AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
- SECOND CHANCE -
NOUVEAU CONTEXTE
à découvrir et commenter ici
- RECENSEMENT -
JUSQU’AU 12 OCTOBRE 2018
dans ce sujet

Partagez | 
 

 sleeping in the fire (elias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moonlight shadow
avatar

- prayers : 838
- pseudo : menina
- id card : browning, kiri
- registration : 26/02/2018
- côté coeur : le vide

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on

MessageSujet: sleeping in the fire (elias)   Jeu 5 Juil - 20:09

sleeping in the fire

Les tiroirs s’ouvrent les uns après les autres, son cœur palpite et sa patience s’envole. La sueur au front, elle ne cesse de souffler, retournant l’intégralité de son appartement. Les bras tremblants, la rage l’anime. Elle jure en italien, presque hystérique. Les seringues sont là mais la substance manque. Les larmes aux yeux, elle s’asperge le visage d’eau. Ses prunelles se relèvent vers le miroir, elle observe brièvement son allure pathétique avant que son poing frappe de toutes ses forces la glace qui se fissure sur sa main. La brune laisse s’écouler le sang sans prendre la peine de désinfecter la plaie. Elle se contente d’ôter l’un des morceaux de verre, la grimace aux lèvres. Elle inspire profondément, gonflant ses poumons au maximum avant de saisir son téléphone. Un bref « sos » qu’elle envoie à son fournisseur, priant pour obtenir une réponse des plus rapides. Elle tapote du pied, enfile un banal t-shirt blanc qu’elle tâche d’hémoglobine et un jean bleu brut. Quatre antidouleurs sur la langue, le minimum pour contenir tant bien que mal sa crise de nerfs. Elle quitte l’appartement à toute allure, dévalant les escaliers à deux doigts de trébucher tant sa hâte est intense. Une cigarette qu’elle coince au bord des lèvres, elle observe les alentours. La première bouffée lui donne un brin d’inspiration, elle décide de se rendre dans les endroits qu’Elias a l’habitude de côtoyer. L’italienne parcourt la ville, impatiente et le ventre retourné. Il faut qu’elle le trouve, c’est une nécessité. Ses recherches ne sont en aucun cas fructueuses et sa sérénité fout brutalement le camp. Elle entame une nouvelle cigarette, prête à ruiner son paquet si nécessaire. Ses ongles frottent jusqu’au sang le creux de son bras, elle sent ses veines bruler par le manque de poudre. Elle sait qu’elle ne peut pas tenir, que sa relation avec la drogue est bien trop fusionnelle. Sa main essuie son front, elle entreprend sa marche vers Eastwatosa, le pas vif. Son regard s’extasie devant la beauté des maisons qu’elle ne possédera jamais. Condamnée à passer ses jours dans son misérable appartement, elle pourrait songer à économiser si seulement son petit salaire ne passait pas dans l’achat de substances illicites. Ses priorités sont lamentables, elle le sait mais l’idée de modifier son train de vie ne lui traverse pas l’esprit. Viciée jusqu’à la moelle, elle accepte d’être cette vulgaire toxicomane. La vie est moche, elle-aussi. A quoi bon se battre lorsque la raison de son bonheur s’est envolée brusquement sans crier gare. Son petit garçon n’est plus là et elle ne pourra jamais faire son deuil. Elle préfère faire vriller son esprit, abuser des mauvaises choses pour se sentir plus légère. C’est la solution de facilité, une solution particulièrement lâche aussi. Elle avale difficilement sa salive, gênée d’être plantée devant le domicile de son fournisseur. Elle souffle doucement et décide de frapper contre le bois de la porte. La gorge serré, le ventre noué, elle craint sa réaction.

