AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 hearts can heal (elys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: hearts can heal (elys)   Jeu 3 Mai - 2:41



- hearts can heal -

feat. elys&luna |
For all the things that you’re alive to feel,
just let the pain remind you hearts can heal.

Depuis son retour à la maison, tu as ralenti ta routine. Ton coeur en avait besoin plus que tu ne l'admettais et ouvrir les yeux chaque matin près de ton bel amour te ramène à votre début. Tu sais que la tempête vous rattrapera, mais vous profitez de ces moments de paix pour laisser  remplir vos réserves d'énergie. Ton coeur qui bat comme à l'adolescence tu peux sentir votre magie encore bien vivante.
Comme prévu, tu n'avais pas travaillé quelques jours, tu n'avais même pas pensé au boulot mettant ta confiance entres les mains de ta collège Merri. Ton couple avait bien plus besoin de ta présence que tous ses gâteaux. Tu t'es réveillée avant lui ce matin et l'avait observé quelque longtemps. Peut-être trop longtemps. C'était cliché, mais tu avais rêvé d'un moment comme celui-ci si longtemps que tu savourais chaque seconde de calme que la vie vous donnait.
Même si tu ne reprendrais pas ta cadence inhumaine, tu étais attendue à la pâtisserie ce matin. C'était finis les journées de douze heures, tu n'avais plus peur de rentrée puisque ta maison n'était plus qu'un rappelle de ta souvenir, mais votre demeure que vous aviez choisis ensemble. Aujourd'hui, quelques commandes demandaient tes expertises. Même si tu voudrais passé ta vie complète à rattraper ses mois qu'on vous a arrachés, tu devais continuer tes activités. Elle te permettrait d'apprécier encore plus chaque instant avec ton fiancé. Bon matin, tu étais maintenant vêtue d'une robe légère pour accueillir le printemps. Tu avais eux le temps de te doucher, de préparer du café et de le rejoindre dans votre chambre avant son réveil.
Tu lui pauses quelques questions sur sa nuit, il ne t'avait pas réveillé dans une torpeur, mais ça ne veut pas dire que tout c'était bien déroulé. Tu étais tout de même préparer pour le pire. Désirant être un support pour lui plutôt qu'une source d'anxiété tu trouverais moyen de rester calme quoi qu'il arrive si la panique le retrouvait dans votre sommeil. Tu avais eu droit à des nuits plutôt longues depuis qu'il était rentré. L'insomnie venait parfois déranger votre paix, mais tu profitais du confort de ses bras sans broncher quand tu ne trouvais pas le sommeil.
Il savait que tu t'absenterais ce matin-là, mais tu lui rappelles allongée près de lui avant de devoir quitter votre maison. Tu avais déposé pour lui une tasse de café sur la table de chevet après avoir terminé la tienne. Le frigo était maintenant rempli de tous ce qu'il préférait. S'il voulait déjeuné plus tard, tu savais qu'il trouverait son bonheur. Il se redresse dans votre lit et t'enlace un dernier instant de son bras libre. Je ne rentre pas trop tard promis, c'était surtout pour toi cette promesse, tu ne l'avais pas encore quitté que tu t'ennuyais déjà de sa présence. Un dernier doux et long baiser vous unit avant que tu te retrouves au pas de la porte d'entrée. Tu lui rappelles que tu l'aimes en parlant plus fort pour que ta voix voyage jusqu'à lui encore à l'étage et tu lui rappelles que tu verrouilles la porte derrière toi juste pour le rassurer.
La journée passe rapidement, tu passes la majorité de ton temps dans la cuisine puisque Logan était présente en matinée pour servir la clientèle. Elle t'avertie de son départ ce qui t'indique qu'il est déjà treize heures. Tu passeras les prochaines heures entre la cuisine et la boutique. La clochette accrochée à la porte t'avertissant de la venue de visiteur. L'après-midi, surtout la semaine est bien calme alors tu peux continuer les préparations pour le lendemain. Quelques recettes ont besoins de plusieurs heures pour que la pâte gonfle et certaines choses se gardent longtemps et te permet d'assembler des recettes plus rapidement.
Tu es entrain de remplir tes réserves d'ingrédients à l'arrière quand tu entends la clochette. De la farine sur les mains, tu les essuies rapidement sur ton tablier. Tes cheveux sont remonter pour la salubrité et tu t'empresses de terminé avant d'aller à l'avant. Tu prends la parole poliment de l'arrière boutique. Je suis à vous dans une minute, une simple phrase pour indiqué au client qu'il y a bien quelqu'un pour le servir.
Tu souris quand tu pointes enfin ton nez à l'avant. Ton Elys qui sourit à son tour. Qu'est-ce que je peux vous servir? Vous êtes seuls, alors tu enlèves ton tablier et travers le comptoir pour aller l'enlacer.  Quelle belle surprise. Tu ne sais pas vraiment quelle heure il est rendue. Il est déjà l'heure que je rentre? Tu aimerais bien rentrée maintenant qu'il est avec toi. Tu te sépares des bras de ton fiancé et t'accroches à l'une de ses mains. Tu lui demandes comment il va avant de l'embrasser sur la joue. Je te fais faire le tour? C'était une question à laquelle il n'avait pas besoin de répondre. Évidemment qu'il voulait voir. Ça tombe bien, c'est tranquille. Il aurait droit au grand tour tout spécialement créé pour lui. Tu profites de ce répit pour t'emparer d'une tasse de café. Je t'offre un café? Ou un muffin? N'importe quoi, c'est moi qui offre. Ton rire qui résonne dans la boutique, tu te demandes comment c'était passé sa journée, mais n'est pas pressée de lui demander. Ton coeur commence a comprendre qu'il est de retour pour de bon, vous avez le temps de discuter il ne s'en va nulle part. Une chose en son temps.
@Elys Gardner

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1005
- pseudo : spf
- multifaces : mini parker
- id card : Chris Wood (tag)
- registration : 20/02/2018
- côté coeur : your name, forever the name on my lips

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Luna - Effie - Danae - Caleb - Lola - Rey

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Mar 8 Mai - 1:22


hearts can heal
Elys & Luna

« Unbreak the broken, unsay these spoken words, find hope in the hopeless. Pull me out of the train wreck. Unburn the ashes, uUnchain the reactions, I'm not ready to die, not yet. Pull me out of the train wreck »
Depuis son retour chez lui, les nuits d’Elys étaient moins mouvementées. Bien sûr, ses cauchemars ne l’avaient toujours pas lâché et lui suivaient parfois même une fois réveillé, et il n’était pas rare qu’il ne trouve le sommeil que bien tard dans la nuit, mais aucun réveil en panique comme il en avait eu chez ses parents n’était à déplorer depuis qu’il avait retrouvé son lit et les bras de Luna. Peut être était-ce le fait d’avoir retrouvé cette maison qui était la leur, ou la présence de Luna qui l’apaisait, il l’ignorait. Il se fichait bien de savoir le pourquoi du comment et se contentait d’apprécier ce répit, ne sachant que trop bien combien il pouvait être de courte durée. Luna s’était accordé quelques jours de congé bien mérités, leur permettant ainsi de se retrouver et d’essayer de rattraper un peu tous ces longs mois qu’ils avaient perdus, pensant l’un comme l’autre que jamais ils ne reverraient celui qui faisait battre son cœur. Ce matin-là, comme tous les autres matins depuis son retour, elle fut la première chose qu’il vit en ouvrant les yeux. Contrairement aux autres matins, toutefois, Luna était déjà bien réveillée, déjà habillée, prête à aller travailler. Fini les vacances. Ils avaient besoin d’elle à la pâtisserie, et peu importe combien il aurait voulu la retenir, il ne pouvait la garder enfermée dans leur bulle indéfiniment. La vie continuait. Elle avait continué pendant tous ces mois qu’il avait passés loin des siens, et ce n’était pas maintenant qu’elle allait s’arrêter.  Du temps, ils en avaient perdu beaucoup. Mais ils pourraient le rattraper, maintenant. Lui qui avait cru que jamais il ne reverrait les siens, il s’estimait déjà bien chanceux de pouvoir se réveiller à ses côtés chaque matin.

