : 21/07/2018
- côté coeur : Sa mère lui dit souvent : "Et Djamila ? Elle ferait une belle épouse." Et lui aimerait tant lui répondre que le trouble s'installe devant un beau métis.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Louane 1 - Caleb 1

MessageSujet: Re: Incredulity (Salim)   Lun 17 Sep - 14:56

Sans être encore au courant de ce qui se passe en ville et dans l’intention de profiter d’une soirée posée devant l’écran de mon ordinateur, je me dirige jusqu'à mon appartement. Je pénètre à l’intérieur avec cet engouement qui me qualifie au quotidien, claque la porte derrière moi avec énergie, et rejoins la cuisine lorsque j’entends du bruit. Naturellement, je pense saluer un des habitants de ce lieu, mais je te croise, toi, le gars qui me fait vibrer d’extase au moins une fois par semaine. Le choc immédiat se fait sentir : mes nerfs se tendent et mes yeux s’écarquillent d’étonnement. Le garçon de mes rêves se trouve dans ma cuisine ? Qui de nous deux fantasme le plus ? Sans un mot, je t’observe accomplir tes mouvements comme si tu étais chez toi. Je pourrais te reconnaître entre mille maintenant que j’ai eu l’opportunité de détailler ton corps… dans les moindres recoins. Ta peau métissée, tes cheveux épais en pagaille et ton air à la ramasse suffisent encore une fois à me faire fondre totalement. Mes joues s’empourprent légèrement, à cause de la chaleur qui se diffuse immédiatement et de la gêne qui vient aussi s’immiscer. Je me mets à rire nerveusement de cette situation, parce qu’elle n’a rien d’ordinaire et qu’elle enclenche cet embarras palpable dont il est difficile de se défaire. Je ne peux toutefois pas m’empêcher de te toiser avec avidité, de contempler les parcelles de ta peau dénudée. Même quand tu m’adresses quelques mots insensés qui partent dans tous les sens. Tu as l’air d’un demeuré tout d’un coup, ce qui me fait lâcher un rire plus audible. Je reste dans l’encadrement de la porte mais je te réponds avec ce sourire enjoué collé aux lèvres. Je les mordille aussi, par timidité, parce que je ne me familiarise pas encore avec ta présence non pixelisée. « Une illusion ? Content de savoir que c'est à moi que tu as envie de penser quand tu psychotes ! Ça t’arrive souvent ? Mais je pensais justement regarder ce soir si tu étais connecté, ça tombe plutôt bien… » Je lance cette phrase un peu en l’air, parce que maintenant qu’on a regagné la réalité, je ne suis pas certain que j’arriverais à te toucher. A te faire frissonner comme j’ai maintenant l’aisance d’y parvenir. Je reste comme un con devant toi, sans cette confiance qui me fait agir. Je suis vraiment perturbé de te trouver ici, par hasard, après t’avoir déclaré tant de choses salaces au microphone. J’ai presque envie de fuir, de partir pour que la confrontation en reste là… à une illusion passagère à laquelle tu sembles croire. « J'habite ici. C'est plutôt à moi de te demander ce que tu fous là ?! » Je m’interroge sur les liens que tu as pu tisser avec l’un de mes colocataires : Ivy, Caleb ou Løne. Tu serais sûrement au goût de Caleb, peut-être même que vous avez rendez-vous ? Bizarrement, je n'ai pas envie que ce soit la raison de ta venue ici. Je ne suis pas possessif avec mes conquêtes pourtant... Tu es sûrement particulier. Indéniablement. Je le savais déjà, l’addiction qui me consume et me pousse à chercher les discussions salaces avec toi sur internet ne peut que le confirmer. Je le sens encore plus maintenant, que je n'ai pas envie de te partager, de t'entendre hurler de plaisir dans une autre chambre que la mienne.

Dans un élan de courage, je m’avance vers toi, même si tu viens de te tourner pour te retenir au meuble de l’évier. « Je ne pensais pas que tu étais du coin. » Le réseau virtuel regroupe une quantité d'inconnus venant du monde entier, même s’il établit des corrélations avec les personnes qui sont à proximité de nous. J’étais loin d’imaginer que la même ville pouvait nous loger et que l’on fréquenterait des gens identiques. Le trouble persiste donc à se faire une place au sein de mes entrailles. Des tiennes aussi, à ce que je constate. Ton air intimidé s’est renforcé par ma présence, tu sembles plus confiant à la caméra. Ce n’est pas pour me déplaire, je suis satisfait de savoir que je ne suis pas le seul à avoir le corps en ébullition. Je me place à tes côtés, me soutiens le fessier contre le meuble, tandis que mes yeux scrutent les tiens, étincellent de désir. Je continue surtout de te reluquer de haut en bas. J’amène quand même ma main qui tremble au niveau de ton boxer Batman, pour tirer dessus par une pression rapide. Je le relâche immédiatement, c’est juste pour te montrer l’objet que je commente : « Je ne l'ai encore jamais vu. » J’hésite à te transmettre combien tu me fais encore plus envie dans cette tenue, et à quel point tu es sexy. « Le vernis non plus. » Je souris pour créer une atmosphère plus plaisante, sans oser tenter plus. Je manque d’audace et de séduction alors qu’on a déjà bien trop de fois aperçus le sexe bien tendu de l’autre. Je me laisse du temps, pour me remettre de t’avoir ici, dans mon logement. Le temps de remarquer davantage que tu me plais, m’attires, à tel point que j’ai de la difficulté à décrocher mes yeux de ton corps divin.