@Elias Keller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 41
- pseudo : SPF
- id card : bb Hardy
- registration : 02/07/2018
- côté coeur : célibataire

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: (3/3) junon + livana + krys

MessageSujet: Re: sleeping in the fire (elias)   Ven 6 Juil - 1:42

Sleeping in the fire
Junon & Elias


sos un message que t’ignores assez facilement. Putain de junkie elle peut bien prendre son mal en patience. Tu sais parfaitement qu’il n’y avait pas de réel urgence. Ce ne serait pas toi qu’elle appèlerait de toute manière. Ton numéro, elle le compose seulement pour avoir sa dose. Pourquoi aujourd’hui ce serait différent ? Tu l’ignores si facilement te disant que tu lui accordera ton attention quand t’en aura le temps ou plutôt quand tu en aura envie. Clairement pas ce soir. Pas que t’es de quoi contre la délicate Junon. Y’a simplement des jours comme ça où tout le monde te fait chier. Ça l’avait commencé par ce mec qui travaille pour toi qui s’est fait saisir toute la came qu’il avait sur lui. Depuis t’es d’humeur exécrable. Voilà pourquoi tu avais décidé de rester chez toi. Tu dévorerais probablement le premier à te regarder de travers. Tu n’avais pas envie de voir personne. On te dérangerait qu’en cas d’extrême urgence. Du moins, c’est ce que tu croyais jusqu’à ce que des coups se fassent entendre contre ta porte d’entrée. C’est dans un soupire limite enragé que tu te dirige vers l’entrée. Peu importe qui se trouve derrière cette porte, il a intérêt à avoir une bonne raison pour te déranger. Quand tu ouvres la porte, c’est bien la dernière personne sur qui tu pensais tomber; Junon. Oui, elle t’avait écris, mais tu n’aurais jamais cru qu’elle aurait été assez culotté pour se pointer chez toi. « Tu te fous de ma gueule ?? Qu’est-ce que tu viens foutre ici putain ? » T’es quand même pas trop du genre à faire une scène sur le pas de la porte. Enfin c’est plus que t’as pas trop envie que des voisins trop curieux entendent cette conversation. Même si pas mal tout le monde sait dans quoi tu baignes -même s’ils font semblant que non- tu cherches quand même pas trop à attirer l’attention. Ce pourquoi tu l’avais attrapé solidement par son petit pognet fragile pour qu’elle entre dans ta maison même si t’en avais clairement pas envie tout en refermant brutalement la porte derrière elle. Ce geste te permet également d’apercevoir ses mains blessé. Fait chier ! Dans quelle merde elle s’est mise ? Dans quelle merde elle TA mise. T’attrapes alors de nouveau sa main pour la regarder de plus près. Vite comme ça, elle à l’air de s’être battu. Comme si ce petit corps frêle pouvait foutre une raclée à qui que ce soit, n’importe quoi! « J’me fou dans quelle merde tu t’es mise, j’veux pas en être mêlé. Casse toi » que tu lui avais lancé sèchement en relâchant sa main. S’il fallait que tu te mêles de tous les problèmes des camés que tu fréquentes, il y a longtemps que tu serais en taule. Des emmerdes, t’en veux pas. T’as assez des tiennes à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moonlight shadow
avatar

- prayers : 838
- pseudo : menina
- id card : browning, kiri
- registration : 26/02/2018
- côté coeur : le vide

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on

MessageSujet: Re: sleeping in the fire (elias)   Ven 6 Juil - 2:32

Son cœur se serre lorsque la porte s’ouvre. Pointée devant lui, aucun son ne parvient à s’échapper d’entre ses lèvres. Ses propos virulents affaisse ses épaules, elle regrette déjà son geste. Ses prunelles se baissent tandis qu’il saisit son poignet, l’entrainant à l’intérieur de son appartement.  L’estomac noué et les jambes tremblantes elle n’ose pas croiser son regard. Elle a besoin de sa dose, mais elle a surtout besoin de lui. Son cœur palpite avec douleur contre sa poitrine, elle ne peut pas rester seule. Son esprit est sombre, elle sait qu’elle est capable du pire. La brune s’avance, pose ses mains contre son torse et trouve le courage de relever ses pupilles.

- Je sais que tu as l’habitude de côtoyer des camés aussi pathétiques que moi mais s’il te plait, ne me laisse pas partir.