Après un long et tendre baiser, Luna s’éclipsa, lui promettant de ne pas rentrer tard. C’est sur un je t’aime qu’elle fila au travail, le laissant émerger tranquillement – et seul – dans son lit. C’était la première fois qu’il se retrouvait seul ici depuis ce jour où elle l’avait retrouvé endormi sur leur lit, après sa dispute avec sa mère. La maison lui paraissait soudain bien silencieuse et bien vide sans la présence de sa fiancée. Il décida donc de sortir du lit. De toute façon, il avait des choses à faire. Enfin des choses… Il avait un rendez-vous à l’hôpital en début d’après midi, ce qui n’allait certes pas l’occuper toute la journée, mais lui qui détestait l’inactivité se réjouissait d’avoir une raison de sortir de la maison… même si l’hôpital, ça n’avait rien de très palpitant. Il n’en avait rien dit à Luna, mais il allait peut être se débarrasser de l’attelle qui immobilisait son bras. Enfin ! Et au retour, il prévoyait de passer la voir à la pâtisserie. Il était grand temps qu’il découvre le résultat de ce projet dans lequel elle s’était lancée pendant son absence. Il avait loupé tellement de choses…

Loin d’être pressé, il prit le temps de boire tranquillement le café que lui avait préparé Luna et de manger un morceau avant de filer prendre une douche. Il eut même le temps d’aller prendre l’air et marcher un peu au bord du lac avant que l’heure du déjeuner n’approche. Au terme d’un repas sur le pouce, il avait finalement pris la route de l’hôpital, où son père avait proposé de le déposer. Toujours ponctuel, il arriva pile dans les temps mais bien sûr, du attendre son tour dans la salle d’attente dix bonnes minutes. Dix minutes de retard, ce n’était pas si mal. Il avait connu pire. Et puis, ce n’était pas comme s’il avait une journée chargée qui l’attendait…

Une petite vingtaine de minutes c’est avec toute une série de rendez-vous pour sa rééducation prévus pour les semaines à venir et quelques recommandations du médecin qu’il ressorti, enfin libéré ! Tout se passait comme prévu, ce qui était peut être trop beau pour être vrai mais il comptait bien en profiter tant que ça durait. Il prit donc la direction de la pâtisserie, dont il avait pris soin de chercher l’adresse. L’avantage des petites villes telles que Wauwatosa c’est que même à pied, il ne fallait guère longtemps pour se rendre où l’on souhaitait. Il avait donc dit à son père de ne pas l’attendre et choisi de rentrer à pieds, et ce même si ça signifiait qu’il devait traverser la ville. Se remettre au sport était encore hors de question, alors marcher un peu ne lui ferait pas de mal. Finalement arrivé à destination, il prit le temps de regarder un peu la façade avant d’entrer à l’intérieur, faisant carillonner la petite cloche annonçant l’arrivée de clients. Pour garder la surprise, il s’était accordé quelques secondes pour dissimuler son bras à présent libre sous sa veste. La boutique était vide, ce qui expliquait certainement l’absence de sa fiancée derrière le comptoir. Elle devait profiter du calme pour bosser sur ses gâteaux. Pas qu’il y connaissait grand-chose, vraiment. La voix de Luna ne tarda pas à se faire entendre depuis l’arrière boutique, et il attendit patiemment, planté devant le comptoir, qu’elle pointe le bout de son nez.

C’est les cheveux relevés, son tablier autour de la taille qu’il la vit finalement arriver. Un grand sourire illumina son visage lorsqu’elle posa les yeux sur ce visiteur surprise. Oh, je suis pas là pour les gâteaux. Je préfère la pâtissière, annonça-t-il lorsqu’elle lui demanda ce qu’il voulait. Aussitôt dit, aussitôt fait puisque Luna se débarrassait déjà de son tablier pour venir l’enlacer. Il en profita pour lui voler un baiser. Le client est Roi, paraît-il… Dans la limite du raisonnable, bien sûr, car si elle accueillait tous ses clients comme ça, ils allaient avoir un problème. Il est déjà l'heure que je rentre? lui demanda-t-elle, ayant visiblement perdu le fil des heures, plongée dans son travail. Malheureusement, non. Mais j’étais dans le coin, et il était grand temps que je vois cet endroit. D’abord, il avait été coincé chez ses parents, et puis il avait profité de ces quelques jours chez eux avec Luna… L’occasion ne s’était pas présentée, mais il n’était pas trop tard, la preuve. Je dis pas non au café. Ni au muffin, d’ailleurs, répondit-il, sa main dans la sienne, alors qu’elle s’apprêtait à lui faire faire le tour du propriétaire. Mais avant, j’ai une petite surprise. Il libéra sa main pour venir ouvrir la fermeture éclair de sa veste,  et s’en débarrasser, découvrant ainsi son bras totalement libéré de toute entrave. Je dois encore faire attention mais… Je suis libre, annonça-t-il. Il aurait bien le temps de lui refaire un topo sur tout le blabla du médecin plus tard. L’important, c’est qu’il était enfin débarrassé de cette fichue attelle. Un pas de plus vers la normalité, même s’il avait encore pas mal de chemin à faire.  

(c) DΛNDELION


@Luna Diaz

_________________
+ ELYS GARDNER+
There is something beautiful about all scars of whatever nature. A scar means the hurt is over, the wound is closed and healed, done with.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Mer 9 Mai - 15:15

Tu souris et même que quelques rires s'échappent alors qu'il mentionne qu'il est là pour toi. C'était une belle journée pour vous deux aujourd'hui, même les oiseaux chantaient depuis la matinée accueillant le printemps et la chaleur. Tes lèvres qui retrouvent les siennes te donnent juste envie d'arrêter le boulot et de rentrer avec lui. Mais il te rappelle que l'heure de rentrée n'est pas toujours pas sonnée. C'était vrai qu'il était temps qu'il découvre cette endroit que tu as bâti alors qu'il n'était plus de cette ville. Sans oser croire qu'il te revenait, tu l'avais imaginer bien fier que de te voir enfin chasser tes rêves. Tes rêves avaient aussi été chamboulés par sa disparition. Elys était devenu ta famille bien longtemps avant qu'on te l'enlève. Avec toutes ses années qui vous unissent, tu avais bien hâte que cette famille s'agrandisse. Tes rêves de familles avaient été enterrés sous terre avec ce cercueil vide. Maintenant que celui-ci n'avait plus aucune signification, peut-être que tu creuseras un jour pour retrouver tes idéaux familiale. Avec trop d'énergie à gérer, tu avais choisi de tout mettre dans un nouveau projet. Tu avais perdu ton boulot de coiffeuse et au lieu d'en vouloir encore et encore à la vie de t'enlever tout ce que tu avais, cette perte tu l'avais perçu comme un nouveau départ. Ça avait été difficile et émotif pour toi. Canaliser toute cette négation dans cette pâtisserie t'avait beaucoup aidé. Ce nouveau départ, tu aurais voulu le faire à ses côtés. Voilà que tes voeux prenaient vie alors que tu le tire derrière le comptoir. Y'a que mon client favori qui a droit à un tour guidé.  
Tu lui verse un café et lui sert le muffin de son choix. Tu l'écoutes mentionnwe une surprise et la curiosité s'empare de toi. Tu arrêtes ce que tu fais, puisque c'est facile de ce brûler avec cette élixir brun. Une surprise hein? Tu étais tellement heureuse de le voir ici que tu n'avais pas remarqué son bras bien caché. Tu ne peux retenir ton sourire de s'élargir à la mention de sa liberté. Tu restes même sous le choc une seconde. Encore une fois, tu t'accroches à son cou en retenant de tout ton possible les sauts de joie qui veulent sortir de tes jambes. Les choses allaient de l'avant pour lui, c'était surtout ce qui te remplissait de bonheur. Doucement, il retrouvait un mode de vie de plus en plus normal, même si il n'y avait rien de normal pour lui à rester aussi longtemps en ville. Surtout sans date de départ, il a l'habitude d'être ici une période fixe. Aujourd'hui, il vagabonde entre les journées à attendre que le temps passe et qu'il retrouve la forme. Tu sens ses deux mains se poser sur ta taille et étrangement tu as cette impression de déjà vu bien lointaine puisque ça fait plus qu'un an qu'il a eut l'opportunité d'utiliser ses deux mains autour de toi. Tu comptes profiter de cette liberté dans ma cuisine? Tu peux m'aider si tu le souhaite. Tu l'embrasses alors que tes mains retrouvent son visage. Tu as encore plus envie de fermer la cuisine et reprendre le boulot demain. Ton baiser était resté plus sage que tu en avais envie, mais tu restais devant la vitrine de ta boutique. Maintenant tu peux boire ton café et manger ton muffin en même temps! Tu plaisantais, mais restais sincère, le simple fait d'avoir accès à ses deux mains lui ouvrait plusieurs portes et lui facilitait la vie sous bien des angles. Tu te détaches de lui pour lui donner son muffin dans une main et son café dans l'autre. Comment te sens tu? Tu prends une tasse de café pour toi et continue le tour guidé. Commençant par lui expliquant tes idées derrière la décoration de l'avant boutique jusqu'à lui faire découvrir la cuisine et toutes ses outils culinaires qu'il ne doit pas vraiment connaître. Ta boutique était ouverte depuis trois mois, mais les choses commençaient à très bien aller. Les chiffres de ventes de faisaient qu'augmenter grâce à Merri qui t'aidait à comprendre comment gérer une entreprise. C'était une femme brillante et elle amenait souvent sa petite Mia au boulot. Une autre chose qui réchauffait ton coeur.
Tu arrêtais pas de parler depuis son arrivée. Peut-être qu'une autre tasse de café était de trop, mais tu mets plutôt la faute sur l'excitation de lui faire découvrir tes créations. Tu lui expliquais comment tu avais préparer ce dernier gâteau garder dans le frigo en arrière pour une commande qu'on passait prendre demain quand tu inspires profondément. J'suis essoufflé maintenant, j'ai trop parler. Je t'embête pas j'espère? Tu bois ton café qui a refroidi tellement tu ne prenais pas de pause. Une Luna qui est joyeuse, c'est une Luna qui bavarde beaucoup trop et il le sait très bien. Elys avait beaucoup de chose à rattraper, le temps avait fait passé bien des choses durant son absence. Mais voilà qu'il gagnait un autre morceau du puzzle. Tu avais eux besoin de t'occuper l'esprit dans un projet du genre t'aider à remplir les journées qui auraient pu facilement être bien triste comme tes nuits.  Je pense être capable de terminer cette commande en une heure. Alors dans maximum deux heures je serais toute à toi. Tu lui voles un baiser alors qu'il termine son muffin. Tu t'apprêtais à fermé puisque en soirée on visite moins ta pâtisserie de toute façon. Tu as envie de quelque chose de spéciale pour le souper? Tu avais remplis votre cuisine de tout ce qu'il pourrait bien vouloir, mais tu vérifiais si tu avais besoin d'arrêter faire des courses.  Je peux cuisiner ce que tu désires. Tu es libre après tout, faut célébrer ça!
@Elys Gardner