_________________
Run, Boy, run ☽ J'aime les gens qui doutent, les gens qui trop écoutent leur coeur se balancer. J'aime les gens qui disent et qui se contredisent, et sans se dénoncer. J'aime les gens qui passent moitié dans leurs godasses, et moitié à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☽ good vibes only ☾
avatar

- prayers : 198
- pseudo : Louise.
- multifaces : Magnolia + Jules + Altaïr.
- id card : avatar (schuylers)
- registration : 23/07/2018
- côté coeur : Totalement sous le charme d'un garçon prénommé Salim.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Salim + Minnea et Lone + Caleb, Minnea, Lone.

MessageSujet: Re: Incredulity (Salim)   Mar 18 Sep - 14:56

- Incredulity -
Louane & Salim


Perturbé par l’apparition de cet ange au toucher habile, aux mots dévastateurs, Louane semblait plongé dans ces pensées, cherchant a effacer de son esprit cette soudaine image irréaliste. Lui, ici au milieu de cette cuisine. Ô combien sa douce maman lui intimait que rien n'était impossible, que tout pouvait-être atteint, élucider. Un rire amer, dénué d'émotion traversa ses jolies lèvres pulpeuses, soit il était devenu complètement aliéné, soit ses rêves se prolongeaient sans qu'il puisse y faire face. Un doux songe qui semblait si réaliste. Tout comme cette voix ténébreuse qu'il connaissait si bien, qui vibrait sans cesse contre ses écouteurs. Impossible. Le petit métisse n'avait pas sentis la présence esquisse de cet hôte à ses côtés, si bien qu'il se retourna avec maladresse et sursaut. "Mon dieu, tu es réel." Il tentait tant bien que mal d’accepter l'idée de rencontrer pour la première fois ce fantasme ambulant qui gravissait peu à peu son esprit à chaque fois que ses pensées divaguaient. " Tu...habites ici ?" Comment Lone avait-elle oublié de lui émettre ce détail ? Un petit détail sans importance pour elle mais, pour Louane c'était tout autre chose. A vrai dire, il n'avait jamais avouer a sa douce amie qu'il se branlait devant un écran en compagnie d'un inconnu toutes les semaines. Lone pourrait peu approuver cette nouvelle. "Je suis le meilleur ami de Lone. J'ai l'habitude de passer beaucoup de temps ici. Enfin s'est assez compliqué." Louane avait des faciliter à communiquer, même si la situation était quelques peu gênante. Cependant, il n'était pas prêt à dévoiler ses secrets sur sa famille et le terrible déshonneur qui s'abattrait sur lui, si son odieux paternel apprenait qu'il appréciait davantage les bananes à la chantilly que les moules persillées. Depuis le début de leur échange, le petit métisse gardait une certaine contenance. Il se battait avec avidité contre son fort intérieur qui lui intimait de fuir, de ne pas s'ouvrir davantage. Une chose totalement stupide puisse qu'il c'était déjà mit nu devant lui. D'ailleurs, il avait fait des choses bien trop osées pour les raconter à haute voix. "C'est tellement perturbant, insensé de te voir devant moi. Tu es réel, bien là." L'envie de le toucher, de passer ses doigts fins dans ses cheveux, de caresser ses pommettes, ses lèvres. Des folles envies qu'il se devait de contrôler. Tout cela devenait bien trop troublant, ses yeux pétillants, son sourire malicieux, ses putains de mains qu'il rêvait d'avoir sur son corps. Louane déglutit péniblement, cherchant à fuir ses regards insistants sur son corps. Les joues en feu, les lèvres tremblantes, il s'écarta davantage de ce prédateur enivrant, intimidé par tant d'élan de passion dans ses yeux. Lorsque celui-ci avait tirer légèrement sur son boxer, il crut quelques instants défaillir avant de reprendre le contrôle de son esprit. Bouleversé par cette apparition, il avait oublié sa tenue et le vernis peu affriolant sur ses ongles. Honteux, il était bien trop tard pour nier ou se cacher. "Je te dégoûte pas ?" dit-il avec une certaine crainte dans la voix. Il se montrait ainsi devant lui aussi vrai que nature, avec cette question imprudente, Louane désirait plus que tout être encore un plaisir ambiant pour ses jolies yeux noirs, perçants.