Sa voix tremble, les larmes lui montent aux yeux. Elle est faible, lamentable. La fureur des propos du jeune homme la touche en plein cœur, l’enfonçant davantage.

- Je t’en prie, juste quelques instants. Je te jure de déguerpir après ça, je te laisserai tranquille, tu n’entendras plus parler de moi. Je te le promets.

Elle recule, tripotant nerveusement ses doigts, prête à essuyer un violent refus.

- J’ai besoin de toi. Pas seulement pour une dose mais juste… Pour me sentir en sécurité. Je sais que tu ne fais pas dans le social mais je ne peux pas rester seule, pas aujourd’hui.

L’italienne observe sa mine froide. Elias a toujours dégagé un charisme fou, quelque chose d’envoutant, de déroutant. Elle lâche un rire fébrile, consciente de son état pitoyable. C’était stupide d’oser venir ici, il n’a pas à gérer les états d’âme d’une toxicomane. Elle frotte son bras avec vivacité et secoue la tête.

- Tu as raison. Je vais partir. Désolée pour ça.

Rongée par la honte, sa gêne est palpable. Elle souffle, essuie ses larmes d’un revers de main avant de tourner les talons. Elle lui adresse un dernier regard, un mince sourire aux lèvres, tourne la poignet et s’empresse de quitter son domicile sans plus attendre. Elle reste plantée dans le couloir, à la recherche d’un endroit où se rendre pour apaiser son esprit torturé. Sa main farfouille à l’intérieur de son sac, dégainant quelques pilules qu’elle dépose sur sa langue. Tous les moyens sont bons pour rendre son esprit plus léger. Elle s’adosse contre le mur, laissant son corps glisser jusqu’au sol. Ses genoux se ramènent contre sa poitrine, elle sent sa force foutre le camp.

@Elias Keller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 41
- pseudo : SPF
- id card : bb Hardy
- registration : 02/07/2018
- côté coeur : célibataire

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: (3/3) junon + livana + krys

MessageSujet: Re: sleeping in the fire (elias)   Mar 10 Juil - 0:22

Sleeping in the fire
Junon & Elias


T’es pas certain si ce contact te plaît ou au contraire te déplaît. Disons que l’effet de surprise t’empêche de bien réfléchir. T’aimes pas trop qu’on débarque chez toi comme ça sans prévenir. Encore moins quand c’est une cliente en manque. Tu tiens la came bien loin de chez toi pour pas avoir de problèmes avec les flics. Débarquer ici était complètement stupide de sa part, parce que t’as rien sur toi... enfin, pas ce qu’elle voudrait. T’as un peu de mal à suivre toutes les conneries qu’elle te raconte. La colère prend le dessus et les paroles d’une junkie en manque ne veut rien dire. C’est qu’un ramassis de connerie. T’en crois pas un mot quand elle te dit ne pas être ici que pour sa dose. Elle espère quoi ? Que tu la laisses rentrer pour qu’elle vienne voler du stock ? Elle risque d’être bien déçu! Tu n’as toutefois pas besoin de rien dire qu’elle décide elle-même à partir. Peut-être s’était-elle raisonnée elle-même ou peut-être que ton allure froide l’avait convaincu. T’en sais rien. Elle s’était simplement mise à rire nerveusement avant de se casser de chez toi. Bonne chose de régler ! Enfin.... pourquoi est-ce que soudainement ça te démangeait autant qu’elle sois partie ? Pourquoi est-ce que soudainement tu te demandais si tu allais la revoir ? Quand on entre dans le monde de la drogue, il faut se déconnecter de ses émotions, ce que tu avais parfois du mal à faire. T’es pas une bonne personne, mais t’en ai pas une mauvaise non plus. Disons que tu as des valeurs... qui te nuisent parfois. « Fais chier » avais-tu marmonné avant d’ouvrir la porte croyant devoir partir à sa recherche, mais non! Junon se trouvait toujours dans le couloir, assise au sol. « Entre avant que je change d’avis » Allais-tu le regretter de la laisser entrer chez toi ? T’as autant un mauvais feeling de la laisser entrer que de la laisser partir. Elle s’empresse tout de même à entrer, te suivant jusqu’au salon où tu lui désigne le canapé. « Assis-toi là » T’as toujours été du genre autoritaire et ce n’est pas prêt de changer. De toute façon elle a intérêt à faire ce que tu lui dit sinon la porte n’est pas bien loin. Tu viens alors t’asseoir sur la table de salon juste en face d’elle, te permettant de la scruter un peu. Un petit silence s’installe entre vous deux, un silence qui pourrait la mettre mal à l’aise, mais c’était loin d’être ton cas. Tu observais cette femme assise en avant de toi, cette femme qui semblait détruite par la vie... ou peut-être simplement par la drogue. Tu ne connaissais pas son histoire. Tu n’avais jamais chercher à la connaître non plus. « Tu vas m’attirer des problèmes Junon ? » que tu lui demandes en t’étirant le bras pour attraper ton paquet de clope, t’en glisses une entre tes lèvres avant de lui en tendre une à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moonlight shadow
avatar