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1005
- pseudo : spf
- multifaces : mini parker
- id card : Chris Wood (tag)
- registration : 20/02/2018
- côté coeur : your name, forever the name on my lips

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Luna - Effie - Danae - Caleb - Lola - Rey

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Lun 14 Mai - 0:25


hearts can heal
Elys & Luna

« Unbreak the broken, unsay these spoken words, find hope in the hopeless. Pull me out of the train wreck. Unburn the ashes, uUnchain the reactions, I'm not ready to die, not yet. Pull me out of the train wreck »
Onze mois dans une vie, ça n’est pas grand-chose. Et pourtant, Elys avait l’impression d’avoir manqué des tonnes de choses dans la vie de ses proches. Depuis son retour, et surtout depuis qu’il avait retrouvé sa place chez lui, auprès de Luna, il s’efforçait de raccrocher les wagons et de reconstituer l’histoire des ces onze mois durant lesquels, contraint et forcé, sa vie avait été mise entre parenthèse. La pâtisserie de Luna faisait partie de toutes ces choses qu’il avait manqué. Lorsqu’il l’avait laissé à l’aéroport avant sa dernière mission, elle était coiffeuse. Aujourd’hui, adieu le salon de coiffure, et bonjour la pâtisserie végane. Elle lui avait déjà raconté comment elle en était arrivée là, en tout cas dans les grandes lignes. Comment elle avait perdu son boulot et, au lieu de se laisser aller et de sombrer, avait déversé ce trop plein d’énergie dans un nouveau projet. Mais c’était bien la première fois qu’il y mettait les pieds. Il était grand temps. Peut être aurait-il dû le faire avant, mais ses sorties étaient jusque là assez limitées, tout d’abord parce qu’il était rentré à Wauwatosa blessé et totalement épuisé, et parce qu’il ne se sentait tout simplement pas prêt à faire face au monde.

Au bout du compte, il avait bien choisi son moment puisque l’endroit était totalement désert, ce qui donnait donc l’occasion à Luna de lui offrir une visite guidée des lieux. Mais avant, il avait voulu lui montrer le résultat de sa dernière visite à l’hôpital, à savoir son bras enfin libéré de toute entrave. Après un moment immobile, à le regarder, le visage illuminé d’un sourire, elle se jeta à son cou. Les choses avançaient, et elles avançaient dans la bonne direction, du moins pour le moment, et cela semblait la réjouir au moins autant que lui. Retrouver sa liberté de mouvement et pouvoir ne serait-ce que l’enlacer de ses deux bras était bien entendu une bonne chose. Il était temps, d’ailleurs, parce qu’il en avait plus que marre. Mais il savait aussi que cela ne signifiait pas que tout serait rose, à partir de maintenant. Pour le moment, il préférait toutefois se réjouir de ce pas en avant plutôt que de penser aux autres batailles qui l’attendaient dans l’avenir. La guerre n’était certes pas terminée, mais il aurait eu tort de ne pas accueillir chaque victoire, aussi insignifiante soit-elle.

Tu comptes profiter de cette liberté dans ma cuisine? Tu peux m'aider si tu le souhaite, plaisanta Luna. Elys rit légèrement, il n’était pas certain qu’il saurait quoi faire dans une cuisine de ce genre. C’était une chose de savoir cuisiner un repas à la maison, et c’en était une autre de préparer des recettes destinées à être vendues. Luna ne lui laissa de toute façon pas le temps de répondre, puisqu’elle vint l’embrasser et s’ils se devaient de rester sages – le contraire serait déplacé, au beau milieu de sa boutique, à la vue de tous les passants – il ne se priva pas de la rapprocher un peu plus encore de lui, ses mains glissées sur les hanches de sa fiancée. Maintenant tu peux boire ton café et manger ton muffin en même temps! ajouta-t-elle joyeusement, lui offrant ledit café et le muffin qui l’accompagnait. C’est pas gentil de se moquer, rétorqua-t-il, feignant une moue boudeuse avant de croquer à pleine dent dans son muffin. Mais retrouver l’usage de ses deux mains allait grandement lui faciliter la vie, c’était un fait. Je vais bien, lui assura-t-il lorsqu’elle lui demanda comment il se sentait. Cette question, il l’entendait bien trop souvent depuis son retour, et parfois il n’avait même pas envie d’y répondre. Parce que parfois, il n’allait pas bien, mais n’avait simplement pas envie d’en parler. Mais cette fois, ce n’était pas juste une réponse mécanique, destinée à lui éviter davantage de questions. Il était sincère. Tout n’était pas parfait, mais dans l’ensemble, tout allait relativement bien, étant donné les circonstances.

C’est donc armé de son café et de son muffin qu’Elys suivit Luna à travers la pâtisserie. Il l’écouta lui raconter l’idée derrière la décoration de la boutique, avant de l’entraîner jusqu’aux cuisines où elle lui présenta tout un tas de machines et ustensiles dont, jusque là, il n’avait jamais vraiment entendu parler. Clairement, ça n’était pas son élément. Sans être un chef derrière les fourneaux, il n’était pas non plus totalement inutile, mais là… Là, il n’y connaissait rien. Chacun son domaine. Luna ne comprendrait probablement pas grand-chose non plus s’il commençait à lui expliquer l’usage de tout ce qui se trouvait dans son cockpit, ou du reste de l’équipement des avions de chasse que lui, connaissait par cœur. Mais ce n’est pas parce qu’il n’y connaissait rien qu’il n’écoutait pas Luna avec attention. J'suis essoufflé maintenant, j'ai trop parler. Je t'embête pas j'espère ? s’inquiéta-t-elle au terme de ses explications. Elys rit à nouveau. Pas du tout, la rassura-t-il. Et puis, il la connaissait, sa Luna. Une Luna bavarde, c’était généralement bon signe. Tu deviens bavarde quand t’es joyeuse, j’ai l’habitude. Et puis, ça fait plaisir de te voir aussi passionnée par ce que tu fais. T’as jamais été aussi enthousiaste en parlant de ton boulot au salon de coiffure. Il alla saisir la main de Luna et l’attira vers lui. Je suis pas certain d’avoir compris à quoi sert… tout ce bazar. Mais je suis fier de toi dit-il avec un sourire, allant glisser une mèche de ses cheveux derrière son oreille.  Ces onze mois avaient été difficiles, et elle avait malgré tout réussi à déverser son énergie dans quelque chose de constructif, quelque chose qui la passionnait et, visiblement, la rendait heureuse. Alors oui, il était fier. Certes, il avait un peu de mal à rattraper son retard, il en avait manqué des choses, mais ça, c’était son problème. Et il était content de voir de ses propres yeux que malgré tout, la vie avait continué pour ses proches.

Je pense être capable de terminer cette commande en une heure. Alors dans maximum deux heures je serais toute à toi, déclara Luna, lui volant au passage un baiser. Muffin terminé, il avait également abandonné sa tasse vide près de l’évier qui se trouvait non loin de là. Tu as envie de quelque chose de spécial pour le souper? Je peux cuisiner ce que tu désires. Tu es libre après tout, faut célébrer ça ! La main de Luna dans la sienne, il se retint de lever les yeux au ciel. Tu sais qu’on a pas besoin de célébrer le fait que je suis capable de tenir un couteau et une fourchette en même temps, n’est-ce pas ? C’est pas vraiment l’exploit du siècle, plaisanta-t-il. Et puis, t’as déjà passé bien assez de temps en cuisine pour la journée. Depuis qu’il était de retour chez eux, elle s’attelait à lui préparer chaque jour tout les plats qu’il aimait, et ce même si, étant végétarienne, elle ne pouvait souvent pas en profiter. Il fait beau, on a qu’à aller manger au bord du lac. proposa-t-il. Pas besoin de grandes préparations pour un pique-nique, après tout, et il préférait nettement passer du temps avec Luna au bord du lac que dans la cuisine. C’était une bien meilleure manière de célébrer sa liberté de mouvement retrouvée qu’en mettant les petits plats dans les grands.

(c) DΛNDELION


@Luna Diaz

_________________
+ ELYS GARDNER+
There is something beautiful about all scars of whatever nature. A scar means the hurt is over, the wound is closed and healed, done with.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Mer 23 Mai - 0:50

Son bras libre n'était pas vraiment ce que tu voudrais célébrer. C'était un symbole physique que doucement il retrouvait sa vie. Elle ne sera sans doute jamais pareille, mais au moins il retrouve une vie plus proche de ce qu'on lui avait arracher. Ton coeur tremble sous ton thorax puisqu'une vie normal est synonyme de boulot. Un jour, s'il le souhaite il reprendra sa carrière pour l'armé américaine et même si tu chasses cette pensée plus rapidement qu'elle s'est emparée de toi, tu n'es pas prête à gérer cette réalité qui se prépare sans doute devant toi. Le moment était léger, le printemps scintillait à l'extérieur et dans ton esprit, il n'était pas temps de laisser tes peurs t'envahir. Tu sais que j'aime être dans la cuisine. Sinon, j'aurais choisi un autre domaine. Il t'avait connu coiffeuse, mais connaissait ta cuisine. Il l'avait vu évoluer, il est surement l'un des premiers pour qui tu avais préparer. Au début de votre cohabitation, tu ne cuisinais pas vraiment pour toi quand il était en mission, tu ne voyais pas l'intérêt. Tu avais aussi de la difficulté avec les portions aussi, mais c'est une autre histoire où tu mangeais la même chose trop de journées d'affilées pour ne pas gaspiller. Tout ça pour dire que tu avais toujours eu du plaisir dans la cuisine. C'est pas un talent acquis pour toi, tu as dû travailler fort pour en arriver où tu es aujourd'hui.
L'exploit du siècle c'était peut-être son retour. Combien de gens t'ont prise dans leur bras pour te dire qu'il donnerait tout pour avoir cette chance. C'était presqu'un retour en arrière à l'aéroport où ses dernières paroles te promesses un retour imminent et où tu chassais tes larmes qui représentait la peur de le perdre. Tu avais toujours fait ton possible pour être positive, pour ne pas sombrer dans l'angoisse. Parfois, tu te demandes si tes craintes n'ont pas attirées ce cauchemar dans vos vies. Si on attire ce que la vie nous offre, tu étais peut-être responsable de ce destin. L'ayant contempler avec crainte trop souvent. Comment qualifier le retour qui succède sans doute la pire année de sa vie un exploit. Ce retour cache tellement de noirceur, tu es heureuse de pouvoir le parsemer de lumière, mais tu doutes que tu peux sortir de la nuit ton fiancé avec des pâtisseries. Tu fais tout en ton pouvoir pour être à l'écoute de ses besoins et lui laisse l'espace qu'il doit chercher depuis tous ces mois. Tu ne veux pas le faire fuir en le suffocant, mais tu passerais tout ton temps avec lui. Toi qui l'a presque perdu, tu abandonnerais tout pour lui.
J'arrêterai dans un resto alors, puis on mangera du take-out près du lac. Cette idée annonçait une soirée comme tu les aimes et te donnais l'énergie que la caféine ne te donnait plus pour terminer le plus rapidement possible tes tâches ici. Tu ne veux pas le quitter, même ce matin avait été difficile pour toi. Tu te fais doucement à l'idée qu'on ne te l'enlèvera pas une seconde fois si brutalement. Si oui, tu as sans doute était une horrible personne dans ton ancienne vie. Et en même temps, tu doutes que l'âme de Elys ait pu faire acte d'assez de violence peu importe quelle vie pour mériter ce martyr. Tes croyances avaient tous étaient chambouler dans cette année précédente. Une chose est certaine, c'est que la phrase rien arrive pour rien peu facilement te faire sortir de ton calme habituelle. Avec le temps, ça deviendra peut-être réconfortant, mais pour le moment, tu ne te vois pas dire cela à ton fiancé alors que tu te rappelles de bien des gens qui avaient chercher à te réconforter avec ce proverbe idiot à tes yeux.
Tu avais voler encore quelque baiser à ton Elys avant qu'il ne reparte en direction de chez vous. Il aurait pu acheter la nourriture, mais elle aurait été froide d'ici ton arrivé. Tu te souviens des endroits qu'ils préféraient. Une pizza c'est toujours simple avec vous puisque d'un côté vous pouvez y faire mettre des légumes et de l'autre côté de la viande pour lui. Tout le monde était heureux ainsi. Tu termines trente minutes plus tôt que tu le croyais. Heureuse d'aller retrouver le confort de ton chez toi à deux plutôt que seule, tu te retiens de gambader jusqu'à la pizzeria à côté de ta pâtisserie. Une échange de gâteaux pour une pizza gratuite, tu laisses un pourboire généreux à tes nouveaux voisins d'affaire et repart vers la maison dans votre voiture.
À peine dix minutes s'écoulent depuis ton départ de la pizzeria. Tu laisses ton boulot de côté dans ton crâne et prévois relaxer auprès de ton homme favori. Elys, je suis rentrée! Tu préfères toujours aviser de ton arrivée. Il ne t'en parle pas beaucoup, mais dans sa situation tu aurais bien peur d'entendre des bruits étrangers. Peut-être qu'il reconnait le rythme de tes pas, comme tu reconnais les siens quand il avance dans le corridor de votre maison.
Tu ne le cherche pas du regard, tu regards même pas autour de toi. Concentrer à ne pas laisser tomber la pizza par mégarde, tu fais ta route jusqu'au comptoir de la cuisine. Peut-être qu'il est déjà dehors, alors ton regard se pose sur la fenêtre qui te donne une vue magnifique sur votre cours arrière. Il ne semble pas y être. Peut-être qu'il dort comme le jour où il est rentrée chez vous. Tu te diriges vers l'étage sans inquiétude prête à aller l'entourer de tes bras dans votre lit.
@Elys Gardner
Spoiler:
 

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1005
- pseudo : spf
- multifaces : mini parker
- id card : Chris Wood (tag)
- registration : 20/02/2018
- côté coeur : your name, forever the name on my lips

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Luna - Effie - Danae - Caleb - Lola - Rey

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Mer 30 Mai - 0:58


hearts can heal
Elys & Luna

« Unbreak the broken, unsay these spoken words, find hope in the hopeless. Pull me out of the train wreck. Unburn the ashes, Unchain the reactions, I'm not ready to die, not yet. Pull me out of the train wreck »
Des hauts et des bas. C’est à ça que pouvait se résumer la vie d’Elys depuis son retour à Wauwatosa. Les médecins les avaient prévenus, avant que sa famille ne le ramènent chez lui : la route serait longue. Physiquement, ça irait, aussi étonnant que cela puisse être après les onze mois qu’il avait passés aux mains de l’ennemi. Ce qui serait difficile, ce serait tout le rester. Avancer malgré ce qu’il avait vécu, laisser tout ça derrière lui. Plus facile à dire qu’à faire. Mais il y avait des bons jours, des jours où il n’y avait aucun incident majeur à déplorer, des jours où il avait presque l’impression d’être lui-même. Le Elys d’avant. Et pour le moment, cette journée rentrait dans cette catégorie. Tout n’était pas parfait dans sa tête, ses démons n’étaient jamais loin, mais dans l’ensemble, ça allait, surtout pour son premier jour face à une maison vide. Chez ses parents, même lorsqu’il demeurait dans sa chambre, il y avait toujours quelqu’un à la maison. Luna s’était accordé un congé lorsqu’il était revenu vivre chez eux. Certes, il n’y était pas resté bien longtemps, mais tout de même, jusque là, il n’avait pas à se plaindre. Son bras enfin libéré de toute entrave et cette visite à la pâtisserie de sa fiancée n’avaient fait que rendre cette journée plus agréable.

C’est donc sur la promesse d’un pique-nique en amoureux au bord du lac qu’il avait fini par laisser Luna terminer son travail, reprenant tranquillement la route de la maison. A quoi bon se presser ? Luna avait encore des choses à faire, la pâtisserie à ranger, et en plus de ça c’était elle qui était de corvée pour aller chercher les pizzas. Pas qu’il n’aurait pas pu se dévouer, mais elles auraient été bien froides d’ici à ce que Luna ne rentre à la maison. Rien ne l’empêchait, toutefois, de préparer ce dont ils auraient besoin pour leur pique-nique, et c’est ce qu’il fit en arrivant à la maison. Boissons au frais, serviettes et verre en plastique réutilisable sur le comptoir de la cuisine. Ils n’avaient pas besoin de grand-chose d’autre, pour un pique-nique, si ce n’est une couverture sur laquelle s’installer. Il monta donc d’un pas tranquille jusqu’à leur chambre. Le nez dans l’armoire, il venait de trouver son bonheur lorsque son téléphone se mit à sonner.

Des hauts et des bas. Il suffisait d’un détail pour que sa journée bascule. Un bruit, une sensation qui le renvoyait au passé. Là-bas. Ou un coup de téléphone. Parfois, il y avait les deux dans la même journée. Comme aujourd’hui.

Assis sur le carrelage froid de la salle de bain, Elys luttait contre les images qui s’imposaient dans son esprit. Il avait tenté de les retenir. De consolider les barrages qu’il s’était construit. Sans succès. Les souvenirs l’avaient envahi, tels un raz-de-marée, et il s’y noyait. Peinait à sortir la tête de l’eau. A respirer. Il n’avait pas fallu bien longtemps pour que la panique ne vienne s’en mêler. Souffle court, irrégulier. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, comme si lui aussi essayait de fuir ces horreurs. Ses jambes l’avaient porté jusqu’à la salle de bain, où il s’était passé de l’eau froide sur le visage dans l’espoir de reprendre pied à la réalité, mais elles avaient refusé de le porter plus longtemps, le contraignant à s’asseoir là, maladroitement, le long du mur.

Combien de temps s’était écoulé depuis que la sonnerie de son téléphone avait retenti ? Deux minutes ? Deux heures ? Aucune idée. A vrai dire, il n’était plus vraiment sûr de grand-chose. Ici ? Là-bas ? Ce qui était réel, ou un simple fruit de son esprit torturé ? S’il était libre physiquement, son esprit avait été fait prisonnier, à tel point qu’il n’avait même pas entendu Luna annoncer son retour. La tête posée entre ses bras tremblants, posés sur ses genoux, il avait repris sans même s’en rendre compte ses vieilles habitudes. Un à un, il articulait péniblement  les prénoms de ses proches, mais la tâche était rendue difficile par son souffle qui ne semblait pas vouloir se calmer. Ses parents. Effie, Eloy, Luna. Luna…

(c) DΛNDELION


@Luna Diaz

_________________
+ ELYS GARDNER+
There is something beautiful about all scars of whatever nature. A scar means the hurt is over, the wound is closed and healed, done with.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Dim 3 Juin - 0:49

La peur. Une émotion qui nous envahie tous un jour où l'autre. Avoir peur est quelque chose d'instinctif. On ne sait pas toujours qu'est-ce qui cause nos tourments, mais des signaux nous sont envoyés par notre corps nous indiquant que quelque chose ne va pas. Certain fuit, certain fige, d'autres cherchent à se défendre. Dans tous les cas, la respiration est affectée, le rythme cardiaque change et souvent notre estomac joue des siennes. Il n'y a rien de mal être face à une peur, mais parfois elle n'a plus lieux d'être. L'angoisse devient abstraite puisque la cause est irréelle. C'est souvent dans ces moments que l'on ne contrôle plus rien. Quand notre corps réagit face à des démons invisibles alors qu'il ne peut pas les combattre et encore moins les fuir. Comment sortir de cette détresse quand on ne peut pas décrire sa cause? Comment contrôler des émotions qui nous jouent des tours? Comment échapper nos cauchemars quand ils nous visitent même éveillé?
Tu n'as jamais fais face à des cauchemars comme Elys. Tu ne sais pas ce que c'est de te faire enlever ta liberté aussi longtemps. Tu n'as aucune idée de ce qu'il peut ressentir, ça serait un mensonge de dire que tu comprends ce qu'il vit. Alors que tu arrives à l'étage, ton coeur se serre quand tu passes devant la salle de bain. Tu ne peux pas dire que tu comprends ce qui l'habite, mais dans le moment la peur t'envahi aussi. Tu pourrais figer, mais jamais tu ne fuiras. Tu lui parles, mais il n'est plus dans cette maison avec toi. Tu le comprends rapidement alors que tu l'appelles de son nom avant d'entrée dans la salle de bain. Elys, mon amour, tout vas bien. Tu es en sécurité ici. Ses mots te reviennent. Ouvres la fenêtre et les lumières. Ce n'est pas une nuit remplie de souvenirs sombtes, mais il est clairement hanté par quelque chose et il a besoin qu'on le ramène à la réalité, à la maison.
Les émotions qui viennent te hanter, tu les chasses rapidement. Ça serait facile d'être émotive face à ton fiancé si impuissant. Sans avoir eu tous les détails, tu sais ce qu'il a vécu. Et même si tu ne l'avais pas vu dans ce genre d'état avant aujourd'hui, tu te doutais que le jour viendrai. Tu ne souhaitais pas le voir arriver, mais ça serait bien naïf de croire qu'aucune séquelle accompagnerait ton amoureux jusqu'à votre maison. Dans la salle de bain, tu ouvres les lumières même si la lumière du jour l'éclaire encore. Tu fais de même avec la petite fenêtre que tu doutes êtes suffisante pour lui donner de l'air. Toi-même tu commences à en manquer. Tu ne laisses pas le stress de contrôlé, mais ta respiration avait changé alors que ton coeur commençait à faire des siennes. L'adrénaline qui s'installait pour vous aider. Tu avais serré la mâchoire et respirer était devenu optionnelle. L'important c'était de venir en aide à Elys.
Pas plus d'une minutes avait passée depuis que tu l'avais trouvé, mais le temps deviens terriblement long quand l'angoisse l'accompagne. Tu ne sais pas si tu devrais le toucher par peur qu'il ne réagisse mal, mais tu plonges. Assise en face de lui sur la céramique, tu inspires profondément pour te détendre avant d'entrer dans sa bulle. L'énergie que tu dégages pour le moment avait sans doute bien plus d'importance que tes mots qui ne se rendaient pas à son coeur. Tu ne pouvais pas figer ici, il avait besoin que te passes à l'action, que tu lui rappelles qu'il n'hallucine pas tous ses mois près de vous, qu'il est bien de retour, tu essaies d'envelopper ta voix de plus grand calme même si tu t'inquiètes plus que jamais. On est à la maison Elys, on est en sécurité. Pour ne pas l'effrayer, tu avais simplement trouver une de ses mains appuyé sur son genoux alors que son crâne était entre ses bras. Tout ira bien. Une simple phrase que tu répètes avec autant de douceur que tu peux le faire alors que ton autre main à trouver son dos pour le caresser tranquillement. Tu entends l'oiseaux qui chante à l'extérieur? Tu ne rêves pas, il est bien réel. Un nid d'oiseaux perché sur un arbre sans doute, mais tu utilisais ton toucher et les son autour de vous pour l'aider à voir que ses peurs n'ont plus lieux d'être. Quelque chose de simple à dire, mais si difficile à faire. Peut-être que les bruits du monde extérieur l'aiderait plus que ta voix.
Essaie de respirer profondément avec moi, tu vas voir ça aide beaucoup. Ta respiration est lente et bruyante à présent. Pour l'aider à suivre le rythme de l'air qui entre et quitte tes poumons. Tu as dans la dernière année pleuré exactement où il est aussi à en perdre le contact avec la réalité un instant de trop. Ce n'était pas la même cause, mais ton souffle était ce qui te ramenait sur terre. Ses tremblements te brise le coeur, mais tu restes calme, tu restes forte. Tu voudrais prendre  cette enfer qu'il a vécu et le mettre sur tes épaules. Tu voudrais avancer le temps de quelques mois pour lui parce que tu sais que le temps arrangera les choses. Il arrange toujours tout.
@Elys Gardner

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1005
- pseudo : spf
- multifaces : mini parker
- id card : Chris Wood (tag)
- registration : 20/02/2018
- côté coeur : your name, forever the name on my lips

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Luna - Effie - Danae - Caleb - Lola - Rey

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Sam 9 Juin - 1:37


hearts can heal
Elys & Luna

« Unbreak the broken, unsay these spoken words, find hope in the hopeless. Pull me out of the train wreck. Unburn the ashes, uUnchain the reactions, I'm not ready to die, not yet. Pull me out of the train wreck »
Le carrelage froid.  Le mur, juste là dans son dos. Le bruit de la porte d’entrée. La voix de Luna. Ca, c’était la réalité. Mais Elys, il en était bien loin. Son esprit l’avait fait voyager à travers le temps et l’espace. L’avait renvoyé des mois en arrière, à des milliers de kilomètres de Wauwatosa. Et même si tout se passait dans sa tête, il avait physiquement l’impression d’être là-bas. C’aurait été tellement plus simple si ces fichus flashbacks se contentaient de vivre dans sa tête. Mais non. Pas cette fois. Cette fois, ils envahissaient tout son être, et n’avaient même pas pris la peine d’attendre qu’il s’assoupisse pour surgir. La chaleur étouffante. Les odeurs, les sons. Les images qui défilaient derrière ses paupières closes. Et ce sentiment de solitude qui le rendait dingue. Aux prises de ses souvenirs et de la panique qu’ils faisaient naître.  Il ne réalisa même pas qu’il n’était plus seul. N’entendit pas les paroles de Luna, ne sentit pas l’air apporté par la fenêtre ouverte. Même sa voix ne parvenait à passer la barrière qui le séparait de la réalité.

Ce n’est que lorsqu’elle glissa sa main dans la sienne qu’il réagit. Un mouvement de recul, instinctif. Quand bien même tous ces mois il n’avait rêvé que de la retrouver, il se retrouvait à la fuir sans même le vouloir. Mais elle ne lâcha pas prise pour autant, et alla même glisser une main dans son dos. Encore une fois, il se raidit à son contact. Dans ses tourments, il n’y avait pas de place pour la douceur. Et pourtant, par ces gestes chargés de tendresse, par sa voix douce – même si ses mots se perdaient en chemin – elle lui offrait une ancre. Une bouée de sauvetage. Quelque chose de réel au milieu de toutes ces chimères, bien qu’il ne le réalise pas vraiment encore. Alors il arrêta de fuir. Sa voix était encore trop lointaine pour qu’il puisse en saisir le sens, mais sans s’en rendre vraiment compte, il resserra sa prise sur la main glissée dans la sienne. Peut être qu’il la serrait trop fort. Ou bien peut être qu’il ne s’y agrippait pas aussi fort qu’il le pensait.  Tout ce qu’il savait, c’est qu’il ne voulait pas la lâcher.

Essaie de respirer profondément avec moi, tu vas voir ça aide beaucoup. Les mots de Luna peinaient encore à remonter le chemin tortueux qui menait jusqu’à son cerveau. Mais peut être qu’inconsciemment, il avait compris car il ne tarda pas à essayer de caler son souffle sur les respirations bruyantes de sa fiancée. Plus facile à dire qu’à faire alors qu’il luttait encore contre le merdier qui régnait dans sa tête, contre ces souvenirs qui cherchaient à s’imposer et la panique qui ne semblait pas décidée à s’apaiser. A défaut de réussir à calmer son souffle, ou même les tremblements qui le secouaient, il arrivait toutefois à faire un peu de tri dans ses pensées. S’il arrivait à y mettre de l’ordre et  à y voir plus clair, peut être pourrait il enfin calmer cette panique qui lui tordait les tripes et lui coupait le souffle. C’était une chaine sans fin, vraiment. L’angoisse l’empêchait de respirer, ce qui ne faisait qu’augmenter un peu plus sa panique. Le serpent qui se mort la queue.

Doucement mais sûrement, un souffle après l’autre, il parvint à se calmer un peu et à mesure qu’il reprenait son souffle, il retrouvait un peu de lucidité. A moins que ce ne soit l’inverse ? Il n’était franchement pas en état de réfléchir au pourquoi du comment. Dire qu’il avait retrouvé son calme aurait été un peu exagéré. Il tremblait toujours, quoique moins violemment, et ni sa respiration, ni son cœur n’avaient retrouvé un rythme vraiment normal, mais le pire semblait être derrière lui. Si les images qui l’avaient hanté n’étaient jamais très loin, il avait repris contact avec la réalité. Il savait que Luna était là. Il sentait l’air caresser sa peau, avait conscience des bruits au dehors, de cet oiseau qui gazouillait librement, perché sur une branche. Et il avait soif. Il aurait pu réclamer un verre d’eau à Luna, mais cela aurait signifié lui demander de s’éloigner. Lâcher sa main, et dire au revoir à cette main réconfortante dans son dos. Pas question. Pas alors qu’elle semblait être la seule chose capable de le tenir éloigné des démons qui l’avaient assailli un peu plus tôt. Après un moment ainsi, la tête toujours entre les bras, il se décida finalement à se redresser, essuyant grossièrement son visage humide mais demeurant malgré tout tête basse, fuyant le regard certainement inquiet de Luna. Plus que tout, il redoutait d’y lire de la pitié. Qu’elle l’ait vu comme ça avait déjà mis un sacré coup à son orgueil, inutile d’en rajouter une couche. J’suis désolé… souffla-t-il d’une voix rauque. Il se racla la gorge, dans l’espoir de l’éclaircir un peu. Je voulais pas que tu vois ça... Pas  aujourd’hui… Pourquoi aujourd’hui plus qu’un autre jour ? Parce que c’était le premier jour qu’il passait seul. Il voulait lui prouver qu’elle pouvait aller travailler sans avoir à se faire du souci pour lui, seul face à une maison vide. Il voulait sûrement se le prouver à lui-même, aussi. C’était raté. Je crois que j’ai besoin d’une douche, ajouta-t-il passant sa main libre dans sa nuque encore humide de sueur. Commentaire très peu utile, et qui était loin d’expliquer pourquoi il avait perdu les pédales, mais c’était encore trop frais pour qu’il veuille s’expliquer. Alors il disait ce qui lui passait par la tête, pour combler le silence autant que pour se distraire, fuyant toujours le regard de Luna, préférant regarder le carrelage entre ses pieds.

(c) DΛNDELION


@Luna Diaz

_________________
+ ELYS GARDNER+
There is something beautiful about all scars of whatever nature. A scar means the hurt is over, the wound is closed and healed, done with.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Dim 10 Juin - 15:40

C'était un moment déchirant pour toi. Tu ne savais pas comment tu avais retenu les larmes de couler sur tes joues. Sans doute ces respirations que tu prenais avec lui. Ses sursauts t'avaient fait peur, mais tu as confiance en lui, même sous la panique la plus sombre, la confiance te laissait croire que rien du tout ne t'arriverait dans cette situation. Ton coeur était brisé depuis plus d'un an à cause du mal qu'il a dû affronter pour te retrouver, mais tu savais que jamais il ne te ferait du mal même inconsciemment dans la peur. Certains te diront naïve, mais tu t'en fiches. Tu l'aimes et c'est suffisant pour te garder près de lui dans un moment sombre comme celui-ci. La solitude l'effraie tellement de toute façon, jamais tu ne pourrais sortir de la salle de bain tant qu'il n'est pas de retour à Wauwatosa. Et plus dans ses tourments.
Tu sentais son corps raidir sous ton touché qui se voulait réconfortant. Tu te concentrais pour rester calme et laisser tout ton corps détendu pour ne pas nourrir ses peurs avec les tiennes. Tu savais que même si aucun mot ne sortait de lui et que sa peur prenait encore le dessus qu'une partie de lui comprenait que tu étais à ses côtés puisque tu sentais qu'il serrait ta main fortement. Plus qu'à ses habitudes et normalement tu t'aurais plain de la douleur, mais elle n'avait pas n'importe ce soir. Il avait peur et s'accrochait au peu de réconfort que tu lui offrais. Son visage était toujours entre ses genoux et c'était sans doute plus facile comme ça pour toi. Ne pas lire la peur dans son regard t'aide surement à rester aussi détendue. Tu es surprise du calme qui t'habite, tu devais être forte pour lui, mais jamais tu aurais cru être capable de ne pas paniquer avec lui. Sans doute que la peur te dérangera plus tard alors que tu t'inquiéteras pour le bienêtre de ton cher fiancé.
Plusieurs longues minutes passent alors que vous étiez en silence installé sur le sol froid de la salle de bain. Tu peux sentir qu'il se calme doucement même si son corps est encore bien agité, alors tu assumes que son esprit l'est encore aussi. Tu restes patiente face à ses démons. Bien évidemment qu'ils l'avaient suivis jusqu'ici. Le contraire aurait été absurde. Même si vous saviez tous les deux que la route serait compliquée, que même si vous vous étiez retrouver les choses auraient été différentes, tu t'accrochais à tout ce calme que vous aviez eu depuis son retour. Ton coeur était naïf et aimait s'imaginer que son amour pour Elys guérirait tout ses maux. Il comprenait à présent que c'était absurde de croire une telle chose.
C'était la première journée depuis son retour dans votre demeure qu'il était seul aussi longtemps. Peut-être que tu aurais dû resté avec lui. Peut-être aurais-tu dû travailler juste une demi journée. Il ne voudrait pas que tu culpabilises, mais tu le fais malgré toi. Vous alliez devoir établir un plan de match différent et tu es prête à faire des sacrifices pour son bienêtre. Tu peux engager plus de gens pour travailler à ta pâtisserie et ainsi y être moins souvent. Ton coeur ne veut qu'être avec ton fiancé de toute façon.
Alors qu'il soulève la tête et essuie ses larmes, tu t'en veux de ne pas avoir pris plus de jours pour vous deux. Ton coeur qui commence à rattraper le rythme du sien alors qu'il s'excuse. Tu restes calme, mais les peurs s'installent aussi en toi. Ta tête qui fait systématiquement des signes de gauche à droite. Ne t'excuses pas voyons. Des moments comme ça ne se prédissent pas. J'aurais sans doute dû revenir plus tôt moi... La journée aurait rien changé, dans tous les cas, tu te serais senti impuissante, dans tous les cas il se serait senti mal. C'est un peu comme ça depuis son retour. Dans le silence, tu te sens impuissante face à toutes les horreurs qu'il a vécu et dans le silence il se sent mal que les choses aient tournées de cette façon. Il fuyait ton regard et tu comprenais pourquoi. Tes mains étaient toujours avec lui alors qu'il mentionna la douche. Tu prévois les amener avec toi sous la douche mes mains? C'était une plaisanterie pas très amusante, mais tu ne sortirais pas de la salle de main s'il voulait que tu restes près de lui. Tu sais que je m'en vais nulle part hein? Je t'aime et tout ça ne change rien à mes sentiments. Tu ne connais pas l'état de ses esprits, s'il s'imagine que le voir fragile changerait quelque chose entre vous puisque vous ne discutez pas vraiment de ce qui le hante. Tu le précises même si cette peur ne l'habite peut-être pas. Pour le rassurer, puisque si c'était le cas, tu t'en voudrais à mort qu'il pense que les bagages qu'il ramène changent ce que tu ressens pour lui. Ils changent et bouleversent beaucoup de choses, puisqu'ils ont terriblement blessé ton Elys, mais il ne change à vous amour.
C'est sans doute pas le moment, mais quand tu seras prêt, je pense qu'on devrait essayer de discuter de tout ça. Éviter la conversation ne rend pas tes problèmes moins vrais après tout et j'aimerais t'aider du mieux que je le peux. Pour que tu puisses le faire, il faut qu'il s'ouvre à toi. Du moins, un minimum et même si tu ne veux pas le forcer à parler de ce qu'il a vécu, tu as besoin de comprendre ce qui vient de se produire pour pouvoir l'outiller mieux pour les prochaines fois. Prends ta douche, il n'y a pas de presse, je bouges pas d'ici, mais j'aimerais t'offrir tout l'aide que je suis en mesure de t'offrir, c'est tout. Ta main toujours dans la sienne, tu lui donnes un baiser puisque  ses yeux te fuient toujours et qu'il est encore perdu dans ses pensées. Tu n'as pas pitier de lui, mais la compassion peut facilement être confondu avec celle-ci.
@Elys Gardner

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- prayers : 1005
- pseudo : spf
- multifaces : mini parker
- id card : Chris Wood (tag)
- registration : 20/02/2018
- côté coeur : your name, forever the name on my lips

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: Luna - Effie - Danae - Caleb - Lola - Rey

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Ven 15 Juin - 2:01


hearts can heal
Elys & Luna

« Unbreak the broken, unsay these spoken words, find hope in the hopeless. Pull me out of the train wreck. Unburn the ashes, uUnchain the reactions, I'm not ready to die, not yet. Pull me out of the train wreck »
Il détestait ça. Cette impression de perdre les pédales et de ne plus avoir le contrôle de quoi que ce soit. Son job consistait à piloter des engins surpuissants, pesant plusieurs tonnes et chargés d’assez de munitions pour décimer un village tout entier. Le contrôle, c’était ce qui lui permettait de rentrer auprès des siens en un seul morceau – ajouté à un peu d’habileté dans un cockpit et, évidemment, un peu de chance. Mais depuis ce fichu crash d’hélicoptère, il avait perdu le privilège de contrôler ce qu’il lui arrivait. Toutes ses tentatives de reprendre les commandes de sa vie avaient échoué et il n’avait pu que subir son triste sort, jusqu’à ce que le hasard ne lui fasse croiser le chemin de collègues britanniques. La chance ne l’avait pas totalement quitté, ce dont il ne pouvait pas se plaindre, mais il n’avait pas pour autant l’impression d’avoir retrouvé le contrôle de sa vie. Et il avait horreur de ça. Une petite voix raisonnable dans un coin de sa tête tentait de le rassurer et de lui rappeler que ce n’était que la seconde fois qu’il faisait face à une crise pareille. Qu’il aurait besoin de temps pour trouver les clefs qui lui permettraient de la tuer dans l’œuf, ou même de s’en sortir sans aide extérieure… Mais ça n’apaisait pas vraiment sa frustration.

Luna avait raison, il n’aurait jamais pu prévoir ce qu’il venait de se passer. Pas plus qu’il n’aurait pu prévoir ce coup de fil. Il savait que ce jour arriverait, que ses supérieurs voudraient savoir ce qui lui était arrivé, et recueillir toutes les informations utiles qu’il pourrait leur donner, mais il n’était pas préparé à ce que le couperet tombe ce jour-là. C’est pas de ta faute, Luna. Et puis tu vas pas t’empêcher de vivre parce que je tourne pas rond. C’était hors de question. Il ne voulait pas être le boulet qui la retenait à la maison, loin d’un travail qu’elle adorait où d’amis avec qui elle avait envie de passer du temps. Et puis comment aurait-elle pu savoir ? Tout allait bien avant que ce fichu coup de fil ne vienne tout foutre en l’air. Tu prévois les amener avec toi sous la douche mes mains? Cette petite plaisanterie eut au moins le mérite de faire naitre un petit sourire sur son visage. Je devrais peut-être, oui. D’après mes souvenirs, la douche est assez grande pour deux. A moins qu’elle ait rétrécit depuis sa dernière permission, c’était plus que faisable. Tu sais que je m'en vais nulle part hein? Je t'aime et tout ça ne change rien à mes sentiments, lui assura Luna qui, sans le savoir, avait vu plutôt juste. Parfois il se sentait si éloigné de l’homme qui avait, voilà des mois, passé cette bague de fiançailles à son doigt, qu’il se demandait ce qu’elle faisait encore là. Peu désireux de lui confier les doutes qui lui tournaient régulièrement dans la tête, Elys ne dit rien. Au lieu de ça, il porta la main de Luna qui était toujours logée dans la sienne près de son visage et y déposa un baiser. Il avait certes encore besoin d’un peu d’espace le temps de reprendre ses esprits, cela ne voulait pas dire qu’il avait envie de la voir partir.

Après quelques instants de silence, Luna repris la parole, pointant du doigt une évidence qu’il avait préféré fuir jusque là. A un moment donné, Elys devrait parler de tout ça. Fuir les problèmes ne les ferait pas disparaître. Ca serait trop facile. Ces souvenirs et le traumatisme qui les accompagnait étaient là, profondément ancrés, et même le temps ne ferait pas de miracle. Le poids qui pesait sur ses épaules ne s’envolerait pas du jour au lendemain. Ce n’était pas un hasard qui on lui avait conseillé de voir quelqu’un à ce sujet – ce que bien sûr, il n’avait pas fait. Je sais… admit-il. Tout comme il savait qu’il lui devait au moins une explication sur ce qui avait provoqué cet accès de panique. Mais pour l’instant j’veux juste… arrêter de penser un peu. On pourra en parler plus tard, si ça te dérange pas. C’était encore trop frais, il n’avait nullement envie de tenter le diable et de repartir pour un tour de montagnes russes infernales. Une fois dans une journée, c’était bien assez. Prends ta douche, il n'y a pas de presse, je bouges pas d'ici, mais j'aimerais t'offrir tout l'aide que je suis en mesure de t'offrir, c'est tout. Luna, et son cœur sur la main. Il savait que la situation ne devait pas être simple pour elle. Elle ne le serait pour personne. Et pourtant elle était toujours là, et malgré l’année infernale qu’il lui avait infligée, elle lui offrait une épaule solide sur laquelle s’appuyer. Se décidant enfin à arrêter de regarder par terre, Elys vint poser son front contre le sien, glissant une main sur sa joue. Tu m’aides déjà Luna. Je sais pas ce que je ferais si t’étais pas là… Ce n’était pas une façon de parler. Elle était son point de repère au milieu de ce bazar qu’était devenue sa vie. L’œil du cyclone, un peu de quiétude au milieu de la tempête.

Une main toujours glissée sur sa joue, il vint lui voler un baiser. Un simple baiser, bref. Sage. Il voulait arrêter de penser. Et le meilleur moyen qu’il connaissait pour y parvenir, c’était elle. Alors il alla à nouveau trouver ses lèvres. Ce n’était peut être qu’un moyen de plus de fuir ses soucis, mais c’était de loin le meilleur. Il préférait de loin se perdre en elle que dans ses souvenirs, alors ce baiser, qui avait commencé sagement, se fit rapidement plus intense. Pour l’instant, il ne voulait penser qu’à elle et rien d’autre. Sa Luna. Effacer les horreurs gravées dans sa mémoire et les remplacer par elle, et rien d’autre qu’elle, et retrouver cette bulle dans laquelle ils s’étaient déjà enfermés lorsqu’elle lui avait rendu chez ses parents et voulu tout mettre en pause, le temps de quelques heures. Il en avait besoin.

(c) DΛNDELION


@Luna Diaz

_________________
+ ELYS GARDNER+
There is something beautiful about all scars of whatever nature. A scar means the hurt is over, the wound is closed and healed, done with.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
avatar

- prayers : 12128
- pseudo : justibanana.
- multifaces : liz la mère indigne, julian le sexy docteur et løne l'écervelée.
- id card : phoebe tonkin + ©TEARFLIGHT(avatar).
- registration : 10/10/2017
- côté coeur : constantly, consistently, continually you.

PERFECT PEOPLE
- relations:
- rp: quatuor, elys, TC, wb's match, effie's suprise.

MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   Sam 16 Juin - 17:06

Le changement est toujours épeurant. Parfois c'est pour le mieux, parfois c'est pour le pire. Peut importe ses conséquence, il reste toujours terrifiant. Tu réalises assis dans cette salle de bain que le changement t'angoisse. Tu as peur que cette année ait changé trop de chose pour que vous ne puissiez vous retrouver où vous aviez laissé les choses. Tu as peur d'avoir trop changé pour qu'il te reconnaisse et tu as peur qu'il a trop changé pour continuer à t'aimer comme il l'avait fait si longtemps. Il partage sans doute tes peurs, en plus de toutes celle qu'il rapporte. Tu n'insisteras pas alors qu'il confirme ce que tu pensais. Bien sur que ça ne me dérange pas. Vous repousserez sans doute encore quelque fois cette conversation. Tu avais eu le courage de la mentionnée cette fois-ci, mais tu devras collecter tes forces pour le refaire. Tu sais très bien qu'il ne sera pas celui à le demander, il a trop de chose à faire face. Cette discussion rendrait tout ça trop réel. S'il acceptait de s'ouvrir, s'il acceptait de partager ce poids sur ses épaules avec toi, il devrait accepter que les choses sont différentes. Et il a tant perdu en une année, tu ne l'imagine pas accepter facilement que la vie à laquelle il s'est accrocher pour vous revenir n'est plus celle qu'il a laissé derrière en te disant au revoir à l'aéroport.
Après ce moment de panique, il te revient de plus en plus. Doucement, commençant avec ses mots et ta main sur son dos qui peut sentir son rythme cardiaque diminuer et ses tremblements diminuer. Ensuite, il ose enfin poser son regard sur toi. Son front retrouve le sien alors que vos yeux se rencontrent encore une fois. Quelle chance tu as de regarder dans la profondeur de ses iris. Un frisson qui traverse ton échine. Même si son retour date de quelque mois, tu dois parfois rappeler à ton coeur qu'il l'a bien retrouver. Rationaliser des retrouvailles c'est si simple, mais rappeler à tes émotions que tu n'as plus à pleurer sa perte est une autre chose. Tu lui offres un doux, mais sincère sourire alors qu'il prend la parole. Tu sais exactement ce que c'est d'être ici sans lui et tu ne veux pas retrouver cette Luna. Tu pourrais pleurer. Tu ne pourrais pas dire si c'est l'adrénaline qui redescend après l'avoir trouvé dans un si mauvaise état. Tu ne peux pas dire non plus si c'est le bonheur de l'avoir devant toi qui te rend si émotive ou encore cette peine qui t'a suivi durant presqu'un an qui te suit encore dans certains moment. Tu pourrais lui dire que tu l'aimes, mais il le voit dans ton regard, tu le sais puisque tu peux lire la même chose dans le sien. Tu embrasses plutôt sa main qui avait retrouvée ton visage avant que sa bouche retrouve la tienne. Un délicat baiser assez affectueux pour figer le temps.
Ses lèvres retrouvent les tiennes dans un élan plus vivant, vos souffles s'entremêlent rapidement. Ton coeur qui avait réussit à se calmer s'emballent à nouveau, mais pour des raisons différentes. Tu as été habité si longtemps par cette impression de marcher sur cette terre sans vie, sans raison d'être, sentir ton corps s'emballer pour ton fiancé après tous ses épreuves te donne espoir face à ses changements terrifiants. À deux, ils deviennent moins lourds, à deux ils deviennent presque banals puisque avec ton Elys, tu sais que tout ira pour le mieux. Tes mains avaient retrouvé à leur tour son visage pour descendre dans son cou et s'accrocher à son t-shirt en cherchant une façon de te rapprocher de son corps. Certaines choses avaient peut-être changées, mais pas tout. Pas cette chimie qui vous unis, pas le goût de ses lèvres que tu as si longtemps cru ne jamais retrouver et surtout pas cette passion qui t'habite pour lui. Quelques larmes avaient parvenues à s'enfuir de tes yeux clos alors que tu oubliais le monde qui vous entourait au contact de ses lèvres sur les tiennes. Les tiennes retrouvent ses joues puis son coup alors qu'il déplie ses jambes pour diminuer l'espace entre vos corps.  Bien des choses étaient différentes depuis son dernier départ, mais pas cette amour qui vous ramène toujours un à l'autre. Peut-être que tu devrais mettre de l'espace entre vos bouches, peut-être qu'il devrait aller sous la douche sagement alors que tu l'attends patiemment à l'étage. Mais tu préfères ce silence qui vous laisse profitez l'un de l'autre. Vous avez été bien sage depuis son retour et vous avez étiré votre patience bien trop longtemps.
@Elys Gardner

_________________
The heart beats in stories
we keep to ourselves.
I’ll keep you in my heart forever, so nights when you can’t remember who you are, you can find yourself in me. ▬ + eliot knight/bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: hearts can heal (elys)   

Revenir en haut Aller en bas
 
hearts can heal (elys)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» Fiche de Pandora Hearts Abyss
» News de Pandora Hearts Abyss
» Kingdom Hearts News Adventures RPG
» Loni - Malfrat Heal 55

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERYTHING IS FINE :: CITY OF WAUWATOSA :: - westwatosa-
Sauter vers:  
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum.


prédéfinis étoilés
Voici quelques idées de personnages en lien avec la nouvelle intrigue.