@Salim Messaoudi

_________________
underco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 92
- pseudo : Burning.
- multifaces : Julio, Angelo, Ian.
- id card : Cengiz Al + pūnisher.
- registration : 21/07/2018
- côté coeur : Sa mère lui dit souvent : "Et Djamila ? Elle ferait une belle épouse." Et lui aimerait tant lui répondre que le trouble s'installe devant un beau métis.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Louane 1 - Caleb 1

MessageSujet: Re: Incredulity (Salim)   Jeu 4 Oct - 20:39

Tu es beau. Beaucoup plus encore que quand tu es au milieu de l'obscurité de la pièce dans laquelle tu as pris l'habitude de te caresser... ou que dans tous les rêves où tu as été ma victime favorite. La couleur de ta peau, tes cheveux trop épais me font un effet dingue. Tu as la silhouette fine, légèrement musclée, et ça me provoque déjà de vives réactions. Y'a cet affolement qui se fait une place en moi, mais c'est surtout l'électrisation de mon corps qui se devine aisément. Tu es désirable, plus que je l'imaginais, et tu me fais clairement chavirer. « On ne peut plus réel ! Je confirme, c'est assez bizarre. » Je répète ton idée pour confirmer, avant de préciser ce que je pense concrètement de ta présence inattendue. Je crois surtout que la sensation est commune, quand j'observe les traits de ton visage qui te donnent l'air d'être déboussolé. Cela se remarque que c'est ce que tu sembles penser aussi. Tu me surprends à être ici, dans mon appartement, avec cette tenue affriolante. Pendant un moment, je me demande si ce n'est pas Caleb qui est à l'origine d'un plan foireux et t'a payé une belle somme pour que j'affronte mon désir à l'égard des hommes. De toi, surtout. Je sens bien que le trouble que tu me fais sentir n'est pas factice, ni même seulement relié au monde virtuel. Il prend une dimension plus intense maintenant que tu es devant moi et que tu me fixes avec surprise. Ton étonnement n'est pas feint, tout comme cette pointe d'envie, d'hésitation, que j'ai en tout cas l'impression de repérer au fond de ton regard. A moins que ce ne soit moi qui psychote, parce que j'aimerais que tu ressentes ces mêmes émotions qui me rendent tout bizarre ? Oui, j'aimerais tellement que ton cœur se mette à palpiter frénétiquement, au point que je pourrais l'entendre cogner contre ta poitrine. Sentir la chaleur émaner de ton corps, et ta peau suinter d'excitation. Je bouillonne déjà de mon côté, c'est un mélange de désir et de chamboulement des sens. « Oh OK, c'est de toi dont elle me parle souvent, je n'avais pas pu faire le lien... pour moi, tu t'appelles encore Lou08. » Je plaisante pour détendre l'atmosphère, pour laisser à la tension une chance de disparaître. « J'habite ici depuis quelques semaines. On va être amenés à se voir régulièrement alors. » Je commente en te fixant avec un sourire sincère. Je suis satisfait de savoir que je vais te croiser, malgré mon incapacité à rendre la gêne moins conséquente. Déstabilisante. Pourtant j'ose m'attaquer à ton boxer, même si ce n'était pas mon intention première. Ta réaction me fait comprendre que je n'aurais pas dû, puisque tu recules et échappes à mon contact. J'ai l'impression que c'est plus par réserve naturelle que par manque d'envie, alors je réitère. Je m'approche de toi, pas trop, juste suffisamment pour que nos visages soient face à face. Proches. La proximité rend mon envie grandissante et le désordre dans ma tête plus tenace. J'ai fortement envie de t'embrasser, mais je me retiens. Cela pourrait vite déraper si tu entreprenais le premier pas, et c'est justement ce qui me fait peur. Je pourrais si facilement exterminer toutes mes barrières, et toutes celles imposées par la religion, à cause de ce regard hypnotisant. De cette beauté captivante. Je suis totalement sous l'emprise de ton charme naturel. Tu ne fais rien pour me séduire, tu as juste besoin de me scruter pour que je sois perturbé. C'est quand tu me demandes si tu me dégoûtes que j'interviens. Ta question me surprend, tu dois sûrement observer que j'écarquille les yeux un instant, avant de me lancer avec hésitation : « Non ! Je... Non ! » Le trouble qui m'agite en ta présence, et que tu ne fais que renforcer par cet échange de regards en disant long sur notre chamboulement, m'interdit des paroles plus poussées. Je te trouve très beau. C'est quand même pas compliqué, Salim ! Au lieu de t'avouer comment je te trouve physiquement, j'attrape ta main dans la mienne et la dresse vers le haut pour la détailler. Je caresse tes doigts, tes ongles, souriant devant le féminisme qui te qualifie. « Je suis juste curieux et fasciné de voir qu'en Amérique, on peut porter ce que l'on veut. Au Maroc, je ne pourrais pas voir tant d'originalité, et c'est bien dommage. Tu portes d'autres trucs de ce genre aussi ? » Je ne te juge pas, ne me moque pas non plus. Je veux savoir où se trouvent tes limites, si ce n'était qu'un jeu, ce vernis, ou si tu en fais une utilisation fréquente. Pour le reste, je te laisse le deviner tout seul : je te dévore clairement des yeux, avec cet appétit flagrant qui te donne un clair aperçu du désir que je ressens pour toi.

_________________
Run, Boy, run ☽ J'aime les gens qui doutent, les gens qui trop écoutent leur coeur se balancer. J'aime les gens qui disent et qui se contredisent, et sans se dénoncer. J'aime les gens qui passent moitié dans leurs godasses, et moitié à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☽ good vibes only ☾
avatar

- prayers : 198
- pseudo : Louise.
- multifaces : Magnolia + Jules + Altaïr.
- id card : avatar (schuylers)
- registration : 23/07/2018
- côté coeur : Totalement sous le charme d'un garçon prénommé Salim.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Salim + Minnea et Lone + Caleb, Minnea, Lone.

MessageSujet: Re: Incredulity (Salim)   Hier à 13:55

- Incredulity -
Louane & Salim


Hypnotisé par cette apparition divine, cette beauté infime que tu semblais vouloir toucher à chaque instants. Il était sublime dans cette ensemble noire qui reflétait à merveille ses courbes alléchantes. Tu le regardais avec gourmandise, envie, rêvant à enlacer ce corps parfait qui hantait tes songes les plus secrets. Il venait de te surprendre dans cette cuisine, une soirée qui promettait des découvertes surprenantes. Tu souhaitais en apprendre davantage sur lui car son corps, tu le connaissais par cœur, une perfection que tu idolâtrais parfois seul dans tes draps, une perfection que tu aimerais achevée du bout de ta langue. "Louane." Prononçais-tu d'une voix éraillée, sublimée par le désir d’encercler son corps contre le tiens, de le toucher du bout des doigts. Tu désirais entendre sa voix énoncer ton prénom de mille façons indécentes, sans une once de pudeur. Mordillant avec frénésie ta lèvre inférieure, intimidé par sa présence, tu laissais cet-être hypnotique envahir tes barrières et les briser peu à peu. Bien trop proche de toi, tu avalais avec difficulté une goulée d'air pour respirer correctement, le cœur frénétique, les yeux étincelants. Il habitait ici depuis des semaines ? Comment son amie avait-elle oublier d'omettre ce détail ? Après tout, elle n'était pas dans ce genre de confidence, loin de se douter que tu te tripotais derrière une caméra, les sens émerveillés par la beauté de ce maghrébin. Un frisson glissait dangereusement le long de ton échine, lorsque ses doigts agrippèrent l'une de tes mains. Il examina avec attention tes ongles vernis, sans le moindre jugement, trop de douceur, trop d'attention et ça te rendait fou. Fou de lui. Tu rougissais, sans doute qu'il était inéducable pour toi de rougir, ce garçon qui t'analysait sans jugement, sans crainte, tu aimais tellement la façon dont-il te regardais, comme-ci il te préservait. Oui, tu devenais un peu plus dingue de lui, un peu plus envieux de son corps contre le tiens, de sa bouche divine sur ta peau métissée. "Les filles ont tendance à s'amuser un peu, je suis une poupée parfois, pour elles." Tu rougissais davantage à cette confidence, plus aguerri par l’atmosphère, tu te lançais avec réserve. "Parfois elle me déguise en fille. Enfin, ce n'est pas l'endroit approprié pour...." Il te dévorait des yeux, tu flanchais peu à peu sous son regard ébène, le souffle plus irrégulier, les lèvres chevrotantes, attiré vers lui, vers le danger. "Tu crois que le destin peut nous envoyer des signes ? Parce-que moi j'ai rêvé de ce moment." Dis-tu sincèrement, laissant cette couleur pourpre imprégnée des joues.

@Salim Messaoudi

_________________
underco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Incredulity (Salim)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Incredulity (Salim)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Salim Hajji
» Un second mandat de 3 ans pour Mario Andresol
» Ondiane
» DAISY CANICHETTE ABRICOT 10 ANS REFUGE 4 PATTES NIMES
» Personnages des romans (en construction)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - eastwatosa-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.



les petits nouveaux
Venez pour leur faire triomphe, les accueillir, les chouchouter ! Bienvenue chez vous.