- prayers : 838
- pseudo : menina
- id card : browning, kiri
- registration : 26/02/2018
- côté coeur : le vide

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: on

MessageSujet: Re: sleeping in the fire (elias)   Ven 17 Aoû - 20:22

Son visage se redresse, sa colonne se crispe. Elle se lève rapidement pour se faufiler dans son appartement, silencieuse. Elle se contente d’obéir sagement lorsqu’il semble lui ordonner de s’installer à une place bien précise. Son corps s’enfonce dans le canapé, les mains qui tremblent et le coeur qui palpite de façon agonisante. Ses pupilles trouvent le courage de se relever pour attraper doucement la cigarette tendue qu’elle coince entre ses lèvres.

Des problèmes ?

Elle lâche un rire aussi nerveux qu’enfantin, presque une délivrance. Un soupir s’échappe.

Non. Enfin être sur ton dos doit très certainement en être un, mais ça s’arrête là.

Il n’est pas dans ses habitudes de faire plonger les autres dans les abysses. Elle se détruit délicatement dans son coin. Ses poumons se gonflent de nicotine, une épaisse fumée s’évapore de ses lippes. Elle ferme les yeux le temps de quelques instants, à la recherche d’un brin de légèreté dans sa vie. Ses mains viennent frotter énergiquement ses bras, ses ongles perforent sa peau déjà échymosées par les nombreuses seringues qui s’y plantent. Sa dépendance à la poudre marron est conséquente, il aura suffit d’une année pour qu’elle sombre dans les vices. Sa raison s’est envolée en même temps que son petit garçon. La brune n’est plus cette fille aussi radieuse qu’enjouée. Son regard est vide, presque sans émotion et sa maigrichonne silhouette effraie le regard des autres. Quelques secondes suffisent amplement pour se rendre compte qu’elle n’est pas en bonne santé.

Son corps tremblote tandis qu’elle n’ose toujours pas poser ses prunelles sur l’homme qu’elle a osé importuné. Elle s’écorche les bras sans réaliser que le sang commence à imprégner le bout de ses doigts. Son pied tapote nerveusement le sol, les yeux fixement rivés en direction de la fenêtre.

Pourquoi tu ne m’as pas laissé dehors ?

La sueur perle le long de son front, elle inspire profondément. La douleur de sa main s’évapore grâce aux antidouleurs, elle en oublie presque son miroir fissuré et les bouts de verre qui parsèment encore le sol de sa salle de bain.

Je peux te demander un truc à boire ou tu vas me mettre à la porte ?

Son regard noisette ose enfin observer le jeune homme le temps d’un bref coup d’oeil, son courage a des limites.

@Elias Keller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: sleeping in the fire (elias)   

Revenir en haut Aller en bas
 
sleeping in the fire (elias)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Patrick Elias...
» MILLA ♣ set fire to the rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - eastwatosa :: minnea homes-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum.